Top 10 : les meilleurs PSG-LYON

Si les PSG-LYON n'ont jamais atteint les sommets de tension d'un Clásico, l'affiche reste néanmoins un choc de Ligue 1 et une garantie de match engagé. Retour sur les plus beaux duels de l'histoire entre les deux clubs, avec beaucoup de coups de poignard, de 4-4, et de titres fêtés sur la pelouse rivale dedans.

Modififié
14 19
1. Lyon-PSG (2-3) : le plus annonciateur
Mars 1982. Au coup d'envoi, le PSG n'a encore jamais connu le bonheur d'une victoire en terre rhodanienne. Alors 4es en championnat, les Parisiens sont surpris d'entrée par Albert Emon, qui ouvre la marque au bout de deux minutes. Pas de quoi impressionner Ivica Šurjak qui égalise dans la foulée, avant que Dominique Rocheteau ne double la mise à la quinzième minute. Un nouveau but en première période de l'emblématique Dominique Bathenay permettra au PSG de résister au retour de Lyon, qui revient pourtant dans le coup grâce au doublé d'Albert Emon à l'heure de jeu. Insuffisant. Deux mois plus tard, le PSG savoure face à Saint-Étienne sa première Coupe de France.

2. Lyon / PSG (4-4) : le plus spectaculaire
Sans doute le match le plus fou ayant jamais opposé les deux équipes. Tandis que le PSG est lancé dans une lutte sans merci avec Montpellier pour le titre de champion de France 2012, Lyon joue les trouble-fêtes. Si Hoarau ouvre rapidement le score, ce sont bien les Lyonnais qui mènent 3-2 à la pause, grâce notamment à une réalisation mythique de Michel Bastos. Au retour des vestiaires, Jimmy Briand fait le break sur corner, mais le PSG arrache finalement le match nul grâce à Ceará et Hoarau, à la toute fin du temps additionnel, dans une ambiance des grands soirs.
Youtube

3. PSG - Lyon (0-1) : le plus humiliant
En 2004, Lyon avait fêté son titre malgré une défaite (1-0) au Parc des Princes lors de l'avant-dernière journée de Ligue 1. Rebelote en 2006, lors de la 35e journée, mais cette fois, la victoire est au rendez-vous. Les hommes de Gérard Houllier viennent en effet chercher leur cinquième titre consécutif en l'emportant à Paris, sur un but de la tête de Fred. Les 1 500 supporters rhodaniens à avoir fait le déplacement exultent dans un stade vide, rapidement déserté au coup de sifflet final.

4. Lyon / PSG (0-1) : le plus revanchard
Disposant d'une avance confortable sur Marseille en tête de la Ligue 1, le PSG se déplace au stade Gerland pour le compte de la 36e journée. Ce 12 mai 2013, une victoire dans l'antre des Gones lui assurerait le titre de champion de France tant attendu et convoité. Longtemps, le PSG bute sur Anthony Lopes, qui vit alors son baptême du feu. La lumière vient finalement de feu Jérémy Ménez, qui inscrit à la 53e minute de jeu son but le plus important pour le PSG. Champion mon frère.
Youtube

5. PSG-Lyon (4-4) : le plus old-school
Il y a eu un autre 4-4 entre le PSG et Lyon, le 1er septembre 1974, et lui aussi vaut son pesant d'or. Paris joue alors sa première saison en Division 1. Dominateurs et conquérants, les joueurs de la capitale mènent 4-0 après 60 minutes de jeu. La fin du match s'annonce comme une formalité, mais les Lyonnais, guidés par Bernard Lacombe, auteur d'un doublé, sèment la révolte. C'est finalement Raymond Domenech qui signe le but de l'égalisation pour les Rhodaniens, tout heureux de repartir ce soir-là avec un point inespéré.

