1. //
  2. // FIFA
  3. // Élections

Top 5 : les autres vies de Sepp Blatter

Si Sepp Blatter trimbale son spleen dans les couloirs de la FIFA, il fut un temps où le Pierrot était auguste : il était jeune, énergique et multipliait les boulots d'été pour se payer des vestes en tweed, quelque part entre Eddie Constantine et Augusto Pinochet.

Modififié
1k 16
  • Chanteur de mariage


    Micro en main et buste haut, Sepp gonfle les poumons. Loin de la carrière d'acteur Hollywoodien qu'il s'était figuré étant jeune, le voilà chanteur de bal musette sous un chapiteau en toile. Nous sommes à la fin des années 1950 et le bellâtre trimbale sa vingtaine un peu partout dans le Haut-Valais suisse, glanant quelques petits sous de-ci de-là. Il prend pour modèle le chanteur et acteur français de série B Eddie Constantine, qu'il a brièvement rencontré à l'occasion du Festival international du film de Locarno où il jouait les employés d'hôtel polyglotte. Guido Tognoni, son ancien conseiller et cadre de la FIFA, déclarera quelques années plus tard : « Il adore les micros, la scène, se prend pour un grand acteur. Il aime être au centre, avoir un public. Peu importe que l'on parle de lui en bien ou en mal, pour lui la plus grande punition serait qu'on ne parle plus de lui du tout » . Ténor dans l'âme.

  • Caviste


    « L'hôtel The Dom combine le charme des maisons de campagne alpines avec une simplicité futuriste et un grand confort technique. Vous trouverez dans votre chambre un iPad à votre disposition pendant votre séjour » . Lové entre deux pics enneigés de la vallée suisse de Saas-Fee, la modeste pension quatre étoiles du Dom reçoit Joseph junior en 1951 pour un boulot d'apprenti caviste. Le gamin a 15 ans et, si l'hôtel ne dispose pas encore de site internet aguicheur, se fait enrôler pour un boulot d'été où ses qualités athlétiques font visiblement défaut. Interviewé sur le site de la FIFA, son frère Peter précise que Sepp était chargé de « mettre de l'ordre dans la cave à vin  » . Rapidement, il faut se rendre à l'évidence : au grand dam du petit bonhomme, muscles tendus et visage rougi par l'effort, les caisses de vins sont trop lourdes pour ses segments juvéniles : « Il devait enlever bouteille après bouteille de chacune des caisses, jusqu'à ce qu'elles soient presque vides et assez légères pour qu'il puisse les empiler. Ensuite, il replaçait toutes les bouteilles, une par une » . Intrigué par ces manœuvres stakhanovistes, le propriétaire du Dom prend rapidement conscience que Sepp est malhabile avec les caisses à vin : « La volonté de travailler est évidente, mais la force physique déficiente » , gravera-t-il sur son rapport de stage. Joseph abandonne toute carrière oenologique mais, habile, laisse couler. Les grands crus se bonifient avec l'âge.

  • Assistant concierge


    Nous retrouvons Joseph Blatter l'été suivant, une nouvelle fois à la recherche d'un job étudiant pour payer sa garde-robe. Fini les cageots, Blatter pose cette-fois ses cuissots à l'entrée de l'Hôtel Beau Site de Zermatt, comme assistant concierge. Repéré pour ses talents de polyglotte - Joseph maîtrise quatre langues à 16 ans - il est mission par l'hôtelier pour caster une serveuse. Sepp bourre son sac au petit matin, file au creux des montagnes sierroises le midi et repart le soir accompagné d'une môme d'Eifischal. Repérée au Pôle Emploi local, la jeune femme emboîte presque au hasard le pas de ce gamin plus jeune qu'elle : elle tient aujourd'hui son propre établissement dans la localité helvète de Vissoie. Aware Blatter.

  • Colonel dans l'armée Suisse


    Une image. Sepp, le cheveu brossé. Son poil, d'une noirceur quasiment égale à sa cravate, est subtilement peigné vers l'arrière. Le regard lui, n'a pas changé : adroitement neutre, l'œil droit sourit, le gauche est plus profond. Sur ce cliché de 1966, Blatter a 30 ans. Il dirige pendant la Guerre Froide l'un des régiments les plus étendu du corps d'armée, l'unité de ravitaillement : « On construisait des murs et on les surveillait, 24/7, pour voir ce que faisaient nos ennemis (…) cela nous permettait d'agir, et non de réagir » , confie-t-il un jour à Bruno Affentranger, auteur du la biographie Sepp – King of the Football World. Les « ennemis » sont les forces armées de l'Union Soviétique, menaçantes aux abords de petites routes alpines stratégiques. Le Suisse y développe son goût pour la confrontation et son language guerrier, mais révèle surtout un formidable caractère de meneur d'hommes. Son camarade de classe et artilleur Antoine Tschoop le décrivit en 2007 auprès d'Affentranger comme « un officier hors pair » , « motivateur exceptionnel » , «  charismatique » et « drôle » . Bah quoi ?


