Top 100 : Buts de légende (100 à 91)

Ils sont beaux (souvent), moches (parfois), émouvants (toujours), importants (quand même), futiles (donc utiles), impossibles (et pourtant), voire contre leur camp (une pensée pour Escobar), et vont se découvrir sur SoFoot.com au fil du mois de décembre. Ou s'il ne devait rester que 100 buts, pour autant d'histoires qui racontent la même chose : le football.

Modififié
1k 108

100. Franck Queudrue - Bastia/Lens - 2001

Franck Queudrue est l'un des deux joueurs dont on se souvient uniquement pour un but contre-son-camp. Mais si son nom ressemble davantage à un pseudo d'acteur porno de seconde zone qu'à celui d'un chef de cartel, lui y a survécu. Contrairement à Andrés Escobar. Avec son drop à la Johnny Wilkinson contre Bastia, le 7 avril 2001, le défenseur lensois n'a pas seulement lobé Guillaume Warmuz de 30 mètres. Il a aussi rappelé à tout le monde que le football était l'unique sport à identifier ceux qui marquent du mauvais côté. Pas de bol, Francky.


99. Ole Gunnar Solskjær - Manchester United/Bayern Munich - Ligue des champions 1999

Quelques mois après avoir inscrit un quadruplé sur la pelouse de Nottingham Forest en étant entré en jeu à la 78e, « l'assassin à la tête de bébé » a validé son statut de plus grand joker de tous les temps en offrant les Grandes Oreilles à son club à la 92e du tibia, dans une finale où les siens n'ont pas vu le jour. Injuste : le triple sacre du Manchester United de 1999 restera dans les mémoires comme celui de l'association Yorke-Cole. Alors qu'en réalité, le Norvégien était deux fois plus fort qu'eux.

98. Pavel Nedvěd - Majorque/Lazio - Coupe des coupes 1999


Marchegiani. Favalli. Nesta. Mihajlović. Pancaro. Almeyda. Stanković. Salas. Mancini. Vieri. Plus Conceição, Lombardo ou Fernando Couto sur le banc. Et Pavel Nedvěd, donc. Dont on retiendra cette volée qui vient valider la victoire continentale de la Lazio, en même temps qu'elle sonne la fin de la Coupe d'Europe des vainqueurs de Coupe. La fin d'un certain monde. L'ange blond est aussi un ange de la mort.

97. Matt Le Tissier - Southampton/Newcastle - 1993

C'est l'histoire d'un homme quelconque qui marquait des buts de génie. C'est l'histoire du légendaire Matthew Le Tissier. Trop gros, trop moche, trop vulgaire, la star des Saints de Southampton ressemblait à ses supporters et donnait à chacun l'impression d'être fidèlement représenté sur le terrain. Si un type comme eux pouvait marquer des buts comme ça, c'est qu'il restait de l'espoir dans ce bas monde.

Youtube

96. Thierry Henry - Arsenal/Manchester United - 2000


En une poignée de matchs, Thierry Henry a grandement contribué au saquage de Fabien Barthez outre-Manche. Mais ce fameux pion, planté le 30 septembre 2000, restera surtout comme l'un des plus beaux jamais inscrits par la fusée des Ulis. Un pion qui ne lui ressemble pourtant absolument pas. On est loin du plat du pied petit filet opposé : jeu dos au but, petite pichenette pour lever la gonfle, frappe en pivot sur un pas et trajectoire parabole qui finit dans la lucarne opposée. Un gros malentendu... à l'image de sa carrière, diront ses détracteurs.

Youtube

95. Hamada Jambay - OM/Montpellier - 1997


Il a existé un monde avant YouTube, un monde où il fallait émerger avant midi le dimanche pour prendre sa dose de caramels longue distance et ciseaux retournés improbables. Ce monde avait un royaume : le Top Buts de Téléfoot. En novembre 1996, Hamada Jambay en prend possession avec son coup de fusil à double détonation contre Montpellier (un premier miracle suivi d'un autre quelques semaines plus tard face à Lens). Et tous les dimanches à la même heure, la même stupéfaction et le même Christian Jeanpierre pour propager la bonne parole.

