1. //
  2. // Départ José Mourinho

Top 10 : Les échecs de Mourinho au Real Madrid

Trois saisons, et puis s'en va. Sur « la pire de ma [sa] carrière » . José Mourinho va quitter l'Espagne avec quelques titres et records de plus dans la musette, mais le Only One laisse son Real Madrid sur un échec. Un parmi d'autres. Voici les dix principaux.

Modififié
178 69

1/ La manita de bienvenue


Débarqué dans une Liga dominée depuis deux ans par le Barça de Guardiola, José Mourinho arrive à Madrid avec un objectif bien précis : rompre l'hégémonie du Pep. Le Portugais débute le championnat tambour battant : 10 victoires et deux nuls, de quoi se présenter au Camp Nou avec plus de confiance en ses garçons qu'un aveugle en son chien. Le Mou veut regarder Barcelone dans les yeux, l'attaquer dans son antre, le dominer dans le jeu. Il ne réalise pas qu'il envoie les siens, pas encore prêts pour ça, au massacre. Résultat, 5-0. Une énorme baffe. Et une bonne leçon.

2/ La revanche de Preciado


Quelques semaines avant le naufrage au Camp Nou, Mourinho avait déjà secoué l'Espagne en s'en prenant au très respecté Manuel Preciado - alors entraîneur du Sporting Gijón - lui reprochant d'avoir aligné une équipe bis face au Barça. Feu la moustache le traita alors de canaille, avant de prendre sa revanche sur le pré cinq mois plus tard, en venant s'imposer au Bernabéu (1-0) en plein sprint final. Le Barça file vers le titre, et Mourinho voit prendre fin son incroyable série : plus de neuf ans d'invincibilité à domicile en championnat.

3/ Road to Wembley, premier stop


Quand Florentino Pérez vient chercher Mourinho à l'Inter, c'est avant tout pour ses exploits en Ligue des champions. À Madrid, la Décima fait rêver toute la Maison Blanche. C'est l'objectif suprême. Le Graal. Encore une fois, c'est ce foutu FC Barcelone qui vient se mettre sur le chemin de la conquête merengue. Un chemin qui mène à Wembley, à condition de remporter le choc espagnol des demi-finales. Les Catalans et leur Ballon d'or argentin assurent finalement leur qualification dès l'aller en s'imposant 2-0 dans la capitale, ce qui rend complètement fou Mourinho, auteur d'une des plus belles conférences de presse d'après-match de l'histoire. La Fédé espagnole et…l'Unicef sont désignés responsables.

Youtube

4/ Supercoupe dans l'œil


Barcelone, toujours. Pétage de câble, encore. La deuxième saison du Portugais en Espagne commence par une Supercoupe face au Barça, perdue elle aussi. Lors du retour au Camp Nou, la fin de match est houleuse. Messi marque, les joueurs se tendent, Marcelo découpe Fàbregas, Özil et Villa échangent des mots doux et dans ce chaos, Mourinho vient caler son doigt dans l'œil de Vilanova. Mythique.

5/ Nuri Şahin


Mourinho fait assez peu d'erreurs dans ses choix de joueurs. Özil, Khedira, Varane et Di María se sont imposés dans le onze, Essien, Callejón et Diego López ont fait ce que l'on attendait d'eux, quant à Coentrão et Modrić, le bilan est plus contrasté, mais on ne peut parler d'échec. Le cas Şahin, lui, en est un. Le Turc plaisait beaucoup au Mou, qui s'était rendu en personne en Allemagne pour le convaincre de venir à Madrid. «  Il est le seul élément de l'équipe qui pourra un jour remplacer Xabi Alonso. » Dix millions d'euros, six ans de contrat, dix petits matchs, puis deux prêts. Un transfert raté.

