1. //
  2. // Retraite
  3. //

Top 11 : Buts de Roberto Carlos

Il fallait bien que ça arrive un jour. Absent des terrains depuis le mois de mars, Roberto Carlos a officialisé sa retraite sportive ce mercredi, à l’âge de 39 ans. Un temps entraîneur-joueur, le désormais ex latéral gauche brésilien va s’occuper du développement de l’Anzhi Makhachkala. On se souviendra surtout de toutes ses mines sur coup-franc. Mais pas seulement.

Modififié
1k 23
Palmeiras – Grêmio (3-2), 21 février 1995

1995, lors de la victoire de Palmeiras 3-2 face au Grêmio, pourtant vainqueur cette année-là, dans le cadre de la Copa Libertadores. Ici, le grain même de la vidéo rappelle qu’il s’agit d’un but venu d’ailleurs. Le déjà chauve Roberto, chaussettes basses, se charge d’un coup de pied arrêté juste après le rond central. Piétinement au niveau de la ligne médiane, prise d’élan et frappe de dingo qui vient se loger à la droite du gardien. A cette époque, on a dû commencer à réfléchir à deux fois avant de faire des fautes dans l’entrejeu...

Youtube

Real Madrid – Celta Vigo (4-0), 26 janvier 1997

Pour sa première saison sous le maillot madrilène (1996-1997), Roberto Carlos marque déjà les esprits. Lors d’une large victoire du Real sur les Galiciens du Celta Vigo, le Brésilien ouvre le score d’une praline de l’extérieur du gauche qui termine sa course dans les filets d’un Richard Dutruel impuissant. Classique mais efficace.

Youtube

France – Brésil (1-1), 3 juin 1997

En 1997 a lieu le Tournoi de France, championnat amical à quatre entre l’Angleterre, le Brésil, la France et l’Italie, en vue de la Coupe du monde 1998 en France. Lors de la première journée, les Bleus affrontent la Seleçao. Bernard Lama suspendu pour un contrôle antidopage positif au cannabis, c’est Fabien Barthez qui garde les buts. Le gardien de Monaco restera figé face à la frappe magistrale de l’extérieur du pied gauche de Roberto Carlos à la 21e minute de jeu. Un coup-franc de plus de trente mètres qui a forgé la légende du latéral gauche brésilien. De nombreux scientifiques étudieront par la suite la trajectoire extraordinaire du ballon.


Tenerife – Real Madrid (4-3), 21 février 1998

26e journée. Largué en championnat par le Barça, le Real se déplace à Tenerife, qui lutte pour son maintien. Roberto Carlos est lancé dans la profondeur sur son couloir gauche. Le ballon flirte avec la ligne de sortie de but. Le Brésilien déclenche alors une frappe surpuissante de l’extérieur du pied gauche (encore). Le gardien, qui s’était légèrement avancé pour anticiper un centre, ne peut que constater les dégâts. Un modèle de centre-tir qui n’empêchera pas les Madrilènes de s’incliner et de terminer quatrièmes de la Liga.

Youtube

Real Madrid – FC Barcelone (3-0), 26 février 2000

Parce qu’un but lors d’un Clasico a une saveur particulière. Parce que c’est un coup-franc typique de Roberto, une mine à mi-hauteur qui laisse le portier du Barça, Arnau, impuissant. Parce qu’il est le premier cageot des trois, ce soir-là, le 26 février 2000, avant ceux d’Anelka et Morientes, pour une victoire 3-0 face aux Blaugranas. Une autre époque, avec Del Bosque et van Gaal de chaque côté. Une victoire en forme de consolation lors de la saison 1999-2000 qui voit les Madrilènes terminer quatrièmes d’une Liga dominée par le Deportivo La Corogne.

Youtube

Brésil – Chine (4-0), 8 juin 2002

Lors de la deuxième journée de la phase de poules de la Coupe du monde 2002, le Brésil affronte la Chine. Au quart d’heure de jeu, alors que le score est de 0-0, les Brésiliens obtiennent un bon coup-franc à trente mètres des buts chinois, légèrement décalé sur le côté droit. Roberto Carlos envoie une mine qui perce la muraille de Chine. Le Brésil s’imposera finalement 4-0 et remportera la compétition quelques semaines plus tard contre l’Allemagne.

