1. //
  2. //
  3. // Inter–Hapoël Beer-Sheva

Top 10 : Inter vs Sheva

Pour cette première journée de Ligue Europa, l’Inter affronte pour la première fois de son histoire les Israéliens de l’Hapoël Beer-Sheva. Si les Interisti n’ont rien contre l’idée de s’envoyer une petite mousse, le petit nom de la légende ukrainienne ravive en revanche les vieux démons.

Modififié
2k 18

10. À deux doigts de sortir l’Inter du Triplete


Après avoir planté 14 pions en 20 derbys milanais, de retour dans son club formateur, le Tsar fait honneur à la tradition durant ce match de poules de Ligue des champions. À l’aller, le Dynamo est allé chercher un nul 2-2 à San Siro et au retour, Sheva ouvre la marque de manière un peu chanceuse (demi-volée déviée). Sans le duo Sneijder-Milito en charge de remonter le score dans les cinq dernières minutes, c'était une défaite qui aurait pratiquement éliminé l'Inter. Elle ira finalement jusqu’au bout.

Youtube


9. Un péno pour finir


Son dernier but avec le Milan contre les Nerazzurri. 15e journée du championnat 2005-06, les deux rivaux font la course derrière la Juve. Adriano a ouvert le score sur péno, le Brésilien provoque d’ailleurs la même sanction lorsque, dans le mur, il lève le bras un peu trop haut. Pour une fois que ce n'est pas le coude... Andrei ne tremble pas et prend Júlio César à contre-pied. L’Inter s’impose au final 3-2 à la toute dernière seconde, mettant fin à une longue série de dix derbys – nationaux et internationaux – sans victoire.

Youtube


8. Un péno pour l’honneur


Saison 1999-2000, 24e journée de championnat. Le Milan n’a perdu que deux matchs et reste en course pour le titre, mais l’Inter le talonne et domine la rencontre de long en large. Zamorano sur un service de Recoba et Di Biagio suite à une action collective menée à 100 à l’heure, ça fait 2-0. Le seul tir cadré du Milan arrive dans les arrêts de jeu, c’est un penalty de Sheva. Les stats sont entretenues, mais le titre s’envole.

Youtube


7. Bréchet au casting


Андрій n’a pas planté depuis trois derbys et ça commence sérieusement à le démanger. Ses collègues Kaká et Inzaghi se sont déjà chargés de porter le score sur le 2-0 en cette édition d'octobre 2003. Un peu dans le dur, l’Ukrainien attend patiemment l’entrée de Jérémy Bréchet côté gauche. C’est à ce moment qu’il démarre et conclut un jeu en triangle avec Cafu pour enrhumer le futur pensionnaire du Gaz avant de glisser le ballon entre les jambes de Toldo. Fin de la période de sevrage, tout va mieux.

Youtube


6. L’ouragan Sheva


L’après 6-0. Le cauchemar continue pour les cousins, d’autant que Ventola ouvre le score, le seul but de la rencontre jusqu’à l’heure de jeu. Puis, six minutes de folie. Comme à Istanbul, mais dans l'autre sens cette fois. Trois buts coup sur coup. Le tsar égalise de la tête sur un centre de Rui Costa et s’offre un doublé en enfonçant le clou à la 78e sur un service de Serginho. 4-2 score final. L'année 2001, c'est deux derbys et un 10-2 pour le Milan.

Youtube


5. La coupe n’y échappe pas


Hiver 2000. Derby en quarts que l’Inter remporte sur l’ensemble des deux matchs, victoire 3-2 « chez elle » et nul 1-1 au retour. Les trois buts des Rossoneri sont inscrits par un seul homme. Devinez qui ? En renard sur une tête de Bierhoff, complètement oublié par la défense sur un centre d’Albertini, et un lob astucieux sur Ferron au retour. Peut-être sa plus belle œuvre contre sa victime favorite.

