En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. // 28 décembre
  2. // Journée des innocents

Top 10 : Je suis innocent !

Ils ont été roulés dans la boue, se sont fait injustement expulser ou ont observé leur réputation en prendre un coup avant d’être totalement blanchis. Eux, ce sont les mecs qui n’ont pas eu de bol, mais qui ont eu le plaisir de voir la vérité éclater. Pour les laver de toute erreur éventuelle.

Modififié

Mamadou Sakho (Liverpool)

Poursuivi pour : Dopage

Plus les jours passent, plus les craintes se font grandes : et si le brûleur de graisse ingéré par Sakho lui coutait définitivement sa carrière ? Suspendu de toutes compétitions officielles durant trente jours en mai 2016 après avoir été contrôlé positif au test anti-dopage, le défenseur central de Liverpool, alors titulaire avec son club actuel, avait été dans l’obligation de laisser filer l’Euro disputé en France. Depuis, bien qu’il ait été blanchi par l’UEFA, le Français n’a quasiment plus rejoué, et est même écarté du groupe. « Après audition des avocats du joueur, des experts de laboratoires agréés par l'Agence mondiale antidopage, la commission de contrôle, d'éthique et de discipline a décidé de classer le dossier » , déclarait l'UEFA dans un communiqué en juillet. Trop tard ?



Gareth McAuley (West Bromwich Albion)

Poursuivi pour : Faute sportive

Un classique témoignant de l’injustice suprême. En mars 2015, WBA se rend du côté de Manchester City pour un match de Premier League. Au bout d’à peine deux minutes de jeu, Neil Swarbrick, l’arbitre de la rencontre, sort le carton rouge pour une faute bien réelle sur un joueur mancunien. Problème : l’expulsé n’est pas l’auteur de l’effraction, l’homme en noir ayant sanctionné McAuley au lieu de Craig Dawson, son partenaire. « L’arbitre confirme que la faute a été commise par un joueur différent (...) et présente ses excuses pour cette erreur » , regrette le comité des arbitres. Kieran Gibbs aime ça.



Mario Balotelli (Nice)

Poursuivi pour : Mauvais comportement

Un classique confirmant l’adage « faute avouée, à demi-pardonnée » . Ou quand un carton (jaune ou rouge) est brandi, éjectant le joueur de la partie, mais annulé après coup, lui supprimant ses matchs de suspension. Super Mario en a dernièrement fait l’expérience. À la suite d'un gentillet tête contre tête avec le Lorientais Steven Moreira, l’attaquant Italien récolte une deuxième biscotte. Bim, expulsion. Après visionnage des images, la Ligue de football professionnel dédouane Balotelli. Qui peut donc rater son penalty face à Lyon, un match qu’il devait normalement rater. Pour une fois qu’il n’avait pas grand-chose à se reprocher...



John Terry (Chelsea)

Poursuivi pour : Insultes à caractère raciste

« La cour n'est pas là pour décider si John Terry est raciste. Elle doit décider s'il a utilisé les mots "fucking black cunt" comme une insulte, ce qui a été rapporté par Anton Ferdinand dont le témoignage n'est pas remis en question. Mais personne d'autre n'a pu confirmer ces dires. John Terry affirme qu'il n'a pas pensé insulter lorsqu'il a dit ces mots et personne ne peut mettre en doute sa parole. La cour est obligée de le reconnaître non coupable. » Dans les faits, Johnny boy est donc innocent. Porté en justice par Anton, frère de Rio, le capitaine des Blues n’a donc pas officiellement insulté son homologue sur un terrain de foot. Un épisode qui aura quand même déchu Terry de son statut de capitaine de la sélection, et provoqué le départ de Fabio Capello. Tout ça pour un non-lieu...



Cabral (Sunderland)

Poursuivi pour : Viol

Cabral. Brandão. Ched Evans. Garra Dembélé. Bafétimbi Gomis. Yohan Benalouane. Tous ont connu la même mésaventure : être soupçonné d’agressions sexuelles avant d’être totalement innocenté. Le premier cité est peut-être le cas le plus symbolique. Alors que les rumeurs lui pourrissent la vie et que son arrestation débouche sur un contrat qui saute à Sunderland, Cabral ne cesse de clamer que le rapport n’avait rien d’illégal. Après avoir notamment visionné des vidéos montrant la plaignante dans le lit d’autres footballeurs, la justice britannique estime que la demoiselle était consentante. « J'étais très en colère pour ma famille, pour mes amis, parce que tout le monde vous voit comme un violeur (...) Tu ne te sens pas bien quand on ment et que l'on t'accuse de viol. Et tout paraît dans la presse dans la foulée, lâche-t-il après la décision. Maintenant, on connaît la vérité. Je ne suis pas coupable et tout le monde sait désormais que ce qu'a dit cette fille au tribunal n'était que mensonges. » Toujours pas digérés, au passage.



