1. //
  2. // Clasico
  3. // Real/Barcelone

Top 10 : Un siècle (et plus) de Clasicos

Depuis 1906, on en est à plus de deux cents Clasicos. Parce que la mémoire est sélective et qu'il faut bien faire des choix, nous en avons retenu 10. Voici l'antisèche indispensable pour briller dans les bistrots.

Modififié
2 1

1. Le plus vieux (de tous les temps) : 13 mai 1906 (Barça 5 – Real 2) Le premier Clasico de l'histoire. Sur le point d'être dissout, et histoire de remplir un peu les caisses, le FC Barcelone invite le pas encore “Real” Madrid FC pour un amical. Plus d'un siècle plus tard, tout le monde est mort et le Barça est le troisième club le plus riche du monde. Merci qui ? 2. Le plus vieux (officiel) : 17 février 1929 (Barça 1 – Real 2)Dès la deuxième journée du premier championnat de l'histoire en Espagne, les deux rivaux s'affrontent. Jusqu'alors, les Blaugranas sont champions d'Espagne des matchs amicaux contre le Real (15 victoires, 6 nuls, 2 défaites). Mais ce jour-là, à Barcelone, les Madrilènes sont déchainés et s'imposent 2-1. Au retour, les Catalans font le hold-up à Charmatin (futur Satiago-Bernabeu) avec un petit 1-0 et terminent champions. Le Real deuxième. Déjà.3. Le plus moche : 13 juin 1943 (Real 11-Barça 1)Stade de Charmatin, demi-finale retour de Coupe. Le Real doit faire payer son attitude à l'aficion culé lors du match aller (3-0 pour le Barça). Le chef de la sécurité intérieure du régime se charge de visiter le vestiaire azulgrana avant le match. Résultat : 11-1 pour les Merengues. À l'époque du Roi, c'était la « Coupe du Généralissime » . No comment.4. Le plus classe : 25 octobre 1953 (Real 5-Barça 0)Il y a 60 ans... Il n'y a pas de gel, pas de sièges et pas de droits télé. Mais déjà toute l'Espagne attend l'affrontement des deux meilleurs joueurs du monde : Kubala et Di Stefano. Quelques heures à peine avant le match, le Real vient de chiper l'Argentin au Barça. Au retour, les Catalans se vengent et collent un 5-1 à l'ennemi héréditaire. Fallait pas énerver les culés.

[page]5. Le plus beau : 17 février 1974 (Real 0-Barça 5)Ce jour-là, le Barça entre dans le football moderne et le Real retrouve son ennemi de toujours sur les cimes. Certes, les Catalans n'ont rien gagné depuis 1959, mais Franco est presque mort et Cruyff refuse le Real pour des raisons politiques. Son but (le deuxième) respire la classe. À la fin de la saison, le Barça sera champion et Cruyff Ballon d'Or. Le Barça ne fera jamais mieux.

6. Le plus fort : 8 mai 1994 (Barça 5-Real 0)Vingt ans après qu'El Flaco ait humilié le Real chez lui, sa dream team colle une manita (main) aux Merengues au Camp Nou. Laudrup se promène et Romario passe un triple et une « queue de taureau » . Huit mois plus tard, le 8 janvier 1995, c'est le Real qui en colle 5 au Barça de Cruyff à Bernabeu (hat trick de Zamorano). Entre-temps Laudrup est passé à l'ennemi. Malin ce Danois.

7. Le plus cochon : 23 novembre 2002 (Barça 1- Real 1)Ils l'aimaient Luis Figo sur Les Ramblas. Ils avaient même fait de lui leur capitaine. Figo avait pourtant juré qu'il n'était pas comme le traître Laudrup. Lui, il ne passerait jamais à l'ennemi. Jamais un joueur n'a jamais été autant haï. En 2001, le public lui jettera des bouteilles sur la tronche. En 2002, une tête de cochon.

8. Le plus haut : 23 avril 2002 (Barça 0 – Real 2)Les frères ennemis se croisent en demi-finale de Ligue des Champions pour la seconde fois (première fois en 1960). Le Real ne s'est pas imposé à Barcelone depuis 1993. Pourtant les Blancs gagnent au Camp Nou 2-0 avec en cadeau une lucarne de Zidane et un lob de McManaman. Quelques jours plus tard, Zizou claque une volée à Glasgow et remporte la neuvième Ligue des Champions du Real.

9. Le plus humiliant : 2 mai 2009 (Real 2 –Barça 6)Le 6-2 est, de mémoire de socio merengue, le match le plus humiliant subi depuis 1974. Guardiola, le fils spirituel de Cruyff, réussit presque à égaler son maître en ramenant un score de tennis du Bernabeu. Quelques jours plus tard, il devient le meilleur entraineur du monde en remportant le fameux “triplete”. Et dépasse le maître.

10. Le plus cher : 10 avril 2010Jamais les joueurs sur la pelouse n'auront coûté aussi cher et jamais depuis la saison 1951-1952 un clasico n'a eu autant d'enjeu. À égalité parfaite à quelques encablures de la fin de saison et à 20 points du troisième, ce match est la vraie finale de la Liga. On ne lésine pas sur les moyens et les vidéos douteuses.

Thibaud Leplat, à Madrid

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Ciani, Grand Seigneur
2 1