6. Lyon / PSG (0-1) : le plus immérité
Le plus beau souvenir du PSG entraîné par Laurent Fournier. Les Parisiens se déplacent à Gerland, qui célèbre alors la mémoire de deux supporters décédés en se rendant à Nantes. Nous sommes alors en avril 2005, et l'équipe de Jean-Michel Aulas plane, incontestée, au sommet de la Ligue 1. Ce jour-là, pourtant, le PSG va réussir à adoucir une saison ratée en surprenant un Lyon ultra-dominateur à domicile. Juste avant la pause, Rothen trouve Pauleta, qui décale en une touche Danijel Ljuboja, parti dans le dos de Cris à la limite du hors-jeu. L'attaquant à la crête peroxydée ne rate pas son duel face à Grégory Coupet et offre à Paris un superbe hold-up. La première victoire en terre rhodanienne depuis plus de 10 ans.
Youtube

7. PSG-Lyon (1-2) : le plus cruel
Saison 2006-2007. Avec 9 victoires et un nul en 10 journées, Lyon n'a déjà plus aucun adversaire en Ligue 1, et surtout pas Paris. Empêtrés dans un début de saison médiocre, les joueurs de la capitale abordent néanmoins ce huitième de finale de Coupe de la Ligue avec envie. Paulo Cesar ouvre d'ailleurs le score sur pénalty, juste avant la mi-temps. On croit le PSG capable de tenir l'exploit et de sauver sa saison, mais Sylvain Wiltord surgit en fin de match, à la manière de l'Euro 2000 contre l'Italie. Grâce à deux réalisations tardives d'affilée (88e et 90e) l'attaquant international renvoie le PSG à la triste langueur d'un championnat où il n'a plus rien à jouer. Fatalité.

8. Lyon/PSG (1-0) : le plus décisif
Terrassés 4-2 quelques semaines plus tôt à Gerland, les Parisiens retrouvent les Lyonnais en finale de la Coupe de France 2008. Avec la ferme intention d'en découdre. Au terme de 90 minutes globalement dominées par l'OL, les Parisiens n'ont pourtant pas à rougir de leur prestation, tout en courage et en abnégation, et s'en tirent avec un bon 0-0 sur la pelouse du Stade de France. Lors de la prolongation, le destin balance finalement : Sidney Govou reprend victorieusement dans la surface, à bout portant, un contrôle de la poitrine manqué de Kader Keita. La coupe a choisi son camp.
Youtube

9. Lyon-PSG (1-2) : le plus traître
Le PSG n'est pas le seul club à se faire tronçonner par ses anciens joueurs. L'OL en a fait l'amère expérience lors des huitièmes de finale de la Coupe de la Ligue 2010-2011. 85e minute de jeu. Alors que les Rhodaniens mènent tranquillement 1-0 grâce à Jimmy Briand, Mathieu Bodmer surgit à l'entrée de la surface pour claquer une volée de grande qualité, marquer son premier but parisien et faire la nique à Claude Puel... Lors de la prolongation, Ludovic Giuly, un autre ancien de la maison, profitera d'un coup franc de Ceará et des errements de la défense lyonnaise pour donner la victoire au PSG de Kombouaré, qui fête alors ses 40 années d'existence.
Youtube

10. PSG/Lyon (4-0) : le plus déséquilibré
Jamais le PSG n'a semblé autant supérieur à l'OL que lors de ce match disputé le 1er décembre 2013 au Parc des Princes. Grâce à un doublé de Zlatan sur pénalty, bien aidé par Cavani, le PSG s'impose largement à domicile et renvoit Lacazette, Gourcuff et consorts à leurs études. Ainsi qu'aux tristes souvenirs d'un passé glorieux.
Youtube

BONUS. PSG-LYON (2-3) : le plus Hatem Ben Arfa
29 octobre 2007. Hatem Ben Arfa régale au Parc. Auteur d'un doublé juste avant la mi-temps, le prodige lyonnais permet aux Rhodaniens de savourer un avantage mérité à la pause. Le doublé tardif du revenant Pauleta ne changera rien, d'autant plus que Sidney Govou plie l'affaire à quelques minutes de la fin de la rencontre. Malgré un bon PSG, Lyon reste au sommet.
Youtube

NB : Ce top est non exhaustif. Auraient pu être cités, à juste titre, le doublé de Valdo lors de la première édition de la Coupe de la Ligue en janvier 1995, la victoire lyonnaise de l'année suivante, ou encore le but de Florian Maurice pour la victoire 1-0 du PSG en 1998, et bien d'autres...

