1. // Euro 2012
  2. // Quarts de finale
  3. // Italie/Angleterre

Top 10 : Les Anglais d’Italie

Dimanche soir, l’Italie et l’Angleterre s’affrontent en quarts de finale de l’Euro. Un match particulier pour les rares Anglais qui ont osé venir tenter leur chance dans le championnat d’Italie. Et qui ont toujours laissé un souvenir, bon ou mauvais.

Modififié
2 19
John Savage

En plus d’avoir un nom classe, John Savage a eu une importance capitale dans l’histoire de la Juventus. À la fondation du club, à la fin des années 1800, il en est l’un des joueurs principaux et entretient des relations avec des amis à lui en Angleterre pour tout ce qui concerne l’équipement. C’est d’ailleurs lui, un jour, qui commande un set de maillots à un fabricant de Nottingham qu’il connaît bien. Savage lui met un joli maillot rose tout crade et tout délavé dans le bon de commande, à tel point que le fabricant pense qu’il s’agit d’un maillot noir et blanc. Au lieu de lui renvoyer un set de tuniques rouges, comme celles de Nottingham Forest, il lui expédie des tricots noirs et blancs, semblables à ceux de Notts County. Autant dire que Savage s’est sacrément fait engueuler quand les maillots sont arrivés à Turin. Plus de 100 ans plus tard, les tifosi le remercient : sans lui, le maillot rose dégueulasse de la Juve aurait été le maillot principal…

Herbert Kilpin

Chaque équipe italienne a son père fondateur. Giorgio Muggiani pour l’Inter, Luigi Bigiarelli pour la Lazio, Giorgio Ascarelli pour le Napoli... Pour le Milan AC, il s’agit d’un Anglais, le bien-nommé Herbert Kilpin. Né à Nottingham (encore), il grandit là-bas et commence à jouer au foot avec le club de Notts Olympic. À l’âge de 21 ans, il va s’installer à Turin. Là-bas, il devient joueur de l’Internazionale Torino. Quelques années plus tard, il déménage à Milan et se fait des potes à l’American Bar. Le 16 décembre 1899, en compagnie de quelques Italiens et du Londonien Alfred Edwards, il fonde le Milan Cricket and Football Club, futur Milan AC. Il devient le premier capitaine et le premier entraîneur de l’équipe milanaise. C'est d'ailleurs lui qui, selon la légende, a été à l'origine du choix des couleurs. Bon choix artistique.


Gerry Hitchens

Gerry Hitchens n’est pas le plus connu des joueurs britanniques. Pourtant, il détient un record qui va a priori tenir encore longtemps : le plus grand nombre de présences en Serie A pour un Anglais. 205 apparitions, et un coquet total de 59 buts, qui en fait également le buteur anglais le plus prolifique. D’accord. Mais à part ça, c’est qui ? Hitchens, c’est un joueur surnommé « Poil de carotte  » , alors qu’il était plus blond que roux, et qui a fait ses armes à Cardiff City et à Aston Villa. En 1961, il claque un doublé avec le maillot de l’équipe d’Angleterre contre l’Italie, lors d’un match amical disputé à Rome. Il s’attire les regards de l’Inter, qui le fait signer l’été suivant. À Milan, il remporte le Scudetto en 1963, puis s’engage avec le Torino, où il dispute trois saisons sans rien gagner. Après quoi, il teste aussi l’Atalanta et termine son tour d’Italie avec une escale peu fructueuse à Cagliari. C’est d’ailleurs là qu’il termine sa carrière professionnelle. Hitchens meurt en 1983, emporté par un infarctus lors d’un match de charité. Triste.

Ray Wilkins

Non, Ray Wilkins n’a pas toujours été entraîneur adjoint à Chelsea. Avant de s’asseoir sur le banc des Blues, l’Anglais a eu une longue carrière, passée entre l’Angleterre, l’Écosse, l’Italie et la France. Après six saisons à Chelsea et cinq à Manchester United, il fait le très grand saut et débarque en 1984 au Milan AC. Il y joue d’ailleurs avec son pote Mark Hateley. Avec le maillot rossonero, il va disputer trois saisons, mais ne va strictement rien gagner. Il s’agit en effet d’une période peu glorieuse pour les Milanais, puisque leur palmarès reste totalement vierge de 1979 à 1988. Néanmoins, Wilkins pourra se vanter d’avoir vécu un moment historique : l’arrivée à la tête du club de Via Turati d’un certain Silvio Berlusconi, jeune loup prêt à transformer l’histoire du Diavolo. Aujourd’hui, Ray Wilkins est chauve.