Youtube

94. Del Piero - Juventus/Fiorentina - 1994


4 décembre 1994. Roberto Baggio blessé, Marcello Lippi fait jouer le jeune Alessandro Del Piero pour recevoir la Fiorentina de Ranieri et Batistuta à Turin. Les choses commencent mal : à la 36e minute, la Juventus est déjà menée 2-0. Lippi s'énerve un peu sur le rookie, accusé de « trop tenir la balle » . Puis Vialli vient passer un peu de pommade aux 74e et 78e. 2-2, voilà la 89e minute. Alessandro Rolando récupère la balle et allume une chandelle vers le but de Toldo – peut-être bien que Ravanelli ou Vialli sauteront assez haut pour dévier ça de la tête. Surprise, Del Piero est à la réception de la brique. Mais pas de la tête : d'une sorte d'extér' venu de nulle part, le futur Pinturicchio loge la balle dans la lucarne de Toldo et donne in extremis la victoire aux siens face à leurs ennemis jurés. Six mois plus tard, la Juventus sera championne d'Italie pour la première fois depuis la retraite de Michel Platini, et Baggio sera chassé de la Juventus, laissant la place du génie à Del Piero, pour une suite connue de tous. Ironie de l'histoire : le lendemain de ce 4 décembre 1994, que toute l'Italie s'accorde aujourd'hui pour considérer comme la date de naissance footballistique d'Alessandro Del Piero, La Repubblica faisait encore la fine bouche : «  Del Piero : 6,5. Incapable de combiner avec les autres attaquants. Une prestation médiocre sauvée par son but.  »

93. Javier Portillo - Real Madrid/Valence - 2003

Javier Portillo a foiré sa carrière. Meilleur buteur de l'histoire du Real chez les jeunes, l'Espagnol erre dans les sous-sols de la Liga depuis des années. À l'heure du bilan, il ne restera de lui que ce but dont il n'est qu'un personnage secondaire. Un but dont les droits d'auteurs reviennent à son passeur, initiateur, créateur. Mais Zidane le sait. En ne foirant pas son plat du pied gauche, Javier Portillo a contribué à sa légende ce 5 janvier 2003 contre Valence.

92. Igor Belanov - URSS/Belgique - Coupe du monde 1986


L'un de ses trois buts contre la Belgique, pour un triplé en Coupe du monde, peinard. Ajoutez à cela une année pleine avec le dynamo Kiev, et vous tenez votre Ballon d'or 1986. Trophée qui vient récompenser un attaquant avant tout mobile et agile, à même de se faire oublier avant de sortir de l'ombre pour illuminer la rencontre, à l'image de Lineker ou Butragueño de l'époque, eux aussi cités au classement du trophée France Football. C'est d'ailleurs cette année-là que se dessine la limite du Ballon d'or, qui vient récompenser l'individualisme du buteur plutôt que le génie créatif. Ce dernier a en effet le défaut de ne pas laisser son nom sur la feuille de match, au contraire du buteur, de ne pas noircir les lignes des livres d'Histoire. Sauf que les archives ne disent pas tout, et encore moins les sentiments. Car Belanov qui gagne le Graal devant son génie de coéquipier Sacha Zavarov, c'est un peu comme si Messi empilait les Ballons d'or au nez et à la barbe d'Iniesta. N'est-ce pas...

