1. // Coupe du monde 2014
  2. // Groupe E
  3. // Forfait Ribéry

Top 10 : Le malheur des uns fait le bonheur des autres

À chaque compétition internationale son lot de profiteurs, le braquage grec à l'Euro 2004 est là pour nous le rappeler. Aujourd'hui, Rémy Cabella et Morgan Schneiderlin, 1 sélection à eux deux, peuvent saluer leur bonne étoile et remercier les dieux du football. De la blessure à la méforme en passant par l'exclusion pure et simple d'un concurrent, tous les gars qui suivent ont un jour ou l'autre profité du malheur des uns pour faire leur bonheur.

Modififié
1 16
Nuno Gomes

12 juin 2000, 59e minute. Nuno Gomes reprend dans le but un centre de Dimas. Le joueur de Benfica offre ainsi la victoire aux siens face à des Anglais médusés. La suite de la compétition sera royale pour Gomes, de nouveau buteur face à la Turquie (2) et la France. Pourtant, le joueur au serre-tête n'aurait jamais dû se retrouver dans l'équipe type de Humberto Coelho. En qualif, devant, c'est Pauleta. Pas encore le Roi de Paris, l'attaquant de La Corogne plante un formidable doublé face à l'Azerbaïdjan (7-0) avant de tomber définitivement dans le mutisme. Mis sur le banc au profit de l'homme-tête, il verra Gomes exploser durant l'Euro. Bon, après, Nuno foire tout en prenant 7 mois de suspension pour un crachat sur l'arbitre de France-Portugal.

Youtube

Francisco Toldo

Groupe B, même tournoi, mais circonstances différentes pour Francesco Toldo. Quelque temps avant le début de la compétition, le tout jeune Gianluigi Buffon se blesse et laisse donc la cage ouverte pour l'Euro belgo-néerlandais. À 29 ans, c'est donc le gardien de la Fio qui est titularisé par le mythique Dino Zoff. Et quelle réussite ! Entre son nez pété par Trezeguet et ses quatre pénaltys stoppés contre les Pays-Bas, Toldo restera éternellement LE gardien du parcours le plus cruel des Italiens dans une phase finale.

Youtube

Salvatore Schillaci

Salvatore Schillaci a connu trois périodes fastes dans sa carrière : d'un côté à Messine et à Júbilo Iwata (donc autant dire nulle part), mais surtout à travers toute l'Italie à l'été 1990. À 25 ans, celui qui évolue désormais à la Juventus va vivre un mois de folie, la faute au mutisme de Vialli et à la méforme relative de Baggio. Banquette pour le premier match face à l'Autriche, Toto entre, donne la victoire aux siens et décide de devenir la star du Mondial. Meilleur buteur du tournoi avec 6 réalisations, Schillaci inscrira encore… un but pour la Squadra.

Youtube

Danemark 1992

En 1992, le Danemark profite du bordel en Yougoslavie pour chiper la place d'une des meilleures générations de Yougos de l'histoire et venir en touriste chez ses voisins vikings de Suède. Décontractés, Schmeichel, Olsen et Laudrup passent tout pile le premier tour avant de taper les Oranje et les Allemands et de finir avec la coupe dans les mains. Tout ça alors que Richard Nielsen avait promis à sa femme de refaire sa cuisine.

Sergio Goycochea

Après six années passées à River Plate, Sergio Goycochea a décidé de rejoindre la Colombie, et plus précisément Millonarios. Assez bon pour être sélectionné pour la Coupe du monde 1990, le gardien argentin ne l'est pourtant pas assez aux yeux de son entraîneur pour être titulaire. Pas grave, Sergio profite de la blessure de Nery Pumpido dès le deuxième match contre l'URSS pour se foutre dans les cages et devenir un des meilleurs portiers du tournoi. Impérial dans le jeu, Goycochea va également s'ériger en tant que père spirituel de Brad Friedel en se spécialisant dans l'arrêt des pénoches. Il dégoûte ainsi Hadžibegić, Stojković, Donadoni et Serena avant de tomber face à Brehme en finale. Mais il avait choisi le bon côté !

Youtube

Ilhan Mansiz

Au moment de démarrer son Mondial asiatique, la Turquie est assez confiante. Le dernier Euro fut une réussite et Hakan Sukur, héros populaire et buteur à six reprises en qualif, est bien entendu titulaire indiscutable. Pourtant, si la Turquie excelle de nouveau au point de se retrouver en quart face au Sénégal, le géant turc est complètement perdu devant les filets. Senol Gunes le sait, il ne peut pas laisser éternellement son vieux serviteur errer sur le terrain, alors il décide de lancer Ilhan Mansiz dans l'arène terrifiante d'Osaka. Bingo ! Le joueur de Beşiktaş inscrit le but de la qualification et, l'espace de quelques jours, devient le nouvel héros des siens. De retour sur le banc en demie, Mansiz réitèrera plus tard son exploit face à la Corée du Sud pour offrir la 3e place à son pays, après un but de Sukur à la 11e seconde. Désormais retraité, Mansiz fait du patinage artistique…

Youtube

Youtube

Iker Casillas

Récent vainqueur de la Ligue des champions avec le Real, Iker Casillas n'est théoriquement pas prévu dans les cages espagnoles pour le Mondial 2002. Mais quelques semaines avant le début du tournoi, le peroxydé Cañizares veut jongler avec son flacon de parfum : il se coupe le tendon. Casillas reprend donc le flambeau et, tout comme Goycochea, arrête quatre pénaltys des pauvres Irlandais avant d'être abattu par cinq Coréens en quart de finale. Depuis, Iker a participé à trois Euros et à trois Coupes du monde, et il met du déo lui.