6/ Barça, Barça, Barça


Début 2012, leader en Liga, le Real est une machine. Deux mois après une nouvelle défaite à la maison face au Barça (3-1 en championnat), les Merengues reçoivent de nouveau le grand rival à l'occasion des quarts de finale de la Coupe du Roi. Avec l'intention de surfer sur la forme du moment et de se débarrasser de ce complexe d'infériorité à la con. Caramba, encore raté. Malgré l'ouverture du score de Cristiano, Puyol et Abidal renversent la tendance et lancent les leurs vers les demi-finales. À la suite de ce tour de Coupe, Mourinho en est à 9 matchs contre le Barça avec le Real, pour une seule victoire. Dur.

7/ Ramos et la fusée du Bernabéu


Quasi champion d'Espagne, le Real peut s'offrir une fin de saison exceptionnelle avec la Décima en ligne de mire. Arrivés sans forcer en demi-finales, les Madrilènes tombent sur le Bayern. Après une défaite 2-1 à Munich à l'aller, la bande à Mourinho enflamme le Bernabéu avec deux pions dans le premier quart d'heure. Mais les Allemands reviennent et la finale face à Chelsea se joue aux tirs au but. Ronaldo et Kaká échouent, Kroos et Lahm ressuscitent le Real, mais Sergio Ramos envoie son tir dans l'espace. Seul, à genoux, Mourinho rentre aux vestiaires sans un mot. Il n'aura jamais été aussi près de remplir sa mission.

Youtube

8/ Faux départ


Titré en 2012 après trois ans de règne catalan, le Real Madrid semble avoir comblé l'écart qui le séparait du Barça à l'arrivée de Mourinho. Cette saison 2012-2013 est annoncée comme indécise et équilibrée, mais elle se termine dès la quatrième journée. Deux défaites, un nul et une victoire. Le Real a déjà 8 points de retard. C'est trop. Il ne reviendra jamais dans la course.

9/ Je marche seul


Largué en Liga, en conflit avec plusieurs de ses cadres, sifflé par ses propres supporters, le Mou décide de finir l'aventure en cavalier seul. Seul contre tous, il tâchera d'aller chercher cette Décima. En demi-finales pour la troisième saison consécutive, José Mourinho échoue cette fois-ci face au Borussia Dortmund, malgré une belle manche retour. Le Real Madrid ne verra pas Wembley. Le grand objectif fixé à l'arrivée du Portugais ne sera pas atteint.

10/ Sortie ratée


Malgré tout, The Only One a l'occasion de s'en aller sur un trophée. Une Coupe du Roi, à la maison, face à l'autre rival, l'Atlético Madrid, qui lui a souri pendant trois ans. Le Real domine, touche trois fois le poteau, et craque en prolongation. Quatorze ans, que les Colchoneros n'avaient pas battu le voisin madrilène. Expulsé en seconde période, Mourinho a observé son dernier échec dans le vestiaire. Seul.

Youtube


Par Léo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

La grande classe... Il y a quelques années il était respectable, au fil du temps il est devenu détestable.
Jack Facial Niveau : CFA
Vous êtes sûrs qu'on parle du meilleur entraîneur du monde là ?
t'inquiètes,ceux qui l'ont toujours détesté continueront de le faire,et ce quelqu'auraient été ses résultats.et ceux qui l'adulaient(joueurs,supporters...) le sont encore.
aswinning_11 Niveau : Ligue 2
Voilà pourquoi une équipe comme MU l'aurait jamais accepté comme coach.
laudrup all night Niveau : Loisir
Se payer la pomme d'Adan fait partie des échecs ou des succès ?
-Ligue des Champions: trois éliminations nettes face à des équipes beaucoup plus forte collectivement. Et oui la somme d'individualité ça paie pas toujours!
Bilan: Mauvais.

-Liga: 1/3. 100 pions, 121 golazos. Victoire incontestable. Mais le Barça a quand même remporté les deux autres. Pour mettre fin à une hégémonie on espère plus de l'autoproclamé meilleur coach du monde.
Bilan: Moyen.

