En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. // Petites annonces

Top 5 : Football et Bon Coin

À l’image du club de Nancy proposé aux internautes moyennant finances, d’autres offres football ont fleuri par le passé sur Leboncoin afin de vendre ce dont les supporters ne voulaient plus. Pour des raisons justifiées ou non.

Modififié

L’équipe entière


Le classique. Comme Nancy, mis en vente pour vingt millions d’euros sur Leboncoin, l’AJ Auxerre a été proposé pour « au moins trente euros et paiement en espèces  » en janvier dernier. L’auteur de la publication, qui ne veut plus de ce « club à l'agonie  » évoluant dans un « stade vide » , « visiblement dirigé par d'anciens salariés » offre également « un lot de chasubles "Ligue des champions", une paire de crampons Patrick et un sifflet pour arrêter les conneries  » . Mais les clubs de football ne sont pas les seuls à subir ce genre de mésaventures, qui touchent également les sélections.


Ainsi, l’équipe nationale d’Espagne, considérée comme « peu servie » après son élimination au Mondial 2014 contre le Chili, était livrée avec sa « défense en bois » , son « attaque peu utilisée » et « tous les accessoires, dont un entraîneur inutile  » . Son prix ? Quinze euros. Soit quatorze de plus que les Bleus 2013 après le barrage de Coupe du monde aller perdu contre l’Ukraine, qui pourraient être utiles au mois de juin « pour vos travaux de jardinage ou pour faire le ménage surtout si une certaine blonde est présente. Vu le salaire qu’ils reçoivent, ils vont travailler gratuitement. » Au choix.

Le stade à « débarrasser  »


Une finale, ça se gagne. Alors une finale 100% bretonne... Voilà pourquoi un supporter du Stade rennais, vexé par la défaite de son équipe contre Guingamp en finale de Coupe de France 2014, s’est permis de dealer le stade de la route de Lorient, celui de son club donc, sur Internet. Moyennant vingt euros, l’acquéreur (qui ne s'est finalement jamais manifesté) aurait pu construire «  un joli pavillon » pour y mettre, pourquoi pas, des « chèvres ou autres vaches en pâture. Le seul désagrément étant des tribunes bâties autour de ce terrain on ne sait pas trop pourquoi. » Évidemment, les chèvres sont fournies avec l’emplacement.

L’abonnement bradé


La vie est compliquée quand on supporte un club décevant. Certains vont jusqu’à se dire que leur équipe ne méritent que leur mépris et leur absence au stade. Du coup, le dénommé «  Pieds carrés » , fan du FC Nantes, ne demandait que trois minuscules euros en novembre pour filer son abonnement annuel pour la saison actuelle. «  Vous aurez peut-être la chance de voir un but des Nantais, mais n'en demandez pas trop non plus. En tout cas, vous verrez un paquet de buts puisque les Canaris ont le plaisir de se prendre des 3-0 par des équipes comme Metz (oui oui, METZ !)  » , pouvait-on lire sur l’annonce.


L’heureux bénéficiaire aurait pu « se délecter des conférences de presse de René Girard se plaignant de l'arbitrage ou de son effectif réduit alors qu'il change de schéma et de joueur à chaque match  » . Un an plus tôt, c’est un Bordelais qui n’en pouvait plus des Girondins. Pour cent euros, Kevin voulait lâcher son abonnement à quelqu’un qui n’y connaissait rien. Sérieusement, cette fois. « Si vous n'aimez pas le football cet abonnement est fait pour vous ! Aucune crainte pour les cardiaques, vous ressortirez du stade entièrement reposé. Si votre enfant est trop agité, emmenez-le sur le champ assister à Bordeaux-Troyes au MatMut Atlantique, effet soporifique immédiat ! Enfin, c'est le cadeau idéal à offrir à une personne que vous détestez  » , était-il écrit sur le site. Bien entendu, personne n’en a voulu.

Le joueur à oublier


« Nous mettons en vente notre milieu de terrain (in)offensif, l'ex-international français Yohann Gourguff. » Malgré la petite faute d’orthographe qui passe inaperçue, personne n’est dupe : pour un million d’euros, l’affaire peut s’avérer juteuse. Sauf que selon le vendeur, celui qui était alors joueur de l’Olympique lyonnais pouvait « courir sans toucher le ballon pendant 90 minutes » et son « assurance contre les blessures est élevée  » . Sa «  grande connaissance médicale » permettrait néanmoins la « rentabilisation de l'infirmerie » . À prendre ou à laisser.

La mascotte périmée


Il n’y a pas que la tristesse et la déception qui incitent les fans de football à publier une annonce sur Leboncoin. En témoigne cet habitant du Nord-Pas-de-Calais qui, enchanté par la qualification des Bleus au Mondial 2014 (après leur succès mémorable lors du barrage retour contre l’Ukraine), s’est mis en tête de gagner mille euros en vendant l' « authentique mascotte de l'équipe de France » . Tatouée ? Oui. Vaccinée ? Bien sûr. Pucée ? Idem. Description (fautes de français incluses) : « Bonjour à la suite de la qualification de l’équipe de France de football à la Coupe du monde je met à votre disposition ce magnifique embléme qui représente la France !! À saisir !! 1000 euros ! Pas sérieux d’abstenir!! Il s’agit d’un symbole gaulois à vous de jouer. » La photo d’un coq posant devant le téléviseur où se congratulent les joueurs aura fini de vous convaincre.

Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


jeudi 18 janvier 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 1
Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
jeudi 18 janvier Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9 jeudi 18 janvier Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 27 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 jeudi 18 janvier Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17
À lire ensuite
One night in Munich