Top 10 : Manque d'ambition ?

Ils sont beaux, plus ou moins jeunes, talentueux et ont tout pour signer dans un grand club européen. Mais au moment de prendre une décision, ils prennent tout le monde à contre-pied et décident de partir dans des clubs moins forts. Top 10 des mecs pas vraiment intéressés de poursuivre leur carrière dans le gratin européen.

0 7
- 1) Jeremy Toulalan


De Lyon à Malaga en juin 2011. Après plusieurs semaines de tractations, le transfert de Jérémy Toulalan chez les Qataris de Malaga a finalement été conclu. Alors qu'au départ, cela ne semblait n'être qu'une rumeur de plus dans le maelström de la période “Transferts”, vu que le milieu défensif avait promis de terminer sa carrière à l'OL, tout s'est finalement avéré vrai, au moment où la Toul atterrit à l'aéroport de Malaga pour parler business. Ajoutez à cela que le joueur avait des propositions concrètes de la part du Bayern en 2009, et vous obtiendrez un transfert plus que surprise. Au final, année noire pour Toulalan entre une Coupe du Monde ratée et un départ vers un club qui aura fort à faire pour attraper ne serait-ce que le tour préliminaire de la Ligue des Champions. Mais bon, lot de consolation, les dirigeants lui offrent 4,5 millions par saison. De quoi noyer sa peine de ne plus jamais entrevoir les huitièmes de la Ligue des Champions.

- 2) Balazs Dzsudzsak


Transféré du PSV à l'Anzhi Makhachkala en juin 2011. Personne n'a vraiment parlé de ce transfert et pourtant l'Europe vient de perdre un milieu de talent. Courtisé, entre autres, par Lille, au soir de l'élimination du futur champion de France en Ligue Europa, Balazs avait toutes les qualités pour finir dans un club installé correctement dans les compétitions européennes. Avec une saison à seize buts et quatorze passes décisives, un transfert à la Roma, Schalke ou même Valence, n'aurait pas semblé choquant outre-mesure. Pourtant, Balazs décide de partir rejoindre Mbark Boussoufa et autre Roberto Carlos à l'Anzhi Makhachkala. A seulement 24 ans, le Hongrois a peut-être déjà flingué sa carrière.

- 3) Bruno Alves


Transféré de Porto au Zénith Saint-Pétersbourg en août 2010. Formé et titulaire indiscutable à Porto, Bruno Alves aurait dû franchir un pallier en août 2010. Ses agents et les médias lui promettent Barcelone, Manchester City, Chelsea ou même l'Inter Milan. Finalement, contacté par les milliards de Gazprom, Bruno se chauffe pour prendre son billet direction Saint-Pétersbourg. Conscient d'avoir fait une connerie question carrière, de nouvelles rumeurs circulent ces derniers temps au sujet d'un échange entre Alex, de Chelsea, et le joueur. De quoi obtenir une place de choix dans un futur classement du même type pour le Brésilien.

- 4) Lukas Podolski


Transféré du Bayern à Cologne en 2009 : formé dans le Rhin, Lukas Podolski est un modèle de précocité. Il inscrit dix buts pour sa première saison en Bundesliga et se retrouve sélectionné dès 2004 avec la Nationalmannschaft. Meilleur jeune joueur de la Coupe du Monde 2006, Lukas est promis à un avenir radieux. D'ailleurs le Bayern Munich ne s'y trompe pas et engage le joueur sitôt la compétition terminée. En Bavière, le Polonais de naissance connaît ses premiers coups de mou. Fatigué d'enchaîner les prestations mi-figue mi-raisin, son club formateur, le FC Cologne, se prend à rêver d'un retour de l'enfant prodige. Malgré des offres concrètes du Real et de la Juventus, Podolski se dit qu'au moins, là-bas, il sera titulaire. Il y signe, donc, pour 10 millions d'euros et ne fait depuis parler de lui que lors des compétitions internationales.