91. Hugo Almeida - Inter Milan/FC Porto - Novembre 2005


Tir, but, explosion du stade, célébration, communion avec le public, joie, pleurs, émotions. C'est la procédure habituelle. Et quand le stade est vide, cela fait quel effet ? Le 1er novembre 2005, l'Inter accueille Porto pour un match de poule de C1, à huis clos. L'atmosphère est spéciale, triste, footballistiquement immonde. Coup franc pour Porto, Hugo Almeyda s'en charge. Le silence fait un bruit assourdissant, les voix résonnent, le stade est plus froid que jamais. Tir. On entend la balle transpercer l'air à toute vitesse, tel un missile de sous-marin. La trajectoire est parfaite. À l'impact avec le filet, on entend une explosion brutale – mais artificielle – sans humanité. Hugo Almeyda court alors en direction de ce qu'il y a de plus humain ce soir-là : son staff. Il vient de marquer le plus beau but de sa carrière, et personne n'était là pour le voir.

Retrouvez le top 100 des buts de légende

Pour les fous furieux, il y a également un forum ouvert spécialement pour ce top 100, ici...

Modifié

Dans cet article

Oh oui ca va etre bien ca xD je suspecte encore Maradonna en premier mais bon..
Sinon j'attend de voir les 98 restants .. pcq mettre le but de Solskjaer en 99eme .. va falloir envoyer du lourd apres ~
Note : 5
Nan mais ne vous forcez pas à parler d'Henry. Si c'est pour laisser transparaître votre mépris à chaque fois ça sert à rien. Peine à jouir vas
Le prince des ténèbres Niveau : CFA2
Note : 1
Si Zidane n'est pas dans les 10er cette fois je boycotterai à tout jamais votre site !!!!!!!
Note : 2
Hamada Jambay putain*!!! J'avais complétement zappé ce mec de ma vie!
footchampagne Niveau : Ligue 2
Merci de nous refaire un top 100. On va se régaler et avoir du bon vieux troll !!!
Note : 2
Merci pour ce nouveau top.

Outre les débats que ça suscitent sur votre objectivité, les gens vraiment pas d'accord du tout et qui pestent sans cesse (j'avoue, ils me font rire), c'est toujours un bon moyen de se remémorer plein de bons moments de ce sport, de se rappeler qu'il peut être vraiment beau parfois !
Note : -1
Si vous continuez a faire des trucs comme ca, vous allez vendre en plus d'espaces pub sur votre site ohlala... -_-"
Note : 2
P*tain les gars ... ça c'est un beau cadeau de Noël, ça sent encore les 120 commentaires par article pour dire "celui la mérite le top 10" "vous avez oublié celui la" "Messi est meilleur que CR7", rien que pour ça, merci !
PS : le CSC de Queudrue ... ahahahahah 15 ans après il est toujours aussi magique
C'est cool on va encore tous s'embrouiller avec les pro Messi, les pro Ronaldo, les pro OM, les pro PSG... J'ai hâte que les insultes fusent!
Note : 5
bergkamp x2, en PL et en CDM

tu peux pas test
Note : 5
Bon bah c'est pas dans ce classement là qu'on aura des nouvelles de Pippo Inzaghi!
labriquerouge Niveau : District
@Hugdub commentaires pas vraiment argentins vu l'accent

Ça ferait "quiero chorar !!"
labriquerouge Niveau : District
Note : 4
Si Coridon est pas dans le top 3, je ne viens plus jamais sur votre site, sofoot
Oui, Zizou a tout de même du but mythique, entre un doublé de la tête en finale de coupe du monde, bien qu'aucun des deux ne soit mythique à lui seul mais bien la combinaison des deux, et la reprise de volée en finale de ligue des champions. Celle là, elle est dans les dix au moins.

On attend aussi un des deux de Thuram en demi finale. :)

En tant que lyonnais, j'attends de voir si on aura droit au but de Wiltord contre le real après un mouvement magnifique sur la droite, ou le coup franc de Juninho contre Valdes, ou le coup franc de Juninho de 45 mètres contre Ajaccio, ou le but de juninho contre Marseille, ou le but de Govou en reprise de volée contre Marseille, ou un des buts de Govou contre le Bayern. Il en a marqué des beaux buts le Sid. Bon je parie qu'il y aura au moins un de ceux là, et je miserai bien sur celui contre Valdes et sa trajectoire improbable.
Note : 4
ET la reprise de volée de Trézeguet pour enterrer les italiens en 2000. Top 10, obligé!
Le keltois Niveau : CFA2
Note : 3
Quoi Solkjaer 99ème. Bon d'accord il est tout pourri son but mais quelle importance et que dire de la finale, je m'en souviens encore, surement l'un de mes meilleurs souvenirs avec celle de 93 et de Milan-Liverpool.