Trevor Francis

Les fans de Nottingham Forest ne l’ont pas oublié. Trevor Francis faisait partie de cette folle équipe de Forest qui, en 1979 et 1980, remporte deux fois de suite la Coupe des Clubs champions, devenant ainsi le seul club dans l’histoire à avoir remporté plus de fois la C1 que son championnat. C’est d’ailleurs lui qui marque le but décisif lors de la finale de 1979 contre Malmö. Après un bref passage à Manchester City, il part en Italie et signe à la Sampdoria. Lors de ses trois saisons passées à Gênes, il remporte la Coupe d’Italie et s’adjuge le titre honorifique de meilleur buteur de la compétition. Il est, à ce jour, le seul Anglais à avoir remporté un titre de meilleur buteur dans une compétition italienne. Par la suite, il passe à l’Atalanta, où son seul fait d’arme sera un but contre la Fiorentina. Voilà.

David Platt

Aujourd’hui assistant technique à Manchester City, David Platt peut dialoguer en italien avec Roberto Mancini. En effet, les deux hommes se sont côtoyés lorsqu’ils étaient joueurs, à la Sampdoria. Platt y a évolué pendant deux saisons, remportant là-bas la Coupe d’Italie. En 1998, l’Anglais est même devenu entraîneur de l’équipe génoise, après avoir mis un terme à sa carrière. Expérience catastrophique : la Samp est reléguée en Serie B à la fin de la saison. Du coup, Platt rentre en Angleterre la queue entre les jambes. Dommage, car, avant cela, il avait plutôt réalisé de bonnes choses en Italie. Outre son passage à la Sampdoria, l’ancien buteur d’Aston Villa a eu le temps de remporter la Coupe UEFA avec la Juve ou encore de planter quelques pions avec Bari. Comme ça, pour le fun.


Paul Gascoigne

Paul Gascoigne est peut-être le joueur anglais qui s’est le mieux adapté au Championnat d’Italie. Lorsqu’il débarque à la Lazio en provenance de Tottenham, les tifosi se prennent immédiatement d’affection pour lui. Et comme Gazza est le genre de mec qui sait comment entrer dans le cœur des supporters, il inscrit son premier but sous les couleurs biancoceleste lors du derby contre la Roma, à la 89e minute (1-1). En Italie, son comportement est souvent épinglé par la presse, mais les supporters l’adorent. D’autant plus lorsqu’il marque un but fou contre Pescara ou lorsqu’il se met à mâcher un chewing-gum offert en plein match par un arbitre. À Rome, il ne gagne rien (une deuxième place en 1995) et ne dispute que 43 matches en trois saisons à cause de pépins physiques. Mais vingt ans après son arrivée en Italie, les tifosi s’en souviennent encore comme l’un des grands messieurs de l’histoire du club. C’est dire…

Paul Ince

Après six saisons passées à Manchester United, où il remporte deux championnats, deux Charity Shield, deux Coupes d’Angleterre, une Coupe des Coupes et une Supercoupe UEFA, Paul Ince s’en va tenter sa chance de l’autre côté des Alpes. Il atterrit à l’Inter, qui vient de remporter deux fois la Coupe UEFA en quatre ans. Ince arrive lors de l’été 1995, avec la ferme intention d’apporter son expérience de « gouverneur » . Il disputera deux saisons plutôt positives à l’Inter, avec 13 buts en 73 apparitions toutes compétitions confondues. Néanmoins, il termine son aventure sur une note négative, avec la défaite en finale de Coupe UEFA contre Schalke, aux tirs au but. Après quoi, il rentre au bercail, en s’engageant avec Liverpool.