Youtube

Marco Materazzi

Si Nesta n'était pas un joueur en carton, peut-être que Zidane aurait soulevé la Coupe du monde 2006 et aurait épargné à Thierry Gilardi son célèbre « Pas ça, Zinedine » . Ouais, car en se blessant lors du troisième match de groupe de la Coupe du monde allemande, le Milanais laisse sa place de titulaire à… Marco Materazzi. On connaît la suite : l'Intériste marque contre les Tchèques 10 minutes après son entrée, puis il reste dans l'équipe et devient à jamais le joueur le plus influent d'une finale de Coupe du monde.

Sidney Govou

Natif du Puy-en-Velay (comme Marion Bartoli), Sidney Govou sacrifie toujours à quelques jours de vacances en Haute-Loire chaque été. En 2006, il ne déroge pas à la règle. Alors quand Djibril Cissé se brise la jambe sur un défenseur chinois à Saint-Étienne, Raymond Domenech n'hésite pas à rappeler le régional de l'étape pour pallier ce forfait. Govou s'envole pour l'Allemagne où sa Coupe du monde sera surtout marquée par ses entrées répétées à la 75e minute.

Djibril Cissé

« Va te faire enculer, toi et ton système de merde. » Ce 17 juin 2010, Anelka décide de stopper sa très longue carrière en Coupe du monde en émettant des doutes sur la tactique de son entraîneur Raymond Domenech. Exclu du groupe, le Blues est remplacé par Djibril Cissé qui pulvérise en un match son total de minutes passées sur le terrain en Coupe du monde. Et sans insulte.

Youtube


Par Émilien Hofman
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Paulgeorge Niveau : DHR
Vous auriez pu vous arreter à Top 9...
Au rugby, Jean-Marc Doussain a longtemps été fier de son unique sélection en finale de Coupe du monde.
Cette photo de materazzi embrassant la coupe du monde, c'est un putain de coup de poignard
"C'est pourquoi qu'jsoutiens Unitaid"?
Ouais donc la moitié c'est juste des choix d'entraineur, ça n'a rien à voir hein.
super match ce england-portugal...les centes téléguidés de beckham, la frappe de figo, l'arrivée de nuno gomes...la magie de rui costa...et j'en passe!
Très bon article après tout même si on ne devrais pas parler de djib! C'est pour ça que je love so foot.
On parle même pas de Franck Leboeuf??
Si on suit la logique de l'article, on peut dire aussi que Rocheteau a plus ou moins remplacé Papin à l'attaque de l'équipe de France à la coupe du monde 86, après le match contre l'URSS.
Et en 82 Manu Amoros va remplacer Christian Lopez de la ligne des 4 défenseurs, composé de Janvion Trésor et Bossis, après le match contre le Koweït.

Il y a aussi Paul Scholes qui remplace Paul Gascoigne, non retenu par Glenn Hoddle en 98 pour indiscipline. Scholes mettra un super but à la Tunisie dans le 1er match anglais.

Avec la Yougoslavie Savo Milosevic va remplacer Kovacevic à l'heure de jeu dans le 1er match de l'Euro 2000 face à la Slovénie, et être déterminant en marquant 2 buts. Au final il sera meilleur buteur de la compétition.

C'est payé combien journaliste So Foot par curiosité ?
"À chaque compétition internationale son lot de profiteurs, le braquage grec à l'Euro 2004 est là pour nous le rappeler."

Pitié, arrêtez avec ce "braquage grec" !!

Vous n'avez pas aimé le jeu qu'ils ont pratiqué? Tant pis.
Ils ont été meilleurs que leurs adversaires lors de ce tournoi. Point barre.

Le vrai braquage si on va dans votre sens devrait être danois; les gars ne s'étaient même pas qualifiés. Mais non, les Schmeichel, Laudrup et consorts sont décontractés, funky, tout mignon tout bien.
Tu serais pas grec par hasard ?
Uniquement de coeur. C'est simplement ennuyant de lire constamment les mêmes associations péjoratives. Enfin, je laisserai probablement pisser la prochaine fois

Autrement je suis bêtement franco-belge
Iker Casillas, puis Materazzi, puis Sidney Govou et Djibril Cissé et je me tape une grosse barre. C'est nerveux.
hamma clubiste Niveau : Loisir
Francesco Toldo non pas Francisco, y'a faute frappe
montrer les t.a.b. de la demi italie-argentine, c'est gratuitement méchant. perché?

par contre, en demi en 2000 toldo en a arrêté trois (un pendant le match, deux dans la séance de tab: les deux autres c'est les hollandais qui les foirent), pas quatre

pour finir, il se peut que l'Italie en 2006 avec Nesta à la place de Materazzi aurait gagné quand même, voire sans prolongations et avec la manière. je dis ça je dis rien hein
c'est pas vrai, Goycochea... moi qui croyais avoir fait mon deuil. je vais à nouveau avoir des cauchemars.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Et Steven Gerrard glissa
1 16