Youtube


4. Dépucelage réussi


6 buts en 6 journées. C’est son bilan pour ses débuts en Serie A. Les présentations ont été faites, manquent celles avec l’Inter et un duel annoncé face au Fenomeno qui n’a finalement pas lieu, Zaccheroni laissant l’Ukrainien sur le banc. Ronaldo, lui, fait bien son show, mais dans les deux sens, un péno et un rouge pour un coup de coude sur Ayala à la demi-heure de jeu. Le score ne change pas et le Zac attend la 68e et son dernier changement à disposition pour faire entrer Sheva. Ce dernier met le feu, tape la barre, et marque dans le déroulement de la même action, 4 minutes après son entrée en jeu. Weah donne la victoire et Andrei vante un bilan de 5 buts en 4 matchs face aux Nerazzurri pour sa première saison au club.

Youtube


3. Les ultras interisti poussés à bout


Sur le flanc depuis deux mois après s’être pété la pommette, le numéro 7 rossonero reprend du service dans ce deuxième derby européen en deux ans. Stam ouvre le score d’un coup de casque, son coéquipier fait de même et montre qu’il est bel et bien guéri. 2-0, la qualif est bien engagée. Pour ne pas prendre de risque, il envoie une frappe limpide des 25 mètres au retour. La défaite de trop pour la Curva Nord qui interrompt la rencontre à coups de fumis. Arrêter le match, finalement le meilleur moyen de mettre fin à cette malédiction.

Youtube


2. Balles neuves


C’était un derby de fin de saison 2000-01, sans histoire. Les deux équipes jouent une qualif pour l’UEFA, bien loin de leurs objectifs initiaux. Puis Comandini marque un but, un deuxième et Giunti le troisième. Des joueurs passés en coup de vent au Milan. Sheva se sacrifie alors pour redorer le tableau d'affichage, et l’alourdir. Serginho, pour sa plus belle prestation, lui sert deux caviars et inscrit le 6e. C’était un derby sans histoire, il est entré dans l’histoire.

Youtube


1. Le but à l’extérieur le plus cruel


Saison 2002-03. Shevchenko vit une année difficile, gêné par les blessures et éclipsé par un Inzaghi qui a ridiculisé les défenses d’Europe à la pointe de l’arbre de Noël d’Ancelotti. On dispute alors la demi-finale de Ligue des champions. Dans ce match chargé de tension, son détachement très ukrainien est vital. Les défenses sont fermées à double tour, il n’y aura pas beaucoup d’occasions à se mettre sous la dent, comme on l’a vu avec le 0-0 à l’aller. Peu avant la pause, il se démarque, réceptionne la passe de Seedorf, se défait de Córdoba et crucifie Toldo en taclant. 1-0. Martins égalise, qu’importe, le Milan se qualifie pour la finale grâce au but à l’extérieur...

Youtube


Par Valentin Pauluzzi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Et le top 10 des attentats de Matrix sur Sheva?
C'est tiré par les cheveux là quand même le rapport...
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Milan AC-Inter, demi-finale de LDC... Et oui en 2003, le plus gros derby européen, le plus prestigieux, c'était pas le derby madrilène mais bien celui de la Madonnina ! Quelle déchéance depuis ! C'est pas si vieux pourtant, 13 ans seulement, mais comme ça paraît loin...
J'espère pour les supporters des deux clubs et pour le foot en général que les deux clubs milanais reviendront au sommet (notamment les Rossoneri car la C1 sans le Milan n'a pas la même saveur).
Anonyme78 Niveau : CFA2
Le Milan est tellement bidon aujourd'hui que les Milanista tels que Valentin Pauluzzi doivent avoir recours aux prétextes les plus capillotractés pour nous jouer la séquence nostalgique de la grande époque haha.
C'est un peu triste.
Andrei devrait racheter une brasserie et sponsoriser le club israélien.
Saloperie de Shevchenko, toujours présent en derby.

C'est dur d'évoquer 2003, mais bon, si ça permet de soulager les milanistes de leur situation actuelle..
Vous avez également besoin de soulagement. Inutile de jouer les grands seigneurs.
Message posté par Alain Proviste
Milan AC-Inter, demi-finale de LDC... Et oui en 2003, le plus gros derby européen, le plus prestigieux, c'était pas le derby madrilène mais bien celui de la Madonnina ! Quelle déchéance depuis ! C'est pas si vieux pourtant, 13 ans seulement, mais comme ça paraît loin...
J'espère pour les supporters des deux clubs et pour le foot en général que les deux clubs milanais reviendront au sommet (notamment les Rossoneri car la C1 sans le Milan n'a pas la même saveur).


