1. //
  2. //
  3. // Gr. F
  4. // Olympiakos/ Dinamo Zagreb

Top 10 : les pépites du Dinamo Zagreb

À 18 ans, le milieu offensif croate Ante Ćorić est le nouveau bijou de la formation du Dinamo Zagreb. Ce n'est pas la première fois que le club de la capitale balance aux yeux du monde une pépite. Avant lui, ils sont plusieurs à avoir enflammé le stade Maksimir pour ensuite régaler l'Europe entière.

Modififié
6 15

1. Luka Modrić


On ne présente plus le Johan Cruyff des Balkans. Formé au Dinamo alors qu'il a vu le jour à Zadar, le milieu a régalé Zagreb entre 2004 et 2008, gagnant trois championnats de rang avant de filer à Tottenham. Londres ne sera qu'un tremplin pour le Real Madrid. En Espagne, Modrić va devenir le métronome du Real et s'offrir une Ligue des champions en 2014. Pas forcément le plus beau pour ses dames, mais définitivement le plus talentueux.

2. Zvonimir Boban


À Zagreb, il reste un mythe pour avoir castagné du flic durant un derby contre l'Étoile rouge de Belgrade au début des années 90. Un match qui sert de point de rupture entre les nationalistes serbes et croates. Alors que la guerre éclate en ex-Yougoslavie, Boban va exporter son talent en Italie, d'abord à Bari, puis à l'AC Milan. En Lombardie, Boban met du temps à prendre la température avant de devenir le maître à jouer d'une équipe formidable et romantique (Savićević, Maldini, Desailly, Albertini and co). À la fois relayeur et meneur de jeu, Boban savait tout faire, y compris mener son pays en demi-finale du Mondial 98.

3. Robert Prosinečki


L'actuel sélectionneur de l'Azerbaïdjan n'a pas eu la carrière que son immense talent laissait présager. À 17 ans, il joue deux matchs pour Zagreb, son club formateur, et épate déjà tout le monde. Seulement voilà, le contrat ne suit pas, alors la famille de Robert décide de rallier Belgrade. La suite ? C'est le directeur sportif de l'époque, l'immense Dragan Džajić, qui raconte l'histoire dans la presse serbe. « Durant l'un de nos voyages à Zagreb nous avons séjourné à l'Hôtel Esplanade, où je me fais approcher par un homme qui se présente comme l'oncle de Robert Prosinečki. Il me dit que son neveu n'était pas content du Dinamo et m'a demandé si nous pouvions organiser un essai. Je leur ai dit de venir à Belgrade quelques jours plus tard et ils l'ont fait. Lors de l'essai, j'ai vu ce gamin faire des merveilles avec le ballon et j'ai immédiatement demandé à notre entraîneur Velibor Vasović de planifier une autre séance d'essai de l'après-midi afin de le revoir très vite. Il était évident que nous avions un joueur de classe mondiale entre nos mains, et j'ai demandé à ce qu'on lui fasse signer un contrat tout de suite. Notre avocat nous a informés que nous pourrions ne rien avoir à payer car le jeune garçon n'avait pas de contrat. En cinq minutes, nous sommes tombés d'accord avec le père de Robert. » Au final, le roux aura distribué des caviars sous les liquettes de l'Étoile rouge, du Real, du Barça, mais aussi de Zagreb où il est revenu en 1997 et 2000.

4. Dario Šimić


Alessandro Nesta de Zagreb. Lancé dans le grand bain à 17 ans en charnière centrale, Dario Šimić aura été un modèle de précocité. Capable de jouer sur un côté pour dépanner, le défenseur était aussi sobre qu'élégant. Débarqué à l'Inter Milan en 1999, il y restera trois ans avant de rejoindre… Nesta à l'AC Milan en 2002. Vainqueur de deux Ligues des champions en Lombardie, il aura surtout connu des blessures à répétition qui lui auront pourri la vie. Comme tout bon préretraité qui se respecte, il aura terminé sur une pige à l'AS Monaco. À 34 ans.

