1. //
  2. // 19è journée
  3. // Inter/Lazio

Top 10 : Inter - Lazio

Ce soir, l’Inter reçoit la Lazio, pour tenter d’enchaîner une sixième victoire consécutive en championnat. Et surtout, en cas de succès, les nerazzurri passeraient devant leur adversaire du soir. L’occasion de revenir sur les confrontations marquantes entre les deux équipes.

Modififié
0 6
1965-66 – Inter – Lazio (4-1)

L’Inter des années 60 est probablement la plus forte de tous les temps. Vainqueur de la Ligue des Champions en 1964 et 1965, du Scudetto en 1965, l’équipe entraînée par le mage Helenio Herrera écrase tout sur son page. Et la Lazio ne fait pas exception. Pas vraiment un ténor du Calcio à cette période (un petit passage en Serie B de 1961 à 1963), l’équipe romaine se fait étriller par la Grande Inter. Avec cette victoire, dans un stadio Giuseppe Meazza des grands jours, l’Inter profite du nul de Bologne face à la Juventus pour remporter son dixième Scudetto et donc sa première étoile. La Lazio, quant à elle, termine douzième, et se qualifie la Coupe Mitropa. La Mitropa Cup putain.



1973-74 – Inter – Lazio (3-1)

1974, c’est l’année du premier Scudetto de la Lazio. Une année où l’équipe de Tommaso Maestrelli a dominé en long et en large la Serie A, avec des joueurs un peu fous comme Chinaglia, Wilson ou encore feu Re Cecconi. Pourtant, cette saison-là, la Lazio va tout de même concéder cinq défaites en championnat. Et forcément, à San Siro, elle flanche. Lors de la 21ème journée, l’Inter de Masiero réalise son meilleur match de la saison, et l’emporte 3-1, la Lazio ne sauvant l’honneur que par renzo Garlaschelli en seconde période. A cause de ce revers, la Lazio voit la Juventus revenir à deux points. Cela ne l’empêchera pas d’être sacrée Championne, deux mois plus tard. Comme quoi.



1984-85 – Inter – Lazio (1-0)

Si les années 70 sont favorables à la Lazio, les années 80, elles, sont plutôt sous le signe de l’Inter. Une décennie qui se terminera par un Scudetto en 1989, le dernier avant une longue période de disette, qui se terminera avec Calciopoli. Cette saison-là, en 1984-85, la Lazio réalise la pire saison de toute son histoire. Elle ne prendra que 15 points en championnat, et sera reléguée en Serie A au terme de l’exercice. Lors de la confrontation directe contre l’Inter, elle réalise pourtant l’un des matches les plus aboutis de sa saison, et est à deux doigts de repartir de Giuseppe Meazza avec le point du nul. Mais à cinq minutes du terme, Giampiero Marini expédie une cacahuète dans la lucarne d’Orsi. Quand ça ne veut pas, ça ne veut pas.



1993-94 – Inter – Lazio (1-2)

Les années 90. Les années de la lose pour l’Inter. Une décennie au curs de laquelle l’Inter va connaître le meilleur, mais aussi, et surtout, le pire. Cette confrontation contre la Lazio, en 1993-94, en est l’illustration la plus parfaite. Le meilleur, en première période, avec une ouverture du score magique de Ruben Sosa, ancien de la Lazio, d’ailleurs. Le pire, aussi, en fin de rencontre. A la 87ème minute, Beppe Signori égalise, d’un fameux pénalty sans élan. Trois minutes plus tard, Di Matteo tente sa chance de loin, et troue les gants de Walter Zenga, pourtant l’un des tous meilleurs gardiens italiens de l’époque. C’est le début de la Lazio de Cragnotti, qui règnera sur l’Italie à la fin des années 90. L’Inter, quant à elle, termine 13ème, soit le pire résultat de toute son histoire. Triste.



1997-98 – Inter – Lazio (1-1)

En 1997, un extraterrestre débarque à Milan. Il s’agit de Ronaldo. Le Brésilien réalise des débuts tonitruants dans le Calcio, à tel point que l’Inter remporte ses quatre premiers matches de championnat. A la cinquième journée, l’équipe de Gigi Simoni reçoit une Lazio qui n’a rien à lui envier, avec son trio offensif Nedved-Mancini-Signori. C’est d’ailleurs le Tchèque qui ouvre le score. Mais l’Inter égalise sur pénalty par Ronaldo, déjà son cinquième but en championnat. La seconde période est un véritable show Ronaldo. Inarrêtable, le Brésilien n’arrive toutefois pas à offrir la victoire aux siens. Ce n’est que partie remise. Quelques mois plus tard, il offre la Coupe UEFA à l’Inter, avec une victoire 3-0, en finale, contre la Lazio. Demandez donc à Luca Marchegiani, il en fait encore des cauchemars.



1998-99 – Inter – Lazio (3-5)

L’année suivante, la Lazio décide de prendre sa revanche. Avec une équipe armée pour le titre, la formation de Sven-Goran Eriksson donne une véritable leçon de football à une Inter totalement perdue. Salas ouvre le score dès la première minute. Winter donne des illusions aux tifosi nerazzurri avec une sublime frappe de loin. Mais la suite est un récital. Conceiçao deux fois, Mancini et Nedved donnent à cette rencontre de vrais airs de raclée. Une raclée quelque peu tempérée en fin de match par le jeune Nicola Ventola, auteur d’un doublé dans les dernières minutes. L’Inter s’incline 5-3 et comprend qu’elle va vivre une saison compliquée. La Lazio, elle, luttera pour le titre jusqu’à la dernière journée, s’inclinant au finish aux dépens du Milan AC. Avec tout de même une Coupe des Coupes pour se consoler.



