1. //
  2. // 8e
  3. // AC Milan/Arsenal

Top 10: oppositions anglo-italiennes

A de rares exceptions milanaises, les Italiens ont pris cher face aux Anglais, ces dix dernières années, en Ligue des champions. En apéritif de Milan-Arsenal, retour sur dix batailles entre représentants d'Albion et de la Botte.

Modififié
44 13
Roma – Arsenal (1-3), phase de poule, novembre 2002
On peut parler d'acte fondateur. Larguée en Serie A, la Roma, championne d'Italie en titre, a tout de même fière allure avec ses Totti, Cafu, Cassano, et Batistuta. Souci : réciter son latin ne suffit désormais plus face aux clubs anglais. D'un triplé, Thierry Henry signifie au football italien la nécessité de son aggiornamento. Bon, Arsenal, ne passera pas la phase de poule, mais dès l'année suivante, les Gunners tirent à nouveau au canon sur la botte. Ils éparpillent l'Inter à Giuseppe Meazza (1-5). La Ligue des champions connaîtra cette saison un dénouement 100% italien (Juventus-Milan AC), mais il s'agit d'un trompe l'oeil, car l'Empire a déjà entamé son déclin.

Youtube

Liverpool – Milan AC (3-3, 3-2 t.a.b), finale, mai 2005
L'Angleterre a beau placer ses quatre clubs en phase finale, elle peine encore à maîtriser la science des matches à élimination directe. Le Milan AC a ainsi réduit Manchester United à l'impuissance : deux petits 1-0 bien ficelés, en huitièmes. En finale, les Rossoneri se jouent encore des puissants britons. A la mi-temps ils mènent trois à zéro. Sauf que les riverains de la Mersey sont désormais dirigés par un entraîneur espagnol tatillon, et l'entrée de Dietmar Hamman, alliée à la mystique scouser, conduit Liverpool à soulever la Coupe.

Youtube

Manchester United - As Rome (7-1), quart de finale, avril 2007
En huitièmes de finale, quatre clubs anglais envahissent le tableau, pour seulement deux italiens. L'Angleterre marche sur l'Europe, et United piétine Rome. A Old Trafford, Totti et consorts volent en éclats, et regagnent la Botte une croix de saint Georges plantée sur le crâne.

Youtube

Milan AC – Manchester United (3-0), demi-finale, mai 2007
S'il n'en restait qu'un. Face à l'écrasante flotte anglaise, le Milan AC résiste toujours et encore. Seul club n'évoluant pas en Premier League présent en demi-finale, il dégomme Manchester United, qui se voyait trop beau après en avoir mis sept à la Roma. Les Red Devils l'emportent à l'aller, mais reçoivent une nouvelle leçon au retour (3-0). En finale, les Rossoneri prendront leur revanche sur Liverpool.

Youtube

Milan AC -Arsenal (0-2), huitième de finale 2008
Le Milan prend conscience de son âge. Face à la jeunesse londonienne, Maldini et consorts ne peuvent plus retarder l'échéance de l'horloge biologique. Les Rossoneri finissent, eux aussi, par abdiquer, incapables de marquer un but à Arsenal (0-0 à l'aller). Opposé à Liverpool au même stade, l'Inter, champion de Serie A en titre, ne fait pas mieux (2-0, 0-1). Le dernier survivant italien, l'AS Roma, est dégagé en quart par Manchester United. La Premier League place encore trois de ses représentants en demi-finale.

Youtube

Juventus – Chelsea (2-2), huitièmes de finale 2009
La tendance se confirme. Les huitièmes de finale proposent trois confrontation italo-anglaises, et le verdict se révèle invariable : England wins. Pour son retour en Ligue des champions, la Juve veut croire en son étoile intemporelle, mais elle chute face à Chelsea. Battue à l'aller (1-0), la Vieille Dame se révèle désormais incapable de conserver un avantage. Deux fois, les Bianconeri mènent, deux fois ils se font rejoindre. Ses os sont rouillés. Son style obsolète. Dans les autres oppositions de style entre Giorgio Armani et Fred Perry, Arsenal se fait la Roma aux pénaltys, et l'Inter prend l'eau face à Manchester United. Aucun club italien ne disputera les quarts.

