Top 10 : les odeurs du football

S'accouder à la rambarde gelée, sentir l'odeur de la merguez grillée, la bouffer, voir un joli but, puis gueuler pour le fêter. Le football a toujours été une affaire de sens et ce n'est pas pour rien que certaines odeurs du football sont devenues incontournables. Sur un terrain en terre, sur un synthétique ou devant 50 000 personnes, dans des vestiaires pourris ou à l'Allianz Arena, voici dix odeurs qui font le football. Partout.

Modififié
5k 54
- La puanteur des chasubles sales
« Mais si, je les ai lavées, promis ! » . Depuis ce mercredi soir d'été, vous savez bien que votre entraîneur est un menteur. Lui-même qui, avec le sourire du mec qui sait pertinemment qu'il va vous avoir, vous tend cette chasuble orange, un peu déchirée par endroit. Mais le vrai problème, vous le connaissez, et ce ne sont pas les trous, mais plutôt cette odeur aussi pestilentielle que singulière. La « puanteur chasuble » , c'est un savant mélange entre la transpiration et le mal-séché. Une vraie arme chimique. Du coup, bah on voit des types qui se battent pour être dans l'équipe des « sans-maillot » et d'autres qui, mis devant le fait accompli, proposent de se mettre torse nu par -10 degrés, quitte à risquer une pneumonie. La prochaine fois, tu les laveras à la maison.

- L'odeur du vestiaire
Un pot-pourri, mais vraiment pourri. Pas l'espèce d'horreur d'Ambi Pur ou d'Air Wick. Un mélange de sacs qui puent, de sacs qui sentent bons, de déodorants - il y a toujours un salaud pour avoir le « Brut » vert qui pue bon - de gels douches et de porcs qui ne se douchent pas.

- Le protège-tibia
Deux écoles, un résultat. Il y a ceux qui avait le « protège-tibia double » , avec chevillère intégrée, une vraie ode au renfermé. Et la combo « protège-tibia simple + élastoplaste à l'extérieur » , un truc d'esthète. Mais au final, esthète ou adeptes du renfermés, la donne est la même : on prend un immense plaisir à les retirer ainsi qu'à faire des petites boules de peau morte en frottant de manière circulaire sur son tibia. Ca, c'est un peu crade, mais mille fois moins inavouable que cette odeur de transpiration ignoble causée par la protection. Ceux qui ont eu un plâtre savent de quoi on parle.

- La buvette d'un tournoi
La buvette d'un tournoi, c'est le lieu convivial par excellence. On y trouve les petits qui, en plein tournoi et dix minutes avant un match, se mettent un coca, un merguez frites puis un mister freeze bleu - le meilleur -, mais aussi les parents qui sont venus passer la journée à boire des bières avant d'utiliser la rambarde pour tenir debout. De ce palais des plaisirs émane une odeur fabuleuse. Celle du barbecue, de la friteuse et de la sueur, des sauces trop grasses et des produits parfois dégoûtants. Des souvenirs olfactifs plein le nez et de la nostalgie gustative dans les papilles pour les petits qui, à cause de cette buvette, ont été éliminés au « concours de pénalty » , parce qu'ils n'ont pas pu se présenter sur le terrain F quand on les appelait. Alors bien sûr, pour ceux qui avaient quelques portugais dans leur équipe, il y avait aussi l'odeur du poulet-patate-sumol. Oui, ce menu qu'ils dégustaient sur cette table en plastique pliable totalement folle.

- La pelouse fraîchement tondue
Cette odeur n'a pas à voir qu'avec le foot. D'ailleurs, avec celle de l'essence, celle de la laverie, et celle du bitume chaud refroidi par la pluie, l'odeur d'une pelouse fraîchement tondue est sans aucun doute dans le top des odeurs de la vie. Mais pour ceux qui ont eu la chance de fouler un bon gazon, l'odeur fraîche de la verdure donne comme un coup de fouet olfactif. Un vrai produit dopant. Mais ce n'est pas une raison pour arracher des petites touffes quand vous êtes assis dessus. Ca use le gazon. On va le dire au gardien du stade.

