Tops et Flops

La saison anglaise vient de s'achever. Sans grande surprise, Chelsea remporte la mise devant Manchester United. La saison a été longue et haletante et les enseignements nombreux. Ce qu'il faut retenir de la Premier League 2009/2010, c'est ici.

0 1
LES TOPS

L'attaque de feu de Chelsea


103 buts en 38 matches, ça donne du 2,7 buts par match (dont plus de 65 à Stamford Bridge). La Blitzkrieg a été de rigueur toute la saison, à l'image du match pour le titre où Wigan, qui n'avait rien demandé à personne, en a pris 8 dans le buffet. Stoke, Aston Villa et Sunderland s'étaient, eux, arrêtés à 7. Mention spéciale au duo Drogba-Lampard qui pèse 51 buts et 30 passes décisives. Les hommes de Carlo Ancelotti se sont payé le luxe de gagner leurs six matches contre les trois autres membres du Big Four, excusez du peu...

L'envol de Wayne Rooney


26 buts, meilleur joueur du pays, une activité de tous les instants, une gueule de poivrot mais un vrai numéro 10, à l'ancienne. Manchester United, c'est lui. Orphelin de Cristiano Ronaldo et de Carlos Tevez, Sir Alex Ferguson ne s'est pas embarrassé et a filé les clés de la maison à Shrek et le bonhomme a fait le reste. Repositionné au centre de l'attaque, le natif de Liverpool a réalisé sa meilleure saison en Angleterre. L'Afrique du Sud l'attend et pourquoi pas le Ballon d'Or avec. Ah oui, Wayne n'a que 24 ans.

L'effet Harry Redknapp


1962/2010. 48 ans que Tottenham ne s'était pas qualifié pour la C1. White Hart Lane en rêvait, Harry Redknapp l'a fait. Les Spurs sont la bonne surprise de la saison. Un collectif huilé emmené par des sacrés tripoteurs de ballon (Modric, Kranjcar, Lennon). Mais c'est surtout défensivement que les Spurs ont résisté, à l'image d'un Gomes impérial dans les barres. Reste à confirmer.

Joe Hart, Adam Johnson, la relève


Chassé de Manchester City pour laisser la place à Shay Given, le jeune Joe Hart s'est fait une raison. Ça sera Birmingham, pour au moins un an. Bien lui en a pris tant le choix a été payant. A seulement 23 ans, le portier s'est mis le pays dans la poche. Ne cherchez pas plus loin, le futur taulier de la cage des Trois Lions, c'est lui. Quant à Adam Johnson (22 ans), il n'aura mis que six mois pour se faire un nom dans l'effectif XXL de City. Débarqué de seconde division en janvier, le milieu de terrain a tout balayé sur son passage. Des passes dé', des accélérations, des crochets. Il sait tout faire. Fabio Capello est même sous le charme.

Carlos Tevez


Il avait fait le choix de quitter United pour City. Il ne devait surtout pas se rater. Carlos Tevez en a dans le pantalon et dans les chaussettes. 22 buts et 7 passes décisives, l'Argentin s'est mis Manchester dans la poche. Sauf Gary Neville, mais personne ne lui en voudra.

Mais aussi...


La très bonne saison de Louis Saha, la surprise Birmingham City, le réveil de Nani, le bolide Malouda, le sniper Jermaine Defoe, l'OVNI Darren Bent, le ballon gonflable rouge de Sunderland, le niveau de Gareth Bale...

LES FLOPS

Le Terrygate


La vie d'un homme est parfois difficile. Surtout quand on porte l'étiquette du “meilleur papa” d'Angleterre. John Terry est passé du paradis à l'enfer en moins de six mois. La cause ? Avoir pratiqué la pénétration vaginale avec l'ex de son meilleur pote Wayne Bridge. Forcément, en Angleterre, quand la presse s'en empare, ça fait mal, très mal. Moralité : John Terry a perdu son brassard de capitaine de la sélection, une partie de son crédit, l'amitié de son ancien pote de beuverie mais pas sa femme, l'officielle. Tout n'est pas perdu.

La chute de Liverpool


Les Reds se vantaient d'avoir réalisé leur meilleure saison l'an dernier. Presque favori pour succéder à United, Liverpool a fini la saison à une dégueulasse septième place (11 défaites). Effectif trop court, cadres à la ramasse (mention spéciale à Steven Gerrard), blessures trop nombreuses, problèmes financiers, tout a foutu le camp à Anfield Road cette année. En attendant le résultat de la finale de la Cup, Liverpool n'est même pas qualifié pour la Ligue Europa. Bonjour tristesse.

Les gardiens d'Arsenal


Manuel Almunia est un portier espagnol qui veut jouer pour l'Angleterre. Lukas Fabianski a une coupe à l'eau et des gants moites. Les deux portiers d'Arsenal n'ont pas vraiment brillé cette saison. A l'image du duo, les Gunners n'ont jamais donné l'impression de pouvoir se mêler à la course au titre. Et une nouvelle année sans trophée pour Arsène. Ça commence à faire long.

Portsmouth, la tuile


Pas d'argent, pas de salaire. Pas de salaire, pas de motivation. Pas de motivation, pas d'envie. Pas d'envie, pas de victoire. Pas de victoire, pas de victoire. Les Pompeys auront vécu une véritable saison en enfer. Leur dernière place est presque logique. Entre la faillite du club, les blessures importantes et les frasques sportives de David James, le club de Frédéric Piquionne a validé son ticket pour la seconde division sans forcer. Comme les Anglais ne font rien comme tout le monde, Portsmouth est en finale de la Cup contre Chelsea. Comme quoi...

Et encore...


Le corps d'Alberto Aquilani, la semelle d'Adebayor sur Van Persie, le licenciement de Mark Hughes, le tacle de boucher de Ryan Shawcross sur Aaron Ramsey, le retour raté de Michael Owen, Gabriel Obertan, la défense de Wigan...

Onze de l'année : Hart – Ivanovic – Vidic - Vermaelen – Evra – Huddlestone – Lampard – Valencia – Malouda – Drogba – Rooney

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Pas d'accord pour l'équipe type ! Jonhson (qui a joué quasiment tout le temps à droite) ou Milner ont été bien meilleurs qu'un Valencia, et Vermaelen, c'est 3 mois au top et un retuor à l'anonymat... King mérite plus.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Ego techniques (3/3)
0 1