Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // PSG-ASSE

Top 10 : Les meilleurs PSG - Saint-Etienne

Trois finales de Coupes d’Europe, seize titres de champion de France, dix-sept Coupes de France... À eux deux, le Paris Saint-Germain et l’AS Saint-Étienne noircissent une bonne partie des annales du football français. Avant le choc de la Ligue 1 ce vendredi soir au Parc des Princes, retour sur dix des confrontations les plus marquantes entre les Verts et le club de la capitale.

Modififié

  • 1995-1996 : ASSE 1-1 PSG, Division 1
  • De la neige, Michel Denisot en col roulé et TF1 qui balance une musique de James Bond (Goldfinger) pour introduire le résumé. D’entrée, cette dernière affiche du championnat avant Noël avait de l’allure. D’un côté, le PSG qui roule sur le championnat (mais qui se fera doubler par l’AJ Auxerre dans la dernière ligne droite). De l’autre, l’ASSE qui finira dans la charrette. Sur la cage stéphanoise, le poteau, puis la barre sauvent Grégory Coupet devant les tentatives de Julio Dely Valdés. Mais en seconde période, le Panaméen sort de sa hotte un retourné qui mystifie le jeune portier tricolore. Amara Simba style.

    Vidéo


  • 1978-1979 : ASSE 4-1 PSG, Division 1
  • Une fessée. C’est ce qui attendait l’ancien Stéphanois, Dominique Bathenay, pour son retour à Geoffroy-Guichard sous ses nouvelles couleurs rouge et bleu. Sans son maestro Mustapha Dahleb et son goleador Carlos Bianchi – écartés par le rigide coach Velibor Vasović –, le PSG coule face aux Verts de Robert Herbin. Jean-Marc Pilorget contre son camp, Jacques Santini, Bernard Lacombe et Pierre Repellini salent l’addition de ce qui reste comme la plus large victoire stéphanoise face au PSG. Il manquera cependant une victoire de plus cette saison-là pour que l’ASSE remporte un nouveau titre de champion.


  • 2014-2015 : ASSE 0-1 PSG, Ligue 1
  • Il y a quelques années, Yohan Mollo avait réussi à obtenir un maillot de Zlatan Ibrahimović en sollicitant le Parisien à l’issue d’un PSG-Saint-Étienne. Mais contrairement à son ancien coéquipier chez les Verts, Paul Baysse, lui, ne regarde pas le Suédois avec les yeux d’un fan boy. Après un tacle très appuyé de Zlatan sur Romain Hamouma lors d’un match à Geoffroy-Guichard, le chevelu hausse le ton envers Zlatan. « Sorry, who are you ? » lui assène la star, en se penchant pour regarder le nom du défenseur floqué au dos du maillot. Qu’à cela ne tienne, Paul Baysse lui rend la pareille dans la foulée. Un grand moment.





  • 2016-2017 : ASSE 0-5 PSG, Ligue 1
  • Les tifos étaient de la partie. La dernière sortie de Christophe Galtier sur le banc de Geoffroy-Guichard devait être une belle fête. Les adieux d’un coach qui, à défaut de briller par le jeu flamboyant de son équipe, aura stabilisé le club et permis à l’ASSE de redevenir une place forte du football français. Et puis, le PSG est passé par là. Deux doublés de Cavani et Lucas, Draxler qui place la cerise sur le gâteau : 5-0 à l’extérieur. La pire défaite des Verts à domicile depuis vingt-deux ans. Vlan !

    Vidéo


  • 2012-2013 : ASSE 0-0 PSG (5-3 t.a.b.), Coupe de la Ligue
  • Du grand Ruffier. Quelques semaines après avoir reçu un coup de pied dans le buffet de la part de Zlatan, cette fois, c’est le portier stéphanois qui écœure les joueurs de la capitale avec ses sorties décisives devant Ibra et consorts. Mais le meilleur reste à venir lors de la séance de tirs au but : devant le kop sud, vide, la Ruf’ se couche sur la tentative de Thiago Silva et c’est Pierre-Emerick Aubameyang qui envoie Sainté dans le dernier carré de la Coupe de la Ligue. Au bout, les Verts soulèvent le trophée. Depuis cette élimination, le PSG est invaincu dans la compétition.