-Copa: une victoire face au rival au bout des prolongations avec une final 50/50. C'est très bien puisque 5 mois auparavant il avait pris 5-0. Une élimination face au Barça l'an d'après, et une final perdue face à l'autre rival qui a débuté son match catastrophiquement, encaissant nombre d'occasions, poteaux... Mais au final il perde. A cause de l'énervement. Énervement qui, avant son arrivé était très rare.
Bilan: Moyen.

Super Coupe: 50% de victoires. L'an passé le Barça l'avait humilié encore une fois, l'année d'après le Barça recommence au match aller qui se finie en un 3-2 ressemblant à un 4-1. Au match retour le Real bouffera le Barça en première mi-temps, pour ensuite se faire dominer par un Barça à dix.
Bilan: Moyen. Mais bon c'est la Super Coupe, on s'en branle un peu.

Si a tout ça on ajoute le fait que Mourinho est arrivé à Madrid en tant que prophète allant mettre fin au Barça de Pep, allant gagné la Decima il est claire que son bilan est mauvais. Les excuses il en a pas, il a détruit le vestiaires comme jamais, rarement voir aucun entraîneur du Real avait eu un si pauvre bilan (et pourtant leurs effectifs étaient de moins bonnes qualités) en trois an...
En même temps, je me met à sa place, ça doit être déstabilisant de devoir déstabilisé le club qui, je cite: "restera dans mon cœur à tout jamais".

Ce mec a définitivement raté sa campagne madrilène. Mais bon, en France ses supporters sont les seuls d'Europe a lui trouver des excuses (regardez les résultats des sondages dans un peu tout les pays de foot européens, c'est criant. A croire qu'en France il suffit d'avoir eu du succès et d'être franco-phone pour être idolâtrer). Maintenant qu'il se casse, le calme reviendra petit à petit...
Ça fera du bien de pouvoir parler a de vrais madrilènes et pas a des groupies.

Au passage, le meilleur entraîneur est français et vie en Gironde... ;)
cantona-forever Niveau : Loisir
ah cette manita, mythique... ça a du lui faire très mal aux fesses quand même.

c'était son rêve d'entrainer le barça, sa candidature n'a pas été prise au serieux et il s'est complètement focaliser sur cette équipe...

finalement il sera mieux loin du barça
Plutot d'accord avec toi même s'il faut nuancer sa première année "d'adaptation" (au moins d'adaptation pour prendre la mesure du barça).

Par contre, pour les sondages, tu sors ça d'où ??
Note : 10
Message posté par aswinning_11
Voilà pourquoi une équipe comme MU l'aurait jamais accepté comme coach.


C'est vrai que Ferguson n'a jamais échoué contre le Barça lamentablement non, c'est vrai qu'il ne bide jamais au mercato, et c'est aussi vrai qu'il ne critique jamais les arbitres ni balance des pompes dans la gueule de ses joueurs non jamais...
cantona-forever Niveau : Loisir
Message posté par Le FC K
-Ligue des Champions: trois éliminations nettes face à des équipes beaucoup plus forte collectivement. Et oui la somme d'individualité ça paie pas toujours!
Bilan: Mauvais.

-Liga: 1/3. 100 pions, 121 golazos. Victoire incontestable. Mais le Barça a quand même remporté les deux autres. Pour mettre fin à une hégémonie on espère plus de l'autoproclamé meilleur coach du monde.
Bilan: Moyen.

-Copa: une victoire face au rival au bout des prolongations avec une final 50/50. C'est très bien puisque 5 mois auparavant il avait pris 5-0. Une élimination face au Barça l'an d'après, et une final perdue face à l'autre rival qui a débuté son match catastrophiquement, encaissant nombre d'occasions, poteaux... Mais au final il perde. A cause de l'énervement. Énervement qui, avant son arrivé était très rare.
Bilan: Moyen.

