Top 5 : Barça et justice

Alors que Messi risque une peine de 22 mois de prison avec sursis, c'est tout le Barça qui tremble. Une situation qui sent pourtant le déjà-vu du côté du Camp Nou. Car en plus d'un siècle d'existence, le Mes que a flirté à de nombreuses reprises avec la justice. En voici un petit florilège.

Modififié
162 12
  • Le Camp Nou et le coup de pouce franquiste


    Pour beaucoup, le Real Madrid renvoie au chouchou de Franco et le FC Barcelone au martyr. Une caricature qui, forcément, prend du plomb dans l'aile lorsque le cas du Camp Nou est évoqué. Construit en 1957, il fait toujours la fierté blaugrana et compte se refaire une petite beauté dans les années à venir. Cet étendard du FCB a pourtant bien failli ne jamais sortir de terre. Alors que l'équipe de Kubala, Ramallets et César enjaille le stade des Corts, cette enceinte, malgré ses 60 000 places, se relève toutefois trop petite pour assurer des revenus suffisants. La seule solution renvoie à la construction d'un nouveau stade. Plombée par une dette de 230 millions de pesetas, la direction des Culés dispose tout de même de terrains au sud-ouest de la capitale catalane. Problème de taille, ils se trouvent sur une zone que la mairie a réservé à la construction d'espaces verts. S'ensuivent alors trois requalifications de ces parcelles en zone constructible. Un changement qui n'aurait pu voir le jour sans le soutien du Caudillo qui, par là même, permet à la mairie de racheter au prix fort le stade des Corts. Bilan pour le FCB : un nouveau stade et une dette annulée.

  • Depuis Montal, la « malédiction » des présidents


    La présidence d'Agusti Montal Costa se révèle un tournant dans l'histoire du FC Barcelone. À la tête du club de 1969 à 1977, il révolutionne le club en recrutant Cruijff ou encore en rendant au catalan son statut de langue officielle du club. De même, il se trouve être le dernier président du Mes que un club - une devise qu'il a d'ailleurs impulsée - à ne pas avoir été en bisbille avec la justice durant son mandat. Depuis, les cinq hommes qui lui ont succédé sur le trône du Camp Nou ont tous connu des problèmes judiciaires. José Luis Nuñez, qui reprend le flambeau en 1978, est d'ailleurs le dernier à avoir fait les frais de sa gestion calamiteuse des comptes blaugrana. Aujourd'hui en prison, il a été condamné pour corruption passive et falsification de documents officiels. Après l'intermède de Joan Gaspart - condamné dans l'affaire Spanair -, Joan Laporta et ses disciples puis ennemis Sandro Rosell et Josep Bartomeu ont perpétué cette tradition. Laporta et sa Junta Directiva ont été obligés par la justice à verser une amende de 46,7 millions d'euros - une décision toujours en appel. Rosell et Bartomeu, eux, sont toujours dans le flou quant à leur implication dans le transfert de Neymar.

  • Les millions perdus de Neymar


    Le « Neymargate » continue de remplir les pages des quotidiens espagnols. Recrutée en juin 2013, la jeune starlette brésilienne est alors considérée comme le futur sportif et économique du club. En plus de son talent, il ouvre de formidables perspectives pour le marketing blaugrana. Une raison suffisante pour que Sandro Rosell, alors président de l'entité, magouille pour sa venue. D'abord dans les petits papiers du Real, Neymar opte finalement pour le FCB. La raison avancée par le joueur n'est autre que de « jouer aux côtés de Messi » . En coulisses, la donne se veut bien différente. Pour doubler l'ennemi merengue, Rosell, ancien représentant de Nike au Brésil, fait marcher ses contacts. De même, il cache le coût total du transfert : de 57 millions d'euros, la justice fait grimper le montant à 94 millions en additionnant les 13 contrats signés. Une découverte qui pousse, le 23 janvier 2014, Rosell à la démission. Aux commandes, son vice-président Bartomeu ne peut se sortir de cette affaire et, à l'instar de son mentor, est poursuivi par le fisc espagnol. Les peines encourues par les deux acolytes sont lourdes : 62 millions d'euros d'amende et de deux à sept ans de prison.

