1. //
  2. // Amical
  3. // Irlande-Oman

Top 10 : les galipettes de Robbie Keane

Cette fois, c'est terminé. Après 145 sélections, 67 buts, Robbie Keane va faire ses adieux mercredi soir au football international lors d'une dernière parade à Dublin contre Oman. Retour sur dix roulades qui ont écrit la légende de Robbie. En vert.

Modififié
486 4
  • 25 mars 1998 : Olomouc, le premier voyage


    Olomouc, la Moravie et son stade Andrův. Voilà le décor où l’histoire de Robbie Keane avec sa sélection nationale a commencé. L’Irlande est alors en déplacement en Tchéquie pour un amical entre deux équipes non qualifiées pour la Coupe du monde en France et s’incline (1-2). L’important, ce soir-là, est finalement ailleurs. Car Mick McCarthy, avec ses cheveux en perdition et sa gueule à la Ben Stiller, a décidé de lancer chez les grands deux gosses : le milieu de Blackburn Damien Duff et un certain Robbie Keane, dix-sept ans, qui cavale alors à Wolverhampton après avoir refusé une proposition de Liverpool. Avec cette première sélection, Keane devient un jouet à revendre pour les Wolves, mais son histoire internationale vient de débuter. Il marquera ses premiers buts le 14 octobre suivant contre Malte (5-0) et devient alors le plus jeune joueur à marquer pour l’Irlande. Robbie Keane a alors dix-huit piges.



  • 5 juin 2002 : les galipettes à Kashima


    L’Irlande a toujours eu une histoire particulière avec l’Allemagne. Il y a d’abord eu cette victoire à Hanovre en mai 1994, grâce notamment à Tony Cascarino contre une sélection championne du monde en titre. Le bordel s’est répété il y a quelques mois, le 8 octobre dernier, lorsque Shane Long a retourné la bande de Löw lors des éliminatoires de l’Euro 2016 à l’Aviva Stadium de Dublin (1-0). Mais, entre-temps, il y a surtout eu la Coupe du monde 2002. Cette fois encore, l’Allemagne a touché le sommet avec une finale contre le Brésil (0-2) en Corée du Sud et au Japon. Reste qu’elle a surtout mangé Robbie Keane et ses roulades en poules le 5 juin avec l’égalisation à la dernière seconde d’un attaquant qui évolue alors à Leeds. On parle là d’un but qui a écrit une large partie de sa légende.

    Youtube



  • 13 octobre 2004 : le nom sur les tablettes


    Il ne lui aura donc fallu que 56 sélections pour entrer définitivement dans l’histoire. Toujours avec la même dégaine, mais surtout toujours avec cette célébration distinctive. Le 13 octobre 2004, grâce à un doublé face aux îles Féroé à Lansdowne Road (2-0), Keane devient le meilleur buteur de l’histoire de la sélection irlandaise avec 22 buts. Quelques années plus tôt, le buteur a débarqué à Londres pour faire de White Hart Lane sa « maison spirituelle » selon les mots de Glenn Hoddle. Ce qu’il ne sait pas encore, c’est que sa troisième saison à Tottenham va mal terminer avec la concurrence de Kanouté, Mido et Jermain Defoe. Robbie Keane va alors faire la gueule et goûter à la réserve du club. Martin Jol n’a jamais aimé la gymnastique.

    Youtube



  • 1er mars 2006 : Robbie découvre le brassard


    La FAI avait fait sa cour en grand. On parlait de Sir Alex Ferguson, de Terry Venables, de Bobby Robson après l’échec de Brian Kerr à qualifier l’Irlande à la Coupe du monde 2006 en Allemagne. Ce sera finalement Steve Staunton. Moins classe, mais bon. Voilà alors que le 1er mars 2006, l’ancien défenseur de Liverpool débarque avec son costume à Dublin pour défier la Suède. Sa première décision est immédiate : Robbie Keane sera maintenant capitaine. Le résultat ? L’Irlande s’impose facilement (3-0) et Keane claque une belle volée pour fêter ça. Robbie n’est définitivement pas comme les autres.



  • 18 novembre 2009 : l’histoire d’une main baladeuse


    Cet été, il a demandé aux supporters irlandais d’oublier ce qu’il s’est passé lors de cette soirée de novembre 2009. Tout le monde connaît l’histoire : l’Irlande qui tient son rêve, Thierry Henry qui utilise sa main et Gallas qui donne la qualification pour le Mondial 2010 à la France. Ce soir-là, au Stade de France, Robbie Keane avait ouvert le score et foutu le bordel à Saint-Denis. Au final, c’est une nouvelle désillusion pour une sélection alors coachée par Trapattoni. L’arbitre de la rencontre, Martin Hansson, ne reverra plus la gueule de son sifflet. Sale histoire.



