1. // Top 10
  2. // Postérité

Top 10 : Les Statues

Privilège ultime accordé aux plus grands, la statue assure la postérité à ceux qui en possèdent. Dans la dernière pub Nike, Ronaldo en a même droit à une. Il ne suffit pourtant pas d'être le plus, beau, ni le plus fort pour y avoir droit. La preuve...

Modififié
6 1

Lev Yashin
A la base, le grand Russe préférait le hockey sur glace au football. Finalement, il aura bien fait de choisir le football. Élu meilleur gardien du XXème siècle par l'IFFHS, l'Araignée Noire est encore à ce jour le seul portier à avoir remporté le Ballon d'Or. Véritable légende du football soviétique, Yashin n'a pourtant jamais disputé le moindre match de coupe d'Europe avec son club du Dynamo Moscou. C'est en fait avec l'URSS que le double mètre en noir s'est fait connaître à travers le monde en devenant le premier casse-cou à sortir au-delà de ses seize mètres. Amputé d'une jambe en 86 et mort à l'âge de 60 ans, Lev Yashin est devenu éternel lorsque les dirigeants moscovites lui ont érigé une statue bizarre aux abords du stade Dynamo. Cette dernière représente Yashin avec une casquette gardant des cages en forme de pyramide. Mais où est-ce qu'ils sont allés chercher un concept pareil ?Di Stefano
Lors de son premier mandat au club, Florentino Perez décide de ressortir Di Stefano de l'anonymat en le nommant président d'honneur du club. C'est le premier hommage d'une longue série pour Don Alfredo et sa canne en bois. Outre le fait que l'avion officiel du club porte désormais son surnom, l'Hispano-Argentin a également droit à son stade de 20.000 places dans le centre d'entraînement de Valdebebas. C'est également dans ce centre high tech que les dirigeants merengues choisissent de lui ériger une statue d'une tonne, plutôt que de l'installer aux alentours du stade Bernabeu. Une décision étrange mais diplomatique : Bernabeu n'avait jamais encaissé le fait que Di Stefano ne raccroche pas les crampons dans la Maison Blanche. Reste à savoir si l'erreur sera réparée une fois que ce dernier aura rendu son dernier souffle. Pas sûr. En attendant, Don Alfredo s'est offert une jolie (?) déco pour la cour de sa maison. Une statue en plâtre représentant un ballon où l'on peut y lire le message suivant : « Merci pour tout ce que tu m'as donné mon ami » . On n'est jamais mieux servi que par soi-même...Romario
Il a été la première star brésilienne à être retournée rapidement au pays alors que tous les clubs européens le convoitaient. L'ancien attaquant de la Dream Team de Cruyff a pris sa retraite à 41 ans après avoir marqué le nombre plus que douteux de 1000 buts. Ce chiffre trop incroyable pour être vrai, O Baixinho l'a atteint sous les couleurs du Vasco de Gama. Le président du club carioca, Eurico Miranda, avait alors tout fait pour que sa star parvienne à égaler le record de Pelé en organisant des matchs amicaux avec des équipes pourlingues, mais aussi en promettant une statue à son joueur. Après avoir atteint son objectif contre Sport Recife, Romario a effectivement eu droit comme promis à son bronze grandeur nature. Sculptée par Cícero D'Ávila, la statue, pâle copie du Christ de Corcovado, aura coûté 20.000 dollars au Vasco... En 2008, cette dernière, érigée aux abords du stade Sao Januario, sera pourtant à deux doigts d'être démolie par la torcida après que Romario eut déclaré que Flamengo était le plus grand club du Brésil... Putain de reconnaissance.Coen Moulijn
Son père, fan absolu du Sparta Rotterdam, avait failli le déshériter lorsqu'il signa pour l'ennemi : le Feyenoord. Ailier classieux et grand artisan de la seule C1 remportée jusqu'à présent par le club, la légende de Coentje (son surnom) n'a pourtant jamais dépassé les frontières des Pays-Bas. Élu meilleur joueur de l'histoire de Feyenoord, Moulijn a d'abord donné son nom à la mascotte du stade De Kuip avant que les dirigeants ne daignent lui ériger une statue à son effigie. C'est quand même plus classe, et c'est déjà ça que d'illustres joueurs hollandais comme Cruyff ou Van Basten n'ont pas (encore).Carlos Valderrama