Surtout cette année là on avait droit aux quarts de finale de C1 les plus prestigieux all time :
Barca vs Juve- Milan vs Ajax - Man Utd vs Real (c'est ce match que l'Histoire avait retenu). Inter vs Valence (le seul match pas forcément hyper prestigieux sauf que dans ces années là Valence était supérieur au Barca avec 2 finales de C1). C'était l'équivalent actuel de l'Atletico.
Je m'étais dit à l'époque que si Liverpool avait été à la place de Valence cela aurait été le tableau le plus prestigieux possible.
Message posté par aerton
Surtout cette année là on avait droit aux quarts de finale de C1 les plus prestigieux all time :
Barca vs Juve- Milan vs Ajax - Man Utd vs Real (c'est ce match que l'Histoire avait retenu). Inter vs Valence (le seul match pas forcément hyper prestigieux sauf que dans ces années là Valence était supérieur au Barca avec 2 finales de C1). C'était l'équivalent actuel de l'Atletico.
Je m'étais dit à l'époque que si Liverpool avait été à la place de Valence cela aurait été le tableau le plus prestigieux possible.


Pourtant ce tableau cinq étoiles des quarts de finale accouchera d'une finale pleine d'ennui. Rarement l'absence d'un joueur ( Nedved) aura autant pesé sur une finale de C1.

PS : les seuls matchs dont je ne me souvienne pas c'est la double confrontation Valence vs Inter : j'ai pas dû regarder les résumés.
bon il y avait aussi le Bayern qui manquait à l'appel.
Message posté par samotraki
Vous avez également besoin de soulagement. Inutile de jouer les grands seigneurs.


4ème du dernier championnat après avoir été premier à la trève. Une équipe qui s'améliore d'années en années depuis 3 saisons, je ne crois pas que la dynamique soit la même. L'Inter ne fait pas rêver mais on peut regarder les matchs sans se mettre à pleurer au moins...
Message posté par aerton
Surtout cette année là on avait droit aux quarts de finale de C1 les plus prestigieux all time :
Barca vs Juve- Milan vs Ajax - Man Utd vs Real (c'est ce match que l'Histoire avait retenu). Inter vs Valence (le seul match pas forcément hyper prestigieux sauf que dans ces années là Valence était supérieur au Barca avec 2 finales de C1). C'était l'équivalent actuel de l'Atletico.
Je m'étais dit à l'époque que si Liverpool avait été à la place de Valence cela aurait été le tableau le plus prestigieux possible.


Le Barça était dégueulasse cette année là malgré un effectif plein de promesses et une campagne de C1 pas trop mal.
Valence était champion d'Espagne en titre et l'Inter jouait le titre en Italie face à la Juve, Cuper ayant perdu le titre à la dernière journée la saison précédente.
Un match très rugueux et intense à l'image des 2 équipes qui avait notamment vu Carew blesser Vieri sur un contact un peu viril. Dommage car l'italien était en feu cette année là.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Message posté par aerton
Surtout cette année là on avait droit aux quarts de finale de C1 les plus prestigieux all time :
Barca vs Juve- Milan vs Ajax - Man Utd vs Real (c'est ce match que l'Histoire avait retenu). Inter vs Valence (le seul match pas forcément hyper prestigieux sauf que dans ces années là Valence était supérieur au Barca avec 2 finales de C1). C'était l'équivalent actuel de l'Atletico.
Je m'étais dit à l'époque que si Liverpool avait été à la place de Valence cela aurait été le tableau le plus prestigieux possible.


Effectivement je crois que sur le papier, il n'y a quasiment jamais eu d'aussi beaux quarts de LDC qu'en 2003 !
C'est simple, le plateau était à la fois l'un des plus relevés de l'histoire de la compétition (puisqu'il réunissait tout simplement le top 8 européen de l'époque, Valence en faisant alors clairement partie avec ses deux finales de C1 consécutives et sa victoire en C3 l'année suivante) et aussi le plus prestigieux avec 7 des 9 plus grands clubs européens : Real, Barça, Milan, Juve, Inter, Ajax et MU ! Ne manquaient finalement que le Bayern et Liverpool...