5. Drazan Jerković


Une machine à enfiler des buts. Pur produit local des années 50, l'attaquant a fait régner la terreur dans les défenses yougoslaves entre 1954 et 1965 du haut de son mètre quatre-vingt-six et sa mâchoire carrée. On dit qu'il a planté près de 300 pions pour le Dinamo en quasiment autant de matchs. Malheureusement, de graves blessures ont eu raison de son corps. Celui qui marqua 5 buts lors du Mondial 62 eut l'immense honneur d'être le premier sélectionneur de la Croatie entre 1990 et 1992 et fut également coach du Dinamo plusieurs fois. Il a été rendu à Dieu en 2008.

6. Igor Cvitanović


Comme Jerković, Igor Cvitanović n'était pas du genre à laisser sa part au chien. Véritable force de la nature, il débute en équipe première du Dinamo en 1989, il a 19 ans et un sens du but aussi aiguisé qu'une lame et pointu comme un couteau. Il connaît son heure de gloire entre 1992 et 1997, un quinquennat doré sur Zagreb où il enfile les buts et les trophées de meilleur buteur du championnat. Comme tous les cracks croates, il se teste à l'étranger (Real Sociedad) avant de revenir au bercail. On revient toujours à la maison… Il est aujourd'hui dans l'encadrement du Dinamo.

7. Zltako Kranjčar


Le papa de Niko. Milieu de terrain racé, le jeune Zltako a débarqué au Dinamo à l'âge de 10 piges. Fidèle, il y restera quasiment 18 ans avant de partir en Autriche, au Rapid de Vienne. À Zagreb, Zlatko a planté des buts, mais il a surtout contribué à faire briller son pote Deverić depuis son poste de meneur de jeu. Il a laissé une telle empreinte dans l'esprit des gens qu'il a été élu dans le meilleur onze de l'histoire du club en 2011.

8. Alen Halilović


La petite pépite par excellence. À 16 ans et 102 jours, il bat le record de précocité du club en disputant son premier match professionnel en 2012. Des faux airs de Modrić, la précocité en plus. Le petit milieu va tellement vite que le Barça met la main dessus avant sa majorité. Histoire de se faire une place chez les grands, il s'enquille une saison avec l'équipe réserve avant de rejoindre Gijón cet été, en prêt, pour se faire les dents en Liga. Dans sa tête, Alen se voit déjà revenir au Barça par la grande porte. Il a le talent pour.

9. Mateo Kovačić


Deux ans de plus que Halilović, mais un talent presque aussi grand. Actuellement au Real Madrid après un transfert surprise cet été – 35 millions d'euros, quand même, en provenance de l'Inter Milan -, le jeune meneur de jeu avait toujours été précoce. À 14 piges, il jouait déjà avec les U17. Premier match professionnel à moins de 17 ans, lancé par Vahid Halilhodžić, en 2010 pour celui qui a vu le jour à Linz, en Autriche. Ensuite, il fait ses gammes au pays en participant notamment à la Ligue des champions. Il est d'ailleurs l'unique buteur de son équipe lors du fameux naufrage 7-1 contre l'OL à domicile. Son talent est trop grand pour rester à Zagreb, et l'Inter met la main dessus à l'hiver 2013 pour succéder à Wesley Sneijder. Deux ans plus tard, Kovačić joue dans le plus grand club du monde alors qu'il n'a pas l'âge de boire dans tous les États américains.

10. Milan Badelj


Valeur sûre de Football Manager, Milan Badelj est aussi un très bon joueur au civil. Rattrapé sur le tard par la formation du Dinamo alors qu'il était dans le sérail du club rival du NK Zagreb, le jeune milieu relayeur se retrouve rapidement en équipe première. Il prend la mène de l'équipe suite au départ de Modrić pour Tottenham en 2008. Milan s'épaissit et devient incontournable dans le paysage du Dinamo. À l'inverse de ses camarades de promotion, il va prendre son temps avant de s'émanciper, ne partant pour l'étranger qu'en 2012 (Hambourg) avant de trouver chaussure à son pied l'été dernier avec la Fiorentina. Depuis, il est comme un poisson dans l'eau.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Leserpent 2.0 Niveau : Loisir
Prosinecki... Quel surhomme.
Le type aurait du chier sur l'Europe sans son corps en cristal.
Leserpent 2.0 Niveau : Loisir
Par contre Modric le plus talentueux, non.
Déjà, je vois pas en quoi il l'est plus que Boban.
Puis comparé à Prosinecki, on va pas se mentir, Modric a les pieds carrés.

