Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 15e journée
  3. // Nice/PSG

Top 10 : latéraux incompris du PSG

Gregory van der Wiel est arrivé au PSG avec l'étiquette d'international néerlandais formé à l'Ajax Amsterdam. Au départ, Christophe Jallet devait flipper pour son avenir. Aujourd'hui, ça le fait plutôt rire tant le Batave peine à se mettre au niveau. Il faut dire que des latéraux qui peinent à s'affirmer, c'est un peu la marque de fabrique du club francilien.

Modififié
1 - José Cobos


Entre 1986 et 1993, José est le roi de La Meinau à Strasbourg. On lui prédit un destin international. Alors que la Liga l'appelle, il préfère prendre le train en direction de Paris. Il va rester trois ans dans la capitale. Trois années où sa réputation en prend un coup. Le mec devient fragile et inconstant en dépit d'un talent gros comme ça. Lors de la finale de C2 en 1996, il n'est pas dans le groupe et en chiale dans le vestiaires à la fin du match devant les caméras. Pis, lors du titre de champion de France 1994, il se fout le genou en l'air en début de saison et ne participe qu'à 14 matchs. Putain de poissard. Il partira dans le silence le plus total vers l'Espagne en 1997. Avec son spleen et ses cheveux soyeux.


2 - Jean-Hugues Ateba Bilayi


Été 2004, le PSG braque le FC Nantes : Mario Yépès, Sylvain Armand et Jean-Hugues Ateba Bilayi débarquent dans la capitale où Vahid Halilhodžić vient de poser ses affaires. Oui, il y a un piège. À Nantes, le gaucher ne jouait pas trop alors qu'on le présentait comme un futur crack. Repéré au tournoi de Montaigu quand il avait 15 piges, le Camerounais est ensuite façonné dans la formation à la nantaise. Quand il débarque à Paris, Ateba veut franchir un palier. Et force est de constater que le latéral n'a pas le niveau. Deux ans plus tard et onze bouts de matchs, Jean-Hugues est envoyé à Châteauroux. Comme un vulgaire Éverton Santos.



3 - Oumar Dieng

Adolescent, Oumar s'amusait avec le cuir du côté de la Jeanne D'Arc de Dakar. Il arrive à Lille où il débute en D1 à 17 piges. Le PSG sent le bon coup et se précipite sur le dossier. Capable d'évoluer en défense centrale ou sur un côté, Dieng jouera finalement la plupart de ses matchs au poste de latéral (en défense centrale, il devait se coltiner Roche, Ricardo, Kombouaré ou Le Guen). Hasard ou pas, ce protégé de Bernard Lama écope de deux mois de suspension en novembre 1995 pour un contrôle positif au cannabis. La boulette. Merci et au revoir.

4 - Daniel Kenedy

Il a les yeux revolvers. Il a le regard qui tue. Il a centré derrière le but. La balle est partie en sortie. C'est foutu. Daniel « yeux bleus » Kenedy (son père était un fan de JFK) n'a pas réussi à convaincre Ricardo - alors entraîneur du PSG - qu'il avait les capacités pour devenir un bon joueur de football. Formé au Benfica Lisbonne et promis à un brillant avenir, Daniel Kenedy ne restera qu'une saison dans la capitale. Douze mois de trop.



5 - Paulo Cesar

On parle quand même d'un international brésilien (4 sélections). D'un mec capable de nettoyer les ficelles sur coup franc. PC avait tout pour perpétuer la grande tradition brésilienne du PSG. Son doublé contre Guingamp en 2002 annonçait un grand joueur. Un mec qui devait prendre le couloir, dribbler, centrer. Un Cafu, quoi. Oui mais non. Paulo Cesar foutait le cafard. Juste soixante-six matchs en cinq ans, avec un prêt de deux piges à Santos au milieu. C'est trop peu pour le retenir.

6 - Éric Cubilier

Difficile de l'accabler, le Cubi. Alors prêté par l'AS Monaco lors de la saison 2003/2004 (Gouvernement Vahid I), le mec perd sa mère dès le mois de novembre. Un drame qui brise sa carrière parisienne. Moralement, il n'y est plus et le train ne repassera pas pour le latéral formé à Nice.



7 - Nicolas Laspalles

Nicolas Laspalles a un côté maudit à Paris. Costaud à Guingamp, le Breton arrive sûr de sa force au PSG de Charles Biétry. Premier match amical de la saison, Nico se pète le genou. Ensuite, il embraye sur une déchirure du mollet et assiste au licenciement d'Alain Giresse depuis les tribunes. Après six mois de misère, il est prêté à Lens où il marquera le seul but d'un Lens-PSG. Quand il revient à Paname, Bergeroo en fait son titulaire pendant six mois avant un trou noir inexplicable. Il s'arrache à Nantes où il deviendra champion de France en 2001.

8 - Didier Domi

Avant Mamadou Sakho et Nicolas Anelka, le plus grand espoir du club s'appelait Didier Domi (Rudy Haddad ? Vous n'êtes pas sérieux). DD commence avec les pros à 16 ans et demi contre Lyon. Le mec bat tous les records de précocité. Raï le porte même sur ses épaules lors de la finale de Coupe de France 1998 contre Lens. Sauf que le jeune est impatient et préfère tailler la route pour Newcastle avant ses 20 piges. Mais Domi est un sentimental. Alors quand Luis Fernandez lui demande de revenir en 2001, Didier accepte. Il parle même de l'équipe de France. Nouvel échec. Dix-huit mois plus tard, DD file à Leeds avant d'entamer un Fourchette et sac à dos dans toute l'Europe.




9 - Cristobal


Tonton Cristobal comme aimait le surnommer le Parc des Princes. Recruté à 34 ans par Luis Fernandez (les deux hommes avaient joué l'un contre l'autre lors d'un France-Espagne de 1991), Cristo était un latéral à l'ancienne. Il ne dépassait jamais le milieu de terrain. En dépit d'un sérieux et d'un professionnalisme proche de la perfection, le « vieux » n'a pas fait chavirer les foules. Trop lisse. Trop ancienne école. Pas une erreur. Pas une folie. Même ses larmes lors de son dernier match en finale de Coupe de France perdue contre Auxerre sont restées aux oubliettes.

10 - Francis Llacer


Dès sa naissance, Francis Llacer est un incompris. Son père lui donne ce prénom en hommage à Francisco Ballester, un joueur du grand Real Madrid mort à 26 ans après s'est mangé un ballon dans la poitrine... Forcément, Cisco allait en baver. Au Parc, en dépit d'un amour sincère pour le PSG, le joueur divise. Adulé par le KOB, détesté par le reste de l'enceinte, Llacer dispute plus de 240 matchs sous la liquette parisienne sans jamais être titulaire. En général, Cisco débutait deux matchs par an : les PSG-OM et OM-PSG. On ne retient de lui que son but d’extra-terrestre contre Caen en 1994 et ses cheveux transparents. Il dirige aujourd'hui un centre équestre en région parisienne. Beau gosse.

Vidéo


Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 16:00 Paulo Bento débarqué de son club chinois 11
Hier à 14:23 Le nouveau coup d'éclat de René Higuita 9
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi