1. //
  2. // Signature d'Andre-Pierre Gignac à Tigres

Top 10 : Sous le soleil du Mexique

À la surprise générale, André-Pierre Gignac s'est engagé avec Tigres, en Primera División de México. À 29 ans, le Marseillais est parti prendre le soleil de Monterrey, « pour continuer à exercer sa passion dans un grand pays de football » . C'est le dernier en date, mais pas le premier à tenter l'aventure au Mexique. Top ten.

Modififié
4 5

Ronaldinho

Querétaro FC

De retour au pays - à Flamengo, puis l'Atlético Mineiro - dans l'espoir de disputer le Mondial brésilien, Ronaldinho a dû digérer sa non-sélection avec la Seleção l'été dernier. Une fin de carrière pour Ronnie ? Jusqu'à l'appel des Gallos Blancos de Querétaro au mois de septembre… sans doute ce dernier challenge lui rappellera ses vacances à Cancún. Au lieu de ça, l'expérience finit mal : huit buts marqués, mais une défaite 5-0 en finale du championnat, tandis que le Brésilien se fait botter dehors parce qu'il a fait sa pleureuse après un remplacement. Et si toute cette histoire se terminait à Boulogne ?

Iván Zamorano

Club América

Hierro, Zanetti, Laudrup, Míchel, Baggio, Ronaldo… À l'image de la carrière du bonhomme, l'équipe type d'Iván Zamorano a de la gueule. Celui qui formait un duo de feu avec Marcelo Salas sur le front de l'attaque du Chili n'a jamais gagné la Champions, mais il a planté (336 buts en tout). De la tête, beaucoup, malgré son mètre 78. Après ses quatre années les plus prolifiques au Real, Zamorano alias « Bam-Bam » , alias « Iván le Terrible » , alias « L'Hélicoptère » enfile la tunique de l'Inter. Le numéro 9 n'est pas dispo, alors le Chilien innove : ce sera 1+8. L'Hélico et ses kilos en trop retrouvent finalement El nueve au Club América.

Pep Guardiola

Dorados de Sinaloa

Voilà où s'est déroulé le prologue de la carrière du plus grand coach du monde. Après un passage à Al Ahly, au Qatar, à 35 ans, Josep Guardiola, le joueur, s'offre une dernière pige aux Dorados Culiacan, lors du tournoi de clôture 2006. Sûr de sa reconversion, le Catalan prépare déjà ses diplômes d'entraîneur. Chroniqueur pour El País au moment du Mondial allemand, il suit particulièrement la sélection mexicaine de Ricardo La Volpe et ne manque pas d'en faire l'éloge. Une fois les crampons rangés, l'homme prend en main les rênes du Barça B. Entre-temps, il voyage encore au Mexique et en Argentine pour « se nourrir  » de ses pairs Menotti, Cruijff, Bielsa, Cappa… Le génie pouvait alors prendre le pinceau.

Víctor Hugo Montaño

Deportivo Toluca FC

Vendredi 25 mai 2007, MHSC - Grenoble, 68e minute. Víctor Hugo Montaño ne tremble pas ; les 18 000 supporters de la Mosson exultent. Deux semaines auparavant, Montpellier était dans la charrette pour un aller simple vers le National, lors de cette dernière journée du championnat, le Colombien vient définitivement d'assurer le maintien. Cinq ans et un départ à Rennes plus tard, Montaño regarde le titre de champion de France des Pailladins depuis son canapé. Rolland Courbis le ramène ensuite au bercail. Le trentenaire a du mal à trouver les ficelles : direction le Deportivo Toluca en janvier dernier. Tout de même 54 buts en 222 rencontres pour lui dans l'Hérault. Aux dernières nouvelles, la presse locale l'annonçait sur la liste des transferts. L'Hérault oublié.

Darío Cvitanich

CF Pachuca

Où est passé le deuxième meilleur buteur de Ligue 1 2012-13 ? Disparu. En vrai, Darío Cvitanich a tenté de se relancer en janvier dernier au Club de Fútbol Pachuca. L'endroit même où il s'était aguerri entre 2009 et 2011 - prêté par l'Ajax Amsterdam. Mexique ou Nice, rien n'y fait : depuis son carton avec le Gym, l'Argentin n'est plus le tueur qu'il était devant le but. En vrai, sa carrière tourne au bout de l'été 2013. En passe de rejoindre l'AS Roma, Cvitanich est retenu par Jean-Pierre Rivère. Mais il ne verra jamais l'Italie. Deux ans et demi plus tard, le président niçois, lui, ne verra jamais les millions qu'aurait pu lui rapporter son poulain.