Maintenant, je ne dis pas qu'il est dans l'absolu moins fort. au contraire (encore que là aussi ça se discute pour Boban, qui a fait une très grand carrière finalement). Je parle ici du talent pur.
Note : 1
cette constellation de talents qu'était l'ex-yougoslavie a la fin des 80s cela présageait une grande décennie pour l'équipe nationale dans les nineties, enfin on connait la suite.
Niko Kranjcar méritait mieux qu'une mention dans le paragraphe de son père, tant c'est un bijou à voir jouer quand il décide de trottiner un peu. Une version bêta de Pastore.
Milan_forza18 Niveau : CFA
Boban derrière modric!!! Zete sérieux ????
Message posté par Leserpent 2.0
Prosinecki... Quel surhomme.
Le type aurait du chier sur l'Europe sans son corps en cristal.




Quel beau joueur ! Peut-être parfois un peu perso, mais ses roulettes et sa conduite de balle, quel régal ! Dommage que l'on n'ait retenu que le terme "hold-up" pour la victoire finale des joueurs de l'Etoile Rouge contre Marseille en finale de C1 en 1991 car leur parcours lors de cette campagne fut au moins aussi difficile que celui des Marseillais. Quels joueurs composaient cette équipe !
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 2
Note : 2
En parlant de Boban, excellente interview de ce magnifique joueur dans les pages internationales du nouveau So Foot, le mec est tout sauf idiot !
Son semi-tacle sur Simunic vaut largement le détour !
Message posté par hristo




Quel beau joueur ! Peut-être parfois un peu perso, mais ses roulettes et sa conduite de balle, quel régal ! Dommage que l'on n'ait retenu que le terme "hold-up" pour la victoire finale des joueurs de l'Etoile Rouge contre Marseille en finale de C1 en 1991 car leur parcours lors de cette campagne fut au moins aussi difficile que celui des Marseillais. Quels joueurs composaient cette équipe !


En effet, avec une belle qualification face au Bayern en quart ou demi-finale.
Mais les médias français ne s'étaient pas remis de la confrontation face au Milan, donc pour eux l'OM allait s'imposer sans problème. Et même si les Yougoslaves n'ont pas montré grand-chose sur cette finale, difficile de parler de hold-up sur l'ensemble du tournoi.
Je repense encore à ce pauvre Pixie qui avait changé de club au mauvais moment...
medyassineabd Niveau : DHR


Qui c'est Lovren? le lepreux qui joue à liverpool?
Geraldo Caribenho Niveau : CFA
"durant un derby contre l'Étoile rouge de Belgrade"
Comme le derby entre Lyon et Marseille?
Message posté par Peñarol mi Amor
En parlant de Boban, excellente interview de ce magnifique joueur dans les pages internationales du nouveau So Foot, le mec est tout sauf idiot !
Son semi-tacle sur Simunic vaut largement le détour !


Tout à fait, tu me devances.

D'autant plus que l'interview est faite par l'excellent Miljenko Jergovic, qui est un auteur à ne pas louper (traduit chez actes sud).
Je vous recommande chaudement "Le Palais en Noyer", un bijou de littérature, ainsi que le recueil de nouvelles "Le Jardinier de Sarajevo". Il a aussi écrit de superbes nouvelles sur le sport, mais elles n'ont malheureusement pas été traduites en Français.
En tant que croate d'origine, je suis outré de ne pas être cité dans ce top 10! Ma longue carrière en divisions de district parle pourtant pour moi!
Message posté par oursmo2
En tant que croate d'origine, je suis outré de ne pas être cité dans ce top 10! Ma longue carrière en divisions de district parle pourtant pour moi!


Mais non, mais non, c'est juste parce que tu n'as pas été formé au Dinamo ça.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
6 15