Youtube

Chelsea – Inter (0-1), huitième de finale 2010
Hégémonique en son royaume, l'Inter symbolise dans le même temps le déclin italien sur la scène européenne, tapé trois fois de suite en huitièmes comme un vulgaire Lyon. Mais 2010 sera l'année nerazzurra. C'est aussi la deuxième de Mourinho à la tête des Interistes, celle où il a pris l'habitude de soulever les trophées. Plutôt dominateur à l'aller, le Chelsea … d'Ancelotti s'était, malgré tout, incliné à Giuseppe Meazza (1-2). Au retour, Mourinho, ex de Chelsea, gagne la bataille tactique. Les vicieux y verront un nouveau un nouveau triomphe anglais.


Manchester United – Milan AC (4-0), huitièmes de finale 2010
La preuve que la victoire finale de l'Inter ne fut qu'un épiphénomène, mourinhien qui plus est, plutôt qu'italien ? Cette branlée assénée au Milan AC, par Manchester United. Rooney, Nani et Valencia se baladent, pendant que Ronaldinho regrette un instant ces litres de bière et de friture qui lui plombent l'estomac. C'est si loin que ça 2007 ?

Youtube

Tottenham – Milan AC (0-0), huitièmes de finale 2011
On peut donc ne pas disputer la C1 depuis près de quarante ans, et taper le Milan AC, comme ça, sans trop peiner. On peut même se qualifier grâce à un but de Peter Crouch à l'aller, avant de fermer la boutique au retour. Moche mais efficace. En match de poule, le voisin interiste et champion d'Europe en titre avait reçu une fessée à White Hart Lane. L'aristocratie milanaise contrainte de capituler devant la force du nouveau riche londonien. Des pintes pour tout le monde, et rangez votre Chianti.

Youtube

Naples – Manchester City (2-1), novembre 2011
Les positions établies vacillent au Royaume. Liverpool et Arsenal sont à la peine devant les montées en puissance de Tottenham et Manchester City. Un rebattage des cartes qui rend les Anglais plus vulnérables sur la scène européenne. Obsédé par son duel avec son voisin et ennemi de City, United vient ainsi de rendre les armes dès la phase de poule. Idem pour les Citizens, encore peu rompus aux joutes européennes, et victimes de l'enthousiasme napolitain. La tendance semble à la hausse pour la Botte, qui place trois de ses représentants en huitièmes, pour seulement deux Anglais. Le rapport de force a-t-il vraiment basculé ? Le verdict de Milan-Arsenal, et de Chelsea-Naples, devrait permettre de tirer une conclusion plus tranchée. Une lutte qui doit bien paraître dérisoire en Espagne, le nouveau centre de pouvoir de l'Europe.

