Top 10 : OM vs Italie

A l’heure de jouer le retour contre l’Inter pour une place parmi les huit meilleures équipes européennes, retour sur les nombreux affrontements entre l’OM et les clubs italiens.

Modififié
27 15
Milan AC-OM (1-1), 7 mars 1991, ¼ de finale aller, coupe d’Europe des clubs champions

Probablement le chef d’œuvre de l’ère Tapie. Comme d’hab’ ou presque, le club sudiste a changé d’entraîneur en décembre. Le patron d’Adidas déboulonne les idoles et a fait valser le Kaiser Beckenbauer (champion du monde six mois plus tôt) de son trône pour le remplacer par un roturier du nom de Goethals. C’est le Milan du Cavaliere qui s’avance avec ses artistes bataves et ses princes lombards. Le coach belge laisse sur le banc ou à l’infirmerie les Stojkovic, Cantona, Tigana et Vercruysse. Il veut gagner la bataille tactique avec une défense à cinq et Pardo et Germain au fond de la mine. Ca commence on ne peut plus mal : une erreur de Casoni permet à Gullit d’ouvrir le score (15è). Puis, peu à peu, l’invincible vaisseau amiral milanais perd de sa superbe. Le piège de Goethals opère. Les huit joueurs à vocation défensive coupent les circuits préférentiels des Rossonieri, l’OM presse haut et joue la ligne. Le trio de devant (Pelé-Papin-Waddle) fait des miracles et sur une sublime combinaison JPP égalise (27è). La suite ne sera qu’une féroce bataille au milieu que Marseille gagne dans tous les esprits même si le score ne change pas.

Juventus de Turin-Olympique de Marseille (3-0), 27 septembre 1972, 1/16ème de finale retour, coupe d’Europe des clubs champion

Marcel Leclerc était une sorte de brouillon de Bernard Tapie. Quand il arrive à l’OM en 1965, le club est en deuxième division et sans le sou. Sept ans plus tard, la société phocéenne compte deux coupes, deux titres de champion et une grosse armada qui a fait la nique à un Saint-Etienne, titré quatre fois de suite. L’Europe n’est pas du même bois. La première fois, à l’automne 71, l’Ajax de Cruyff taille en copeaux le Marseille de Skoblar/Magnusson (6-2 sur les deux matchs). La seconde, c’est le futur finaliste turinois qui dispose d’une équipe renforcée par Salif Keita et Trésor à l’intersaison. A l’aller à Gerland (le Vélodrome est suspendu), l’OM fait jeu égal et même un peu mieux (1-0) avant de s’incliner lourdement au retour (3-0), l’immense Roberto Bettega (un doublé) est passé par là. Inquiété par la justice, mis en minorité par son board, Marcel Leclerc regarde ça de loin : il a démissionné pendant l’été. Business as usual.

Bologne FC-Olympique de Marseille (1-1), 20 avril 1999, 1/2 de finale, coupe de l’UEFA

Ou comment perdre une finale un mois avant, en demi-finale. Après un match nul sans but en Provence, l’OM déboule dans la plaine du Pô le couteau entre les dents. Dans une rencontre âpre, Les Bolognais font monter la sauce avec un but de Paramatti (18è) et les Phocéens sont éliminés jusqu’à trois minutes de la fin. Jusqu’à un pénalty de Blanc que l’arbitre redonne à retirer. Porato sauve même sur le gong une frappe du divin Beppe Signori. Le retour aux vestiaires appartient à la légende : Dugarry défend Luccin, bagarre générale, Blondeau qui met un coup de chaudron à un policier…casqué (la classe, le Patrick). Et Courbis qui traite l’arbitre d’ « abruti » avant de se rétracter. «  Abruti…euh… par la chaleur et la fatigue » . Marseille jouera la finale moscovite sans cinq joueurs parmi lesquels Ravanelli, Luccin et Dugarry… Une victoire à la Pirès, pardon à la Pyrrhus.

Lazio de Rome-Olympique de Marseille (5-1), 14 mars 2000, 2ème phase de poules, ligue des Champions

Prendre quatre buts d’Inzaghi, passe encore. De Filipo oui, mais pas de Simone. Aligner Abardonado, Fisher, Martin et Martini (pour illustrer le duel franco-italien sans doute), De La Pena, Moses, Pouget ou Bakayoko pour un match de C1: Bernard Tapie doit s’en retourner dans sa tombe… Comment ça, il n’est pas mort…

Olympique de Marseille-Milan AC (1-0), 26 mai 1993, finale de la Champions
Tout le monde connaît la fin. Le début aussi, le milieu et même l’avant et l’après. Massaro qui vendange, Barthez qui sauve les meubles et le coup de boule de qui-vous-savez juste avant la mi-temps. La moins bonne équipe de l’ère Tapie réussit là où les plus brillantes ont échoué. Bon évidemment peu après il y a OM-VA, la perte du titre de 93 sur tapis (sic) vert, car il n’y a jamais loin de la Roche tarpéienne au Capitole ; on est en France, dudes. Ah, on oubliait…la banderole du Vélodrome, trois jours plus tard, contre Paris, essentielle : «  A jamais les premiers  » . Dix-neuf ans plus tard, la question se pose : «  A jamais les seuls ? » . C1 s’entend, la seule qui vaille…

Olympique de Marseille-Lazio de Rome (3-0), 3 août 2005, ½ finale coupe Intertoto

Un match que tout le monde a oublié sauf les fans hard-core et les bibliothécaires de Cassis. Cinq ans, après la trempe de l’Olimpico, l’Olimpico di Marsiglia prend sa revanche. Le boss de Neuf Telecom rêvait de gagner des titres ; alors pourquoi pas la coupe à Toto ? Ce sera fait le mois suivant après un improbable retour contre la Corogne à la fin août 2005. En transes, RLD descend sur le terrain pour célébrer LA victoire. Tout ça pour ça…

Inter Milan-Olympique de Marseille (0-1), 14 avril 2004, ¼ finale retour

Vainqueur étriqué à l’aller grâce à un but de Didier Drogba, le Massilia Sound System se déplace en Lombardie sans le cousin de Michael Ballack (rayon losers ad nauseam), suspendu. José Anigo aligne une équipe qui lui ressemble, des soudards qui méprisent les états d’âme : Beye, Hemdani, Abardonado, Meïté, N’Diaye, le fantôme d’Ivan de la Pena, Ferreira ou encore l’immémorial Vachousek. La grâce à l’état natif. La magie peut donc s’installer dans la cathédrale milanaise ; les fameux tours de Lombardie, sans doute. Camel Meriem ouvre et ferme le score à un quart d’heure de la fin. C’est la fête tandis que Mido (remember ?) erre sur le terrain, le sourire jusqu’à la queue de cheval. Borduré, il ne jouera pas la finale. Troubles in paradise…

Olympique de Marseille-Parme AC (0-3), le 12 mai 1999, finale de coupe de l’UEFA

Pharmacie de garde magnanime, le Parme de cette période tenait comptoir ouvert 24h/24, les jours fériés et même les 29 février. Les joueurs du Parma AC (Avec Cachets, probablement) de cette époque étaient champions du monde (Buffon, Cannavaro, Buffon, Boghossian) ou s’appelaient Veron, Crespo, Balbo ou encore Asprilla. Autant dire de petits footballeurs qui avaient besoin de petits adjuvants pour entretenir la chaudière. Le club d’Emilie-Romagne circa 98/99 bénéficia aussi d’une grosse toile de Laurent Blanc pour ouvrir la marque (la célèbre amnistie présidentielle). Le collectif parmesan aimait beaucoup, cette année-là, les clubs français puisque les deux premiers la Ligue 1 moissonnèrent neuf buts en deux matchs (Bordeaux pris 6-0 en ¼ de finale contre ces narcotiques plus du tout anonymes). En ce temps-là, Parma Aimait la Came…

Olympique de Marseille-Milan AC (1-2), le 15 septembre 2009, phase de poules ligue des Champions

Dans le chapeau 3, Marseille a tiré du lourd : le Milan et le Real. Tout Marseille se remémore sa splendeur passée. L’OM serait la bête noire du Milan (au Moyen-Age, peut-être) et le Real n’est qu’un cirque surcoté. L’illusion ne durera que soixante-quatorze minutes, le temps pour SuperPippo d’user de ses pouvoirs diaboliques pour ouvrir et clôturer le score… Inzaghi, un nom à proscrire dans toute la région PACA…

Olympique de Marseille-Milan AC (1-0), le 21mars 1991, ¼ finale retour, coupe d’Europe des clubs champions

Un match de légende et l’invraisemblable advient : le grand Milan, double champion d’Europe, est à terre. Et puis, il y a ce but insensé dont tout le monde se souvient sauf son auteur: ce centre de Pelé, Papin qui dévie de la tête, dans l’arc de la surface, au milieu de six Milanais (Maldini y es-tu ?) et Waddle (dans le coltard) qui expédie une volée du droit, comme au ralenti, dans le but de Rossi. Le Vélodrome s’embrase, deux projecteurs s’enrhument et Galliani qui demande à ses joueurs de quitter la pelouse, ce qui vaudra au club rossonero d’être suspendu d’Europe pendant un an. Le jour du printemps 1991 à Marseille ? Argh, toute la ville s’en souvient…

Par Rico Rizzitelli
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Super article, que de bons et mauvais souvenirs... En espérant écrire une nouvelle page de notre histoire mercredi.

A jamais le premiers.
Bologne-OM, un vrai match de sauvages comme je les aime, dommage que ce n'était pas ce match là la finale...
En 99, Buffon et Cannavaro n'étaient pas encore champions du monde.

Dure la charge sur Parme!

Ça ne devait pas être la seule équipe de premier plan à user de la seringue!

Sinon, on remarquera tous les scandales hors-terrain qui ont émaillé les rencontres italo-marseillaises. Le choc des mafias!
@mario: non ce n'étaient pas les seuls, souviens-toi de l'OM sous Tapie... Mais bon faut pas trop en parler.
ramene des vrais arguments avant de dire des conneries comme sa, la jalousie sa fait dire des choses incroyables.

Sinon pour revenir a Parme, cest grave les joueurs de parme ils avaient été pris la piquouse au bras par les cameras...
Ryan Joseph Wilson Niveau : DHR
Sympa l'article ! Ouais Parme 99 c'est pas glorieux quand même...

A jamais les premiers comme tu le dis si bien Forza OM, d'ailleurs tu fais la une du site de l'OM :p
@forza om:

Voller a parlé dans la presse allemande (et dans son bouquin aussi mais il faudrait que je vérifie) de "piqures bizarres qu'on voulait lui injecter masi que le docteur de la Mannschaft de l'époque lui a interdit". Ca vaut ce que ça vaut bien évidemment mais on peut légitimement s'interroger sur la propreté du foot des 90's.
Parce qu'on ne peut pas s'interroger sur le foot et les autres sports d'ailleurs des années 2000 ? Les ports où les joueurs courent 90 ou 120 minutes sans crampes, où ils n'ont presque plus de baisses de forme, où ils jouent jusqu'à des âges quasi canoniques ? comme par hasard depuis que sont apparues EPO, hormone de croissance synthétisée, hémoglobine réticulée etc... Quand à Forza OM, comme "vrai" argument, les bouquins de Voller, Eydelie, les petites phrases lâchées à droite ou à gauche par Di Meco ça te suffit pas ? Et je n'aborde pas la réputation sans tâche de Goethals ou le brevet de 1er communiant de Tapie ? La mémoire c'est mieux quand elle n'est pas sélective.
Arrêtons de déconner, le foot est sans doute l’un des sports ou l’on trouve le plus de dopage, car c’est l’un des sports ou il y a le moins de contrôles et où ça peut rapporter le plus de pognon. Comment croire que les crampes de fin de matchs ont ainsi disparu à cause d’une meilleure préparation physique (sic) alors que les matchs sont toujours plus nombreux et toujours plus intenses. De même, il y a des « effets secondaires » qui restent visibles (addiction au sexe, à la coke, gastros à répétition, morphologie changeante d’une saison à l’autres, etc…) et il suffit de regarder la gueule de Ronaldo a 35 ans pour comprendre les ravages que la conso à haute dose peut entrainer.
Enfin, pour ouvrir les yeux aux naïfs, deux petites anecdotes comme ça : l’année dernière l'international belge Bertrand Crasson a avoué lorsqu’il jouait à Naples de 1996 à 1998 qu'il subissait deux perfusions par semaine et la seconde (dédicace pour toi Forza OM !) on sait qu’à la grande époque de l'OM, sous Tapie, il y avait dans les vestiaires un tableau noir sur lequel était écrit : "Ce soir, piqûre pour tout le monde." Seul Éric Cantona avait ajouté : "sauf pour Cantona"…
Bref, ce qui était vrai en 1954 (la RFA et ses amphétamines), dans les 80’s (cf l’équipe d’Algérie et les drôles de tronches des enfants nés de ses joueurs), l’Italie dans les 90’s (Juventino style avec un procès qui n’a jamais éclaboussé Zizou et Deschamps) est bien sûr toujours valable aujourd’hui et il faudrait être fou pour ne pas s’en rendre compte…
Enfin, pour ceux qui veulent allez plus loin, vous pouvez lire -entre autres- le bouquin du Docteur Jean-Pierre de Mondenard "Dopage dans le football. La loi du silence", un bon livre qui, comme ceux qui traitent de ce sujet, n’a évidemment pas eu de publicité dans l’Equipe (Groupe Amaury qui gère aussi les droits du Tour de France)…
j'ai aucun problemes pour m'interroger l'OM comme j'ai aucun problemes pour m'interroger sur tous les clubs

Mais apparemment sa fait vendre ou c'est a la mode de cracher sur le passé du seul club francais a avoir réussi quelquechose dans son histoire.

Eydelie c'est rien d'autre qu'un clochard qui a écrit un livre en essayant de choqué pour faire de l'argent.

A l'epoque dans l'evatualité ou l'OM était dopé, le Milan AC l'etait aussi, tout comme Monaco, le FC Canal +, les clubs de l'Est...

Donc je vois pas ce que sa apporte de pointer du doigt seulement l'OM.

A mes yeux rien ne peut remettre en cause de cette époque le talent de waddle, les papinades, la hargne de boli, la grinta de deschamps, la classe de barthez, la ferveur de notre peuple et la passion du héro Depé pour hisser notre club sur le toit de l'Europe.

Je laisse les rageux continuer a cracher leur venin, leur haine et leur jalousie
et s'il te plait, laisse le grand Monsieur qu'est Raymonde Goethals tranquille.

Allez l'OM, A jamais les premiers ;)
Raymond Goethals! pas Raymonde qu'il me pardonne d'avoir ecorche son nom LOL

Repose En Paix Coach
Faut que tu restes dans ton monde Forza, celui où l'OM est à jamais le premier (Premier quoi au fait). Il y a aussi un monde où les gens ne sont pas obligatoirement haineux ou aigris envers ou à cause de l'OM. Simplement, ils s'en foutent. Et quand ils rectifient certaines affirmations fausses ou orientées, ce n'est pas par "jalousie", juste parce qu'elles sont fausses ou orientées. Par exemple, mon pseudo t'indique où vont mes préférences et tu m'excuseras de te rappeler qu'en matière d'histoire ou de palmarès la jalousie n'est pas de mise. Quand à Goethals, rappeler des faits c'est être irrespectueux de ton point de vue ?
+ 1 pour trap
Quand à toi Forza, tu aimes ton club (et c'est à ton honneur) mais l'amour ne rend pas toujours aveugle et un peu de lucidité c'est pas mal pour avoir un peu de crédibilité. Enfin, rassures toi, ce soir, on sera tous avec toi à supporter l'OM.
Pas moi. Je suis pour l'Inter.

Non pas par hostilité envers l'OM (dont je me fous plus ou moins) mais par solidarité avec le calcio.

Forza Inter!
y'a t'il un supporter de Lyon par hasard ?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
27 15