La France retiendra toujours son passage en demi-teinte à Montpellier. L'Europe retiendra longtemps le jour où le Madrilène Michel lui aura massé les bourses du temps où il évoluait à Valladolid. Le monde entier retiendra à jamais sa coupe de cheveux à la “Tahiti Bob”. La Colombie retiendra éternellement le cerveau de sa sélection nationale et l'adepte du toque qu'il était. Bizarrement, Valderrama a sans doute la plus grande statue dédiée à un footballeur. Une œuvre de 6 mètres de haut et de 8 tonnes à la démesure de la grande touffe du génie ‘cafetero'. Érigée dans sa ville natale de Santa Marta en 2002, la statue est constamment victime de vandalisme. Dernièrement, des petits malins ont arraché les ficelles en bronze du short ainsi que la plaque en marbre sur laquelle on pouvait lire le nom du joueur. Pas facile tous les jours d'être le meilleur joueur colombien de l'histoire...Pelé
“O Rei” est l'un des premiers à avoir eu droit à sa statue. Logiquement, c'est aussi l'un des premiers à s'être fait saloper son effigie en bronze. En 2005, Salvador de Bahia s'est ainsi réveillé avec un monument auquel il manquait les mains qui tenaient une coupe du monde factice. Un outrage jamais élucidé... Heureusement la mairie de la ville a aussitôt réparé les dégâts en restaurant les paluches du Roi. Mais sans y rajouter, cette fois-là, le fameux trophée mondialiste. Pas de bras, pas de chocolat.Eusebio
Le meilleur joueur portugais de tous les temps a également droit à sa statue grandeur nature à l'entrée du stade de la Luz. Au rez-de-chaussé, plus précisément. Clairement, ce n'est pas la plus originale de toutes. “La panthère noire”, plus sombre que jamais, est représentée en train de tirer dans un ballon old school. Depuis la fin de l'art manuélin, la sculpture portugaise, c'est vraiment pas génial...George Best
Ce bon vieux Georgie méritait une statue à lui tout seul. Au lieu de cela, les dirigeants des Red Devils ont choisi de l'immortaliser avec les deux autres Ballons d'Or du club : Dennis Law et Bobby Charlton. La sainte trinité d'Old Trafford a la particularité de ne pas être dos au stade comme c'est souvent le cas. Les Anglais ne font rien comme les autres, c'est bien connu... C'est d'ailleurs pour cela qu'une statue de Matt Busby a été érigée en face des trois champions d'Europe en 68. L'entraineur mythique des Mancuniens est représenté avec un ballon à la main dont la vue semble aguichée par les trois génies du club et notamment Law, qui tente un appel désespéré avec le bras levé. Il peut toujours attendre pour recevoir la gonfle.Bill Shankly
« Je ne deviendrai jamais Bill Shankly » . Rafael Benitez n'aura jamais de statue à Anfield Road. Pour l'instant, l'Espagnol est très loin de jouir de la cote de popularité de celui qui avait enivré le Kop par ses punchlines et ses victoires. Bras ouverts à la masse et sourire goguenard, Bill Shankly a eu droit à la plus belle épitaphe qui soit pour sa statue : “He made the people happy”. Classe. Tofik Bakhramov
Né à Bakou en Azerbaïdjan, Tofik Bakhramov est à l'origine du premier grand scandale du football mondial. Arbitre de touche lors de la finale Angleterre- Allemagne, Bakhramov est devenu un héros national au Royaume-Uni pour avoir accordé le but fantôme de Geoff Hurst. Devenu président de la fédération de football de son pays grâce à sa boulette, Tofik est sans doute l'arbitre qui a reçu le plus de distinctions dans l'histoire du football. Peut-être même le seul... En 2004, à l'occasion d'un match opposant l'Azerbaidjan à l'Angleterre, le stade national de Bakou est rebaptisé en son honneur. Mieux : la fédération anglaise de football y va même de son petit hommage en régalant une statue à son effigie. Bakhramov a également été la star d'un spot de pub pour la marque Kit-Kat. A ce jour “la pause Kit-Kat” est d'ailleurs la seule explication logique de la validation du but d'Hurst. Ils ont aussi leur statue...Beckham (dans un jardin de Birmingham. Allez savoir pourquoi...), Zico (Maracana et Kashima Stadium/Japon), Stanley Matthews et Gordon Banks (au Britannia de Stoke City), Bobby Moore, Geoff Hurst, Martin Peters et Ray Wilson (Upton Park de West Ham), Johnny Haynes (Craven Cootage/ Fulham), Alf Ramsey et Bobby Robson (Ipswich Town), Valery Lobasnovski (Luzhniki/ Kiev), Rio Kall Svensson (Helsingborg/Suède), Lund (Lillestrom/Norvège), Kubala (Camp Nou), Maradona (Bombonera), Dixie Dean (Everton), Jimmy Johnstone (Celtic Park de Glasgow), etc...

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Garrincha est le grand oublié de votre article. Il a en effet sa statue devant le stade de Botafogo depuis le début de l'année !
Son ex, Elza Soares, était très emue..

http://www.youtube.com/watch?v=HS7-cESpKHw

paulinho
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
6 1