Youtube


Par Thomas Goubin
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Cepseudoestdéjàprit Niveau : Loisir
Après toutes ces années, j'ai toujours la trique quand je revois le match de Liverpool-Milan ...
Je me souviens de la leçon du Milan face à MU en 2007; quelle démonstration ! Kaka était au sommet de son art, simplement le meilleur à l'époque ! dommage qu'il a ensuite décliné en partie du à ses blessures. Sinon Seedorf etait aussi pas mal voir énorme ce soir la !
C'est triste de voir ce qu'est devenu Kakà...
quel but de crespo tout de même. quel première mi-temps du milan.
Je penses que dans ce top 10 , la demi finale retour de 1999 a sa place , petit rappel :
Manchester United (futur vainqueur) qui a éliminé en quart un autre club Italien, l'Inter Milan de Ronaldo ( 2-0 / 1-1 ) , affronte en demi la Juventus de Turin des Zidane, Del Piero , Inzaghi ...
La Juve a ramené un bon match nul d'Old Trafford 1-1 et dans le premier quart d'heure du match retour Super Pippo a claqué 2 cageots , après 96-97-98 voilà une 4e finale d'affilée ... mais non ! La faute aux Red Devils qui remontent au score pour finalement l'emporter 3-2 !
Ps : La Champions de 99 a été probablement celle qui a offert les plus beaux matchs , il manquait juste le Milan AC, mais que de bons souvenirs !!! Le groupe de la mort Bayern, Man U, Barcelone ! Les duos d'attaques Cole Yorke et Rebrov Shevchenko ! L'aller retour Man U - Barça ! 2 fois 3-3 avec une spéciale Rivaldo : poitrine retourné sur Schmeichel ! Le CF de Beckham ! Le football que j'ai aimé avec les joueurs d'une génération bientôt éteinte , reste plus que : Inzaghi, Del Piero, Totti , Seedorf, Scholes , Giggs, Zanetti.
Avant les galactocs là y avait une équipe : Mijatovic, Redondo!!! Raul , Hierro ... Le Barça : Rivaldo, Figo, Kluivert ... Et last but not least le milieu de terrain de Man U : Roy Keane, Scholes, Beckham et Giggs !!! (Avec devant Cole ,Yorke, Sheringham et Solskjear) Est qu'on a fait mieux depuis ?
J'ai écris un roman mais celui qui a vu ces matchs à l'époque comprendra
Je te suis parfaitement Roko !

Je ne sais pas si c'est de la nostalgie, mais le football me semblait moins pourri, il y avait plus de magie et les joueurs donnaient tout sur le terrain.

Aujourd'hui il manque les tacles et la classe de Maldini, les déboulés de Roberto Carlos, les dribbles de Ronaldo, les retournés de Rivaldo, des tueurs comme Trezeguet, Inzaghi, Shevchenko, Crespo... enfin des joueurs avec un amour du ballon et du maillot plutôt que du fric...
Bien d'accord avec vous Roko et Inzaghi.

C'était une belle époque, la PL me régalait de ses artistes maudits qu'étaient Bergkamp ou Zola. De ses tronches de durs à cuire qu'étaient Jaap Stam, Tony Adams ou bien encore David Seaman. J'ai toujours cette image du premier se faisant recoudre l'arcade sur le bord du terrain lors de l'Euro 2000.

Le Calcio était au sommet de l'Europe, la Juve de Zidane affrontait l'Inter de Ronaldo. Moratti, mécène dans l'âme, entretenait Ivan "1+8" Zamorano et l'inconstant mais génial Alvaro "El Chino" Recoba.
La Lazio emmenée par le boucher Couto et le poète Mihajlovic foutait les jetons à toute la botte.
Le Parme de Buffon, Cannavaro, Thuram, Chiesa, Crespo, Veron, Sensini gagnait l'UEFA contre l'OM de Lolo Blanc à une époque où cette compétition valait encore quelque chose.

Je m'arrête là et pourtant je pourrai encore parler des Boban, Mijatovic, Suker, Romario, Luis Enrique, Guardiola, frangins De Boer, Edgar Davids, Orega, Cafu, Bebeto, Bierhoff, Klinsmann, Djorkaeff, Simeone, Batistuta, Rui Costa, Figo et consorts

Putain les mecs, on veillit...
+1 pour Roko, Inzaghi, Turchinu

Vous avez raison les mecs !
je rajouterais a tous ce que vous avez écrit précedamment :
le bayern de 2001 avec Effenberg, Kahn, Jancker, Scholl,Hargreaves,Salihamidzic... bref une sacrée équipe de grandes geules qui en avait dans le slip !
apres c'est clair que le calcio dominait (Juve-Parme-Lazio-Milan-Inter) avec aussi la Roma de Totti,Nakata,Cafu,Batistuta, Walter Samuel...
et puis aussi la folle année de Liverpool en 2001 ( remember la plus belle finale de l'histoire de la coupe Uefa gagné 5-4 contre Alaves)
Bref, la période fin des nineties-début des années 2000 c'était énorme !