2000-01 – Inter – Lazio (1-1)

Un Scudetto en poche plus tard, la Lazio retrouve l’Inter, sur le terrain neutre de Bari, après la suspension de Giuseppe Meazza. Il reste trois matches à disputer. L’Inter n’a plus rien à espérer. La Lazio, quant à elle, est lancée dans une course à trois vers le titre avec la Roma et la Juventus. Avec un succès, les biancocelesi reviendraient à trois points de la Roma, avec encore deux matches à disputer. Lorsque Crespo ouvre le score, en première période, tous les supporters se mettent à y croire. Surtout que dans le même temps, la Roma est tenue en échec par le Milan AC. Le match va se terminer. Il reste 60 secondes à disputer dans le temps additionnel. C’est le moment choisi par Stéphane Dalmat pour entrer dans le cœur des supporters de la Roma. Le Français invente une frappe de fou, qui détruit les derniers espoirs de titre de la Lazio. Sûr qu’Antonetti n’a jamais vu ces images…



2006-07 – Inter – Lazio (4-3)

Avec la relégation de la Juventus suite à l’affaire Calciopoli, l’Inter devient patronne en Italie. Elle remporte tout d’abord le Scudetto 2005-06 sur tapis vert. Mais lors de la saison 2006-07, sans la Juve, elle devient une machine de guerre. En une saison, elle comptabilise 97 points en championnat, et ne perd qu’une seule fois, le 18 avril, contre la Roma. L’Inter est sacrée la semaine suivante, sur la pelouse de Sienne. Il n’a donc plus d’enjeu, le 13 mai, lorsqu’elle reçoit la Lazio. Enfin, si. Les Romains veulent les trois points pour se qualifier pour la Ligue des Champions. Le match est totalement fou. Au bout de 4 minutes, la Lazio mène déjà 2-0. Mais avec un Crespo des grands jours, l’Inter revient à 2-2, puis à 3-3. En fin de rencontre, Materazzi donne la victoire aux interisti, histoire d’asseoir encore un peu plus la suprématie nationale du club de Massimo Moratti.



2008-09 – Inter – Lazio (2-0)

L’Inter est toujours souveraine sur son territoire. Malgré le retour en Serie A de la Juve, rien n semble pouvoir stopper la domination interista. Surtout depuis qu’un certain Jose Mourinho est arrivé à sa tête. En face, l’Inter trouve une Lazio qui a réalisé un bon début de saison, mais qui a clairement calé une fois l’hiver venu. Désormais focalisés sur la Coupe d’Italie (qu’ils remporteront face à la Sampdoria), les biancocelesti subissent pendant toute la rencontre, malgré quelques tentatives du nouveau prodige Zarate. A force d’assauts, le verrou fini par craquer. Et qui le fait sauter ? Zlatan Ibrahimovic bien sûr. Le Suédois est implacable, et transperce Muslera d’une frappe canon. L’Inter gagne, encore, et file vers un quatrième titre national consécutif. Comment dit-on « la belle époque » en italien ?



2010-11 – Inter – Lazio (2-1)

Le Milan AC a repris le sceptre en Italie. Les rossoneri galopent vers le titre, et l’Inter, à ce moment là entraînée par Leonardo, tente de lui courir après. Les nerazzurri sont troisièmes, tandis que la Lazio suit, juste derrière. Avec un succès, les laziali passeraient devant l’Inter au classement. Et tout débute plutôt bien, avec un pénalty pour les Romains et une expulsion de Julio Cesar. A 1-0, la Lazio de Reja a le match en mains. Mais grâce à une merveille de coup-franc de Sneijder, l’Inter revient dans le coup. Il faut un coup du sort, une glissade du défenseur Biava, pour permettre à Eto’o d’aller scorer. Le forcing des Romains en fin de rencontre n’y fera rien (une barre de Kozak). Leo, qui était déjà Leo le traître mais pas encore Leo le mécène de Paris, peut serrer le poing. Son Inter fait un bond immense vers la qualification en Ligue des Champions. Il fallait au moins offrir ça à Moratti, avant de filer vers le Camp des Loges.




Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

WTF pas de traces du Lazio-Inter (4-2) du 05 Mai 2002 qui priva l'Inter du titre à la dernière journée !?
le 4-2 est legendaire... ya aussi en 2002 j crois la remonter de l'inter de 3-0 a 3-3
Après relecture, je me suis aperçu que c'était le top 10 des matchs où l'Inter recevait. Autant pour moi, désolé.
Putain les gars relisez vous au moins, c'est bourré de fautes...
Rien sur le match de 2010 où la Lazio ouvre ses fesses contre l'Inter pour que la Roma ne soit pas championne ?


Match qui montre, au fond, la réelle mentalité de ce "club".
EdoRomanista Niveau : District
C'est parce qu'il est laziale que l'auteur de l'article a omis de parler du plus honteux et plus significatif des Inter - Lazio ?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 6