  • Laporta et la coûteuse nounou de Ronaldinho


    « C'est le plus grand scandale de l'histoire du Barça. » Oriol Giralt, anonyme socio du Barça, a toujours la dent dure contre Joan Laporta. Une rancune qui prend racine en 2008 : contesté de tout bord, le président blaugrana reçoit une mention de censure de la part de ce dit adhérent. De suite, il ordonne à la compagnie de sécurité Método 3 d'espionner le sieur Giralt. Une décision dont est coutumier le président de l'époque du FCB puisqu'il demande à cette même entreprise de surveiller les faits et gestes de nombreuses autres personnes. Salariés, dirigeants, agents de joueurs, journalistes… la liste qui se retrouve sur le bureau du juge offre des profils multiples et variés. Quatre joueurs de l'équipe première, et non des moindres, sont également visés : Ronaldinho, Deco, Piqué et Eto'o. Le central espagnol aurait ainsi été suspecté d'avoir une addiction pour le poker… Le gros hic, c'est que Joan Laporta a réglé la facture d'au moins un demi-million d'euros avec le chéquier du FC Barcelone. Une dépense qui risque de lui coûter gros, puisque l'investigation suit son cours sous l'impulsion de la direction blaugrana actuelle.

  • La Masia : première victoire judiciaire blaugrana


    Plus qu'un symbole, la Masia est aujourd'hui un argument marketing pour la direction barcelonaise. Longtemps situé à quelques encablures du Camp Nou, le centre de formation blaugrana migre vers la Ciudad Deportiva Joan Gamper en octobre 2011. La direction des travaux avait alors été octroyée à la compagnie MCM. Le contrat, signé par la direction de Laporta, prévoyait de transformer l'une des façades du nouveau bâtiment en gigantesque panneau publicitaire. Pour cela, l'entreprise est obligée de trouver des sponsors en conformité avec les valeurs du club : « Les deux entités travailleront ensemble pour sortir un rendement commercial de la façade du récent centre de formation. » L'arrivée de Sandro Rosell à la tête du club chamboule l'arrangement - qui est réécrit - et pousse MCM à se tourner vers les tribunaux. En 2011, les exigences de l'entreprise se muent en un dédommagement à hauteur de 100 millions d'euros pour non-respect des termes du contrat. Quatre années de batailles juridiques plus tard, le juge en charge du dossier donne raison à la direction de Sandro Rosell qui s'offre par là même sa seule et unique victoire devant les tribunaux.

    Par Robin Delorme, en Espagne
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    Frenchies Niveau : CFA
    Au passage, j'ai lu ailleurs qu'ils ont requis 22 Mois,... parce qu'à partir de 24 la prison est inévitable.

    donc ils ont juste mis le max pour faire du bruit et que le chèque soit le max possible !

    mais "rien à craindre" pour la pulga qui restera disponible !
    paul.la.poulpe Niveau : Ligue 1
    Sur la photo sur la page d'accueil j'ai cru que c'était Macron
    Message posté par Frenchies
    Au passage, j'ai lu ailleurs qu'ils ont requis 22 Mois,... parce qu'à partir de 24 la prison est inévitable.

    donc ils ont juste mis le max pour faire du bruit et que le chèque soit le max possible !

    mais "rien à craindre" pour la pulga qui restera disponible !



    Mes que.......corrupto
    Je doute quand même du fait que barcelone (ou ses joueurs) aurait été autant inquiété (ces derniers temps), si le camp nou n'avait pas été un lieu de manifestation indépendantiste à certains moments....
    Bitedamarage Niveau : CFA
    @Frenchies

    Je pense qu'il est évident pour tous que Messi n'ira pas en prison, les fraudeurs y vont rarement alors un fraudeur mondialement connu... Par contre cest triste de voir pas mal de groupies le défendre comme si c'était leur fils. Ça en dit long sur la subjectivité de certains fanboys, ça me rappelle l'affaire au Gabon où il tapine pour un dictateur et où certains ne trouvaient rien de mieux à invoquer que "à sa place vous auriez fait pareil". Cest le meilleur joueur au monde certes, mais ça n'excuse pas ces dérives. Puis accessoirement ça donne un exemple pathétique, entre Messi le vendu fraudeur et CR7 le melon d'or on a deux monstres footballistiques au comportement très critiquable.
    Ah le grand barca. Le Mes que un club. Le garant de l'identité Catalane. La fierté même de tout la Catalogne. Le club des gentils hobbits tous formés à La Massia. Tout ça, tout ça...