Youtube

Real Madrid – Marseille (4-2), 16 septembre 2003

Il n’y a pas que l’équipe de France qui a fait les frais de la puissance du gaucher brésilien, l’OM aussi. Septembre 2003, la Ligue des Champions reprend à peine ses droits que Roberto Carlos plante, sur un service parfait de David Beckham, une volée au rebond improbable qui surprend le malheureux Runje. Au final, les Marseillais reviendront de Bernabéu avec quatre buts dans la besace. La fin de saison sera meilleure puisque les Phocéens iront jusqu’en finale de la Coupe de l’UEFA. Le Real, lui, ne survivra pas à la furia monégasque en quarts de finale de Ligue des Champions.

Youtube

Fenerbahçe – Sivasspor (1-0), 25 août 2007

Quand son aventure espagnole prend fin à l’été 2007, Roberto Carlos ne met pas longtemps à rebondir du côté d’Istanbul, à Fenerbahçe, où il rejoint des artistes du ballon tels que Lugano et Deïvid. Une fois n’est pas coutume, son premier but est inscrit… de la tête ! A la suite d’un une-deux avec une autre connaissance du championnat de France, Mateja Kezman, Roberto Carlos conclut sa montée rageuse par une tête victorieuse pleine de panache, comme d’hab quoi.


Fenerbahçe – MTK Budapest (2-0), 30 juillet 2008

Roberto Carlos, c’est aussi quelques matchs un peu moisis comme ce deuxième tour préliminaire de Ligue des Champions avec Fenerbahçe contre le MTK Budapest. Alors que les Turcs se sont largement imposés en Roumanie à l’aller (5-0), le gaucher n’est pas rassasié et reprend, en première intention, la passe en retrait d’Ugur Boral. Son tir fuyant des 25 mètres ne laisse aucune chance au portier adverse. De quoi rendre fou de joie son entraîneur de l’époque, Luis Aragones, qui avait mis son plus beau survêt’ pour l’occasion.


Corinthians – Santo André, 14 mars 2010

Quoi de mieux qu’une patate supersonique en lucarne pour signer un come-back ? En l’occurrence, un retour au Brésil chez les Corinthians, cinq ans après un départ de Palmeiras en 1995. Le latéral brésilien connaît la valeur inestimable d’un objet rare, et ne score qu’une fois en championnat cette année-là, en 2010. Avec le recul, on se dit que ça valait le coup de n’en mettre qu’un, et de se rappeler au bon souvenir du pays de la samba. Sur un corner, il reprend en pleine course à l’extérieur de la surface une passe en retrait de Ronaldo et nettoie la lunette. Avant de laisser exploser sa joie dans une célébration hargneuse, façon genouiglisse torse en avant.

Youtube

Corinthians – Portuguesa (2-0), 16 janvier 2011

Roberto Carlos dispute son premier match de l’année civile avec les Corinthians face à Portuguesa. Son équipe mène déjà 1-0 grâce à Paulinho quand le natif de Garça tape une accélération de près de quarante mètres, prouvant qu’il a encore une belle pointe de vitesse, et obtient un corner. Alors que tout le monde se place tranquillement dans la boîte et que le gardien de Portuguesa pionce dans ses six mètres, il frappe le corner de l’extérieur du pied gauche (toujours) directement dans les buts. Une inspiration géniale qui assure la victoire aux siens. Carlos da Silva résiliera son contrat avec le club brésilien quelques jours plus tard et rejoindra l'Anzhi Makhachkala.

Youtube


YC, QM, AG
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Qu'est ce que j'ai pu me régaler à voir jouer ce type!

