Top 10 : Vieilles Stars en L2

Ils étaient adulés, leurs noms scandés par des dizaines de milliers de supporters. Ils ont marqué des buts dans les plus grands championnats, goûté aux joutes européennes, porté la tunique nationale. Mais les terrains bosselés, les stades vides et les matches non diffusés sont devenus leur quotidien. Top 10 de ces anciennes têtes d'affiche aujourd'hui en Ligue 2.

0 0
1) Sylvain Wiltord : Champion d'Europe 2000, 6 titres de champion national (Bordeaux, Arsenal et Lyon)


Certainement le plus célèbre de nos stars déclinantes. Le cauchemar de la Squadra 2000 se mue en terreur des surfaces de L2. Déjà trois réalisations en cinq matches avec Metz, formation qu'il a rejointe au mercato hivernal. Oublié le Nino carbo de Rennes et Marseille. L'attaquant aux 26 buts en 92 sélections termine donc sa carrière en passant par la Lorraine avec ses crampons. Et a habilement négocié une année de contrat supplémentaire en cas de montée.

2) Nicolas Gillet : Champion de France 2001 avec Nantes, double vainqueur de la Coupe de France


Le grand blond pourra raconter à ses petits-enfants qu'il a fait partie de l'équipe vaincue par l'Australie lors de la Coupe des Confédérations 2001. Que dans le passé, Nantes n'était pas encore en DH mais remportait le championnat de D1. Il oubliera de rappeler qu'en signant à Lens en 2004, il a signé son arrêt de mort professionnel. Direction la L2 au Havre trois ans plus tard où il devient le patron de la défense normande. Tristement classique.

3) Santos : Vainqueur de la CAN en 2004 avec la Tunisie, 39 buts en L1


La samba dans la peau, le maillot tunisien sur le dos, le but dans le sang. Une de ces trois affirmations est devenue fausse depuis que Santos a quitté Sochaux pour Toulouse en 2005. Le champion d'Afrique avec la Tunisie, originaire du Brésil, n'a scoré que huit fois ces cinq dernières saisons. Sans club depuis son come-back sochalien raté, Francileudo se relance à Istres depuis janvier. Jouer le maintien et jouer en pointe avec Rafik Saïfi, que demander de mieux ?!

4) Kaba Diawara : Champion de France 1999 avec Bordeaux, 31 buts en L1


17 saisons que le Guinéen est un joueur pro. 17 clubs fréquentés dans six championnats différents. La dernière année pleine de Kaba remonte à 2002 avec 13 réalisations avec les Aiglons niçois. Depuis, le trentenaire collectionne plutôt les tampons sur son passeport (Golfe Persique, Turquie, Chypre...). Autant dire qu'il n'a pas hésité à accepter le pari du promu Arles-Avignon cet été. Avec succès pour l'équipe surprise de la L2 qui peut toujours rêver d'élite. Un autre Diawara en L1 l'an prochain ?

5) Éric Carrière : 4 titres de champion de France (Nantes et Lyon), double vainqueur de la Coupe de France, 10 sélections avec les Bleus


Poids plume au pays des bodybuildés véloces. Mais un palmarès béton. Éric Carrière traverse ses 13 saisons en L1 sous les couleurs nantaises, lyonnaises et lensoises. Mais, éternel insatisfait, le milieu aux 5 buts avec les Bleus décide de faire un peu de rab'. Dijon lui offre donc le digestif de sa carrière qu'il a décidé de clôturer définitivement en juin.


6) Philippe Brunel : Champion de France 1998 avec Lens, vainqueur Coupe de la Ligue 1999 et Coupe de France 2007


Si Angers est actuellement 5e, il le doit notamment aux belles prestations de son milieu de 37 ans. Philippe Brunel ou l'histoire d'un Ch'ti devenu angevin il y a trois ans. Qui continue d'enquiller plus de trente matches par saison. Les satisfactions de sa carrière ? Ses 24 apparitions sur la scène européenne. Ses regrets ? Ses lieux de villégiature : Boulogne, Lens, Gueugnon, Sochaux... Températures négatives.

[page]
7) Jean-Claude Darcheville : Champion d'Écosse 2009 avec Glasgow, vainqueur Coupe de France 2002 et Coupe de la Ligue 2007, 64 buts en L1


On ne présente plus le massif Guyanais. Qui doit encore se demander ce qu'il est venu foutre dans cette galère. Lui qui avait parfaitement relevé le challenge de Valenciennes l'an passé avec une pige de six mois convaincante n'évite pas à Nantes de prendre l'eau. Trouve étrangement que l'ambiance du stade Francis Le Basser à Laval n'est pas aussi chaude que celle qu'il a vécue pour le derby de Glasgow ou les rencontres de Ligue des Champions à Bordeaux...

8) Amhed Madouni : Champion d'Allemagne 2002 avec Dortmund, 11 matches en Ligue des Champions


Une saison pleine en D2 avec Montpellier et Madouni part s'exiler outre-Rhin en 2001, chez le grand Borussia Dortmund. Il tire son épingle du jeu, gratte des minutes sur la pelouse et poursuit son périple allemand deux ans au Bayer Leverkusen. Petit séjour au Qatar pour le bronzage et les pétrodollars puis Madouni revient au bercail. Clermont enrôle le défenseur qui a déjà disputé 19 rencontres. On lui souhaite de remplir sa saison. Et de vite repartir dans les stades bouillants de Bundesliga.

9) Ulrich Le Pen : Vainqueur de la Coupe de la Ligue 2005 avec Strasbourg, 245 matches en L1


Le Pen sait qu'il arrive au bout de la piste de danse. Le milieu a donc opté pour un dernier slow avec Laval. Ulrich avait déjà fricoté avec les Tangos entre 1997 et 1999 avant d'enchaîner des saisons pleines dans des formations du ventre mou de la L1 (Lorient, Strasbourg). Bon choix, la musique est douce pour un Stade Lavallois, 7e.

10) Tony Vairelles : Double champion de France (Lens et Lyon), vainqueur Coupe de la ligue 1999, 8 sélections avec les Bleus


Mieux que la L2, le National ! L'attaquant à la banane était persona non grata en France ? Pas de souci, l'ex-Lensois décide d'acheter son propre club et d'y faire venir la familia. Papa dans les bureaux, les frangins et les zincs sur le terrain. Le FC Vairelles-Gueugnon permet à Tony de retrouver les chemins des filets –5 buts cette saison. Paraît que Johnny Hallyday sera bientôt au Stade Jean Laville...

Ils méritent aussi qu'on pense à eux (ou pas d'ailleurs...) : Grégory Tafforeau (Caen), Sébastien Piocelle (Arles-Avignon), Christophe Revault (Le Havre), Stéphane Trévisan (Guingamp), Mickael Isabey (Dijon), Nicolas Goussé (Evian Thonon Gaillard FC), Vincent Fernandez (Châteauroux)...

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Un modèle à croquer
0 0