En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. // Amical
  2. // Lille-Haïfa
  3. // Incidents

Top 10 : Le match n'a pas duré 90 minutes

« Un match dure 90 minutes... » Ce n'est certainement pas Patrick Vieira ou les joueurs de Lille qui vont confirmer cette maxime d'un célèbre buteur anglais. Les matchs arrêtés de la réserve de Manchester City et des Dogues les semaines passées sont tombés à pic pour rappeler à notre bon souvenir quelques autres joutes qui n'ont pas pu arriver directement à leur terme...

Modififié

Real Madrid – Real Sociedad, 12 décembre 2004

10 minutes. Ce n'est pas le temps additionnel exubérant qui aurait pu être attribué par un arbitre assistant faisant de l'excès de zèle. C'est le temps qu'il a fallu aux autorités du stade Santiago-Bernabéu pour évacuer les 70 000 spectateurs et joueurs de la rencontre Real Madrid – Real Sociedad. On jouait la 88e minute lorsque le groupe terroriste basque ETA a décidé de faire une alerte à la bombe. Pas d'hésitation, tout le monde dehors pour éviter le pire… Même s'il n'en sera finalement rien. Mais qu'allait-on faire des six minutes restantes (temps additionnel compris) ? Les jouer, pardi ! Le 5 janvier 2005, 67 000 personnes se déplacent de nouveau à Madrid pour voir la bande à Vanderlei Luxemburgo s'imposer sur une penalty de Zidane à la... 3e minute !

Vidéo

Trujillo – Alagon, 23 janvier 2005

Le Penalty le plus long du monde a vraiment existé ! 89e minute de cette rencontre entre deux équipes de la première division régionale d'Estrémadure. On en est à 1-1 quand l'arbitre prend un risque : il siffle penalty et exclut le gardien visiteur, le bordel peut commencer. Car vexé, le keeper balance ses gants à la gueule du maître du terrain qui mettra finalement fin au match après que les autres joueurs avaient menacé de quitter également le terrain. Replacé deux mois plus tard par la Ligue de football locale, ce tir au but a permis à Willy, le tireur, et Luciano, le gardien remplaçant, de devenir des stars nationales. Le jour même, des dizaines de médias étaient présents pour voir un vulgaire penalty pour lequel Luciano s'était entraîné toute la semaine… En vain, car Willy ne trembla pas et offrit la victoire aux siens avec 60 jours de retard.

Ajax – AZ, 21 décembre 2011

Huitième de finale de Coupe des Pays-Bas, deux des trois derniers champions des Pays-Bas s'affrontent pour ce qui est bien parti pour être un match intéressant. En plus, le premier fait marquant intervient rapidement, vu que Van der Wiel lance les Ajacides dès la 8e minute. Une demi-heure plus tard, la situation n'a pourtant pas bougé et Esteban, le gardien costaricien de l'AZ, regarde tranquillement le jeu évoluer devant ses yeux. Puis, soudainement, comme quand quelqu'un veut vous faire « bouh » , un supporter ajacide déboule sur Esteban dont le premier réflexe est de balancer son pied en guise de blocage. Une fois à terre, le malotru se prend deux coups de pied du rempart visiteur… qui se voit ensuite brandir le carton rouge par l'arbitre. Excédés, les joueurs de l'AZ sont conviés par leur coach à quitter la pelouse. Ils s'imposeront 2-3 un mois plus tard dans un remake du match, et ce, devant un public uniquement composé d'enfants, moins dangereux pour Esteban.

Vidéo

Oxford City – Alvechurch FC, du 6 au 18 novembre 1971

Les Anglais sont bien connus pour leur fameux replay en cas d'égalité lors des matchs de Cup. Mais l'histoire d'Oxford et d'Alvechurch a certainement aidé la Fédération a instauré les tirs au but à partir de 1976. Au quatrième tour de la Cup de cette année-là, les deux équipes finissent une première fois sur un 2-2, le replay est donc prévu quelques jours plus tard à Oxford : 1-1 après la prolongation. Le 15 novembre, le troisième match doit se dérouler sur terrain neutre, à Birmingham : 1-1. Les organisateurs commencent alors à s'impatienter, le 5e tour de la Cup est en effet prévu cinq jours plus tard. Ils décident donc d'opposer une quatrième fois les deux clubs le lendemain : 0-0. Le surlendemain, rebelote : 0-0, et un mort en tribune. C'est finalement le 18 novembre que Bobby Hope va devenir le héros de tout un village, offrant la victoire à Alvechurch après 11 heures de jeu !