  • 1971-1972 : ASSE 0-1 PSG, Division 1
  • Pour sa première saison dans l’élite, le PSG s’offre une victoire de prestige à Geoffroy-Guichard, chez le vice-champion de France en titre, le 18 septembre 1971. Le but vainqueur est l’œuvre du milieu de terrain Bernard Guignedoux, d’une grosse frappe qui vient caresser le second poteau. « Cette victoire était un exploit, avec la cote que les Stéphanois avaient à l’époque avec Keita, Bereta ou Herbin. C’était fabuleux, cela semblait impossible pour nous alors que nous venions d’accéder à la première division, se rappelait récemment le buteur parisien dans des propos rapportés par le site Paris-Canal Historique. Jouer face aux Verts était un régal, car c’était une équipe très joueuse à l’époque. » Cette saison-là, l’équipe d’Albert Batteux termine sixième du championnat, le PSG, lui, assure son maintien en finissant à la seizième place.

    Vidéo


  • 2014-2015 : PSG 5-0 ASSE
  • La boulette de la Ruf’. Sur une passe en retrait délicate à gérer, mais qu’il pouvait aisément botter en touche, le gardien stéphanois prend la pression, rate son contrôle et voit le cuir filer vers son propre but. Il tente un sauvetage in extremis, en vain. But gag sous les yeux de Zlatan qui vient taper dans la main de son adversaire. « Je lui ai dit de s'accrocher, car ce n'est jamais facile de continuer quand on fait une telle erreur, expliquera le Suédois. Mais il ne savait pas trop comment réagir. J'ai vu qu'il s'est demandé si je me moquais de lui ou si je le réconfortais. Mais finalement, il a compris que j'étais de son côté. » Ce qui n’empêchera pas l’attaquant parisien de planter ensuite un triplé. Au total, le Z aura planté douze buts en dix matchs de L1 face à sa victime préférée.

    Vidéo


  • 2006-2007 : PSG 0-2 ASSE, Ligue 1
  • Centre de Feindouno, remise de Bafé Gomis, Ilan récupère la balle dos au but près du point de penalty. L’attaquant stéphanois se la lève et dégaine une bicyclette folle pour tromper Landreau. Un but de dingue ! Et le pire, c’est qu’il l’avait prédit : « C’était un pari un peu fou avec mon agent, racontait récemment le Brésilien dans l’émission Le Vestiaire sur SFR Sports. J'avais parié que j'inscrirais le plus beau but de la saison. Le jour de la rencontre au Parc des Princes, il m'envoie un SMS, je lui réponds que ça va être aujourd'hui et c'est bien arrivé. » Évidemment, le joyau lui a valu le prix du plus beau but de la saison.

    Vidéo


  • 2007-2008 : PSG 1-1 ASSE, Ligue 1
  • L’union sacrée décrétée. C’est la 37e journée, au coup d’envoi, le PSG est relégable. Un match de la peur dans un stade prêt à bouillonner comme lors des plus prestigieuses soirées européennes de son histoire. Loïc Perrin ouvre le score avant la pause. À l’heure de jeu, Jérémy Clément envoie une patate de forain au fond des filets et délivre le Parc. 1-1, le maintien du PSG se jouera à Sochaux. Mais ce soir-là, l’avenir du club passe au deuxième plan. Les Parisiens font une haie d’honneur pour leur capitaine : Pedro Miguel Pauleta fait ses adieux. Les larmes, les frissons et encore les larmes. Obligado Pedro.

    Vidéo


  • 1981-1982 : PSG 2-2 (6-5 t.a.b.) ASSE, Coupe de France
  • Avec sa mystérieuse mallette, Francis Borelli se prosterne pendant que les supporters parisiens envahissent la pelouse. Et pourtant, la finale n’est pas finie ! On joue la 120e minute, le PSG vient d’égaliser à 2-2 face aux Verts de Michel Platini – qui dispute son dernier match avant de partir à la Juve. « Le but de Rocheteau, c’est le moment le plus intense de ma vie, expliquera quelques années plus tard le mythique président à Paris SG magazine. Je n’y croyais plus. C’était cuit, pour plaisanter, je disais aux gens à côté de moi : "On ne peut pas ne pas égaliser !" Et puis Rocheteau a marqué... C’était la délivrance ! L’explosion de joie ! Impensable... Alors, j’ai embrassé la pelouse, cette terre bénie du Parc, pour remercier le ciel... comme les Musulmans que je voyais en Tunisie, qui embrassaient la terre pour remercier leur Dieu. » Trente minutes de joyeux bordel plus tard, les fans regagnent leur tribune. La séance de tirs au but peut enfin débuter, et le Paris Saint-Germain remporter le premier titre de son histoire.

    Vidéo

  • Résultats et classement de Ligue 1
    Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici

    Par Florian Lefèvre
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    Hier à 10:19 Le drôle de penalty pour le Real Madrid en finale de Ligue des champions 1960 88
    Partenaires
    Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Podcast Football Recall
    samedi 19 mai Joueurs et supporters de l'Atlético demandent à Griezmann de rester 20
    À lire ensuite
    Le coup de Rabiot