Jay Bothroyd

On sait de Jay Bothroyd qu’il joue à Queens Park Rangers et qu’il a inscrit cette saison deux buts en Premier League contre Tottenham et Manchester City. Mais ce que l’on a oublié, c’est qu’au début de sa carrière, ce grand gaillard d’1m91 a joué en Italie, plus précisément à Pérouse. Là-bas, il côtoie des joueurs comme Ze Maria, Fabio Grosso, Obodo, le grandissime Dario Hubner et même le fils Khadafi. Lors de sa saison italienne, Bothroyd remporte la Coupe Intertoto et réussit à planter cinq buts en Serie A, dont un lors de la toute dernière journée, face à Ancône, qui permet à son équipe de disputer les play-out pour ne pas descendre. Malheureusement, les play-out sont perdus contre la Fiorentina, et Pérouse est relégué. Bothroyd est prêté à Blackburn, et le club de Ligurie décide de le laisser partir l’été suivant à cause de gros problèmes financiers. Il pourra au moins dire qu’il a joué un jour avec Fabrizio Ravanelli.

David Beckham

Il aura fallu du temps, mais David Beckham a fini par jouer en Italie. Après de longues années passées en Angleterre et en Espagne, Becks rejoint le Calcio pour garder la forme pendant la pause du championnat américain. En janvier 2009, le voilà donc qui débarque à Milanello. Son objectif est clair : aligner les bonnes prestations pour convaincre Capello de l’emmener à la Coupe du monde 2010. Au bout de trois mois, il doit rentrer en Californie. Mais Galliani réussit à entourlouper les Los Angeles Galaxy pour le garder jusqu’à la fin de la saison. Beckham repart finalement en juin, avec 18 matches et deux buts à son actif. Des chiffres convaincants, qui lui permettent de revenir en janvier 2010. Mais ce coup-ci, crac, la tuile ! Après 11 matches, il se blesse lors d’un déplacement sur la pelouse du Chievo. Saison finie et un Mondial qui tombe à l’eau. Pour la peine, il ne reviendra pas la saison suivante. Depuis, aucun autre Anglais n’a osé foutre les pieds en Italie…


Mais aussi : Charles Adcock (Padoue, Triestina), Joe Baker (Torino), Luther Blissett (Milan AC), Franz Carr (Reggiana), Gordon Cowans (Bari), Daniele Dichio (Lecce), Paul Elliott (Pise), Jimmy Greaves (Milan AC), Mark Hateley (Milan AC), William Jordan (Juventus), Anthony Marchi (Vicenza, Torino), Paul Rideout (Bari), Lee Sharpe (Sampdoria), Des Walker (Sampdoria)…

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dendecuba Niveau : CFA
Bah au final l’Italie réussit plutôt bien aux anglais, l’inverse est un peu moins vrai.
Attention petite coquille sur la date de création du Milan AC, Le 16 décembre 1899 sinon article au poil comme d'hab'
Quelques pointures: Francis, Gascoigne, Platt, Ince, Beckham.

Mais aucun joueur anglais n'a réellement fait quelque chose de grand en Italie.

Le seul joueur britannique à y avoir vraiment réussi est le gallois John Charles à la Juventus dans les 50's.
Kevin Quigagne 2 Niveau : DHR
Merci Eric pour cet article intéressant (qui aurait peut-être pu cependant dire un mot sur les raisons qui poussèrent tant de grands joueurs anglais/britanniques à s’expatrier, ou à vouloir s’expatrier, en Italie - et ailleurs. Y’a des raisons bien précises à cela).

Bon, « rares Anglais », je sais pas, ils ont bien été une trentaine en tout, et si on y inclut les autres Britanniques, peut-être 50.

Le cas de Trevor Francis est intéressant. Outre le fait qu’il fut bien sûr le premier joueur à coûter + d’1 million de £ entre deux clubs anglais (plus que doublant le record précédent), c’est un gros pari que prit Brian Clough en le faisant venir à Forest.

En effet, pour une sombre histoire de licence, Francis était inéligible pour les matchs de coupe, y compris ceux de coupe d’Europe… Inégilible, mais jusqu’à la finale seulement. Clough le savait mais prit le risque. Il eut bien raison, Forest l’emporta en finale sur Malmo (1979), but de… Trevor Francis.

