Top 10 : Joueurs en fin de contrat

Qui dit mercato, dit mouvement de marchandises. A cette période de l'année, un invité surprise squatte les tableaux de transferts, le fameux f.d.c (fin de contrat). Ou quand l'employeur préfère cesser toute collaboration professionnelle. Pourtant, certains sont encore bons pour le service.

Modififié
0 0
1 - François Clerc


Attention, international français sur le marché. Eh oui, François, avec sa dégaine de contrôleur à la RATP a porté 14 fois le maillot bleu. Ce n'est pas rien. Mieux, il facture une centaine de matchs avec l'OL et trois titres de champion de France. Un palmarès presque unique sur le marché. Certes, depuis sa grave blessure au genou en 2008, Clerc traine un peu la patte. Mais la rumeur sur l'état de délabrement de son outil de travail est montée de toutes pièces. François Clerc est opérationnel et abordable. Un choix de qualité.

2 - Laurent Bonnart


Titulaire dans l'équipe championne de France 2010, Lolo est devenu trop gourmand au moment de prolonger son bail, qui arrivait à échéance avec Marseille. A ce jeu-là, les dirigeants olympiens ont préféré se séparer du soldat Bonnart. Dommage, le latéral restait sur une saison convaincante et semblait s'affirmer de plus en plus comme une valeur sûre à son poste en Ligue 1. Après trois années bien remplies dans le sud, Bonnart cherche un nouveau challenge. La bonne nouvelle ? Il n'a que trente piges. C'est cadeau, surtout pour un mec né le 25 décembre.

3 - Mathieu Berson


Un temps approché par une taule grecque (Xanthi), Mathieu Berson cherche toujours à rebondir après son passage toulousain. Depuis son départ de Nantes en 2004, le milieu de terrain défensif peine à confirmer les bonnes prédispositions qu'il avait affichées à la Beaujoire. Néanmoins, à 30 ans, l'ancien joueur d'Aston Villa et de Levante peut encore rendre de sacrés services dans l'entrejeu. Notamment pour un promu en manque d'expérience.

4 - Filip Sebo


Il est jeune, plutôt beau, en union libre avec une bombe de l'est et possède un statut d'international slovaque. Ça fait beaucoup pour un chômeur. Pourtant, Filip n'a jamais vraiment convaincu à Valenciennes. Trop peu de buts, grillé par Pujol et Audel, l'ancien avant-centre des Rangers s'est perdu. Forcément, au moment de prolonger son contrat, les dirigeants nordistes ont préféré s'abstenir. Dans le doute. A 26 ans, Filip peut encore servir. Sur un malentendu...

5 - Jacques Abardonado


Pancho, c'est de la sueur assurée, des tacles virils mais corrects et une grosse mentalité. Quand il s'agit de se sacrifier, Jacques donne de sa personne. Un putain d'Écossais dans la mentalité. Le genre de stoppeur qui tient une charnière à bouts de crampons. Jacques aime les défis, les galères, les matches de raccroc où les surfaces de réparation se transforment en tranchées. Tiens, et si pour le fun, Pancho le minot finissait sa carrière à Paris.

6 - Cyril Rool


Une tondeuse à gazon pour mollets, voilà, en gros, comment on peut résumer Cyril Rool pour les adversaires. Pourtant, l'ancien Niçois est un défenseur sous-coté. Il connaît son boulot et ne compte pas les montées sur son côté gauche. Après une année blanche à l'OM, Rool aimerait reprendre du service avant la retraite. Une dernière pige dorée, histoire de finir sur une bonne note.

7 - Cedric Varrault


Formé à Nice, déformé à Saint-Étienne, Cédric Varrault a raté son histoire d'amour avec les Verts. En trois ans, le latéral a été plus souvent pris en grippe par son public qu'acclamé pour son jeu. Délit de sale gueule sans doute. Le trentenaire cherche un dernier défi. Le bonhomme peut jouer à droite comme à gauche. Un atout non négligeable d'ici la fin août. Sinon il faudra passer par la case Pole Emploi.

8 - Patrick Müller


Riche, bien élevé, élégant et expérimenté, Patrick Müller avait tout pour réussir à Monaco. Pourtant, l'expérience asémiste de l'ancien Lyonnais a tourné au fiasco. Blessé (souvent), écarté (trop souvent) et oublié (constamment), Patrick a pris son mal en patience. Avec près de 80 sélections avec la Nati au compteur, Müller a du bagage à revendre. D'autant qu'à 33 ans, le lascar peut encore se donner un peu avant sa révérence finale.

9 - Fernando Morientes


Fernando, c'est un CV avant tout. C1, Liga, Coupe du Roi, etc. Nando a tout gagné avec le Real. Son passage monégasque avait coïncidé avec la finale de Ligue des Champions de 2004. Forcément un beau souvenir. Alors quand il retrouve son ancien coach Didier Deschamps à Marseille, la sauce doit (re)prendre. Hélas, Morientes se fait vieux et ses articulations sont rouillées. Une année au purgatoire et l'OM fait tout pour se débarrasser des émoluments de l'Espagnol. Pour autant, l'ancien Madrilène est une recrue idéale pour vendre des maillots.

10 - Willy Grondin


Il a vécu dans l'ombre d'Edel Apoula pendant une saison. Juste pour ça, il mérite de finir autrement. Sauvez Willy.

Bonus tracks : Julio Colombo, Johan Lapeyre, Gaston Curbelo ; Robert Popov, Patrice Luzi et Jean-Michel Larqué

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Paris, as-tu du cœur ?
0 0