Karim Benzema (Real Madrid) & Franck Ribéry (Bayern Munich)

Poursuivi pour : Sollicitation de prostituée mineure

La fameuse affaire Zahia. En 2009, les deux internationaux font encore partie de l’équipe de France. Pour se divertir loin des terrains, Karim et Franck s’offrent un petit tour chez quelques prostitués. Manque de bol, l’une d’elles n’a pas encore atteint l’âge de la majorité. Dès lors, Ribéry et Benzema font face à une tempête médiatique alors qu’ils n’étaient pas du tout au courant que la jeune femme avait moins de dix-huit ans. Ce que la chambre correctionnelle de Paris admettra, relaxant les deux potes. En même temps, difficile de ne pas les croire en observant les photos de Zahia.



Samuel Eto’o (Cameroun)

Poursuivi pour : Séquestration

Six mois de prison avec sursis et 12,7 millions francs CFA à verser sur le compte d’Eto’o. Voilà ce que Nathalie Koah, ex de Samuel, a gagné en osant s’attaquer à l’attaquant camerounais. Selon elle, l’ancien du Barça l’aurait entre autres séquestré et menacé. Pour le tribunal de Yaoundé, tout n’est que pipeau. Réaction du joueur : « Ce que j’ai fait et offert à celle qui tente de salir mon nom aujourd’hui dépasse largement les 200 000 000 que je lui réclame aujourd’hui (...) Et voilà déjà que celle que j’ai enrichie de même que sa famille commence une campagne de dénigrement sur ma personne. Cette somme est une miette pour moi, je préfère l’offrir à une fondation ou offrir des Galaxy à mes fans que de me faire arnaquer par une femme ingrate (...) Contrairement à ce qui se dit, je ne contrôle pas l’appareil judiciaire de mon pays et je lui fais entièrement confiance. » Prochaine étape : convaincre le fisc espagnol pour cette nouvelle histoire de fraude.




Basile Boli (France)

Poursuivi pour : Abus de confiance

Utiliser une association caritative pour détourner de l’argent ? C’est mal connaître le grand Basile. Secrétaire et délégué général d’ « Entreprendre et réussir en Afrique » , Boli était accusé d’avoir fait mumuse avec 250 000 euros entre 2007 et 2008. Heureusement pour lui, le tribunal correctionnel de Nanterre a relaxé le champion d’Europe 1993. « Le tribunal de Nanterre, au terme d'un travail d'analyse considérable, vient de sanctionner la manière dont la procédure a été mise en œuvre à l'égard de M. Boli  » , a considéré son avocat. Toujours aussi bon en défense, le Basile.



Roland Romeyer (Saint-Étienne)

Poursuivi pour : Blanchiment d’argent

Le dirigeant des Verts savait-il que l’entrepreneur Adao Carvalho injectait de l’argent détourné à l’Urssaf et aux Assedic dans les caisses du club ? Pour les enquêteurs en charge du dossier, c’est non. Romeyer peut donc souffler, son nom n’intéresse plus la justice. N’empêche qu’il en bavé, apparemment : « Avec une mise en examen, on vous condamne avant de vous avoir jugé. »


Adriano (Brésil)

Poursuivi pour : coup de feu sur autrui

Il s’en est fallu de peu. Installé dans sa voiture avec quatre femmes pour rentrer d’une petite bringue, Adriano assiste impuissant au dérapage de sa soirée, une des amies se blessant avec un flingue. « L'arme était entre les sièges, elle l'a attrapée et le coup est parti par accident (...) L'enquête va prouver que je ne mens pas » , explique le Brésilien. Sauf que les autorités feraient bien d’Adriano le coupable idéal. Finalement, la victime confirme la version du joueur : « Elle a avoué avoir pris délibérément l'arme et à ce moment-là il y a eu une détonation. Elle a beaucoup pleuré et s'est dite désolée  » , note le responsable de l’enquête. Un problème de moins pour l’ex-Interista.



Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 4 heures L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 17
il y a 6 heures Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 28 il y a 8 heures Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 77
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 18:30 La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40 dimanche 14 janvier Le low-kick fou de Tony Chapron 166