Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Racisme
  2. // Affaire Evra/Suarez

Top 10 : Insultes

L’insulte du week-end dernier, ce n’est pas celle d’Adil Rami, mais bien celle de Luis Suarez. Déjà parce qu’il l’a répétée dix fois et puis surtout parce qu'il l'a balancée sur le pré à un autre joueur. Et non à un officiel comme le premier Digard venu.

Modififié
1 – Marco Materrazzi parle à Zinédine Zidane lors d’ItalieFrance, juillet 2006

La plus célèbre. Car elle se passe dans le match le plus important, et qu’elle a la conséquence que l’on sait. Et puis ce qui est beau dans cette histoire, c’est que l’insulte n’est pas révélée tout de suite. Quelques jours plus tard, sur le plateau de Denisot, Zidane refuse de l’évoquer, disant juste : « J’aurais préféré me prendre une droite que de l’entendre » . En fait, quand Zidane lance à Marco, « Si tu veux mon maillot, je te le donne à la fin du match » , l’Italien répond « Je préfère ta pute de sœur » , si l’on se fie à son livre.

2 – Sinisa Mihajlovic parle à Patrick Vieira lors de LazioArsenal, octobre 2000

Tout le monde se rappelle très bien de la scène. Pas du moment où le Serbe traite le milieu défensif de « Nègre de merde » non, mais celle qui se déroule quelques semaines plus tard, lorsque, poussé par l’UEFA, le plus grand tireur de coup-francs de l’histoire prend le micro avant un match avec le blazer de la Lazio pour dire à tout le public de l’Olimpico que les insultes racistes, bah c’est pas bien. Pour se défendre, l’actuel entraîneur de la Fiorentina évoque les insultes dont il fait régulièrement l’objet, comme « Gitan de merde » qui choque bien moins l’opinion. Et puis, il y a ce raisonnement imparable : « Dans mon pays, il n’y a pas de noirs. Le premier noir que j’ai vu, c’était à 22 ans, quand je suis arrivé en Italie. Alors je ne peux pas être raciste » .

3 – Vinnie Jones parle à Paul Gascoigne lors de Wimbledon – Newcastle, novembre 1987

C’est l'un des clichés les plus célèbres du foot anglais. Mais avant d’être une photo, les caresses de Vinnie Jones pour Gascoigne ont aussi été des paroles : « Bonjour, je m'appelle Vinnie Jones, je suis un gitan, je gagne beaucoup de fric et je vais t'arracher l'oreille avec les dents puis tout recracher dans l'herbe. Tu es seul mon gros, tout seul avec moi ! » . A choisir, sûr que Gazza aurait préféré se faire insulter sa sœur.

4 – Milan Baros parle à Stéphane M’Bia lors de Rennes-Lyon, avril 2007

« Milan Baros regrette et déplore l’interprétation qui a pu être faite de son geste à l’encontre du défenseur rennais Stéphane M’Bia car il n’a en aucun cas eu l’intention d’exprimer le moindre sentiment raciste. A l’issue d’un nouveau duel entre les deux joueurs et alors que le marquage pour le moins serré de Stéphane M’Bia était matérialisé par différentes griffures, Milan Baros a simplement voulu lui exprimer ce qu’il ne sait pas dire en français "Oublie moi et fais moi de l’air". Milan Baros a toujours rejeté toute manifestation à caractère raciste, dans le sport comme dans la vie quotidienne. Il s’excuse auprès de Stéphane M’Bia si son geste l’a choqué mais il l’assure de sa sincérité et de son respect » . Au vu de cette explication, pas de quoi figurer dans le top. Sauf que ceci est un communiqué de l’OL, qui, lorsqu’on revoit les images, semble quand même loin de la réalité.