Citons aussi l’ex international anglais Tony Dorigo (Torino).

Sans oublier les grands Britanniques qui filèrent en Italie, le grand John Charles (vénéré par les supps de la Juve ! 93 buts en 150 matchs), Denis Law, Joe Jordan, Ian Rush, Graeme Souness (et l’Irlandais Liam Brady bien sûr). Et j’en oublie sûrement.
J'avais oublié Liam Brady. Bien vu, Kevin!

Ian Rush, vaut mieux oublier. Ça a été un fiasco.
Kevin Quigagne 2 Niveau : DHR
On peut plus mettre de lien "live" sur ce forum ? Bon, je remets mon lien, sans les www :

forzaitalianfootball.com/2011/05/top-10-%E2%80%93-british-and-irish-players-to-have-played-in-serie-a/
bien ajouté pour john charles, mario e kevin.

par ailleurs, certains échecs ont été tellement retentissants qu'il mériteraient également d’être mentionnés... je pense à luther blissett, dont l'échec au milan ac frôla le légendaire. son nom est d'ailleurs certainement le plus connu en italie parmi ceux des anglais ayant évolué dans la serie A. mais attention, très peu de gens savent que c'était un footballeur : pour tous les italiens sous la quarantaine, luther blisset est le nom d'un groupe de jeunes écrivains situationnistes de génie...

enfin, dire que l'angleterre ne réussit pas aux italiens, c'est un peu fort, voire un peu cavalier (vialli, zola, di matteo, di canio...)

kevin, tu lances la pierre mais tu caches la main : quelles sont les raisons dont tu parles pour que les anglais viennent en italie ? ça a l'air intéressant
Kevin Quigagne 2 Niveau : DHR
Bah, le problème des Luther Blissett, Ian Rush et autres, c'est que bon, ils n'étaient probablement pas fait pour s'expatrier, trop insulaires. Mais bon, je vais pas en rajouter là-dessus, on en a tellement écrit sur eux en Italie dans la presse anglaise.

On se souvient de la célèbre phrase d'Ian Rush quand on lui demanda pourquoi il avait eu des problèmes d'adaptation là-bas :

"It was like being in a foreign country" répondit-il...
Kevin Quigagne 2 Niveau : DHR
@ Antonio. Bon, j'vais te répondre, j'ai un peu de temps cet aprèm. J'ai un peu écrit là-dessus dans Teenage Kicks.

On distingue deux périodes en gros qui poussèrent les British à s'expatrier en Italie et ailleurs : l'avant 1961 ; et la fin des années 70-milieu des années 90.

Et trois raisons principales (bon, je vais pas parler des tous débuts, les Anglais qui voyagèrent pour établir le foot un peu partout) :

1) le « salary cap » anglais, de 1901 à 1961. Il poussa beaucoup de joueurs à s'expatrier ou à vouloir le faire (beaucoup ne le purent pas car leur club les retenait, les conditions contractuelles étaient féroces et ne changèrent favorablement pour les joueurs qu'à partir de 1963 (et le fameux cas George Eastham, qui fit jurisprudence, un peu le "Bosman du foot anglais")

Les joueurs ne touchaient guère plus qu'un employé lambda, jusqu'en 1961 donc. 20 £/semaine maximum pour les meilleurs de 1958 à 1961, soit seulement 25 % de + que le salaire moyen en 1960. Par exemple, le grand Jimmy Greaves, qui marqua la bagatelle de 100 buts de 1957 à 1961 pour Chelsea, ne touchait que 8 £ par semaine ! Il se barra en Italie, pas longtemps car peu après son départ, les salaires anglais flambèrent.

Y'avait pas que le salary cap mais aussi les primes a la signature, elles étaient bien plus fortes à l'étranger (d'ailleurs, elles étaient officiellement interdites en Angleterre).

La fameuse menace de grêve de Jimmy Hill en janvier 1961 mit fin au salary cap et a l'interdiction de primes a la signature, et très vite, on vit les salaires bien gonfler (même si pas mal de clubs traînèrent les pieds pour appliquer la décision de justice).

