Top 10 : Joueurs du Red Star

Red Star 93, stade Bauer, les Perry Boys, le Stade de France, club fondé par Jules Rimet, Coupe de France, meilleurs joueurs. Voici les mots clés qui permettent d'introduire les dix meilleurs joueurs de l'histoire du Red Star 93. Seine-Saint-Denis style.

Modififié
34 12
1 - Helenio Herrera

Avant d'être l'entraîneur à succès et l'inventeur du concept "catenaccio" avec l'Inter dans les années 60, le double H a passé près de dix piges en France entre 1930 et 1945, dont deux saisons au Red Star. Avec son ami Darui, ils passent à Saint-Ouen pendant la guerre et glanent dans la foulée une victoire en finale de Coupe de France (1942).
A l'image des équipes qu'il a coachées par la suite, HH était un stoppeur à l'ancienne : rugueux mais fin stratège. A l'époque, il avait fait du verrou suisse un dogme (tactique inventée par Karl Rappan et qui développait un système tactique dans lequel l'équipe se retirait dans sa moitié de terrain et attendait l'attaque de l'équipe adverse, laissant la possession du ballon au milieu de terrain. Ouais, c'était chiant, mais efficace).

2 - Nestor Combin

Nestor a fait les beaux jours de la Juventus, du Toro, du Milan AC et le l'OL. Mais aussi du Red Star. A 33 piges, Combin débarque du FC Metz et pose ses guêtres à Saint-Ouen en 1973. Pendant deux ans, l'attaquant va empiler les caramels (une quarantaine) et s'offrir une cure de jouvence mémorable avec le club francilien, alors en seconde division. Il faut dire que Nestor a retrouvé sous la liquette du Red Star son pote lyonnais Fleury Di Nallo. Un sacré duo. Même en D2. Surtout en D2, en fait.

3 - Steve Marlet

Un homme de valeurs, Steve. Formé au Red Star au début des années 90, l'international français est revenu au pays l'an dernier. Pour mourir en paix. Entre-temps, l'enfant de Pithiviers a roulé sa bosse aux quatre coins du pays. Durant ses années de formation dyonisienne (1990-1996), Steve enchante tout le monde avec ses jambes de feu. Mi-ailier, mi-buteur, Marlet calme les copains et fait parler la poudre chaque week-end avant d'être alpagué par Auxerre et Guy Roux. Le genre de mec qui mérite une statue Porte de Saint-Ouen et un sandwich à son nom.

4 - Samuel Michel

Malgré un physique de contrôleur RATP, Samuel Michel avait tout, soit l'intelligence et le placement d'un footballeur hors norme. Pur produit du centre de formation du Red Star, il va enquiller les buts de la CFA à la D2. Avec près de quatre-vingts pions marqués sous le maillot vert et blanc, SM restera comme l'un des grands joueurs de D2 du siècle dernier. Les années 90, c'est son truc. Roublard et toujours à l'affut, il avait tout compris au métier d'avant-centre.

5 - Guilherme Mauricio

Une légende. La seule. L'unique. Plutôt que de se perdre à cirer le banc de Caen ou de Sochaux en première division, le Franco-Portugais a préféré passer toute sa carrière en Ligue 2. Un championnat dont il est encore le meilleur buteur (119 buts). Formé au Red Star, il doit prendre la relève des Boutal, Thimothée, Michel et autre Marlet à partir de 1994. Avant d'aller faire les beaux jours de Laval, Guilherme se fait les dents avec le Red Star durant un quinquennat. Un vrai mec de devoir. Et dans la surface, il était intouchable.

6 - Didier Thimothée

Il fait partie du fameux carré d'as MBMT (Marlet-Boutal-Michel-Thimothée). Avec eux, le Red Star déglingue tout en seconde division et rate de peu la montée. Capable de jouer sur le côté droit ou dans l'axe, Thimothée s'est régalé pendant trois ans dans le 93. Passeur, buteur, sprinteur, râleur, tacleur, Didier savait tout faire. Une vraie mentalité de puncheur à l'époque où la Ligue 2 était un vrai championnat de crasseux talentueux.

7 - Cyril Domoraud

Une armoire. Un mur. Avec Laurent Blanc, il formait la plus belle charnière de l'OM de la fin du XXème siècle. Avant de goûter aux sommets à Marseille, Bordeaux ou à Milan, Cyril s'est familiarisé avec la chique en banlieue parisienne (Créteil, Sucy-en-Brie). Et c'est au Red Star (1994/1996) qu'il se fait reluquer par tous les scouts de première division. On est impressionné par l'assurance et le coffre du défenseur ivoirien. Un mec qui sait en plus relancer proprement.

8 - Samuel Boutal

Jeune, il fréquentait Dugarry et Lizarazu au centre de formation de Bordeaux. Ensuite, il a décidé d'aller tâter le gazon de Bauer. Avec son gang du 9-3, il forme un putain de carré offensif qui fait parler du Red Star chaque week-end. Lui et Marlet se trouvent les yeux fermés. Ils jouent à l'instinct et le public s'habitue au luxe et à la luxure sportive.

9 - Safet Susic

Les chaussettes baissées les plus célèbres de France ont bouclé leur carrière au Red Star. Après neuf années de gloire, de dribbles, de buts, de râteaux, de classe et de grâce au PSG, Safet vient se finir en beauté à Saint-Ouen en 1991. Il n'y restera qu'une saison (il a 37 ans) mais gratifiera les amoureux du club de quelques beaux gestes. Un génie reste un génie. Même en pré-retraite.