  • 8 octobre 2010 : le jour où le capitaine a été retourné


    Lors des éliminatoires pour l’Euro 2012, les Irlandais sont menés et malmenés 0-3 par la Russie à domicile. À un quart d’heure du terme, Captain Robbie sonne la charge et réduit le score. Mais ce sera insuffisant pour l’Irlande, qui s’incline finalement 2-3. Une défaite qui pourrait paraître anodine, mais qui est loin de l’être. C’est la première fois que l’Irlande perd un match dans lequel Robbie Keane a marqué. Jusqu’alors, la sélection restait sur 26 victoires et 6 matchs nuls dans de telles circonstances. Le trèfle à quatre feuilles vient d’en perdre une.



  • 26 mars 2011 : Robbie fait de la résistance


    Toujours en phase de qualification pour l’Euro 2012, Robbie Keane marque encore l’histoire de sa sélection. En portant le brassard, il bat le record de capitanat d’Andy Townsend, à trente et un ans. Pour fêter le record qu’il était sûr de battre depuis longtemps, Keane inscrit le but de la victoire contre la Macédoine.



  • 7 juin 2013 : la pêche à la cape


    Irlande 3-0 Îles Féroé, 7 juin 2013. Robbie Keane doit avoir une affection toute particulière pour les îles Féroé. Après être devenu le meilleur buteur de l’histoire de sa sélection contre cette nation, il bat l’autre record important neuf ans plus tard contre les mêmes adversaires : celui du nombre de capes. En effet, le 7 juin 2013, le joueur de LA Galaxy honore sa 126e sélection avec l’Irlande, effaçant des tablettes les 125 capes de Shay Given. Et comme Keane a vraiment le sens de la fête, il claque un triplé.



  • 11 octobre 2014 : le toit de l'Europe


    On joue la 18e minute. Pas sûr qu’il s’en rende bien compte, mais Robbie Keane vient de battre un nouveau record. En inscrivant son troisième du match, sur penalty cette fois-ci, il vient de devenir le meilleur buteur de l’histoire des éliminatoires de l’Euro. Avec ses 21 buts, il devance ainsi Hakan Şükür, Jon Dahl Tomasson, Raúl et Jan Koller. Et vu que c’est très pratique de jouer contre Gibraltar pour améliorer ses statistiques, il profitera du match retour pour marquer deux buts et améliorer son total. Ses deux derniers buts en sélection à l’heure actuelle.



  • 18 juin 2016 : le dernier bal


    Même vieillissant, même avec un peu de bedaine, même tout juste sorti de pépins physiques au genou et au mollet, les Irlandais ne pouvaient décemment pas se passer de leur joueur vedette. Alors, quand les Irlandais se font étriller 3-0 par la Belgique, Martin O’Neill ne peut s’empêcher de le faire entrer en jeu, histoire qu’il participe à l’Euro 2016. Histoire qu’il dispute une dernière compétition internationale. Bien sûr, son entrée en jeu ne changera pas le cours du match et il ne touchera pas énormément de ballons, mais l’accueil réservé par les supporters vaut tout l’or du monde.

    Par Maxime Brigand et Kévin Charnay
  • Modifié

    Dans cet article

    J'essaye de me souvenir mais je ne sais même pas citer un club où il a joué. Roy Keane en revanche, je m'en souviens beaucoup mieux.
    zinczinc78 Niveau : CFA
    J'espère que l'équipe visiteuse a prévu des pâtisseries bretonnes avec beaucoup de beurre pour fêter ça.

    Ils seraient vraiment gentils de bien fêter le dernier match de Keane, Oman..
    si tu tapes au hasard, tu en aura forcement un tellement il en a fait: wolves, coventry, inter, leeds, tottenham, liverpool, celtic, west ham, aston villa and LA. Je crois qu'en prix de transferts cumulés, il est dans le top 5. Ses passages a Tottenham seront quand meme ses meilleurs années en club. Au top, il signe dans le Liverpool de Benitez qui était une tres grosse machine dans la fin des naughties. Ca aurait pu le propulser comme un top striker, mais la greffe a jamais pris et Liverpool le renvoie a Tottenham apres six mois. Le début de la fin en club. Une carriere tres honnete mais c'est surtout en selection qu'il laisse sa marque. Irréprochable, simple, leader, disponible (voir ses allers retours LA-Europe pour etre remplacant ces dernieres années). Il est vraiment aimé ici et le mérite.
    Message posté par robinson
    si tu tapes au hasard, tu en aura forcement un tellement il en a fait: wolves, coventry, inter, leeds, tottenham, liverpool, celtic, west ham, aston villa and LA. Je crois qu'en prix de transferts cumulés, il est dans le top 5. Ses passages a Tottenham seront quand meme ses meilleurs années en club. Au top, il signe dans le Liverpool de Benitez qui était une tres grosse machine dans la fin des naughties. Ca aurait pu le propulser comme un top striker, mais la greffe a jamais pris et Liverpool le renvoie a Tottenham apres six mois. Le début de la fin en club. Une carriere tres honnete mais c'est surtout en selection qu'il laisse sa marque. Irréprochable, simple, leader, disponible (voir ses allers retours LA-Europe pour etre remplacant ces dernieres années). Il est vraiment aimé ici et le mérite.


    merci pour cette bio condensée.

    Le Kiosque SO PRESS

    Partenaires
    Olive & Tom Logo FOOT.fr
    486 4