Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Schalke/Inter

Top 10 : Remuntadas

L'Inter déjà éliminée ? Du Real à La Corogne, en passant par le PSG, plus d'un club a refait ses trois buts de retard lors d'épiques retours européens. Mais si l'Histoire ne ment pas, elle dit aussi qu'une gifle reçue à domicile ne se retourne pas.

Modififié
Quart de finale Coupe des Coupes 1963-1964 : MU – Sporting Portugal (4-1, 0-5)

Avant Alex Ferguson, un autre Écossais fit la loi à Manchester, et en portait même le nom. Avec Dennis Law, United semble fondre sur la Coupe des Coupes après avoir fessé le Sporting Lisbonne à Old Trafford. Sauf qu'au retour, les Portugais, futurs vainqueurs de l'épreuve, se rebiffent et dictent leur loi aux Mancuniens. Cela n'empêchera pas Dennis Law d'être sacré Ballon d'Or en 1964. Le dernier Red Devil à remporter la consécration individuelle se nommera Cristiano Ronaldo, acheté au... Sporting Portugal.





Demi-finale Coupe des Coupes 1963-1964, Celtic - MTK Budapest (3-0, 0-4)

Avant de tomber dans l'indigence et l'oubli, le foot magyar dansait sur les cendres fraîches de son onze d'or.


Huitième de finale Coupe des Champions 1974-1975 : Split – Saint-Étienne (4-1, 1-5) 


Avant de tourner commentateur acariâtre, Jean-Michel Larqué participait à la légende de Saint-Étienne. C'est même lui qui amorçait la révolte des Verts qui venaient de glisser comme sur une peau de banane à Split (copyright Laurent Ruquier). L'égalisation yougoslave en début de seconde période ne refroidissait même pas les ardents Stéphanois, qui arrachaient la prolongation par Yves Triantafilos. Entré en jeu, l'attaquant stéphanois, dit « Tintin » , inscrivait un doublé pour donner la qualification aux siens. Le point de départ des vertes épopées européennes.





Huitième de finale Coupe de l'UEFA 1985-1986 : Mönchengladbach – Real ( 1-5, 4-0)

Avant de tourner directeur sportif donneur de leçons, Jorge Valdano marquait des buts. Son doublé 
amorcera la remontée fantastique du Real face à Mönchengladbach. Santillana l'imitera pour donner la qualif' au Real dans les derniers battements du temps réglementaire. Sur le banc de Mönchengladbach', Jupp Heynckes a compris qu'il serait plus facile de remporter une Coupe d'Europe en tant qu'entraîneur en s'installant dans le confort de la Maison Blanche. Ce qu'il fera avec succès lors de la saison 97-98.





Demi-finale Coupe des Champions 1985-1986 : IFK Göteborg - FC Barcelone (3-0, 0-3 - 4-5 t.a.b)

Avant d'en faire des tee-shirts et de se faire éliminer, le Barça exécutait des remuntadas sans sourciller. Dans les années 80, rencontrer un club suédois n'avait rien d'une croisière en drakkar. Le Barça, qui venait d'éliminer Porto et la Juve, se voyait cependant déjà bien en finale à l'annonce du nom de son adversaire. L'aller dans le froid de Göteborg gela tout de suite ses prétentions. Mais dans un Camp Nou en fusion et avec un triplé de Pichi Alonso, les Blaugrans arrachaient la prolongation au retour, avant de se qualifier aux pénaltys. Le Barça se trouvait en route pour soulever sa première C1. Mais les doigts de Duckadam...





[page]

Huitième de finale Coupe des Coupes 1996, Halmstad BK - Parme 3-0, 0-4

Avant de faire la retape de dessous masculins dans des poses gay-friendly, Fredrik Ljundberg débutait sa carrière à Halmstad et contribuait au plus grand exploit de l'histoire du club suédois : un 3-0 en bonne et due forme infligé au grand Parme de Stoichkov, Zola, et de son compatriote, Brolin.
 Remplaçant à l'aller, un jeune attaquant italien à la chevelure trop épaisse pour son fin visage amorce la remontée des Gialloblu. Son nom : Pippo Inzaghi. Il inscrit son deuxième but en Coupe d'Europe. Soixante-huit autres viendront derrière. En quarts de finale, les Parmesans se feront sortir par le PSG, futur vainqueur de l'épreuve.







Steaua Bucarest – PSG, tour préliminaire de la ligue des champions (3-0, 0-5)

Avant d'entraîner en National, Laurent Fournier provoquait la réserve du Steaua Bucarest. Sa titularisation à l'aller alors qu'il était suspendu faisait passer l'avantage roumain de 3-2 à 3-0. Comme le dit poétiquement Thierry Roland, le PSG doit alors « marquer quatre buts sur commande » au retour. Service DHL : les Parisiens remplissent le contrat dès la première période, avant d'en régaler un petit sur le compte de la maison.





Troisième tour Coupe de l'UEFA 1999 Lyon – Werder : 3-0, 0-4

Avant de prendre un abonnement pour les huitièmes de Ligue des Champions, l'OL zona quelques années en Coupe de l'UEFA, et s'y faisait même humilier. Malgré un doublé d'Anderson et un but de Tony Vairelles, les Delmotte, Violeau et consorts se font mouliner au retour par une équipe à qui l'OL mettra sept buts en 2005.

Quart de finale Ligue des Champions 2003-2004 : Milan – La Corogne (4-1, 0-4)

Avant de faire confiance à un Fernando Torres en anémie, Carlo Ancelotti disposait de Kaka, Schevchenko et d'Inzaghi en pleine bourre, pour remporter la Ligue des Champions. De quoi aisément disposer du Deportivo à l'aller. Mais Pandiani, Valeron, Luque puis Fran...

Demi finale Coupe des Champions 1964-1965 : Liverpool – Inter (3-1, 0-3)

Avant de remonter trois buts dans le second acte au Milan, Liverpool se faisait surprendre par son voisin interiste. Les Nerazzurri défendaient alors leur titre. Tiens, tiens... Mais il n'y avait « que » deux buts à refaire, et à domicile. Surtout, Helenio Herrera n'avait pas signé au Real Madrid à l'inter-saison.





Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:57 Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 24
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur