Top 10 : Tweets

Pas besoin d'un bouquin de deux cent pages pour raconter des conneries ou créer le buzz. Les footballeurs y arrivent en 140 caractères, pas plus. Espaces compris.

Modififié
0 8
1/ « Est-ce que je veux aller à Hull City? NON. Est-ce que je veux aller à Stoke? NON. Est-ce que je veux aller à Sunderland? OUI. Putain, que Levy arrête de m'envoyer n'importe où... » Darren Bent, Tottenham (Angleterre).

Remonté à bloc contre le président de Tottenham, qui refuse de le transférer aux Black Cats, Darren Bent décide de vider son sac. C'était en août 2009. Comme n'importe quel joueur qui se lâche contre la hiérarchie, Bent écope d'une amende de 94 000 euros, puis obtient gain de cause. Il pige à Sunderland depuis septembre 2009, où il y officie comme top-scorer. 36 buts en 57 matchs. Comme quoi sur le long terme, twitter, ça paye.

2/ « Je voudrais remercier les fans qui m'ont sifflé à la sortie du terrain. Où cela va-t-il vous mener ? J'espère que vous allez tous mourir » Marvin Morgan, Aldershot (Angleterre).

Dans la série, ça s'est passé cette semaine... Sorti sous les sifflets de son public lundi soir contre Hereford (défaite 1-2, League Two), Marvin Morgan n'a que très peu goûté aux lazzis du Recreation Ground. L'effet papillon se met alors en marche : courroux cybernétique, fans scandalisés, direction mise au courant et, au bout du compte, joueur limogé.

3/ « Arbitre, voleur ! Tu sortiras de ce terrain dans une bagnole de flics ! » Neymar, Santos (Brésil).

Blessé, Neymar est l'année dernière obligé de regarder le match Vitoria Bahia-Santos depuis son canapé. Les siens perdent 4 buts à 2. Lui estime que son Futebol Clube a été floué. En cause : un but refusé bien que valable. Interviewé par Sportv, le procureur général du Tribunal Supérieur de la Justice Sportive Paulo Schmidt affirme que le joueur pourrait prendre quatre matchs de suspension. Le nouveau Pelé de jouer les saintes-nitouches. Son compte aurait été piraté pendant le match. Comme de par hasard...

4/ « Désolé les mecs j'ai passé un test médical ce matin et nous avons décidé qu'il serait mieux de ne pas jouer si je n'étais pas à 100%. J'ai la dalle car ce match était sympa à jouer...mon tendon est si raide aujourd'hui » . José Enrique, Newcastle (Angleterre).

Rien de bien méchant en apparence. Sauf que son coach de l'époque Alan Pardew est du genre bluffeur. Du style à vouloir garder sa composition secrète jusqu'au coup d'envoi, histoire d'insinuer le doute dans l'esprit du coach adverse. Alors forcément quand un journaliste le lui apprend quatre heures avant le match face à Tottenham, le coach anglais est sur le cul : «  A-t-il vraiment twitté cela ? » . Conséquence : le compte du joueur fermé. RIP Josenufc3.

5/ « Keirrison a montré un manque de professionnalisme et de respect vis à vis de moi et de l'équipe donc, tant que je suis coach, il ne jouera plus pour Palmeiras » Vanderlei Luxemburgo, Palmeiras (Brésil).

Vanderlei Luxemburgo est la première personne à s'être fait virer pour un « gazouillis » . Car entre lui, 58 ans, et le jeune prodige de 20 ans, coupable d'avoir manqué un entraînement mais estimé à 15 millions d'euros, Palmeiras n'a pas longtemps hésité.

page]
6/ «  Salut les gars, j'ai une mauvaise nouvelle, je ne suis pas du voyage à Stoke. Le boss m'a retiré de l'équipe. Pas d'explication » Ryan Babel, Liverpool (Angleterre).