Sinon bonne idée de ce top 100, en espérant voir Amara Simba dans le top 10. Vu le nombre de fois où il a été numéro 1 du Top But Téléfoot, vous lui devez bien ça
Coach Kévinovitch Niveau : Ligue 1
Tout le monde aura deviné que le fameux slalom de Maradona sera numéro 1. En même temps, c'est vachement difficile de trouver un but sublime dans un match à enjeu aussi important.

Commencer par Queudrue c'est vachement dur pour lui...mais tellement drôle pour nous! Paf, direct dans les dents.

En revanche, je vais me faire l'avocat de buts marqués par certains joueurs moins médiatisés mais qui méritent d'être dans le top 100:

- le but de Muller dans le second match de la finale de C1 1973-1974 où il enchaîne contrôle puis lob
- le second but de Kempes contre les Pays-Bas en finale de WC 1978 qui est le symbole, de la hargne, de la volonté et de la rage de vaincre
- le but de Sabri Lamouchi lors d'un Bordeaux-Monaco 1998-1999
- la frappe d'Edson da Silva pour un Marseille-Nancy 1998-1999.
- la retournée de Mauro Bressan qui est sans doute le plus beau but de la Ligue des Champions
- le but contre son camp de Delfi Geli en finale de la C3 2000/2001 contre Liverpool qui est sans doute le seul CSC but en or.
labriquerouge Niveau : District
Note : 2
La mano de Diego pas mieux que le top 30 :)

Trezeguet ou Wiltord ?

Je préfèrerais celui de Wiltord, c'est encore aujourd'hui mon souvenir le plus intense en terme de foot.
Je me souviens avoir fait des bonds de 4 mètres pendant environ 90 secondes en hurlant comme un malade. Après il était écrit que la coupe était à nous, il ne pouvait en être autrement...
Note : 1
La panenka de Zizou en 2006, il m'a fait chialer comme une madeleine. Le geste, a ce moment la, pour son dernier match ... Excuse toi. A ce moment il était devant le meilleur gardien au monde, qui le connaissait par coeur. Le monde entier le regardait, il te met ce pénalty. Truc de fou.

Y'en a eu des plus beaux, ceux de Messi et Maradona, mais le plus symbolique, je sais pas.
Note : 2
Ah putain je suis con* je viens de capter votre clin d'oeil .. 1999 triple de Man U.. Solksjaer 99eme .. 99 99 .. 99 ..
Mon pseudo doit au moins être à l'honneur deux fois dans ce Top 100 ! D'avance merci les gars !
Note : 2
En tant que supporteur de l'En Avant de Guingamp, j'attends le seul but de Coco Michel en Ligue 1 ... ah bah non en fait.
GougouleBxl Niveau : CFA2
Vous allez voir qu'ils vont encore réussir à nous zapper complètement Cantona...!!!
Note : 2
Le ciseau angle fermé de Djorkaeff alors à l'Inter contre la Roma en 97, je vois encore la video qualité VHS dégueulasse que j'ai saigné à l'époque...
Les 2 buts hallucinants de Bergkamp dans le top 10, c'est obligé !
Sinon, je me rappelle d'un but sympa de Rémi Maréval (ouais ça fait peur) contre l'OM.
Mourignon Niveau : DHR
Note : 2
et un top des buts les plus moches?
Mammattela Niveau : DHR
Fc nantes psg 1995 la magie de ce but aérien, finesse comme si le temps s'arretait à la beaujoire.....et la tete à Lama énorme !!

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Féret, le gros poisson
1k 108