Un petit ballon d'or n'aurait pas été volé en 2002 où il remporte la LdC et la coupe du monde.
Le_General Niveau : DHR
Pfff celui contre Santo André c'est juste une éxécution... Tout droit sorti d'un jeux vidéo le mec, Respect !
Je l'aime comme un père. Il me manque.
misugi-27 Niveau : CFA2
Contre la France...
Put*** ils avaient quand même une attaque Ronaldo-Romario !!
Il est de bon ton, lorsqu'un joueur fait ses adieux de louer ses qualités. Mais pour moi, il reste un des joueurs les plus sur-côtés de l'histoire.
C'est bien beau de résumer sa carrière à 11 buts, mais quid de son ratio buts/tirs ? Ou même tirs cadrés/tirs ? Ce mec a longtemps été un partenaire privilégié d'Olivier de Carglass pour les véhicules des parkings alentours.
Et défensivement (oui, car c'était un défenseur soit dit en passant), c'était pas l'assurance tous risques.
On parle d'un gars qui fait des retournés dans sa surface contre le Danemark à la WC98 ou qui improvise une séance de yoga sur le but d'Henry en 2006... Et qui finit sa carrière dans un club symbole d'une région où règnent dictature et tortures.
Chapeau pour le spectacle, mais pour l'apport réel dans l'effectif, bon mais sans plus.
Après, est-ce que le football doit être un spectacle ou une compétition ? Chacun aura son interprétation.
Toujours un plaisir de revoir Hesp sur un terrain. Une autre époque. Vraiment...
Bazibouzouk Niveau : CFA2
Celui contre Tenerife est quand même dingue... À l'époque si le type se trouvait au poteau de corner les gardiens devaient couvrir l'angle et compter sur de très bons réflexes !
Marek Hamsik Niveau : National
C'est autre chose que Marcelo quoi !
Un de mes joueurs préférés depuis que je suis tout petit, ses cuisses m'impressionnaient vraiment à l'époque où je tenais sur deux cotons-tiges. Bref qu'il se repose en espérant qu'il ne finisse pas à l'Anzhi toute sa vie...
(Ah et Budapest c'est en Hongrie pas en Roumanie !)
Il est de bon ton, lorsqu'un joueur fait ses adieux qu'il y ait un mec qui dise "qu'il est de bon ton, lorsqu'un joueur fait ses adieux de louer ses qualités.", souvent juste par esprit de contradiction
fernandollorientais Niveau : CFA
vous me reconnaissez, c'est moi, qui, dès qu'on parle roberto carlos, mentionne son nom dans les premiers pes (roberto larcos) et fais part de mon plaisir à le faire jouer au poste d'ailier droit, c'est moi, super connärd !
Geraldo Caribenho Niveau : CFA
Dans le mur du Celta, il y a Daniel Dutuel, ancien de Bordeaux époque Zidane, Duga et Liza.
Je crois que Jean-Michel Larqué essaye de nous dire que Roberto Carlos a frappé de l'extérieur du pied
Joshua_is_a_tree Niveau : CFA
Putain* quel joueur !!

J'ai vécu en direct son CF contre la France en 97 et son but de malade contre Ténérife ! Putain* quelle claque !!!

Dès ses premiers matches au Brésil et avec l'Inter je savais que ce joueur avait quelque chose en plus !
@Youri33 : Lorsque tous les entraineurs du Real en font un titulaire indiscutable sur une période où le club remporte 4 Ligas et 3 LdC et qu'en parallèle il totalise 125 sélections avec le Brésil pour une finale et une coupe du monde à la clé, on peut légitimement se poser cette question : Est-ce que tous ces entraineurs et sélectionneurs ont sur-côté Roberto Carlos ou est-ce que Youri33 a sous-côté ce joueur?
J'ai ma petite idée sur la question…
On peut presque dire la même chose de Karembeu alors.
Tout dépend de qui il y a autour.
Palmeiras 1995
Corithians 2010

15 ans ... non pas 5!

Sinon, Roberto Larcos, à jamais éternel! Et à jamais les plus grosses cuisses que le football professionnel ait connus!
@misugi-27 : La meilleur paire d'attaquants que j'ai eu l'occasion de voir. Ce fut court mais intense.
youri33@
je partage completement ton opinion (que j ai exprimé e maniere un peu differente dans l article sur l officialisation de sa retraite)
il faut croire qu ici on est pas nombreux a penser ainsi;tout depend de ce qui nous parait essentiel dans le foot...je persiste et signe , c est en tant que mileu gauche qu il aurait du faire carriere
l'un des tous meilleurs latéral gauche, un régal à voir jouer
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
1k 23