@ryanbabel a 144 140 followers. Lorsqu'il poste sa déception sur son compte, autant dire que ça se sait très vite. Mécontent de son temps de jeu à l'époque Benitez, il décide de la faire savoir après sa non-convocation pour un déplacement chez les Potters. En proie à une violente colère, le coach espagnol exige la suppression et du message, et du compte. Tellement persuasif que le Batave ne s'exécutera jamais. Born to be wild !

7/ « Je m'excuse auprès de vous tous. Je me suis pointé en retard. Grosse erreur de faite. Je suis vraiment vraiment désolé » Jozy Altidore, Hull City (Angleterre).

Pas le droit de se plaindre, pas le droit de dévoiler le secret médical et enfin pas le droit de s'excuser pour une erreur. En gros, c'est « Vous avez le droit de garder le silence. Dans le cas contraire, tout ce que vous direz pourra et sera utilisé contre vous devant un tribunal. Etc. » Car plutôt que de considérer ses excuses, son coach de Hull City, Phil Brown, a estimé qu'il avait divulgué les raisons de son éviction du groupe. Dans le cas présent, la sentence fut irrévocable : «  La raison pour laquelle il n'était pas dans le groupe ne regarde personne. Ce sont des choses qui doivent rester en interne. Cela va lui coûter de l'argent » . Et le mea culpa répété une deuxième fois. La bonne: «  Je vais m'arrêter de tweeter pour un petit moment, je ne me sens pas très bien. A bientôt. »

8/ « Mancini est un Coq (surnom des joueurs de l'Atletico Mineiro, ndlr) » Alexandre Kalil, Atletico Mineiro (Brésil).

Derrière ces quatre mots balancés sur le site de microblogage se cache le premier transfert officiellement annoncé sur Twitter. Avant même d'organiser une conférence de presse sur le champ, c'est ainsi qu'Alexandre Kalil, président des Galos, a informé le peuple brésilien de l'arrivée de l'Intériste et ex de la maison Amantino Mancini. Bienvenue dans le 2.0.

9/ «  Je nettoie le trophée de la Ligue des Champions avec un maillot de Tottenham » Wesley Sneijder, Inter Milan (Italie).

Le chambrage entre adversaires de football via téléphones mobiles interposés fait partie des fantasmes marronniers du journaleux sportif. L'avantage de Twitter, c'est que maintenant, cela se fait au vu et au su de tous. Y compris donc des gratte-papiers qui se font un malin plaisir à relayer les vannes que les joueurs se font un malin plaisir à se balancer via comptes interposés sur le World Wide Web. Ici Wesley chambrait Rafael van der Vaart avant le match retour de LDC et après le thriller 4-3 du match aller.

10/ « Le match Villa vs. West Ham est vraiment excitant. Ashley Young est éblouissant » Lionel Messi, FC Barcelone (Espagne).

Pas le plus symptomatique de la mort des attachés de presse certes, mais certainement le tweet plus saugrenu : Lionel Messi, membre du fan club d'Ashley Young. Un mec qui pèse zéro trophée et dont la dernière distinction individuelle remonte à décembre 2008.

[SoFoot sur Twitter


Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Je crois qu'il y a erreur, Lionel Messi n'a pas de twitter.
Il ne sait pas écrire ?
Comment tu sais que Messi il n'a pas de twitter?
En tout cas Ashley Young il est bon, n'en déplaise a la redac so foot. Mais il joue a Aston Villa...
et c'est quoi ce commentaire de merde comme quoi on ne peut pas etre fan de quelq'un parce qu'il"pèse zero trophees"
Messi ca sent le gros fake, si ca ne l'était pas il y aurait probablement plus de jeu avec ses coéquipiers Puyol et Piqué.
D'ailleurs comment fait So Foot pour passer sous silence dans ce papier leurs tweet battle assez folles entre eux deux et Cesc ?
Pour une fois que des footeux se servent correctement de tweeter. Pareil pour Rio Ferdinand. Il n'arrête pas d'écrire des conneries.
Messi n'a pas de twitter. Le compte http://twitter.com/officialmessi n'est pas un compte vérifié.
C'est bon ça les tweets :)
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 8