1. // Éliminatoires – Mondial 2014 – Groupe I – France/Biélorussie

Top 14 : Brésiliens naturalisés

Comme Renan Bressan le néo-Biélorusse, ils sont actuellement une grosse dizaine de Brésiliens de naissance à évoluer pour une sélection étrangère. Ce sont les successeurs des historiques Deco, Santos, Senna, Mehmet Aurélio and co.

13 32
Sinha, 55 sélections avec le Mexique
À 36 ans bien tassés, Antônio Naelson de son vrai nom a connu sa dernière sélection en novembre 2011. Il n’est donc pas dit qu’il connaisse encore les joies d’une convocation internationale, même s’il est encore un maillon indispensable dans l’animation offensive de son club de Toluca, actuel premier du championnat mexicain. C’est en 2004, six ans après son arrivée au Mexique, qu’il intègre pour la première fois El Tri, qu’a aussi côtoyé un temps son compatriote Leandro Augusto.

Eduardo, 49 sélections avec la Croatie
Eduardo Alves da Silva est arrivé au Dinamo Zagreb en 1998 et est devenu citoyen croate quatre ans plus tard. En novembre 2004, il connaît sa première sélection internationale, mais n’est pas retenu au Mondial 2006. Il loupe également l’Euro 2008 sur blessure, manque la qualification pour la Coupe du monde 2010 et se retrouve barré par le duo Mandžukić/Jelavić à l’Euro polono-ukrainien. Moche. Il reste néanmoins un élément important de la sélection aux damiers, comme en témoigne sa titularisation vendredi face à la Macédoine. Bon, manque de bol, c’est son remplaçant Jelavić qui a inscrit le seul but de la rencontre…

Pepe, 45 sélections avec le Portugal
Képler Laveran Lima Ferreira est actuellement le seul membre de la brazilian connection au sein de la sélection portugaise, qui a également compté dans un passé récent Deco et Liédson. Arrivé au Portugal en 2001, il a reçu son passeport et une première convocation dans la foulée en 2007, alors qu’il venait de débarquer au Real. Devenu indispensable par la suite, avec notamment un très bon Euro 2012.

Benny Feilhaber, 31 sélections avec les États-Unis
Feilhaber est un citoyen du monde. En 1938, son grand-père paternel juif autrichien fuit son pays direction le Brésil. C’est à Rio que Benny naît en 1985, mais six ans plus tard, toute la famille émigre de nouveau, direction les États-Unis. C’est du côté de New York qu’il découvre le soccer, puis en Californie qu’il se forme, avant quelques expériences en Europe : l’Allemagne avec Hambourg, l’Angleterre avec Derby County, le Danemark avec Aarhus et retour dans son pays d’adoption en 2011 au New England Revolution. Un citoyen du monde, on vous dit.



Fábio César et Marcone, 23 et 13 sélections avec le Qatar
Deux Brésiliens actuellement dans une sélection qui compte par ailleurs trois Ghanéens, deux Sénégalais, un Soudanais, un Uruguayen, trois Koweïtiens, un Irakien, un Yéménite et un Saoudien, quoi de plus normal ?

Cacau, 22 sélections avec l’Allemagne
Le jumelage Allemagne/Brésil a débuté à la fin des nineties avec Paulo Rink, s’est poursuivi avec la grande gigue Kevin Kuranyi et continue aujourd’hui avec Cacau, un des symboles de la Mannschaft 2.0 actuelle, multicolore, décomplexée et talentueuse. Par contre, sa carrière internationale commence à sentir le sapin, étant donné qu’il n’a pas été retenu pour le dernier Euro…

Marcos Pizzelli, 22 sélections avec l’Arménie
Un pays qui a sélectionné le Camerounais Apoula Edel est un pays qui peut sans problème accueillir le Brésilien d'origine Marcos Pizzelli. Il est actuellement titulaire à la pointe de l’attaque en équipe nationale et un des meilleurs joueurs de l’effectif.

Danilo, 20 sélections avec la Guinée équatoriale
Petit pays pétrolier, la Guinée équatoriale fait penser à un Qatar africain. Alors, en football, forcément, on prend les recettes utilisées par le pays du Golfe, avec des naturalisations à tour de bras : des Espagnols, des Ivoiriens, des Libériens, des Camerounais, des Nigerians… et donc des Brésiliens. Dont Danilo, actuel portier de la sélection, qui vient de se manger 4 buts en République démocratique du Congo lors du match aller de qualification pour la prochaine CAN.

Thiago Motta, 13 sélections avec l’Italie
International brésilien chez les jeunes, l’actuel Parisien a fait valoir en 2009 ses droits à intégrer la sélection italienne, étant donné qu’il possède depuis sa naissance le double passeport. La Fifa a longuement étudié son dossier avant de donner le feu vert. Amauri aussi a choisi de représenter la Squadra Azzurra, sauf que la Squadra Azzurra n’en veut pas plus que ça…

Igor de Camargo, 9 sélections avec la Belgique
En 2009, dix ans après la dernière cape de Luis Oliveira, un autre Brésilien de naissance intègre la sélection nationale belge. Igor de Camargo avait obtenu son passeport l’année précédente, après huit ans passés au pays. Depuis, il est parti s’aguerrir en Allemagne, au Borussia Mönchengladbach, mais reste un élément important des Diables Rouges, bien qu’il n’ait toujours pas inscrit un seul but en neuf sélections.