Par Christophe Gleizes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

EUUUUUH le PSG champion de France 1982 ??? Coupe plutôt non ?
La première édition de la Coupe de la Ligue est remportée par le PSG 2-0 face à Bastia (Roche, Raï)...
gastongaudio Niveau : Loisir
Psg lyon octobre 2007, humiliation suprème, je revois Ben Arfa et Benzema s'amuser en fin de match près du poteau de corner avec les défenseurs parisiens, une orgie lyonnaise en plein parc des princes.
c'est à cause de ces trop nombreux matchs, que je me suis résolu à abandonner ma tribune pour accepter, en me pinçant le nez, la mainmise du quatar et l'arrivée en contrepartie de joueurs que je n'aurais jamais imaginé voir évoluer dans la capitale.
La sortie de Vercoutre + la détente de Bodmer, ça pardonne pas.
Prospère Mulenga Niveau : CFA
Note : 1
Vous avez oublié un match je sais pas s'il est symbolique pour les autres supporteurs du psg , c'est notre victoire au parc 1-0 avec l'ouverture du score de L'aigle des Açores dès la 6eme minute avec une ambiance que seul le parc peut envoyer ! Cette saison on termine 2eme à 3 points qui fête encore une fois leur titre au parc des princes
Prospère Mulenga Niveau : CFA
à 3 points de lyon*
Hey, c'est Lyon-Psg ce soir ! pas l'inverse
Ahh quel regal de revoir ce magnifique buteur qu'était Pauleta. La definition même du finisseur...
Message posté par Tinmar
EUUUUUH le PSG champion de France 1982 ??? Coupe plutôt non ?


Champion en 86 en effet. Et coupe de france en 82 me semble
Sidney G'Ovule Niveau : Loisir
Le premier des deux buts de Ben Arfa au Parc est une petite sucrerie. Un tir tout en toucher.
Euh dites pour la finale de la coupe de France en 2008 c'est plutôt paris qui avait maîtrisé la finale de bout en bout jusqu'au but du sid en prolongation(sur notre seule occasion franhce du match).
Putain* qu'est ce que j'ai pu kiffer Wiltord à Lyon, un régal ce joueur.

Quant on voit qu'à l'époque il était associé à Benzema, Rémy et Govou, on se dit que les temps on bien changés.
Putain* qu'est ce que j'ai pu kiffer Wiltord à Lyon, un régal ce joueur.

Quant on voit qu'à l'époque il était associé à Benzema, Rémy et Govou, on se dit que les temps on bien changés.
toto_da_don Niveau : CFA
Vous avez oubliez le fameux dégagement de notre cher Apoula sur Gomis qui égalise a une minute de la fin !!
Message posté par tiflo
Euh dites pour la finale de la coupe de France en 2008 c'est plutôt paris qui avait maîtrisé la finale de bout en bout jusqu'au but du sid en prolongation(sur notre seule occasion franhce du match).



Oui merci de rectifier!! J'avais super les boules parce qu'on fait une saison de merde et sur cette finale pour le coup on méritait vraiment de gagner...
c'est la merde Niveau : Loisir
Tiflo

Oui avec d ailleurs un arrêt du bras de boumsong non sifflé alors que la balle allait dans le but à 0-0

autre époque n est ce pas ?

Puree Benzema, c'etait autre chose que Jimmy "je marche sur le ballon" Briand quand meme..
Sur la 7 le but égalisateur de Wiltord est entaché d'un hors jeu de 2 metres et sur la 8 un but valable d'Armand est refusé peut avant la mi-temps pour un hors jeu de position de Yepes.

Comme quoi la routourne tourne un jour et vu les gémissements et gesticulations d'Aulas dernierement il a du mal a accepter d'être arbitré comme les autres.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
14 19