Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 16 Résultats Classements Options
  1. // Foot & Politique

Top 9 : Manuel Valls et le foot

Voila, c'est fait. Une fois l'hypothèque Hollande levée, la route était enfin dégagée pour Manuel Valls, qui a officialisé hier sa volonté de devenir le prochain président de la République. Et de tous les candidats qui se sont mis en ordre de bataille, voilà celui qui affiche avec le plus d'ostentation son amour pour le ballon rond. Quitte à y projeter quelques obsessions toute personnelles et délivrer à son insu des indications sur sa future campagne...

Modififié

1. Le Barça avant tout


Qui ne le sait pas ? Manuel Valls n'aime qu'une équipe, un seul blason, celui de sa ville de naissance Barcelone. Un grand cousin homonyme aurait même composé l'hymne officiel du Barça. Le genre d'anecdote qui claque en interview. Il s'agit donc d'abord d'un lien charnel avec le FC Barcelone, pour celui qui ne coupa jamais les ponts avec sa région d'origine, la Catalogne, et assume pleinement une double filiation. «  Le Barça représente quelque chose de très fort, cela va au-delà du foot. C’est mon club » , confia le natif de Barcelone donc dans les colonnes du JDD. Avant d'ajouter une petite touche toute personnelle. « Le Camp Nou, j’y suis allé très jeune tous les étés. C’était un spectacle sportif, avec Cruyff et Neeskens, le titre de 1974. Et le seul endroit de revendication pendant la dictature de Franco, qui était en train d’agoniser. » Voilà, Manuel Valls est de gauche grâce au/à cause du (rayez la mention inutile) Barça.


2. Haro sur les hooligans


Ministre de l'intérieur, Manuel Valls voulait absolument démontrer que la gauche, sa gauche, n'avait rien à envier sur le terrain de l'autorité, de l'ordre et de la répression à ses prédécesseurs de droite. Et il se sentit également obligé de s'y atteler face au péril hooligan. Il donna donc quelques publicités à sa forte décision d'interdire aux supporters du Dinamo Zagreb de se rendre à Paris et surtout au Parc des Princes à l'occasion d'un match de Ligue des champions. Son arrêté mobilisait de la sorte le préfet de police, les préfets de Seine-et-Marne, des Yvelines, de l’Essonne, des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis, du Val-de-Marne et du Val-d’Oise, pour protéger la patrie en danger. Résultat, un buzz inespéré pour les Bad Blue Boys et une bagarre filmée au smartphone à Bastille. Le sécuritaire, c'est comme les sextos : les plus doués à l'écrit ne sont pas forcément les meilleurs sur le terrain.


3. Hollande, son Raymond Domenech à lui...


Voila une info qui a surtout tourné dans la presse people. En 2010, Manuel Valls convole en justes noces avec Anne Gravoin. Sauf que François Hollande bouda la cérémonie où pourtant tout le gratin du PS se serrait devant le buffet. Il n'avait en effet pas digéré d'être comparé à Raymond Domenech par le maire d'Évry. Vu le contexte, il pouvait difficilement le prendre pour un compliment ou une marque d'estime. Sauf que le Corrézien remporta au moins un titre par la suite. Pour le reste, il faut savoir reconnaître à notre « socio » un sens certain de la métaphore prémonitoire, tant l'actuel gouvernement ressemble au bus de Knysna.


4. La confidence ultime


En 2010, dans son livre Pouvoir, Manuel Valls envoyait du bois : « Je reste un inconditionnel du Barça, adepte du beau jeu et d'un football spectaculaire – ce sport populaire et universel pour lequel je suis prêt à sacrifier un dîner familial ou une réunion politique... » Pour une fois qu'un homme politique tient ses promesses...


5. Le Barça en L1


« Si la montagne ne vient pas à toi... » Comment réconcilier son amour du foot et de son pays quand il ne se trouve pas au même endroit ? Alors que la Catalogne se met à rêver d'indépendance, certains esprits amateurs d'uchronie imaginent un FCB en Ligue 1, capable de venir titiller le PSG et nous ramener peut-être une C1. « Après tout, Monaco y joue ! » , lâchera amusé le Premier ministre. Problème réglé, nous avons maintenant l'OGC Nice, une ville piquée à l'Italie.


6. Un avion pour Berlin


Parfois, l'envie vous prend, en toute innocence, de discuter avec Michel Platini. Par bonheur, un avion vous attend pour vous emmener à Berlin où il se trouve par hasard, la République n'est pas bégueule. Et comme le président de l'UEFA aimait faire plaisir aux enfants, vous assistez à une finale de la Ligue des champions avec une affiche de rêve, dont votre club de cœur. Maintenant passons au point suivant.



7. L'exemplarité du footballeur et de Benzema en particulier


« On porte le maillot bleu et les couleurs de la France... Quand on assume des responsabilités et qu’on incarne l’équipe de France, il faut être exemplaire. » Démagonuel Valls, février 2016.


8. Euro 2016


Quel bonheur ! Un Euro à domicile. Une bénédiction avec des Bleus qui réveillent un pays endolori par les attentats. « Je me permettrai de rappeler les commentaires juste avant sur l'équipe de France, sur (Karim) Benzema, sur (Olivier) Giroud, je rappelle qu'il y avait des responsables politiques qui incitaient à ce qu'on ferme les fan zones. Profitons de ce moment-là et espérons qu'il dure après. » Jusqu'aux primaires ?


9. Le joueur


On l'oublie, le politique qui aime le foot y joue parfois. Mais depuis Giscard, il lui faut une bonne raison de sembler ridicule en short. Manuel Valls y consentit un beau mercredi pour un match de charité du Variétés Club de France au profit des militaires blessés au combat. Cet éphémère n°9 aux côtés de Bixente Lizarazu, Matt Pokora, Christian Karembeu ou encore Olivier Echouafni, ne contribua néanmoins pas à leur large victoire 8-0. Il ne planta en effet aucun but. La peur de marquer ? Guère rassurant, non ?

Par Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 11:41 NOUVEAU : 150€ OFFERTS en CASH chez ParionsSport jusqu'au 14 novembre seulement ! Hier à 09:42 OFFRE SPÉCIALE LIMITÉE : 10€ offerts sans avoir à déposer le moindre centime 1
Hier à 16:00 Drogba repousse sa retraite et marque pour Phoenix 4
Partenaires
Podcast Football Recall Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 10:30 Gignac va prolonger aux Tigres 7 Hier à 10:00 Les rescapés de Thaïlande à l'entraînement avec le LA Galaxy 2