1. // TOP 10

Top 10 : Lapsus

Selon Jean Baudrillard : « Toute grande pensée est de l'ordre du lapsus » . Pas sûr. Langue qui fourche, inconscient refoulé ou simple absence, le lapsus linguae n'est pas l'apanage des politiques. N'en déplaise à Rachida Dati.

Modififié
0 0
1 – Raymond Domenech : « L'objectif, c'est d'aller jusqu'au 12 juin » .


En 2006, l'astrologue Domenech donnait rendez-vous en finale, à Berlin. En 2010, il annonce l'implosion imminente de la maison Bleue en conférence de presse. On connaît la suite : l'équipe de France n'ira pas en finale le 11 JUILLET et se désintègrera le 20 juin, à Knysna. Terminus tout le monde descend.

2 – Porte-parole du Mondial sud-africain : « Nous souhaitons la bienvenue au Ghana en demi-finale » .


Après l'élimination prématurée des Bafana-Bafana, les fiascos algérien et camerounais, le Ghana devient le dernier représentant du continent africain. En huitième de finale, les Black Stars sortent les États-Unis. Un succès suffisant pour que Rich Mkhondo, porte-parole de l'organisation, craque sa chemise et laisse entrevoir une vareuse ghanéenne en guise de maillot de corps : « Nous souhaitons la bienvenue au Ghana en demi-finale » . Le pauvre homme avait sous-estimé les parades de Suarez.

3 – Arsène Wenger : « Tous les joueurs pourront être très à l'aise avec Anelka. Euh...pardon. Avec Eduardo ! »


Anelka a beau avoir terminé sa croissance, Wenger l'a toujours dans la peau. Pour preuve, en juillet 2007, alors que les chemins de l'Alsacien et de Nico se sont séparés depuis huit ans, le manager des Gunners reste hanté par le souvenir du Parisien qu'il tente de débaucher à Bolton. Les sexologues vous le diront, les fantasmes ne sont pas faits pour être réalisés.

4 – Marc Planus : « On nous a appris ça hier soir. On est vraiment ravis, ça va dynamiser un peu le football français » .


Véritable lapsus ou bourde déguisée ? Le jour de la désignation de la France en tant qu'hôte de l'Euro 2016 au détriment de la Turquie, Planus sous-entend que les Bleus connaissaient les résultats la veille du vote. Plus tard, il se reprendra : « En fait c'était ce matin, je me suis trompé. Sur un paperboard, on avait à l'entrée de la salle de restaurant marqué : félicitations on accueillera l'Euro » . Depuis, lorsqu'il croise un vendeur de kebabs ou se soulage dans des toilettes à la turque, Planus se sent coupable.

5 – Samir Nasri : « Il y a eu beaucoup plus de choses négati... positives ! C'est une défaite qui fait mal mais on connaît nos qualités » .


Valsée à Viennes par la sélection autrichienne (3-1) en 2008, l'équipe de France quitte le terrain groggy comme après une écoute d'un titre de François Feldman. A l'issue du match, Nasri dissimule mal sa déception en langage diplomatique, l'inconscient dégueule et déborde le Surmoi. Joli crochet freudien.

6 – Robinho : « Le dernier jour, Chelsea a fait une offre formidable que j'ai accepté » .


Robinho s'imaginait déjà gambader à Stamford Bridge et déclarait aux micros tendus qu'il rejoindrait Chelsea. Hélas, l'avion madrilène le dépose à Manchester contre un chèque de 42 millions. Quand Robinho balance : « Chelsea a fait une offre formidable que j'ai acceptée » , un journaliste le reprend « Vous voulez dire Manchester ? » . Mea culpa du Brésilien : « Ouais, Manchester. Désolé ! » . Savait-il seulement qu'il s'agissait de Manchester City ?

7 – Fabio Capello : « Entraîner l'Angleterre a toujours été l'un de mes rêves. Et donc, à cause de l'âge que j'ai, je veux terminer ma carrière au Real Madrid » .


Les amours d'antan remontent toujours à la surface. Et puis bon au Real, il y a un gardien de but, un vrai, avec des mains et même des réflexes !

8 – Pelé : « Je ne sais pas pourquoi Michael Jackson n'est pas à Copenhague mais moi, toute ma vie, j'ai donné le meilleur de moi-même pour le Brésil » .


Venu à Copenhague défendre la candidature de Rio pour les JO 2016, le Roi Pelé décide de tancer les villes concurrentes et en l'occurrence le Chicago parrainé par Michael Jordan, absent au Danemark. Sans doute troublé par la mort récente du Moonwalker, Pelé s'emmêle les pinceaux et confond les Michael. Air ball !!!

9 – Johnny Hallyday : « J'en connais quelques-uns, bon bien sûr, je connais euh... je connais Zazie. Je l'adore » .


Tout autant sociétaire du Stade de France que les Bleus, Johnny Hallyday gratifie son monde d'une sortie dont lui seul a le secret. A la question anodine de Claire Chazal : « Est-ce que vous les connaissez ces joueurs de football ? » , Smet se plante et remplace Zazie par Zizou. En même temps, le football à Gstaad, c'est pas la spécialité...



10 – Tony Henry : « Mila kura si planina » .


Un lapsus peut changer le cours de l'histoire. A Wembley, le chanteur d'opéra Tony Henry écorche l'hymne national croate. Au lieu de chanter : « Mila kuda si planina » (Tu sais ma chérie comment nous aimons nos montagnes), Henry bafouille un : « Mila kura si planina » que nous pourrions traduire par « Mon chéri, mon pénis est une montagne » . La suite ? Détendue du gland, la bande à Modric tape les Anglais et les prive de l'Euro suissautrichien.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0