    Bon c'est sympa cet article. Menfin il manque le plus important :

    http://mobile.lemonde.fr/sport/article/ … _3242.html

    Le mieux étant le résumé du procès fait par le Monde. Edifiant.

    A l'audience à deux reprises Fuentès a proposé de livrer le nom de ses clients. A deux reprises la Présidente l'a ignoré. Le Comité Olympique Italien (partie civile au procès contre Ivan Basso) a demandé à avoir accès aux documents pour savoir si d'autres sportif italiens étaient impliqués. La Président a dit non. Elle a simplement ordonné la destruction des poches de sang par la police sans réveler l'identité des sportifs incriminés. Normal.

    Avant ce pays était pratiquement un nain en sport. Et à la même époque, grâce au hasard et aux coincidences, la sélection nationale en foot est devenue la plus grande équipe européenne de l'histoire, le Barca le plus grand club des 10 dernières années, Nadal s'est mis à tout piloner, Contador a briller sur les routes du Tour, en basket ils sont devenus presque aussi fort que les USA, en hand que le Danemark, la France, les Croates (les grandes nations historiques de ce sport), même en athlé où ils ont toujours été des buses ils se sont decouverts pleins de talents.

    Mais bon tout ça n'est que pure diffamation et jalousie. Pep et la Massia il y a que ça de vrai j'imagine...
    souzadeoliveira Niveau : Ligue 2
    Oui totalement honteux l'attitude de la justice espagnole dans cette histoire et encore leur nouvelle grande reine en athlétisme, la championne du monde Marta Dominguez, cliente de Fuentes, a été suspendue et ne court plus que d'un tribunal à un autre ...
    Faut pas le crier trop fort sinon ça risque de créer un nouvel incident diplomatique comme lorsque les guignols avaient fait un sketch sur le prétendu dopage des espagnols, toute l'Espagne s'en était indignée, du ministre au Roi.
    Apparemment un sujet ultra sensible pour qu'un malheureux sketch ait autant de répercussion.
    En même temps tu leur enlèves ça et il reste un pays au bord de la dérive, pas loin de se retrouver dans la position de la Grèce, le sport l'opium du peuple
    Que celui qui n'a jamais péché me jette la première pierre !
    Message posté par Yuturyu
    Je doute quand même du fait que barcelone (ou ses joueurs) aurait été autant inquiété (ces derniers temps), si le camp nou n'avait pas été un lieu de manifestation indépendantiste à certains moments....


    L'article est gentil voire complaisant bien au contraire, car si seulement tu savais à quel point, précisément et par exemple, le Barca était profondément couvé par le régime (Franco, donc) au moment même où Cruyff jouait de la corde victimaire et indépendantiste catalane, visites en prison et discours parfaitement opportunistes, pour s'y bâtir un mythe......

    Et clé de compréhension : vas-y voir qui, à l'époque, dirigeait le Ministère des Sports..

    Mais les légendes urbaines, en quoi sans doute le FCB reste inégalable, ont à ce point la vie dure, belles fables manichéennes il est vrai.. Les gens sont cons et en redemandent, ça marche..
    Message posté par Frenchies
    Au passage, j'ai lu ailleurs qu'ils ont requis 22 Mois,... parce qu'à partir de 24 la prison est inévitable.

    donc ils ont juste mis le max pour faire du bruit et que le chèque soit le max possible !

    mais "rien à craindre" pour la pulga qui restera disponible !


    Il est évident que jamais Messi n'irait en prison. Ce mec représente une poule aux oeufs d'or pour la Liga, les médias, les sponsors et j'en passe. Messi en taule c'est aussi crédible que Berlusconi devenant moine, Mourinho humble, ou Bendtner ballon d'or (on peut multiplier les exemples indéfiniment).
    Message posté par Bitedamarage
    Ça en dit long sur la subjectivité de certains fanboys, ça me rappelle l'affaire au Gabon où il tapine pour un dictateur et où certains ne trouvaient rien de mieux à invoquer que "à sa place vous auriez fait pareil".


    Je doute que ceux qui lui crachent dessus soient plus objectifs.
    Partenaires
    Olive & Tom Logo FOOT.fr
    162 12