Super Coupe: 50% de victoires. L'an passé le Barça l'avait humilié encore une fois, l'année d'après le Barça recommence au match aller qui se finie en un 3-2 ressemblant à un 4-1. Au match retour le Real bouffera le Barça en première mi-temps, pour ensuite se faire dominer par un Barça à dix.
Bilan: Moyen. Mais bon c'est la Super Coupe, on s'en branle un peu.

Si a tout ça on ajoute le fait que Mourinho est arrivé à Madrid en tant que prophète allant mettre fin au Barça de Pep, allant gagné la Decima il est claire que son bilan est mauvais. Les excuses il en a pas, il a détruit le vestiaires comme jamais, rarement voir aucun entraîneur du Real avait eu un si pauvre bilan (et pourtant leurs effectifs étaient de moins bonnes qualités) en trois an...
En même temps, je me met à sa place, ça doit être déstabilisant de devoir déstabilisé le club qui, je cite: "restera dans mon cœur à tout jamais".

Ce mec a définitivement raté sa campagne madrilène. Mais bon, en France ses supporters sont les seuls d'Europe a lui trouver des excuses (regardez les résultats des sondages dans un peu tout les pays de foot européens, c'est criant. A croire qu'en France il suffit d'avoir eu du succès et d'être franco-phone pour être idolâtrer). Maintenant qu'il se casse, le calme reviendra petit à petit...
Ça fera du bien de pouvoir parler a de vrais madrilènes et pas a des groupies.

Au passage, le meilleur entraîneur est français et vie en Gironde... ;)


assez d'accord avec toi, je rajouterai que si les français sont les plus indulgents avec Mourihno c'est parce que c'est aussi ici qu'on trouve le plus de haters du barça, et qu'il s'est clairement avancé comme étant le porte drapeau de cette mode ridicule ...
A quand le top 10 des réussites de Mourinho au real ?

Ca a beau être la monde du Mouinho bashing, faudrait penser à nuancer un peu son bilan
Pep Pep Pep Pep Niveau : District
http://news.maxifoot.fr/info-178755_130521/football.php

Des barres de rire.

Quel plaisir de revoir la Manita.


Bon sinon, encore une fois le passage de Monsieur Special One est un echec, pour ne pas dire un désatre total.

Palmarès maigre, une liga en 3 ans, une copa gagné de façon absolument honteuse & une supercopa.

Le terrain, le jeu, le football fut quand même très pauvre, comme souvent avec ces équipes de toute façon. (Je lui accorde quand même quelques périodes ou le jeu fut plaisant, vu comment les adversaires laissé des espaces dans leur dos, idéal pour exploiter la vitesse des CR and co.)

La chose la plus difficile, là ou on reconnait les très grand c'est de confirmer un succès, de perdurer en gagnant encore & encore. Or le Real avait perdu la liga en décembre.

L'image du Real fut totalement violé, l'institution a était salit comme jamais.

Maintenant avec Ancelotti le Real a une base solide (Casillas, Varane, Ramos, Ozil, Ronaldo, Benzema) & même s'il ne révolutionnera probablement rien il est à mon avis un bien meilleur tacticien & meneur d'hommes que Mourinho.

Le Real a l'équipe pour prétendre remporter la decima mais pas la cohésion. A Ancelotti de la trouver.
Message posté par conilas
Par contre, pour les sondages, tu sors ça d'où ??

Sites étrangers, Unes des journaux généralement...
Va voir la Une de El 9 (journal argentin) du 20/05/13, tu verra que eux ils ne se posent pas la questions.

@RonHarris:
En soit, trois demis c'est bon. Mais après faut voir quels sont les objectifs et les ambitions du club. Le Real, ça faisait 6 ans que chaque années ils sortaient de la LdC dès les 1/8è, chaque année les coachs défilés et subissait une pression monstre, moins que celle de Mourinho qui fut accueillit en sauveur. Le mec à son arrivé possédé un effectif, que était facilement le deuxième meilleur au monde, il tombe contre des adversaires relativement peu compliquer jusqu'au moment fatidique des demies. Et à chaque fois il se casse la gueule. La seule fois où il a rencontré un gros avant les demies c'était cette année face a United, résultat: qualif' très controversé.