- 5) Yohann Cabaye


Transféré de Lille à Newcastle en juin 2011. Chaque saison, le même refrain : “Si une offre arrive, je pourrais m'en aller”. Chaque année, des rumeurs vers un club de standing européen jonchent les colonnes des journaux/sites internet français. Puis vient la saison 2010-2011, une année pleine avec un doublé Hexagoal – Coupe de France. Ce n'est pas grave si son club de cœur jouera la Ligue des Champions la saison prochaine, Yohann a pris sa décision d'aller voir ailleurs si l'herbe était plus verte. Et vite apparemment. Sans même prendre le temps d'attendre que les offres affluent, il se tire à Newcastle. Là-bas, au moins, il retrouvera un mec connaisseur du rayon gâchis : Hatem Ben Arfa.

- 6) Gilberto Silva


Transféré d'Arsenal au Panathinaikos en juillet 2008. On connaît le pouvoir qu'ont les joueurs libres pour négocier avec un nouveau club. Pas d'indemnités de transfert, juste à se mettre d'accord sur le montant du contrat et les primes. Confronté à la politique d'Arsène Wenger de ne proposer qu'un an de plus pour les joueurs de plus de 30 ans, Gilberto Silva se pose des questions sur son avenir à Arsenal lors de la saison 2008-2009. Au mercato hivernal, la Juventus Turin se propose, d'ailleurs, de l'accueillir. L'intérêt est mutuel puisque le joueur déclare alors : « Je pourrais aller à la Juventus. C'est un club formidable qui a su surmonter sa descente en Serie B » . Mais, Mathieu Flamini part avant lui. Alors, pour ne pas laisser le milieu londonien sans turn-over possible, Gilberto laisse entrevoir la porte à une prolongation. Devant la lenteur des négociations, le Brésilien finit par regarder ce qu'on lui propose comme autres destinations. Au milieu de toutes les offres qui lui parviennent, il choisira celle du Panathinaikos. En même temps, on lui promettait le titre du joueur le mieux payé du championnat. Comment refuser ?

- 7) Djibril Cissé


Prêté de l'OM à Stoke en août 2008 puis transféré au Panathinaikos. Lorsqu'il était à Liverpool, Djibril Cissé déclarait avoir un faible pour l'OM. Lorsqu'il est cantonné au banc des remplaçants à Marseille, il déclare vouloir retourner en Angleterre. Le problème, c'est que des clubs comme Liverpool ne se manifestent pas à chaque fois. Tant pis. Sunderland propose un prêt ? C'est parti. Fin août 2008, Djibril Cissé refait donc son apparition sur les billards anglais. Entouré d'une importante communauté de francophones (Diouf, Chimbonda ou encore Malbranque), Cissé réalise une bonne saison, mais pas assez pour que les Black Cats lèvent l'option d'achat. Tottenham, qui est à l'ouvrage pour concocter une belle petite équipe, le contacte. Finalement Cissé préfère partir tester la ferveur du championnat grec. Un coup de gueule en conférence de presse et deux titres de meilleur buteur à la suite plus tard, la plus belle photo de blessure des années 2000 veut retourner dans un championnat un peu plus médiatisé.

- 8) Kevin Nolan


Transféré de Newcastle à West Ham en juin 2011. Est-ce qu'un entraîneur peut inciter un joueur à descendre, à nouveau, d'un étage pour tenter une opération sauvetage sur un club en perdition ? Selon Kevin Nolan, oui. Capitaine, cadre de Newcastle, le natif de Liverpool est un élément central des Magpies depuis deux saisons. Réputé outre-Manche, le milieu de terrain aurait pu faire du pied à des clubs plus importants si l'envie de partir se faisait vraiment sentir, comme pourquoi pas Manchester United, orphelin de Paul Scholes, ou Liverpool, qui aurait bien besoin d'un aboyeur pour épauler Steven Gerrard. Mais lorsque l'entraîneur qui l'a révélé et lancé dans le grand bain, Sam Allardyce, l'appelle pour l'aider dans sa mission sauvetage à West Ham, Nolan ne peut refuser. Joey Barton a beau déclarer publiquement que son cœur sera brisé sans Kevin, ce dernier s'en va à Londres. Syndrome de Stockholm vous dites ?