- Le terrain synthétique sous un soleil de plomb
Vous ne le savez pas encore, mais ces petites boules noires des synthétiques « nouvelle génération » qui sont en train de brûler sous le cagnard sont un véritable calvaire pour vos articulations et plus particulièrement pour vos genoux. Ce que vous savez en revanche, c'est qu'il se passe quelque chose de suffisamment néfaste chimiquement pour que l'odeur de ces petites boules qui se mettent un peu partout chez vous quand vous rentrez vous monte au nez. Et non, il ne faut pas s'allonger dessus. Ca brûle. Par contre, ce n'est pas une pelouse. Alors oui, continuez à récolter plein de boules en plastiques dans vos mains pour les jeter sur votre pote.

- Le sac de foot que tu as délaissé comme un idiot
Vous êtes du genre à remettre les choses à demain et c'est très bien comme ça. Mais là, vous venez de rentrer à la maison et ça pue. Fort. Quelque part entre la décharge napolitaine en pleine air et ces remontées de cuisine de votre voisine portugaise, amoureuse de bacalao et d'oignons. Vous sniffez, un peu partout, et le coupable est là, devant vos yeux. Ce sac de foot qui traine la depuis trois jours avec tout ce qu'il faut à l'intérieur. Le maillot encore mouillé, le short qui sentait bon et qui n'avait rien demandé, mais qui s'est mis au diapason et les chaussettes, sur lesquelles poussent des cultures de champignons. Maintenant, il faut les laver. A vos masques à gaz.

- Le fumigène
Typiquement l'odeur qui rappelle qu'on a franchi la ligne de la légalité. Outre son bruit particulier, tel un crépitement, le fumigène a une odeur atypique, bien à lui. Il mêle le souffre et le sec. Il fait planer une odeur très massive, qui n'est pas sans rappeler celle des défilés étudiants contre la mise en place du CPE. Surtout, le fumi dégage quelque chose une fois consumé et jeté à terre par un stewart. Comme un sentiment d'après-guerre. Du genre « il s'est passé quelque chose ici » . L'odeur prend surtout au nez. A la différence des pots de fumées qui font cracher les poumons. C'est l'odeur du bordel organisé, de la ferveur, de la folie.

- Le gaz lacrymogène
Tu es plutôt poivré. L'odeur te prend d'abord à la gorge avant de ravager ta cloison nasale et tes orbites. Tu as presque envie d'éternuer mais tu as peur de cracher du sang. En règle générale, tu découvres cette odeur en dehors du stade. Soit parce que tu as voulu te balader trop longtemps en ville, soit parce que tu as souhaité rencontrer tes homologues. Pis, l'odeur reste sur tes fringues. Comme la mort. Ou la clope. Le soir, une fois rentré chez toi, tu enlèves ton sweat de manière désordonnée et les relents du lacrymo viennent te pourrir les draps et la rétine. Ton nez est rouge. Tu as flingué la moitié de tes Kleenex. Oui, tu pues.

- L'équipement neuf
Nouveau survet', nouveau short, nouveau maillot. Le tout, encore dans un espèce de plastique qui arrive tout droit de Chine. Un truc qui, sentimentalement, sent un peu comme le protège-cahier qu'on achète avant la rentrée. Ca sent le début d'année. Le moment des courses pour retrouver la forme. Le moment des petits vomis, aussi.

Par Swann Borsellino, avec Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

L'odeur de l'herbe tondue, quelle jouissance !
FCB Stern des Südens Niveau : Ligue 2
"La puanteur des chasubles sales" ca c'est dans presque tous les sports d'équipe que j'ai pu pratiquer et de loin l'une des odeurs les plus dégueulasse et sensation presque malsaine en le portant. Merci Swann, j'ai vomis.
L'odeur des huiles camphrées dans le vestiaire, plus prononcée le jour de match, quand la pression monte que tu sois en PH ou pro c'est la même...
grave... le baume du tigre... cette odeur camphrée qui te prend au nez.... LE sac c'est mythique... et les pompes, qu'on ne sort jamais du sac pour les aérer... Boumjtatrap à faire, claquer ses pompes dans le bureau d'un collègue...
C'est dur à dire, mais l'odeur des chasubles ne choque même plus au bout d'un certain temps d'adaptation.
ah les buvettes au tournoi ca manque... une fois arrivé en moins de 18 et que tu découvre que t'en feras plus, tu fais tout pour participer au tournois de sixte de ta région! et puis le coup du sac qui pue.. un dimanche matin en allant jouer, une voiture de la BAC m'arrete pour un controle d'identité, me demande ce que j'ai dans le sac, me demande de l'ouvrir... ils ont vite arreté de me faire chier*
Et l'odeur du Musclor quand t'as la flemme de t'échauffer (mauvaise idée cela dit en passant)
Super article!
On aurait pu y rajouter l'odeur de remontée d'égout dans les douches collectives. Une horreur!
Le top c'est l'odeur du BBQ avec l'herbe fraichement tondu !!! J'avais limite la trique quand ces 2 elements etaient reunis :D
"Le bitume chaud refroidi par la pluie".. le top !!
Note : 1
Ah ah ah! Cet article me refait penser à tous les matchs et tournois passés sur les terrains dans la cambrousse! Excellent, vraiment! L'odeur des protèges-tibias est innomable. Celle des chasubles peut-être insoutenable dans son genre, surtout la dernière semaine d'août, quand les températures sont bien élevées et que les chasubles ont été entreposées à l'arrache en mode "rien à foutre il fait beau on va boire une mousse".

L'herbe fraîchement tondue est la meilleure de toute, c'est peut-être un peu "mainstream" comme ils disent maintenant...Mais arriver un dimanche en début d'aprem chez le voisin pour un derby bouillant et sentir cette odeur de gazon fraîchement taillé avec soin par Bébert, l'employé communal, est de celles qui donnent clairement envie d'enfiler son short, de chausser ses crampons et d'en découdre!
Note : 1
Ah ah ah! Cet article me refait penser à tous les matchs et tournois passés sur les terrains dans la cambrousse! Excellent, vraiment! L'odeur des protèges-tibias est innomable. Celle des chasubles peut-être insoutenable dans son genre, surtout la dernière semaine d'août, quand les températures sont bien élevées et que les chasubles ont été entreposées à l'arrache en mode "rien à foutre il fait beau on va boire une mousse".

L'herbe fraîchement tondue est la meilleure de toute, c'est peut-être un peu "mainstream" comme ils disent maintenant...Mais arriver un dimanche en début d'aprem chez le voisin pour un derby bouillant et sentir cette odeur de gazon fraîchement taillé avec soin par Bébert, l'employé communal, est de celles qui donnent clairement envie d'enfiler son short, de chausser ses crampons et d'en découdre!
drole.juste faut arréter les allusions aux portugais, sa donne l'impression de private joke entre banlieusards de paris, c'est pas la 1ere fois.pardon de ne pas être parisien!
le dimanche en amateur c'est aussi les mecs qui ont les mêmes vêtements que la veille, qui sont réveillés depuis 20 minutes, se ramènent en lunettes de soleil, ont les fringues qui puent le tabac, et une haleine à faire fondre des TIC TAC...
Hyppolite Dangbeto Niveau : District
L'odeur d'urine dans les douches car un mec y a pisser dedans sans declencher le jet ensuite.
Marty McFly Niveau : DHR
Pour la pelouse fraichement tondue, peut-être vous rappelez vous du jeu FIFA 2001 (avec Henry en couverture)? Quand on le frottait, il sentait cette odeur...
Tout simplement magnifique. À cela je rajouterai quand même l'odeur des cigarillots puants des petits vieux dans la buvette (alors qu'il y a un gros panneau interdit de fumer), après le match qui viennent te lécher le derche alors que pendant toute la rencontre ils t'ont craché dessus en ne t'appelant que par ton nom de famille bien sûr...
Mon ptit moment de bonheur de ce vendredi! Merci SoFoot!

Y a aussi l'odeur des crèmes chauffantes (Fortalis pour les suisses...) dont les "vieux" se badigeonnent les jambes et qui rendent le vestiaire irrespirable. Me souviens de ma première comme minot avec l'équipe 1ère de mon club, j'ai cru que j'arrivais chez les fous... ^^

Mais le combo protège-tibias + chasuble est magique!
Che cazzo fai! Niveau : DHR
L'odeur du RedBull car oui dans ton équipe il y a toujours un joueur qui pense que boire une RedBull avant le match c'est comme prendre un produit dopant
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
5k 54