Vidéo

AS Rome – Parme, 2 février 2014

L'arbitre Andrea De Marco aurait dû s'en douter. Cela fait trois jours que la région de Rome est gorgée de flotte. Et ce n'est pas le football qui va arrêter ça. Pourtant, les 22 acteurs de cet AS Rome – Parme débutent bien cette rencontre de la 22e journée de Serie A. Mais après 9 minutes, De Marco se rend compte que ça ne va pas le faire et il renvoie tout le monde se sécher, puis arrête le match après avoir constaté que ses lancers de ballon ne rebondissaient plus sur la pelouse. Grand bien lui en a pris : deux mois plus tard, les deux équipes vont profiter des 80 minutes restantes pour offrir six buts aux spectateurs, score final 4-2.

Portugal – Angola, 14 novembre 2001

Un classique. Débarrassés des Portugais depuis 1975 et l'officialisation de leur indépendance, les Angolais se sont ramassés pour leur premier match amical face à leurs « grands frères » , 6-0 en 1989. Alors en ce mois de novembre 2001, il est temps de remettre les pendules à l'heure en tenant la dragée haute face aux derniers demi-finalistes de l'Euro 2000. Tout débute comme dans un rêve, vu que les Angolais plantent après 47 secondes de jeu. Mais la suite sera proche du cauchemar : Asha est exclu dès la 16e minute, imité 10 minutes plus tard par Franklin Manuel et Estrela Wilson pour des tacles et autres rouspétances. Figo, Nuno Gomes et Jorge Andrade ayant entre-temps renversé la vapeur, les Angolais se retrouvent menés 1-3 à 8 contre 11. Probablement désabusés, les Africains donnent l'impression de tout faire pour arrêter le match, ce qui sera finalement fait à la 67e minute après l'exclusion d'Antonio Neto suivie de la blessure de Vicente, alors que son entraîneur avait déjà effectué tous ses changements. 5-1, 4 exclusions à 0, un match amical quoi.

Vidéo

Milan AC – Pro Patria, 3 janvier 2013

Nettement moins marrante, l'histoire de Kevin-Prince Boateng au Milan AC. En pleine trêve hivernale, les Milanais affrontent Pro Patria, équipe de Serie C2. On joue la 25e minute quand Boateng s'empare du ballon et le dégage violemment en direction des tribunes. Le Ghanéen enlève ensuite son maillot et quitte la pelouse furibard. Il a de bonnes raisons le Kevin, il en a tout simplement eu ras-le-bol d'entendre certains supporters scander des chants racistes et des cris de singe à son encontre. Suivi par ses coéquipiers, il ne reprendra bien entendu pas la rencontre et quittera le club lombard (suite à cela ?) l'été suivant pour signer à Schalke 04.

Vidéo

Ponte Preta - Atlético Sorocaba, 18 mars 2013

Exclusions, racisme, agression... Toutes des raisons valables et imaginables pour justifier l'arrêt d'un match. Mais si vous rentrez chez votre femme en disant que ce sont des abeilles qui vous ont renvoyé aux vestiaires, pas sûr qu'elle rentrera dans le jeu. Pourtant, c'est bien ce qui est arrivé aux joueurs de Ponte Preta et de l'Atlético Sorocaba lors d'une joute du championnat de D2 brésilienne. Et c'est à coups de lance-flammes, extincteurs et produits chimiques que les pompiers se sont débarrassés des méchants insectes.


Vidéo

Tottenham – Bolton, 17 mars 2012

La scène est difficile à vivre. 41e minute, Bolton et Tottenham en sont à 1-1 dans ce quart de finale de la FA Cup quand Patrice Muamba s'écroule. L'Anglais de 23 ans est en train de faire une crise cardiaque. De Van der Vaart à cette supportrice blonde, tout le monde reste bouche bée pendant que le milieu de terrain est évacué. Il sera cliniquement mort pendant 78 minutes. Ému et troublé, Howard Webb décide alors de stopper la rencontre. Muamba sortira de l'hôpital en avril avant de mettre, logiquement, un terme à sa carrière en août suivant.

Vidéo

Nocerina - Salernitana, 10 novembre 2013


Alors qu'ils sont interdits de déplacement à Salernitana pour encourager leur équipe, 200 supporters de Nocerina décident malgré tout de se rendre sur place, devant l'hôtel de leurs idoles. Sur place, ces fans ne trouvent rien de mieux à faire que d'interdire à leurs joueurs de jouer, sous peine de les tuer. Décidés à ne pas prendre part au match, les joueurs de Nocerina rentreront finalement sur la pelouse, mais pour très vite en sortir. Après 40 secondes de jeu, trois changements sont effectués par l'entraîneur. Puis, de la 3e à la 21e minute, cinq joueurs vont mystérieusement se blesser et demander à quitter le terrain. Un triste match que seuls les fans idiots ont gagné.

Vidéo


Par Émilien Hofman
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 2
il y a 3 heures Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 10
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 16 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6 mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20