En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. // Foot et aéroport

Top 5 : Refoulés à la frontière

Privé du choc Arsenal-PSG par le ministère de l’intérieur britannique, Serge Aurier n’est pas le seul joueur à s’être fait refouler d’un pays. D’autres avant lui ont aussi eu des problèmes de visa, pour des histoires plus ou moins ridicules.

Modififié

1. Serge Aurier


Si Maman j’ai raté l’avion avait accouché d'un remake Unai, j’ai raté l’avion, alors Serge Aurier aurait repris le rôle de Macaulay Culkin. Accepté dans un premier temps après audition du joueur, le visa de l’international ivoirien a finalement été annulé à la dernière minute mardi après-midi, à quelques heures de s'envoler pour Londres. Non, Serge Aurier ne s’est pas vu refuser l’accès au territoire britannique à cause de son amour de la chicha. D’après le Home Office, la récente condamnation judiciaire du joueur de la capitale en est la cause. Le PSG a eu beau présenter les documents nécessaires pour prouver que l’ex-Toulousain a fait appel, les autorités britanniques ont fait la sourde oreille. Résultat des courses, le Parisien est resté seul en France pendant que ses coéquipiers se sont envolés pour la capitale anglaise. Serge McCallister.



2. Yohan Cabaye


Bien avant les révélations d’Edouard Snowden, Yohan Cabaye s’est rendu compte que rien ne pouvait être caché aux Américains. À l’été 2011, alors qu’il vient de quitter son maillot du LOSC pour enfiler celui de Newcastle, l’international français est privé de stage de pré-saison aux États-Unis. Les autorités refusent au Ch’ti l’accès au pays de l’oncle Sam, à cause d’une facture de dentiste non réglé à Lille. « C'est un petit incident, (...) mais c'est devenu quelque chose de très frustrant. Il disait avoir payé, et eux le contraire » , explique alors son coach Alan Pardew. Le milieu de terrain des Magpies fera à la place une tournée aux Pays-Bas avec la réserve, où il sera accepté sans problème. On n'en serait jamais arrivé là si Yohan avait accepté la règle des trois minutes du brossage de dents.


3. Joey Barton


Yohan Cabaye n’est pas le seul Magpie à ne pas avoir pu mettre le pied dans l’avion à destination des States en 2011. Joey Barton a aussi été privé du Summer Break américain. Son visa n’est pas délivré par l’ambassade à cause de son casier judiciaire. Cinq ans plus tôt, l'ancien petit ami d'Ousmane Dabo a été condamné à six mois de prison ferme pour agression. Le bad boy du foot anglais déplore alors « l’hypocrisie de cette décision » . Du coup, double punition : tournée avec la réserve aux Pays-Bas et voyage avec Yohan Cabaye.


4. Patrick Kluivert


Contrairement à Aurier, Cabaye et Barton, Patrick Kluivert a eu la chance de poser le pied outre-Atlantique en 2003. Mais il n'a pas eu le droit de passer la douane. Aux États-Unis pour une tournée avec Barcelone, l’international batave a été bloqué par les douaniers. Le souci : un visa pas adéquat. Condamné en 1995 pour un accident de voiture ayant causé la mort d’une personne, le Blaugrana aurait dû bénéficier d’un visa spécifique. L'attaquant néerlandais a repris dans la foulée un avion dans le sens inverse. Même pas le temps d’envoyer une carte postale à mémé.


5. Roman Polanski


Roman Polanski n’est, a priori, pas footballeur. Mais en près de quarante ans, il a appris à jongler avec les tentatives d’extradition américaines. Plus d’une dizaine, toutes restées vaines. Le cinéaste n’est pas interdit de séjour aux États-Unis. Au contraire, la justice US l’y attend pour lui proposer un séjour longue durée. Pas sûr, toutefois, qu'il y mette les pieds. Poursuivi en 1977 pour des « rapports sexuels illégaux » avec une mineure, le réalisateur de Chinatown fuit en Grande-Bretagne et en France après avoir découvert qu’il risque cinquante ans de prison. Primé en 2003 par l’Oscar du meilleur réalisateur pour Le Pianiste, il ne se rend pas à Los Angeles par crainte d’être arrêté. Aujourd’hui âgé de quatre-vingts ans, il est toujours sous le coup d’un mandat d’arrêt international. En attendant, Polanski-justice américaine : 1-0.

Par Maeva Alliche
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Ligue des champions
5e journée
Le petit bilan




Dans cet article


il y a 5 heures La double fracture de McCarthy 2 il y a 6 heures Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 il y a 6 heures Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9
À lire ensuite
Coach DD et coach FF