10 - Rino Della Negra

En 1942, le Franco-Italien est réquisitionné pour le STO en Allemagne, il décide de ne pas partir et s’engage dans la clandestinité aux côtés des FTP sous le blase de Chattel. Il rejoint dans la foulée l'équipe de Missak Manouchian. Il se construit alors un palmarès : exécution du général Von Apt au 4 rue Maspéro, attaque du siège central du parti fasciste italien rue Sédillot, attaque de la caserne Guynemer à Rueil-Malmaison... arrêté en novembre 1943, il est ensuite fusillé au mont Valérien en 1944 avec 23 membres de l'Affiche rouge. Sinon, Rino a joué au Red Star avant la guerre. Il était même plutôt bon.

Et aussi : Abdoulaye Meïté, Abou Diaby, Sylvain Kastendeuch, Fleury Di Nallo, Roger Magnusson, Tony Cascarino, Charles Itandje, Khalilou Fadiga, Lassana Diarra

Photo de S.Marlet en homepage : http://www.allezredstar.com

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Renard_Chenapan Niveau : DHR
"le Red Star n'est pas mort, Le Red Star n'est pas mort/ Il bande encore"!!
Toute ma jeunesse, un stade a l'anglaise,un maillot, une histoire.. on aurait du monter 4 fois en D1 ds les 90's..
Mention spé à Larbi Ben Barek, la perle noire, qui nous a été soulevé par l'OM.
Y'avait aussi les russkov que nous envoyait l'Urss, ils étaient pas dégueu..
Ben demain je serais au match pour voir ça, j'étais la en 93 à Bauer quand on a féssé les marseillaises ;-)
Il n'y a que Sofoot pour qualifier Mauricio de légende. Un mec avec un physique de DH mais qui sent le foot que j'aime. Merci
largdesprit Niveau : Loisir
Je me souviens avoir vu au moins 2 fois le tandem Combin-Magnusson, rue du Docteur Bauer le premier ne courrait plus de masses mais plantait et le second faisait encore ses grigris côté droit qui faisaient fremir sans qu'on pense trop au prix de chaque drible... C'était le bon temps !
Stisle : je découvre, mais ton com' m'interpelle vu que le Mauricio en question n'est même pas dans les noms qui comptent -ou grands joueurs- sur le site du Red Star. J'avoue par ailleurs que je n'ai regardé que celui-là.
salut hem69, Mauricio, c'est surtout Laval. un mec avec 50 % des capacités physiques d'un joueur de ligue 2 et 100 % de talent et surtout d'intelligence en plus. Un petit Raoul de ligue 2. Enfin bon y a pas que Ronaldo et Messi et on peut prendre du plaisir à regarder d'autres joueurs qui ne sont pas des stars mais qui ont aussi (ou surtout) le sens du JEU.
@Mathieu Faure
Dyonisien c'est pour St. Denis, pour St. Ouen c'est Audonien. ;-)
Tous au SdF, 93 en force.
Renard_Chenapan : Jamais entendu parler de Ben Barek au Red Star, tu es sûr de toi?

Je vois pas non plus de quel match tu parles en 93. 94 peut-être?

L'article a oublié Stabile, vice-champion du monde en 1930. On pourrait citer Simonyi aussi.
Stisle, c'est vrai que la tendance est de mettre dos à dos les deux joueurs que tu cites et leur club respectif. Mais ma remarque était plus en mode "admiratif", dans la mesure où justement les clubs et joueurs de divisions inférieures sont assez peu suivis par la masse et même les médias, avec le RedStar qui est peut-être à part, parce que de la capitale et une alternative acceptable pour beaucoup à une certaine dérive du football.

C'est peut-être un privilège ou une activité réservée aux supporters du cru. Je connais moi même les bons joueurs du club dans lequel j'ai passé une 20aine d'années, mais ça n'a jamais été plus haut qu'en DH en ce qui LES concerne, et je risque pas d'avoir l'occasion d'en voir parler ici.

A noter au passage, et puisqu'on est sur le Red Star, un disque sorti il y a peu dont la pochette reprend les gradins du stade Bauer, à savoir 8°6 Crew.
Spike Spiegel Niveau : CFA2
J'aime beaucoup le palmarès de Rino Della Negra, même si sa carrière, comme celle de la bande à Manoukian, a plutôt mal fini. Bref, au SDF ce soir, j'aurai une petite pensée pour lui. Et pour Steve Marlet !
Renard_Chenapan Niveau : DHR
@ Sissa : Oui je suis sur j'ai lu ça dans la biographie d'un journaliste du bled sur la perle noir, il mentionnait qu il devait dans un premier temps signé au Red Star avant que l'OM arrive avec ses gros sous... :-(
Sinon j'étais au SDF ce soir, les mecs se sont bien battus et ont explosés qu à la fin.
4 petits ponts à 1 qd meme lol
Avé Mauricio ! En tant que lavallois, il est aussi une des légendes du club, un sens du jeu et du devoir, avec lui tu peux aller à la guerre n'importe où !
y a eu gallas aussi qui a été formé au red star avant de signer a l'OM... ou je me trompe???
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
34 12