Il viens à Madrid, son ambition est plus de remporté sa Tercera que la Decima du Real, et même avec tous ces moyens pour y arriver il se fait à chaque fois sortir des demies piteusement (jeu pourries, agressions...).
Oui c'est mauvais.

P.S: Chez moi le site rame comme Manaudou, c'est pareil pour vous?
Si tu regardes les titres gagné par le Real de Mourinho et que tu compares avec les autres club espagnols sur ces trois dernièrs années, ça fait d'un point de vue Palamres :
1) Barca : 8 titres (1 champions, 2 liga, 1 supercoupe d'europe, 1 mondial des clubs, 1 coupe du roi, 2 supercoupes d'espagnes)
2) Atletico : 4 titres (1 uefa - l'autre était juste avant l'arrivée de Mourinho, 2 supercoupes d'Europe, 1 coupe du roi)
3) Real : 3 titres (1 liga, 1 coupe du roi, 1 supercoupe d'Europe)
Il a été engagé pour dépasser le Barca, et il s'est fait dépasser par l'Atletico ...
Et on parlera pas du budget des deux équipes
Message posté par Anonymous75
La grande classe... Il y a quelques années il était respectable, au fil du temps il est devenu détestable.


Mourinho n'a jamais été respectable, depuis qu'il entraine au haut niveau du moins - demandez à Anders Frisk. Il a seulement gagné en exposition médiatique depuis son arrivée à Madrid, ce qui a eu pour effet d'estomper l'effet de nouveauté de son petit numéro de "bad boy" des bancs de touche.
Seulement un spectacle, c'est comme un fond de jeu : ça se renouvelle quand ça ne marche plus. Et à Madrid, il n'a su faire ni l'un ni l'autre.
Message posté par RonHarris
Quelques idées de réussites de Mourinho à Madrid pour un contre article: l'éclosion de Raphael Varane, le repsitionnement dans l'axe de Sergio Ramos qui en a fait l'un des meilleurs joueurs du monde à son poste, reprendre la Liga au FC Barcelone, reprendre une Copa Del Rey après 18(?) années de disette, reprendre la main dans les confrontations directes face au Barça après un début difficile, l'explosion de Marcelo et de Khedira comme étant deux joueurs du gratin mondial (blessures pour le premier nommé cette saison), refaire du Real un club majeur en Europe en faisant des bons parcours en LdC.



- Varane a commencé à être aligné parce que Pepe était blessé et Ramos suspendu, sinon, jamais il n'aurait joué
- Ramos jouait dans l'axe en équipe de jeune et au Séville
- La liga rien à redire
- La coupe non plus
- Marcelo, c'est vrai, Khédira l'était déjà avec l'Allemagne (et l'est encore plus avec l'Allemagne, dans son rôle de box to box)
- C'est vrai pour les parcours européen, avec de magnifique prestation contre le CSKA et L'apoel Nicosie l'année dernière, tottenham et lyon il y a deux ans et le Galata en quart cette année ci.
LaPaillade91 Niveau : Loisir
@ Fredliga

Tu lui as mis une bonne appréciation sur son carnet de notes, y avait pas trop d'erreurs à corriger ?

Quel beau métier professeur !
nininho
Message posté par Le FC K


Au passage, le meilleur entraîneur est français et vie en Gironde... ;)



Alain Juppé?
nononoway Niveau : CFA
Message posté par Lothaire


C'est vrai que Ferguson n'a jamais échoué contre le Barça lamentablement non, c'est vrai qu'il ne bide jamais au mercato, et c'est aussi vrai qu'il ne critique jamais les arbitres ni balance des pompes dans la gueule de ses joueurs non jamais...


Vrai ... Mais quand Ferguson perdait contre Barcelone, il trouvait pas des excuses style complot 9/11. Il avouait avoir été inférieur, c'est tout.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
178 69