Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options

Top 10 : Rooney et Everton

S’il a marqué l’histoire de Manchester United, Wayne Rooney a également écrit la sienne à Everton. Entre tremblements de filets et records de précocité, l’attaquant fan des Toffees y a grandi à toute allure. Et ce n’est pas fini.

Modififié

La boxe sacrifiée


Intégré à onze ans au centre de formation d’Everton, Wayne Rooney est le plus heureux des gosses. Il défend en effet les couleurs d’un club qu’il adore et continue de mettre des beignes quand il ne joue pas au football. Comme son père. Mais au bout de quatre ans, les Toffees lui ordonnent de stopper la boxe s’il veut rester. Wayne a choisi : sa vie, ce sera le ballon.


Des (dé)buts impensables


Le petit avait balancé 72 pions en une saison lorsqu'il jouait avec la LiverpoolSchoolboys ? Ce n’est rien comparé aux 114 buts inscrits en... 29 matchs avec les U10 et U11 bleus. C’était en 1995-1996. Autant dire que l’aventure commence bien.


119 euros par semaine jusqu'à ses 17 ans


119 euros. C’est, par semaine, ce que touchait Rooney jusqu’à ses 17 ans. Soit le salaire minimum à l’époque en Angleterre. Si on ne connaît pas exactement le montant de la revalorisation, les statistiques du jeune avant-centre sont récompensés une année avant sa majorité par un contrat professionnel qui multiplie au moins par dix ses émoluments. La machine à cash est lancée.




Tottenham, le commencement


Pour beaucoup de fans de Rooney, les Spurs évoquent le dernier but du joueur sous les couleurs de Manchester United (le 14 mai 2017, défaite 2-1). Mais pour les puristes, Tottenham fait davantage penser au tout premier match professionnel de l’Anglais. Le 17 août 2002, l’adolescent est propulsé titulaire par David Moyes pour la première journée de la saison et devient le deuxième plus jeune joueur de l’histoire d’Everton à évoluer en équipe première (derrière Joe Royle). En 66 minutes, le gamin montre de très bonnes choses, sans toutefois trouver la faille, mais en étant à l’origine de l’ouverture du score (passeur décisif pour Mark Pembridge). La partie se termine sur un 2-2, et Wayne a les crocs.


Wrexham, le premier frisson


1er octobre 2002. Deuxième tour de League Cup, à Wrexham. Un nom qui sonne bien dans les souvenirs de Rooney, sur le banc au coup d’envoi. Remplaçant Tomasz Radzinski à l’heure de jeu, le môme de seize ans s’offre un doublé en six minutes pour entériner la qualification (0-3). La machine à buts est lancée.

Vidéo


Arsenal, le déclic médiatique


LE but qui a construit sa réputation. Opposé à Arsenal en ce 19 octobre 2002, Everton défend le nul (1-1) quand Moyes sort son joker Rooney à dix minutes du coup de sifflet final. Quelques instants plus tard, David Seaman vient d’encaisser l’un des plus beaux buts de sa carrière, et Wayne est désormais le plus jeune buteur de l’histoire de la Premier League, à seize ans et 360 jours. « C'était exceptionnel, incroyable. Je pouvais voir les visages des supporters et j'ai compris que j'avais fait quelque chose de spécial pour eux  » , dira le protagoniste dans Wayne Rooney : My decade in Premier League. « Remember the name : Wayne Rooney ! »

Vidéo


L’Angleterre, la reconnaissance


Sa première cape avec son pays appartient aussi à son histoire avec Everton. Pourquoi ? Tout simplement parce que ce sont ses partitions avec les Toffees qui lui permettent de jouer pour sa patrie. Le 12 février 2003, Rooney effectue donc ses débuts avec les Three Lions contre l’Australie en prenant la place de Michael Owen à la mi-temps. Comme un symbole de son futur avec l’Angleterre, il s’incline 3-1 à domicile. Quelques mois plus tard, il marque son premier but. Bilan de tout ça : plus jeune buteur et plus jeune joueur à être appelé en sélection anglaise (Theo Walcott fera tomber ce record trois ans plus tard).

Vidéo


Le trophée numéro un


Ce n’est pas le plus excitant, mais c’est bien celui qui a squatté la première ligne du curriculum vitae du bonhomme. Le BBC Sports Young Personality of the Year, titre félicitant le sportif de moins de vingt ans qui a le plus contribué au sport durant l’année, lui est remis en décembre 2002. Toujours bon à prendre.


Cinq mois pour convaincre


Après la saison de la découverte (six tremblements de filets en championnat) vient celle de la confirmation. Désormais international, Rooney doit prouver qu’il est loin d’être un feu de paille. Or, avant décembre 2003, les buts ne viennent plus. Fort dans sa tête, le natif de Liverpool renverse la vapeur en quelques semaines et plante sept caramels de décembre à mi-mars. Suivra un Euro 2004 réussi, qui séduira définitivement Manchester United. La starification est lancée.


Le come-back à Everton, treize ans plus tard


Un retour par la grande porte, en divisant son salaire par deux, avec pour mission d’encadrer les jeunes. Et mettre des buts. Encore et toujours.



Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Rooney de retour à Everton




Dans cet article


Hier à 16:19 Une bousculade fait cinq morts en Angola 5 Hier à 09:51 GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
Hier à 12:40 Les joueurs poussent une ambulance en panne sur le terrain au Brésil 10 Hier à 12:10 Concours FIFA 19 : Gagne un séjour à Barcelone pour assister au Clásico
À lire ensuite
Merci gros !