Si on est nostalgique je crois aussi que c'est parce que on se reconnait de moins en moins dans le foot actuel quand on compare à cette période magique qu'on a connu
Ben oui les mecs on vieillit ça doit être ça ! Mais je suis d'accord il y avait des gars moins pourri par le fric c'est clair aujourd'hui des mecs comme Rui Costa, Gaby Batistuta ou Totti qui auraient pu avoir une carrière tout autres en termes de palmarès s'ils avaient quitter leur clubs de coeur , il me semble que Totti aurait pu signer chez Le Réal et l'Inter mais il est resté à Rome, c'est classe , au moins il a été champion du monde c'est déjà ça.
Et Rui Costa et Batigoal qui sont resté près de 10 ans à la Fiorentina avant de bouger justement pour gagner au moins quelque chose Gaby a gagné un titre de champion avec la Roma et Totti mais Rui Costa avec Milan je sais pas s'il a gagné quelque chose ...
Si on se souvient des attaquants , une mention spéciale à Redondo et à Cocu (le mec le plus polyvalent qui soit) et dans ma liste des dinosaures j'avais oublié Raul ...
C'est vraiment con de vieillir !
@Rokossovski

Mais oui Rui Costa a gagné qqchose au Milan ! si je me trompe pas il y est encore lors de la ligue des champions 2005 gagné contre la juve et je me demande si il a pas ramassé un scudetto au passage

Sinon pendant que j'y pense à cette période les Oranje avait quand même une génaration doréé : Bergkamp, Overmars, Seedorf,Davids, Cocu, les frères de Boer, Kluivert, Van der Sar, Stam, Van bronkhorst, Hasselbaink, Makaay ...
Franchement d'accord pour les Oranges mais bon c la faute aux pénos ! En 98 contre le Brésil en demi, en en 2000 contre l'Italie en demi aussi (plus 2 pénos loupés dans le match !) en 2002 ils se sont pas qualifiés , après contre les Bleus en finale je sais pas ce que ça aurait donner mais bon c'est vrai que c'était une sacrée génération : Ajax 95 plus d'autres artistes dont Bergkamp , je rêves encore de son but contre l'Argentine et je l'avais presque oublié le Jimmy Floyd Patator Hasselbaink et les lucarnes qu'il a déchiré avec le Chelsea d'avant Roman Je claquemonfric
acqua di gio Niveau : DHR
L'Angleterre a tout simplement profité de l'arret Bosman.

On parle beaucoup de trompe l'oeil, mais si on fait un bilan palmarès sur 10 ans, on s'aperçoit que l'Angleterre a gagné 2 LDC et l'Italie 3.

Le problème de l'Italie, c'est a très mal gérée l'après Bosman, avec des transferts douteux et massifs de joueurs d'AMsud au niveau plus que moyen mais aux commissions exceptionnelles pour les agents.

Cela a tué la Série A pendant de nombreuses années.

Le meilleur exemple est Vampetta ( Inter Milan ), comme si il n'y avait pas meilleur que lui ne serait ce qu'en joueur Italien.
Mais il y en a des tas d'exemples. (Guglielminpietro, Castroman, Guiguou, Cufre, O'Neil...)

Normal que le foot soit de moins en moins intéressant, il n'y a plus que 3 villes ( Madrid, Barcelone, Milan ) et une place financière ( le Big 4 Anglais ) qui regroupent les meilleurs joueurs.

Certains préfèrent cirer le banc gentiment et encaisser le chèque comme on dit.

Ce n'est pas dans leur "intérêt financier" de trop l'ouvrir.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
44 13