Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Tous championnats
  2. // Saint-Patrick

Top 10 : les Patrick du foot

Si la Saint-Patrick reste évidemment une bonne excuse pour se coiffer d'un chapeau ridicule et boire beaucoup de bières en semaine, c'est aussi l'occasion de dresser une liste des Patrick du football. 10 joueurs qui seraient évidemment chaussés par la marque Patrick.

Modififié
  • Patrick Battiston

    La vie et les émotions sont parfois injustes. Patrick Battiston sera identifié à vie comme le mec qui s'est ramassé Harald Schumacher en pleine mâchoire, un soir d'été espagnol. Un corps inerte sur une pelouse de Séville que la France du foot n'arrive pas à oublier. Ce qu'on oublie toujours en revanche, c'est que notre Patrick, défenseur de son état, était surtout, à ce moment-là, à grandes enjambées vers l'avant, en demi-finale de Coupe du monde. Allez demander ça à Koscielny et Mangala.

  • Patrik Berger

    Belle gueule, belle chevelure et style de jeu voyant (des longs déboulés, des grosses frappes du gauche, des rushs), Patrik Berger a eu la bonne idée d'exploser aux yeux du monde lors de l'Euro 1996, sur les pelouses anglaises. Cela lui a assuré une belle petite carrière du côté de chez sa Majesté, en signant dans la foulée à Liverpool, qui deviendra ensuite le 'Pool capable de presque tout de Gérard Houllier (le quadruplé de 2001 : Coupe UEFA, Supercoupe d'Europe, FA Cup, League Cup), avant d'écumer les bons salaires en Angleterre à partir de 2003. Eut un temps autant la cote qu'un Pavel Nedvěd, qui a su finalement mettre tout le monde d'accord.

  • Patrick Bruel

    Titulaire indiscutable de la corbeille du Parc des Princes même s'il porte « Marseille et Saint-Étienne dans (son) cœur » (c'est d'ailleurs son amour des Verts qui l'a incité, via Winamax, à sponsoriser le maillot des Verts), le Patrick le plus célèbre de France sait aussi quitter les gradins pour chausser les crampons. Une des têtes les plus connues du Variétés Club France, il a déjà mis une lunette à Joël Bats devant les caméras de Téléfoot. En 1991, Patrick a également eu le privilège d'être invité par Raymond Goethals à participer au dernier entraînement des Marseillais avant un départ pour Bari et une finale de Coupe des clubs champions contre l'Étoile rouge de Belgrade. Bad move. Son dernier exploit en date sur le rectangle vert ? Une prestation remarquée et sifflée à l'Allianz Riviera, lors de son inauguration. Rendez-vous dans 10 ans ?

    Vidéo

  • Patrick Colleter

    « Quand il s'agissait de choper un type, tu pouvais compter sur Colleter. C'était pas un tendre » , dit de lui l'ancienne crème nantaise Japhet N'Doram. Patrick Colleter, c'est un pied gauche, des aller-retour dans son couloir gauche, un beau palmarès parisien pré-QSI et une des lames les plus aiguisées du football des années 90, comme un Éric Di Meco. Une lame aiguisée aussi dans l'analyse lorsqu'il s'agissait d'avouer la supériorité nantaise le temps d'une année, en 1995. « C'est impossible de vous arrêter. Pour choper un type, il faut au moins que le ballon soit un peu arrêté. Mais vous, vous n'arrêtez jamais le ballon » , glissa-t-il par exemple à l'oreille du Tchadien. Lucide.

  • Patrick Leugueun

    N'arrivant pas à dompter la concurrence d'un David Sommeil ou d'un Kodjo Afanou aux Girondins de Bordeaux, son club formateur, au début des années 2000 (2 matchs en deux saisons), on comprend rapidement que Patrick Leugueun ne trouvera son salut que dans l'anti-chambre de l'élite du foot français. Comme Pat Le Guen pour le Club Dorothée, Pat Leuguen sera surtout un homme d'épopées. Istréenne d'abord avec qui il va monter en Ligue 1, puis Vannes ensuite, qui eut le droit de connaître les joies d'une finale de Coupe de la Ligue, contre Bordeaux justement, en 2009. S'est ensuite essayé au championnat chypriote pour finir en Gironde, en amateurs, du côté du Stade bordelais.

  • Patrick Kluivert

    Quand le PSV avait Ronaldo, l'Ajax Amsterdam avait Patrick Kluivert. Lancé par Louis van Gaal dans le grand bain des professionnels, Pat s'est offert le luxe de donner le seul but d'une finale de C1, en 1995, remportée contre le grand Milan AC. C'est le début d'une fast life pour ce gamin d'à peine 18 ans qui est condamné l'été suivant à près de 250 heures de TIG pour homicide involontaire, avant d'être accusé - puis relaxé faute de preuves - de viol collectif à l'été 1998. « Bien sûr qu'il s'est passé quelque chose cette nuit-là, je ne l'ai jamais nié. Nous étions dans un taxi avec elle et mes amis. Elle aurait pu rester dans le taxi. Elle n'était pas obligée de monter avec nous » se défendait-il alors. Contraint de quitter des Pays-Bas qui ne le voulaient plus, il se retape individuellement dans ce Barça pauvre en titres (une Liga en 1999), avant d'écumer 4 dernières saisons à moins de dix buts l'année (Newcastle, Valence, PSV et enfin Lille). S'occupe désormais à répondre aux fades questions de beIN Sport, et depuis peu à la tête de la sélection de ses racines, celles de Curaçao. Et il ne s'agit pas d'alcool bleu.


  • Patrick M'Boma

    Footballeur diesel, Patrick M'Boma a attendu ses 28 ans pour réellement exploser dans le monde du foot. Remplaçant-joker du PSG de Michel Denisot, il s'exile finalement un an au Japon (le Gamba Osaka pré-Antonetti) et réussit à se faire un nom aux yeux des recruteurs italiens. Patrick s'en va tout casser à Cagliari et porte, accompagné d'un Samuel Eto'o pas encore papi, le Cameroun vers un doublé CAN-JO en 2000. Cette saison chaleur lui ouvre les portes de la succession d'Hernán Crespo à Parme, et celles des récompenses personnelles : Ballon d'or africain en 2000 et listé dans les 50 prétendants au Ballon d'or 2000, remporté par Luís Figo. Se bat aujourd'hui dans la lutte anti-braconnage en Afrique.

  • Patrick Remy

    Visage emblématique du banc de touche de la hype sedanaise de la fin des années 90, pendant que Di Rocco, Sachy, Deblock, Quint ou Mionnet attiraient les projos sur la pelouse. Patrick « Reumy » - et non « Rémy » - a fait partie du paysage de ces coachs qui ont un temps réussi à surfer plus ou moins longtemps sur la bonne vague de la Coupe de France. Possèdent une carte dans ce même club : Régis Brouard, Denis Renaud ou encore Ladislas Lozano. De son temps de joueur, il fut tout de même l'attaquant recruté par Guy Roux pour valider la première montée de l'AJA en Division 1.


  • Patrick Revelli

    Une des plus belles moustaches du foot français des années 70, évidemment celles des Verts, au point d'être surnommé « le Gaulois » , Patrick Revelli est une légende du côté du Forez, avec 4 titres de champion de France dans la besace (de 1970 à 1976), 3 Coupes de France (1974, 1975 et 1977) et une place de finaliste en Coupe des clubs champions contre le Bayern Munich et les poteaux carrés en 1976. Patrick fait aussi partie des meubles chez un autre historique du foot français, au FC Sochaux, qui n'oubliera pas cette place de demi-finaliste de la Coupe UEFA en 1981. Ce fils de mineur travaille aujourd'hui sa notoriété au service du département commercial de l'ASSE.


  • Patrick Rice

    Dit « Pat Rice » . Un mec de féculents donc, mais surtout une légende d'Arsenal, considéré comme le 17e plus grand joueur de l'histoire des Gunners lors d'un sondage réalisé auprès des fans en 2008. Après sa carrière de joueur et plus de 500 matchs sous les couleurs d'Arsenal (il finira sa carrière du côté de Watford), Pat revient dans le staff technique du club londonien et devient surtout le coach assistant historique d'Arsène Wenger, dès l'arrivée du Français. Le couple fonctionnera jusqu'en 2012, date à laquelle Rice prend sa retraite, fêté autour d'un barbecue. Il se bat depuis contre le cancer et reste le seul, aux côtés de Bob Wilson, à avoir connu les trois doublés des Canonniers, joueur comme entraîneur.

    Auraient pu être cités : Tous les Patrick du Brésil dont Patrick Vieira, Patrick Lolo, Patrick Chèze, Patrick Bouricot, Patrick Tapin, Patrick Savatier, Patrick Roy ou encore Patrick Cubaynes, qui tient désormais la bien nommée « Brasserie Cubaynes » à Villeneuve-lez-Avignon.


    Par Ronan Boscher
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié



    Partenaires
    MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall
    jeudi 19 juillet Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 25