Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Top 10
  2. // Journée mondiale de la traduction

Top 10 : Lost in translation

Aujourd'hui, c'est la journée mondiale de la traduction. On ne sait pas trop à quoi ça sert, mais c'est l'occasion de se replonger dans les plus belles saillies des footballeurs quand ils abordent une langue (presque) étrangère.

Modififié
  • 1) Didier Deschamps : « Il y a Lahm, Boateng et Scheissneiger »

    Didier Deschamps taquine un peu l'italien, mais l'allemand n'est pas vraiment sa tasse de thé. Au moment d'énumérer les joueurs du Bayern, le coach de l'OM lâche un somptueux « Scheissneiger » ; « scheiße » voulant dire « merde  » dans la langue de Goethe. « Je suis au top ! 200 000 connexions, j'ai vu » avoue-t-il l'air désolé quelques jours après en conférence de presse, tandis que sa vidéo crée la polémique outre-Rhin. « C'était un peu dur à prononcer... Je parle d'autres langues, mais pas celle-là… Je voudrais m'excuser vis-à-vis du joueur, et du club aussi, je ne voudrais pas qu'ils puissent penser que j'ai dit ça sur le ton de la plaisanterie.  » Oh, voyons Didier.

    Vidéo

  • 2) Abdeslam Ouaddou : « On ne va pas brûler la peau de l'ours avant de l'avoir vendue »

    Abdeslam et Frédéric massacrent sans pitié la langue de Molière, mais dans le feu de l'action, ça peut arriver à tout le monde. Vous n'avez jamais fait de faute de français, peut-être ? Ayez l'indécence de ne pas brûler la peau de l'ours avant de la vendre, please.

    Vidéo

    Vidéo

  • 3) Giovanni Trapattoni : « Habe ich fertig ! »

    Mars 1998 : solide performance de la part de l'Italien, alors entraîneur du Bayern Munich. Une faute par phrase, une syntaxe défaillante et des transitions en anglais... Mais en gros le message est passé. L'important, c'est d'y mettre du cœur. STRUNZ !

    Vidéo

  • 4) Francesco Totti : « Croyez-vous dans le carpe diem ? - Désolé, je ne parle pas anglais  »

    Tout est dans le titre. Interrogé par un journaliste, Il Capitano fait étalage de ses connaissances en latin, dans un hommage à peine voilé à l'Empire romain. Une performance de haut vol bientôt agrémentée d'une seconde sortie de légende en juillet 2012, pour apporter son soutien à la communauté homosexuelle : « Je respecte l'homophobie. Je respecte les gens qui font cela, il s'agit d'êtres humains et il faut les respecter. » C'est gentil, ça.

  • 5) Laurent Paganelli : « Please, please, you can ! It's a beautiful goal ! Magic ! The public is for you magic Joe Cole Joe Cole »

    À l'aise avec tous les styles, la bête de terrain made in Canal + tente de faire réagir Joe Cole avec ses restes d'anglais du lycée. Peine perdue ; le résultat est mitigé. Pas autant cependant que cette fois où Paga tente d'apostropher Ronaldo « El Fenomeno » au parc des princes lors d'un PSG/OM, avec une certaine élégance : « You are signado con el Paris Saint-Germain ? » Déjà dix-sept ans de questions et pas la moindre amélioration. C'est ce qu'on appelle la french touch, messieurs-dames.

    Vidéo

    Vidéo

  • 6) Zlatan Ibrahimović : « Mi tourner et faire le goal »

    Mis en confiance par son pote Zoumana Camara, Zlatan se lance dans l'exercice délicat de la langue française sur le plateau de beIN. Comme partout, il fait preuve d'un certain talent, même si son coéquipier lui articule les phrases comme à un enfant. «  Aujourd'hui, le terrain, c'était parfait pour toi, Papus » lâche-t-il finalement. Quand on sait charrier en VO, ça mérite déjà au moins la moyenne.

    Vidéo

    Vidéo

  • 7) Rudi Garcia : « Borriello e un giocatore di diarrea »

    Rudi le romanista a conquis le cœur des tifosi en l'espace de quelques mois, notamment grâce à son apprentissage rapide de l'italien. Pas à l'abri d'une erreur pour autant, Rudi compare dans cette vidéo Boriello à un « joueur de diarrhée » ; voulant sans doute dire « joueur de zone  » ( « giocatore di area » ). À moins que cela ne soit un message subliminal d'une subtilité rare.

    Vidéo

  • 8) Éric Cantona : « You need to have players who play at their… levels… at their eleven… so you have to be carefuls »


    À l'issue de l'interview, la tête mitigée du présentateur britannique ne laisse guère de doute sur la prestation du Français ; qui a pourtant passé cinq années en Angleterre au cours de sa carrière. Looking for lessons.


    Vidéo

  • 9) Franck Ribéry : « Ein … gut gut gut gut gut gut Gefühl »

    D'un niveau réputé en VF, Franck Ribéry sait aussi taquiner en allemand. À l'occasion d'un évènement organisé par son équipementier, le milieu offensif du Bayern cafouille sous le regard amusé de ses coéquipiers et du public. À sa décharge, parler adhérence des crampons en Bavière, les connaisseurs reconnaîtront la marque du très haut niveau.


  • 10) Arsène Wenger : « Mina San Aligato »

    On aurait sans doute pu mettre Mourinho, mais le patron du game linguistique est français ! Six langues au compteur d'Arsène qui parlent couramment l'anglais, le français et l'allemand en plus de réussir à baragouiner en japonais, en espagnol et en italien. Pour une fois qu'un tricolore se fait respecter en langues étrangères, ne boudons pas notre plaisir.

    Vidéo

    Vidéo

  • BONUS - Jean-Pierre Raffarin : « Win the yes needs the no to win against the no »

    Peut-être la plus belle causerie de l'histoire. Après celles d'Aimé Jaquet dans Les Yeux dans les Bleus, évidemment.

    Vidéo


    Par Christophe Gleizes
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié



    Hier à 15:45 Harry Redknapp au casting d'une télé-réalité en Angleterre 20 Hier à 12:59 Entraîneurs de Premier League : une stabilité inédite 21

    Le Kiosque SO PRESS

    Hier à 12:52 René Girard à Casablanca, c'est déjà fini 14 Hier à 12:00 Venez regarder un match chez So Foot ! 11 Hier à 11:54 Les Chivas sortent un maillot rétro pour le Mondial des clubs 22
    Partenaires
    Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
    Hier à 08:00 Karembeu dans Joséphine, Ange Gardien 45