Le salary cap poussa les joueurs à s'expatrier. Par exemple Charlie "The Bogota Bandit" Mitten multiplia son salaire par 7 ou 8 je crois en se tirant en Colombie mais surtout, il toucha un max niveau primes.

2) les juteuses affaires financières que les clubs purent en retirer : montants de transfert énormes, de l'après-guerre au début des années 60. Donc, les clubs vendaient volontiers.

Bon, je te laisse trouver la troisième raison, elle débute a la fin des Seventies. J'en ai fait plusieurs articles dans Teenage Kicks en février dernier.
merci Kevin pour ce petit moment d'histoire fort appréciable. et Teenage kicks ? késako ?
Kevin Quigagne 2 Niveau : DHR
Teenage Kicks, c'est le blog du foot anglais des Cahiers du Football (depuis octobre 2010). Si tu vas sur le site des Cahiers, clique sur la photo de Paul et Sheryl Gascoigne à droite, tu verras, si tu aimes le foot anglais, tu devrais apprécier.

Et puisque l'article d'Eric parle de Gascoigne, je signale un double article sur Gazza cette semaine dans TK, à découvrir, c'est pas triste.
Je confirme pour Teenage Kicks, très bon!
Sympa de voir l'auteur traîner sur so foot!
Kevin Quigagne 2 Niveau : DHR
Merci Guigne. Et oui, que veux-tu, faut bien diffuser la bonne parole du foot anglais un peu partout ! Et après une dure semaine, je décompresse un peu.

Je ne viens pas souvent ici, c'est vrai, j'ai dû m'inscrire sur ce forum en début d'année 2012 et hormis aujourd'hui j'ai dû poster 5 ou 6 commentaires. Mais tous ces bons articles So Foot sur le foot anglais en ce moment aiguisent ma curiosité !

(je ne suis pas le seul rédacteur TK au passage, on est 3 ou 4 en tout, ça varie selon les saisons et les disponibilités mais bon, j'ai écrit la plupart des articles).

Je vais donner à Antonio la troisième raison qui poussa les Anglais à s'exiler (vague fin Seventies-début Nineties), en fait tout est expliqué ici dans ce dossier en 4 parties sur le foot anglais dans les Eighties et la naissance de la Premier League :

http://cahiersdufootball.net/blogs/teen … league-13/


Dendecuba Niveau : CFA
A mon tour de te féliciter pour ta page Kevin Quigagne 2 , du bon boulot, c'est propre et très pertinent! Well done ;)
Kevin Quigagne 2 Niveau : DHR
Merci Dendecuba. Mais que j'ai dû batailler - et me faire aider - avant de maîtriser Wordpress ! Je ne suis pas du tout « techie » comme on dit en anglais mais bon, une fois que tu piges 2 ou 3 trucs, c'est pas sorcier.

Quant au contenu, c'est surtout le fruit de beaucoup de lecture, recherches, travail et tout le tremblement mais ça, ça m'est venu plus naturellement que l'informatique, étant mordu de foot anglais depuis plus de 30 ans.
Vladas_Ivanauskas Niveau : Loisir
Vraiment poilant l'article sur Gazza dans "Teenage Kicks".
Merci pour ce moment de franche rigolade.
merci pour tout ça kevin : finalement j'aurai bien fait de te poser la question... moi non plus je ne poste presque jamais sur SF, mais là tu avais bien titillé mon envie d'en savoir plus.
à bon rendre et bravo pour le blog
Kevin Quigagne 2 Niveau : DHR
Merci à vous deux.

Avec toute cette effervescence autour du foot chinois en ce moment, les Anelka, Drogba & co, j'ai voulu rappeler que c'est Gazza le pionnier dans le genre. Et on peut pas dire qu'il n'ait fait qu'acte de présence !
Pérouse est en Ombrie (c'en est d'ailleurs la capitale) et pas en Ligurie. Sinon très bon article, comme toujours avec EM.

Une petite préférence pour Gascoigne. Ce mec était quand même balèze !!!
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
2 19