Quant à ton autre remarque, tu as raison : l'absence en finale de Nedved a sérieusement pénalisé la Juve qui avait sans doute alors la meilleure équipe en Europe (légèrement devant le Milan et le Real selon moi), en atteste la double démonstration turinoise face au Barça (quart) puis au Real (demie), avec à chaque fois un Nedved stratosphérique !
Message posté par Alain Proviste
Effectivement je crois que sur le papier, il n'y a quasiment jamais eu d'aussi beaux quarts de LDC qu'en 2003 !
C'est simple, le plateau était à la fois l'un des plus relevés de l'histoire de la compétition (puisqu'il réunissait tout simplement le top 8 européen de l'époque, Valence en faisant alors clairement partie avec ses deux finales de C1 consécutives et sa victoire en C3 l'année suivante) et aussi le plus prestigieux avec 7 des 9 plus grands clubs européens : Real, Barça, Milan, Juve, Inter, Ajax et MU ! Ne manquaient finalement que le Bayern et Liverpool...

Quant à ton autre remarque, tu as raison : l'absence en finale de Nedved a sérieusement pénalisé la Juve qui avait sans doute alors la meilleure équipe en Europe (légèrement devant le Milan et le Real selon moi), en atteste la double démonstration turinoise face au Barça (quart) puis au Real (demie), avec à chaque fois un Nedved stratosphérique !


Finalement ca revient à dire à Rumminigge qu'il n'y a pas besoin de créer un ligue fermée ou de "sur protéger" les grosses écuries, il suffit juste qu'elles tiennent leur rang en championnat pour se retrouver en C1 et qu'elles mènent une phase de poule digne de leur statut. Au pire des cas, au moment des tirages au sort pour es matchs à élimination directe on appliquera la fameuse méthode des boules chaudes ou froides. Comme ça ni vu ni connu pas de Barca vs Real ou de Bayern vs ManCity (la nouvelle terreur européenne) dès les 1/4 de finale et tout le monde sera heureux même la ménagère de moins de 50 ans.
Tout ce que je retiens de ce bel article c est que brechet a bel et bien joue a l inter!
tranquilo_chiquito Niveau : DHR
Message posté par aerton
Surtout cette année là on avait droit aux quarts de finale de C1 les plus prestigieux all time :
Barca vs Juve- Milan vs Ajax - Man Utd vs Real (c'est ce match que l'Histoire avait retenu). Inter vs Valence (le seul match pas forcément hyper prestigieux sauf que dans ces années là Valence était supérieur au Barca avec 2 finales de C1). C'était l'équivalent actuel de l'Atletico.
Je m'étais dit à l'époque que si Liverpool avait été à la place de Valence cela aurait été le tableau le plus prestigieux possible.


que de souvenirs, mais la comparaison avec l'atletico ce doit être pour les finales car ils envoyaient du lourd question jeu, de mémoire les zahovic, kily gonzales, marchena, aimar, vicente, ayala et meme mendieta (si il n'était pas déjà parti au barca) jouaient un football très offensif .
et je ne sais pas si c'est cette année mais il y a également une baston mémorable contre l'inter au mestalla, avec un joueur qui part en speed se faisant courser par 5-6 adversaires (adriano peut être).
instant nostalgie, sniff !!!
Message posté par tranquilo_chiquito
que de souvenirs, mais la comparaison avec l'atletico ce doit être pour les finales car ils envoyaient du lourd question jeu, de mémoire les zahovic, kily gonzales, marchena, aimar, vicente, ayala et meme mendieta (si il n'était pas déjà parti au barca) jouaient un football très offensif .
et je ne sais pas si c'est cette année mais il y a également une baston mémorable contre l'inter au mestalla, avec un joueur qui part en speed se faisant courser par 5-6 adversaires (adriano peut être).
instant nostalgie, sniff !!!


Oui Valence avait un jeu plus offensif, mais la comparaison consistait à dire que tel l'Atlético d'aujourd'hui, Valence était à la fois dans le top 3 Espagnol et le top 3 Européen tout en arrivant pas à décrocher la timbale ô combien méritée.
Ce qui revient à dire que dans les années 2000 chaque fois qu'il y a eu une équipe espagnole (autre que le Barca et le Real) qui s'est installée durablement dans le top 3 de la Liga, elle est devenue un top 3 voire top 2 continental et a gagné la petite coupe d'Europe.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
La boucle de Marcus
2k 18