En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Paris Saint-Germain

Top 5 : Clashs au PSG

Après être allé au clash, Stéphane Sessegnon s'est ravisé et a repris le chemin de l'entraînement. Peut-être a-t-il médité sur le sort de certains de ses prédécesseurs pour qui le conflit avec le PSG fut mortel... ou presque. Une tradition que semble actuellement vouloir perpétuer Péguy Luyindula.

Modififié
Fabrice Fiorèse (août-septembre 2004)


Avec Vahid Halilodzic, le bénéfice des opérations commandos dépasse rarement le seuil de la première saison. Avant-gardiste éclairé, Fabrice Fiorèse prend alors les devants à l'aube de l'exercice 2004-2005 et s'asticote verbalement avec le Bosniaque. Mis à pied pendant cinq jours, l'ex-Guingampais demande à quitter le club. La direction accède finalement à la requête du Fio dans les derniers instants du mercato et le laisse s'en aller comme un voleur vers le Vieux Port. Cadeau empoisonné ? Le début de la fin en tout cas pour l'ex-chouchou de Luis. Fiorèse ne se remettra jamais d'un transfert qui en a fait un nouveau synonyme de Judas et a envoyé Vahid vomir son dégoût dans le caniveau du Camp des Loges. Un an après Marseille, l'ailier droit part s'ensabler au Qatar et achèvera sa carrière dans l'anonymat de la Ligue 2. Ce qui ne l'empêche pas de donner des conseils au PSG sur le cas Sessegnon : « Il est déterminé, mieux vaut le laisser partir vraiment. Ce genre de joueur n'a plus rien à faire au Paris Saint-Germain, dans la mesure où ce n'est plus une pièce maîtresse comme il a pu l'être dans le passé... » . Ça sent le vécu ...

Vikash Dhorasoo (septembre-octobre 2006)


« Menteur » . Agacé par son absence temps de jeu, Vikash Dhorasoo pince les moustaches de Guy Lacombe, qui le prétend blessé. Un mois plus tard, l'international français est licencié pour faute grave. Le début de la fin pour Vikash qui ne jouera plus aucun match en professionnel. Quelques mois auparavant, il disputait une Coupe du Monde. Depuis, Guy Lacombe a accumulé deux licenciements (Paris et Monaco. A Rennes, il se trouvait en fin de contrat).



Jérôme Rothen (juin 2009-octobre 2010)


Joueur de couloir gauche, Jérôme Rothen a un peu trop promené sa grande bouche maladroite. Ainsi, au terme de la saison 2008-2009 du PSG, bouclée sur le licenciement de Paul le Guen, l'ex-Monégasque se lâche et s'en prend au président (Sébastien Bazin), au directeur général (Philippe Boindrieux) et au responsable du recrutement (Alain Roche). Strike et sanction : mise à pied de sept jours et demi. Le début de la fin pour Rothen. Fier comme le rouge de sa Ferrari, le desperado avait voulu solder ses comptes avant de se faire la malle. Mais ce que n'avait pas prévu la gâchette trop facile, c'est son retour au PSG un an plus tard, suite à deux prêts fiasco, aux Rangers puis à Ankaragücü. Kombouaré snobe alors la toujours propriété du PSG et l'envoie s'entraîner avec la réserve, pendant que la direction, un brin rancunière, traîne des pieds pour résilier son contrat et lui redonner sa liberté... de ne pas jouer. Depuis octobre 2010, Jérôme Rothen est sans club. Il y a trois ans, il jouait encore en équipe de France.



Marco Pantelic (octobre 1997, juin 1998)


Un bras d'honneur. Voilà comment Marco Pantelic est entré dans l'histoire du PSG. Un doigt hostile adressé à Ricardo trop insensible au talent du Serbe de 18 ans. Réclamé par le Parc, Pantelic paiera d'une mise à l'écart son manque de correction. Il retrouvera le groupe pro dans la deuxième partie de saison avant d'être prêté à Lausanne Sport. Le début de la fin, croit-on. Mais malgré des passages à Yverdon ou au Sturm Graz, il finira par éclater au Hertha Berlin, inscrivant 50 buts en quatre saisons. Le PSG était alors prêt à lever le doigt pour le reprendre. 




Nicolas Anelka (décembre 2001)


Entre Nico et Luis cela ne va plus du tout. Nico n'en branle pas une, alors Luis attaque et écarte du groupe la starlette des Yvelines. Bonne pâte, Cayzac lui trouve une planque : un prêt chez le Liverpool de son poto, Gérard Houllier, qui l'avait pourtant qualifié de « traître à la nation » trois ans plus tôt au terme du Mondial des moins de 20 ans. Douze ans plus tard, Anelka jouera enfin une Coupe du Monde sénior. Dans un style toujours aussi patriote ...

Bonus : Amara Diané (juin-juillet 2008)


Onze buts avec le PSG 2007-2008 (celui qui s'est sauvé de la Ligue 2 à la dernière journée), voilà qui forge un nouveau statut à Amara Diané. L'Ivoirien conçoit cette saison héroïque comme un piédestal pour sa carrière et assure vouloir coûte que coûte rejoindre le championnat qatari. Diplomates, les dirigeants parisiens se montrent ouverts aux prétentions sportives de leur attaquant, mais veulent, en échange, récupérer un bon paquet de pétrodollars. Agacé par le manque de générosité de ses boss envers son auguste personne, Diané boycotte l'entraînement et pleurniche dans la presse : « Je ne reviendrai plus m'entraîner. Trop, c'est trop. J'en ai vraiment gros sur le cœur car on ne me respecte pas » . Le joueur partira finalement pour 6,2 millions d'euros à Al Rayyan. Clap de fin d'une carrière à 26 ans, alors qu'on commençait à peine à pressentir le début de quelque chose.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 23:28 Le low-kick fou de Tony Chapron 80
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
samedi 13 janvier Landon Donovan sort de sa retraite et signe au Mexique 21
À lire ensuite
Coupe glacée à Calderon