Roque Santa Cruz

CD Cruz Azul


Il y a dix ans, le PSG le voulait. Une époque où le board parisien n'alignait pas les biffetons comme ses contemporains qataris. Une époque, aussi, où les Rouge et Bleu ressemblaient plutôt à une boucherie à dépecer des talents plutôt qu'à une machine de guerre taillée pour le titre. Alors, Roque Santa Cruz est resté au Bayern Munich. Et il a continué à marquer des buts. Entre Blackburn et Málaga, notamment. Cet hiver, le Paraguayen s'envole pour le CD Cruz Azul. Et qu'importe si sa nouvelle formation ne se hisse pas en play-offs. Le buteur qu'il est a son maillot aux côtés de Cavani et Messi sur le lit de Wes Morgan. Santa Cruz Azul.

Amara Simba

FC León

Paris, Cannes, Monaco, Caen, Lille, Leyton Orient, Kingstonian, Kettering Town, St. Albans City, Barnet, Billericay Town. Amara Simba a égrené du pays entre les routes de France et de Grande-Bretagne. Quoi de plus normal pour le roi de la bicyclette. Mais avant de tailler le pavé outre-Manche, le petit gabarit tricolore s'est échappé sur les routes montagneuses de León, pour devenir vice-champion du Mexique. Et maintenant ? « Après avoir travaillé pour la cellule de recrutement du PSG et exercer en tant que commentateur, je passe en ce moment mes diplômes pour devenir entraîneur. Mon ambition, c'est le banc de touche » , a confié le néo-adjoint de Luis Fernandez, sur le banc de la Guinée.

Luis García

CF Puebla et Universidad Nacional

Premier match, la panenka qui va bien. Quand Luis García débarque à Puebla, il porte ses cojones et trouve le chemin des filets. Peut-être songe-t-il à cette folle soirée stambouliote six ans plus tôt ; un certain Milan - Liverpool où il n'a pas eu le droit de tirer son peno. « Non, non, tu es trop fatigué » , lui indique Rafael Benítez avant la séance de tirs au but qui enverra finalement les Reds au paradis. Normal, l'Espagnol a couru partout pendant deux heures. C'est ce genre de chien fou qui va chercher la balle après chacun des trois buts face aux Rossoneri. Au Mexique, l'homme termine sa carrière au Club Universidad Nacional. Sauf qu'il a encore envie de courir partout. Du coup, il a repris l'an passé, en Inde, à 36 piges.


Carlos Bueno

Querétaro FC

Été 2005. Sur une idée de génie d'Alain RocheL'Uruguayen débarque à Paris avec son compatriote Cristian « Cebolla » Rodríguez, sa tronche et ses pieds carrés - mais ça, le Parc des Princes ne le sait pas encore. Problème, un litige avec la FIFA l'empêche de jouer. Finalement, Kinder Bueno restera comme l'une des pires recrues du PSG avec à peine deux buts au compteur (en 16 matchs). Depuis, l'attaquant a bourlingué dans une dizaine de clubs, avec au milieu Querétaro FC, le futur club de Ronnie. En mars dernier, l'attaquant atterrit à San Martín de San Juan, en Argentine. Le destin lui inflige un méchant tacle du gardien de Boca Juniors. Verdict : une fracture tibia-péroné qui sent la fin de carrière.

Emilio Butragueño et Míchel

Atlético Celaya

Emilio El Buitre Butragueño et José Miguel González Martín dit Míchel. Deux Espagnols, deux légendes du Real Madrid des années 80 et 90. Deux joueurs formés à la Castilla, devenus des fers de lance de l'attaque merengue. L'un débute en équipe première en 1984, l'autre deux ans plus tôt. L'un buteur, l'autre passeur. Ensemble, ils remportent - notamment - cinq Liga d'affilée. Et Butragueño part à l'Atlético Celaya. Et Míchel le rejoint. Le vieux couple en termine là.

Bonus : Michel Platini

Guadalajara

Pour sa dernière compétition internationale, le capitaine des Bleus vit l'un de ses plus beaux anniversaires. La France tape le Brésil en quarts de finale du Mondial mexicain le jour de ses 31 ans. Du coup, Platoche bouge son corps.

Youtube


Par Florian Lefèvre
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Milan_forza18 Niveau : CFA
Ce qui serait cool de so foot c'est un article sur les forces des clubs mexicain que se soit financier,publics,effectifs...ect
Il me semble que "le gouverneur de Toulouse", l'immense Achille Emana a également fait une pige au Mexique.
Message posté par Milan_forza18
Ce qui serait cool de so foot c'est un article sur les forces des clubs mexicain que se soit financier,publics,effectifs...ect


Bonne remarque. Les rédacteurs t'ont entendu et grimpé dans leur dolorean,pour te pondre cet article dispo depuis bientçot 2 ans ;)

http://www.sofoot.com/mexique-franchise … 71473.html
Par contre, surprenant et un peu dommage de mettre Dario Cvitanich dans ce top et pas César Delgado, véritable star à Cruz Azul avant son arrivée à l'OL, puis à Monterrey
Dirceu également le Brésilien après la coupe du monde 78 y a évolué avant de partir pour l'Espagne et l'Italie
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
4 5