En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 15 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 1/4 de finale retour
  3. // FC Barcelone/PSG

Top 5 : Nou Crampe

Le tout pour le tout. Après son match aller désastreux contre le Barça, le PSG va devoir réaliser l'impossible au Nou Camp. Pourtant, le FC Barcelone a déjà connu de véritables déroutes à domicile en compétition européenne. Et comme impossible n'est pas français…

Modififié

FC Barcelone 0-4 FC Cologne

5 novembre 1980

Ce n'était pas la meilleure période du Barça sportivement parlant, mais quand on assiste à une telle déculottée, aucune excuse n'est acceptable. Dans ce 2e tour de Coupe UEFA devant 35 000 spectateurs, le Barça semble favori pour passer en huitièmes de finale face aux Boucs de Cologne. Et pour cause : lors du match aller, les Azulgranas s'imposent 1-0 outre-Rhin. Avec ce fameux but à l'extérieur dans la poche, les coéquipiers de Miguel « Tarzan » Bernardo Bianquetti jouent cette manche retour avec de la suffisance. Trop de suffisance. Juste avant la pause, Rinus Michels, ancien entraîneur de la maison catalane et récemment nommé entraîneur de Cologne, décide de remplacer le défenseur blessé Dieter Prestin par le buteur Pierre Littbarski. Quelques secondes plus tard, Gerd Strack envoie une frappe enroulée dans la lucarne pour remettre les compteurs à zéro. Le deuxième acte sera un long calvaire pour les locaux : trois autres buts, dont un signé Littbarski, signent une déroute historique du Barça sur ses terres. Au final, le Cologne de Michels atteindra les demi-finales de la compétition, remportée par… Ipswich Town. Une autre époque.

Vidéo

FC Barcelone 1-4 FC Metz

3 octobre 1984

Non, impossible n'est pas français. Surtout pas chez les Lorrains. Lors des seizièmes de finale de la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe 1884-1985, l'ancienne C2, le FC Metz tombe sur un os au tirage au sort. Opposés au FC Barcelone, les Grenats sont balayés 4-2 à Saint-Symphorien. Malgré cette claque, Metz croit encore en sa bonne étoile au retour. Même si le Barça est premier de son championnat. Même si Bernd Schuster est le maître à jouer des Catalans. D'ailleurs, la visite au Nou Camp commence mal pour les Messins, puisque le Barça accule le but occupé par Michel Ettorre. Logiquement, Francisco José Carrasco ouvre le score peu après la demi-heure de jeu. Pour se qualifier, Metz doit donc marquer quatre buts au Barça, le tout en moins d'une heure. Chiche. Grâce à un triplé d'un Tony Kurbos en feu et un but contre son camp de José Vicente Sánchez, l'impossible devient possible. Le mot de la fin, il est pour le milieu de terrain Vincent Bracigliano. « D'une, ils étaient hautains sur le terrain. Et de deux, ils nous prenaient par-dessus la jambe. Quand tu es le Barça, tu peux rater une ou deux actions chaudes, mais pas trois, quatre, cinq... Et bizarrement, quand le vent a commencé à tourner, Schuster souriait beaucoup moins et a passé son temps à nous insulter. » Si Lionel Messi commence à surjouer, Verratti et consorts savent ce qu'il leur restera à faire.

Vidéo

FC Barcelone 0-4 Dynamo Kiev

5 novembre 1997

Il était une fois un duo d'attaquants venu d'Europe de l'Est. Deux blonds, l'un petit, habile et rapide, l'autre prédestiné à un avenir doré. Entre Sergueï Rebrov et Andreï Shevchenko, la connexion était claire comme de l'eau de roche. Et ça, le Barça l'a très vite appris à ses dépens. En phase de poules de la Ligue des champions 1997/1998, les Culés héritent du groupe C. Pour l'époque, il est relevé : PSV Eindhoven, Newcastle United et Dynamo Kiev. Très vite, les poulains de Louis van Gaal sont mis en difficulté avec un nul et deux défaites, dont un sévère 3-0 à Kiev. Pour la quatrième journée, le Barça peut prendre sa revanche chez lui. Mais non, ce sera pire qu'à l'aller. Shevchenko (9e, 32e et 44e) et Rebrov (79e) donnent le tournis à la team du Pélican pour une gifle monumentale. Le Barça terminera bon dernier de sa poule, tandis que le Dynamo terminera premier du groupe, avec une différence de buts de… +7. Merci Louis.

Vidéo

FC Barcelone 1-2 Liverpool

21 février 2007

Tenant du titre pour cette édition 2006/2007 de C1, le FC Barcelone parvient à se qualifier à la dernière journée de la phase de poules grâce à une victoire à domicile contre le Werder Brême. Lors du tirage, le Barça hérite forcément d'un gros poisson, en l'occurrence Liverpool. Dans ce choc entre les deux derniers vainqueurs de la C1, Samuel Eto'o trouve le moyen de s'embrouiller avec Rijkaard une semaine avant la rencontre. La raison ? Un soi-disant refus du Camerounais d'entrer en jeu contre le Racing Santander. Sameto dans le texte : « C'est une mauvaise personne, il me pourrit dans le dos. Que celui qui a des couilles me dise en face que je n'ai pas voulu jouer. » Dans cette ambiance pour le moins tendue, Barcelone accueille les Reds. Le départ est bon, puisque Deco ouvre le score de la tête. Pris par l'enjeu, Víctor Valdés va cependant tergiverser par deux fois dans son match. Deux manques d'agilité fatals pour le Barça, dont sauront profiter Craig Bellamy, puis John Arne Riise suite à une sortie approximative de la Panthère de l'Hospitalet. Au retour, c'est Eidur Gudjohnsen qui offrira la victoire au Barça à Anfield Road. Par la règle du but à l'extérieur, le Barça se retrouve toutefois sur la touche des quarts de finale. Hasta luego.


FC Barcelone 0-3 Bayern Munich

1er mai 2013

La dernière, mais pas la moins belle. Pour cette demi-finale retour de la Ligue des champions 2012/2013, le Barça de Tito Vilanova se frotte au Bayern Munich, finaliste de la précédente édition. Et les dégâts sont déjà très, très lourds. Fessé au match aller 4-0, le Barça sait que la qualification à la finale de Wembley est désormais impossible à aller chercher. Mais le Barça ne souhaite pas changer ses idéaux pour autant, cherchant coûte que coûte à imposer son jeu. Et à vouloir jouer les cadors, le grand Barça va à nouveau se faire punir. La classique « je rentre sur mon pied gauche, j'enroule filet opposé » d'Arjen Robben, l'autre classique « contre son camp pris de vitesse  » de Gerard Piqué pour finir avec un troisième but signé Thomas Müller. Une humiliation. 7-0 en demi-finale de la C1. Ou quand la rouste allemande annonçait les prémices du Mondial 2014 au Brésil…

Vidéo


Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 08:27 267€ à gagner avec Shakhtar - Roma & CSKA Moscou 1 Hier à 17:06 Henry calme le jeu après ses propos sur Neymar 65 Hier à 07:44 BONUS ÉDITION LIMITÉE : 200€ offerts pour miser sur Séville - Manchester 1
Hier à 12:16 Ranieri ne dirait pas non à l'Italie 17
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
mardi 20 février Lamine Sané signe à Orlando 8 mardi 20 février Ronaldinho se lance dans la musique 12
À lire ensuite
Marquisard !