- 9) Carlos Eduardo


Transféré d'Hoffenheim au Rubin Kazan en août 2010. Carlos Eduardo fait partie de ces petits ailiers brésiliens dont tout le monde raffole. Même si des types au même profil que lui, comme par exemple Robinho, Bastos ou même Wilian, réussissent leur carrière. Carlos Eduardo, lui, préfère se mettre des bâtons dans les roues. Déjà, en 2005, repéré par le Real Madrid, le joueur de Gremio préfère rester encore quelque temps à Porto Alegre. Pourquoi pas ? En août 2007, l'heure du départ a sonné. Sa première destination est Hoffenheim, en D2 allemande. Si son club remonte dans l'élite l'année suivante, c'est aussi grâce à lui. La suite de son aventure allemande aurait pu lui permettre d'attirer les recruteurs. Pourtant, en août 2010, face aux 20 millions du Rubin Kazan, le club allemand accepte l'offre et Carlos part s'enterrer dans la capitale du Tartastan. Bloqué à cinq sélections, pas sûr qu'une telle destination favorise son retour dans le squad brésilien.

- 10) Cristiano Lucarelli


Transféré de Livourne au Shakhtar Donetsk en 2007. Saisons 2003-2004 et 2004-2005, Cristiano Lucarelli est bien. Il joue dans sa ville natale de Livourne et marque des buts en veux-tu en voilà (29 buts la première année, 24 la seconde). Naturellement les cadors de la Serie A ainsi que des clubs étrangers commencent à jeter un coup d'œil à ses performances. Mercato estival 2005-2006, Tottenham prend son fax et envoie une offre aux Grenats. Première fissure dans l'idylle entre le joueur et son club. Le président du club, Aldo Spinelli, annonce effectivement, dans un premier temps, que son joueur a décidé de partir en Angleterre « pour l'argent » . Surprise pour l'attaquant, qui rétorque illico : « Je resterai à Livourne, mais les propos du président m'ont humilié » . Le divorce est consommé après une grève d'une frange des supporters toscans. Lucarelli le communiste décide alors de partir. Sa destination ? Un mystère. En effet, croyant peut-être que l'URSS existait toujours, il signe au Shakhtar Donetsk, pas encore le trublion actuel, soit dit en passant. Quelques mois plus tard, il rentre dans sa Botte natale pour ne plus jamais retrouver les sunlights.

Nicolas Bach

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
vous pouviez y ajouter sebastien frey.
Cette année Domenico Criscito a été pas mal dans le genre également...
Donc en gros on critique les footeux qui ont la grosse tête genre Faubert/Payet, mais on critique aussi ceux qui sont humbles.... où est la logique?
Toulalan je trouve pas que c'est un manque d'ambition au contraire, il signe dans un club qui en a beaucoup (d'ambition) dans un des plus gros championnats européen, et qui a les moyens pour parvenir à ses ambitions. C'est pas complètement con.
Et puis vu l'année de merde dont il sort et son club de Lyon qui sent bon le déclin, elle s'en sort pas mal la Toul'.
et Dario Conca en Chine !!!
Attention vous avez d'abord écrit que Cissé avait été prêté de l'OM à Stoke avant de parler de Sunderland dans le paragraphe le concernant: donc pour être clair D. Cissé a bien été prêté à SUNDERLAND.

@sissa: je ne pense pas que ce soit une question d'humilité, beaucoup sont partis avant tout pour l'argent (Bruno Alves, Dzsudzsak, Gilberto Silva, voire Cabaye...).
Manque d'ambition ? Pourquoi donc ?
il y a l'ambition de gagner des titres et d'être reconnu et il y a l'ambition de remplir son porte monnaie.
En général, et dans d'autres secteurs que le sportif, c'est toujours l'ambition économique qui prime.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 7