  • Président d'une association de défense des porte-jarretelles


    Le coup de génie d'une vie. Joseph S. Blatter prend en 1971 la tête de l'Association Internationale des amis du porte-jarretelles, une amicale protestant contre « les femmes qui remplacent les bas par des collants » . Lui et 119 autres fétichistes issus de seize pays différents militent donc pour une vie plus sexy au quotidien. « Je suis pour le porte-jarretelles ! Je trouve ça plus excitant qu'un caleçon à pois, sous une soutane  » , comme disait Jean Yanne. Trente-trois ans plus tard, le filou proposera aux femmes d'enfiler des shorts plus moulants, afin de promouvoir de football féminin. Une preuve les idées ne changent pas forcément en trois décennies, du bas en haut de l'échelle sociale.

    Sans oublier : Chargé des relations publiques de l'Office du tourisme de Valais et la marque Longines, journaliste, secrétaire général de la Fédération suisse de hockey sur glace…

    Par Théo Denmat
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    Kuba Balezeauski Niveau : District
    Sepp Mesrine...
    Ce qui pourrait être intéressant également c'est un article sur son rapport direct au foot. A-t-il pratiqué, été fan d'une équipe, d'un joueur, d'un style, etc... ?
    Note : 8
    Message posté par Banshun
    Ce qui pourrait être intéressant également c'est un article sur son rapport direct au foot. A-t-il pratiqué, été fan d'une équipe, d'un joueur, d'un style, etc... ?


    D'après wikipédia, il a joué en amateur pendant pas mal de temps, et c'est lui qui a lancé le mondial féminin.

    Le pire c'est que je pense que ça devait pas être un mauvais bougre au début, mais quand tu tournes aussi longtemps au tour d'un pot de miel... tu dois bien être tenté d'y tremper la patte, surtout si tout le monde le fait (Havelange).
    j'y suis giresse Niveau : Ligue 1
    Note : 2
    Par contre, la Suisse n'avait aucune frontière avec des pays du bloc de l'est, faudra m'expliquer où il "surveillait ses ennemis"
    Il surveillait à l'ouest, le salaud.

    C'est nous qu'il regardait !
    Son camarade de classe et artilleur Antoine Tschoop le décrivit en 2007 auprès d'Affentranger comme « un officier hors pair », « mutilateur exceptionnel », « charismatique » et « drôle »

    Un exceptionnel mutilateur ... Déjà à l'époque ... Il ne mutilait pas le football à l'époque c'est tout.
    Comme tous les grands dictateurs, il aime les uniformes, normal.
    DoutorSocrates Niveau : CFA
    Dans l'immense article sur lui dans le dernier So Foot, ils parlent de son passé " footballistique". Il n'a jamais été pro mais était pas loin de le devenir.

    Je suis ceci dit tout à fait d'accord avec lui pour dire que les footballeuses devraient avoir des tenues plus "féminines". Si le volley féminin a autant de succès, c'est quand même pas pour rien...
    Message posté par DoutorSocrates
    Dans l'immense article sur lui dans le dernier So Foot, ils parlent de son passé " footballistique". Il n'a jamais été pro mais était pas loin de le devenir.

    Je suis ceci dit tout à fait d'accord avec lui pour dire que les footballeuses devraient avoir des tenues plus "féminines". Si le volley féminin a autant de succès, c'est quand même pas pour rien...


    Il faut arrêter de voir les femmes comme des objets de décoration !
    DoutorSocrates Niveau : CFA
    Ce ne sont pas des objets de décoration. C'est évident. C'est simplement également évident que leur féminité est un argument de poids pour qu'on les regarde. Les femens, féministes par excellence, l'ont très bien compris. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle les femens françaises ont beaucoup plus de mal à décoller que leurs homologues ukrainiennes, parce que nettement plus cheums.
    Je sais pas vraiment pourquoi mais j'arrive pas être contre l'idée d'avoir des shorts plus moulant pour les footballeuses. En même temps les populariser pour l'avenir c'est ça ou leur filer des hormones pour en faire des Amelie Moresmo non?

    Sinon l'underwear football league on en parle?
    hisoka
    Un Vrai CV quoi...

    Il ne lui manque plus que proxénète et il aura tout fait
    Le Comte de La Pignole Niveau : DHR
    Sepp Woodman...
    Partenaires
    Logo FOOT.fr Olive & Tom
    1k 16