5 – David Villa parle à Mesut Özil lors de Barcelone – Real Madrid, août 2011

D’ordinaire doux comme un agneau, Özil a pété les plombs lors de la finale retour de la Supercoupe d’Espagne cet été, perdue 3-2 au Camp Nou. Juste avant que Mourinho ne mette son doigt dans l’œil de Villanova, le meneur de jeu allemand voulait faire la peau de David Villa. Expulsé, le joueur est ensuite venu se défendre devant les micros : « Je me suis énervé car il a insulté ma religion. Je tiens à signaler que David Villa a insulté l'Islam » . L’attaquant culé a donc fait mieux que Xavi, qui a chambré Diarra quelques mois auparavant en lui donnant le ballon, objet qu’il n’avait pas trop touché pendant la partie. Mieux que Piqué encore, qui disait aux mêmes Madrilènes « Petits Espagnols, nous avons gagné votre championnat, rendez-vous » . Mieux que Busquets qui a comparé Marcelo à un singe. Le Barça, une véritable Dream team.

6 – Jorge Costa parle à Georges Weah lors de Porto – Milan AC, novembre 1996

Georges Weah a dû vivre toute sa carrière avec les insultes racistes, parfois même celles de ses propres supporters comme ce fut le cas au Paris Saint-Germain. Autant dire que pour qu’il pète les plombs en Ligue des champions à Porto, se cachant en fin de match dans un couloir pour mieux surgir sur Jorge Costa et lui péter le nez, c’est que le stoppeur bedonnant a dû se soumettre à un travail de sape bien rigoureux, épluchant tous les synonymes du mot singe pendant la partie.

7 – Emmanuel Adebayor parle à Niklas Bendtner lors de Tottenahm – Arsenal, janvier 2008

Il faut dire les choses, Niklas Bendtner est une vraie plaie. Attaquant maladroit, il se prend en plus pour un grand espoir du foot mondial. Lors d'un match de Carling Cup, Adebayor s’est donc chargé de lui rappeler la vérité. Deux fois. « On m’a fait entrer parce que t’es une merde » a-t-il répété au Danois. S’en est suivi une bousculade entre les deux joueurs. Plutôt molle.

8 – Mathieu Valbuena parle à Gaëtan Bong lors de ValenciennesMarseille, septembre 2011

Gaëtan Bong n’aime pas trop Mathieu Valbuena. Ça fait deux années qu’il le charge bien comme il faut lors des affrontements entre les deux équipes. Cette saison, "Petit Vélo" a voulu se rebeller, mais il n’est pas allé au bout comme le raconte le Camerounais : « Il m'a insulté. Je lui ai demandé une première fois: "Tu es sûr de ce que tu dis ?" Il m'a de nouveau insulté. Je lui ai à nouveau demandé s'il était sûr. Il m'a dit non. Je ne voulais pas répondre du tac au tac. Sinon je me connais, j'allais lui en mettre une. »

9 – Nicola Burdisso parle à Lionel Messi lors d’ArgentineColombie, juillet 2011

Tendue comme un string, l’équipe d’Argentine s’est fissurée lors du premier tour de la Copa America, alors qu’elle n’arrivait pas à gagner. Le défenseur de la Roma Burdisso aurait lancé à Messi en fin de match un savoureux : « Gamin, on joue les dernières minutes, tu ne peux pas te laisser prendre la balle, fils de p... » . Une manière comme une autre de le motiver.

10 – Zlatan Ibrahimovic parle à Zlatan Ibrahimovic lors de Fiorentina – Milan AC, avril 2011

De retour de suspension, Zlatan se fait de nouveau exclure à Florence. Sur le coup, on pense qu’il envoie du « Fils de pute » et du « Putain de merde » à l’arbitre. Erreur, c’était en fait destiné à lui-même. « Mes insultes étaient destinées à moi-même parce que je venais de perdre le ballon. Je savais que j’étais averti et j’ai essayé de rester calme durant tout le match. L’arbitre a décidé de m’exclure, je suis sorti sans faire d’histoires. j’étais peut-être orienté vers l’arbitre, mais je ne le visais pas. Je comprends que la société m’en veuille, la Fiorentina était en train d’attaquer, je revenais de suspension et ce n’était pas le bon moment pour prendre ce carton. Il semble que l’on ne me supporte pas ici et que l’on me donne des rouges pour ça » . Pourvu qu’il ne prenne pas sa retraite de sitôt.


Par Mario Durante
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:52 Usain Bolt pourrait jouer en Australie 14
Partenaires
Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall lundi 16 juillet La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT)
À lire ensuite
Le Clasico Real-OL