Edivaldo Hermoza, 7 sélections avec la Bolivie
Né au Brésil d’une mère bolivienne, Edivaldo Hermoza a intégré la sélection andine en 2011 à l’occasion de la Copa América. Depuis tout gamin, son surnom était Bolivia, alors forcément…

Renan Bressan, 4 sélections avec la Biélorussie
En l’absence d’Alexander Hleb, Renan Bressan sera l’homme à surveiller côté biélorusse pour les Français ce soir. Arrivé dans la dernière dictature d’Europe en 2007 en provenance de Tubarão, sa ville de naissance au Brésil, le joueur a obtenu la double nationalité au début de cette année et s’est révélé lors du tournoi de foot des Jeux Olympiques cet été, inscrivant notamment un but à la sélection… brésilienne. Les Lillois croiseront également sa route en phase de poules de Ligue des champions lors de la double confrontation face à BATE Borisov.

Thiago Alcántara, 3 sélections avec l’Espagne
Né en Italie, le fils de l’international auriverde Mazinho possède un triple passeport : italien et brésilien donc, mais aussi espagnol, le pays où il a grandi, intégrant la Masia du Barça dès 2004, alors qu’il avait 13 ans. Passé par toutes les sélections de jeunes avec l’Espagne, c’est tout naturellement que Thiago a fait ses débuts avec la Roja il y a un an. Depuis, il peine tout de même à s’implanter dans l’effectif de Del Bosque, avec seulement trois capes à son actif.



Edmar, 1 sélection avec l’Ukraine
Ça fait dix ans que le joueur originaire de la grande banlieue de São Paulo a posé ses valises en Ukraine. À Simferopol d’abord, puis à Kharkov, où il joue depuis 2007. Marié en 2008 à une Ukrainienne, il a acquis la nationalité et en a profité pour devenir international. Réserviste lors du dernier Euro, le milieu de terrain du Metalist espère pouvoir réintégrer la sélection, bien qu’il ait déjà 32 ans…

Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Bressan m'avait cassé les reins dans FM lors d'un PSG-Besiktas en 1/4 de C3 (oui ils l'avaient acheté). Pas été surpris des belles choses qu'il a montré aux JO face au Brésil donc^^
Quid de Santos et Clayton avec la Tunisie ??
Je me suis posé la même question pour Santos. Mais en faite je sais même pas s'il est toujours en activité.
Tilleuls78 et Gadzo > J'ai bien précisé au début que ce Top concernait les naturalisés brésiliens jouant ACTUELLEMENT dans une sélection étrangère, c'est à dire en gros ayant joué un match international dans les 12 derniers mois. D'où l'absence de Santos et Clayton par exemple.
R.D
Quid de l'équipe du Qatar ?
Merci R.D pour la précision !

Je trouve ça bien que l'auteur de l'article apportent des infos dans les commentaires!

Faut continuer..
Je ne savais même pas que Kuranyi était naturalisé... Je m'endormirais moins bête ce soir...
Bleusaille87 Niveau : CFA2
Putain* au debut j'ai cru que c'etait les bresiliens naturalisés dans le Top 14 de rugby !
Gentil Ghana Niveau : DHR
Après avoir acheter des clubs, la coupe du monde, etc...le Qatar s'offre une sélection...
ptain sérieux les commentaires FM / FIFA / PES à tous les articles ça commence à devenir lourd...

Je vous conseille jeuxvideo.com les gars
Ce n'est pas un phénomène nouveau mais ce que je trouve super intéressant, c'est qu'en dépît du fait que l'Argentine soit le pays qui "expore" le plus de joueurs, il y atrès peu de joueurs nés Argentins naturalisés.
Ceci étant, je ne jette absolument pas la pierre aux brésiliens ni aux autres, on est du pays où se sent le mieux paraît-il...
Dans le sens inverse, y'avait aussi Zidane à l'époque ...

Il aurait pu être naturalisé Brésilien et leur apprendre 2 ou 3 grigris ...
Lamouchi59 Niveau : CFA
Néné aurait payé cher pour être dans cette liste...
Ce qui est marrant dans le cas de De Camargo, c'est que c'est le seul joueur de l'effectif (avec Kompany je pense) à parler les 3 langues nationales. Il est arrivé à Genk à 16 ans et a donc appris le flamand. Il a joué au standard et parlait français et maintenant il joue en Allemagne!
Je crois il y en a quelques uns au Japon aussi. Bon surement pas aussi connu que ceux là mais ils sont plusieurs. Remarquez quand on voit certains en fin de carrière au Brésil, Sumo peut être une solution.
Marshall_joe Niveau : District
@ damase,

Il y a aussi Wilmots, non ? Mais je suis pas super neerlandophone, donc j'ai un peu de mal à juger son néerlandais (de même que pour Kompany).
Me souviens d'Alessandro Santos le lateral gauche du Japon à la coupe du monde 2002. Je le trouvais pas trop dégueu à son poste.
Que des brésiliens jouent pour le Portugal , cela peut se tolérer en tant que ancienne colonie portugaise et tous les liens historique qui lient ces 2 pays ,maintenant pour des pays de l 'est ou le Qatar la ca deviens du foutage de gueule, la FIFA devrais surveiller cela de prêt parce que un jour c est toute une sélection du golfe qui sera composé de brasileiros est il n y aura plus de vérité dans le titre Coupe du monde.
Ah ben voilà, suffisait de demander pour rajouter l'équipe du Qatar :)
@patXIV: oui et non. Moi, ça me gêne uniquement dans la mesure où le joueur en question bénéficie d'un statut particulier pour obtenir sa naturalisation. Je ne vois pas pourquoi un sportif sous prétexte qu'il est pro et plutôt bon serait naturalisé plus facilement qu'un citoyen lambda. Après, si le joueur bénéficie des règlements existants dans chaque pays, je ne vois pas le souci, par exemple un Brésilien qui vit en Ukraine depuis x années et est marié à une Ukrainienne a le droit de demander la nationalité ukrainienne...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
13 32