Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Barcelone-Real Madrid

Top 10 : Iniesta et les Clásicos

Ce dimanche, au Camp Nou, Andrés Iniesta va disputer son dernier Clásico en tant que joueur du FC Barcelone. L’occasion de passer au peigne fin les débuts, les heures de gloire, mais aussi les moments compliqués et les déculottées subies par Don Andrés face au Real Madrid.

Modififié

FC Barcelone 3-0 Real Madrid , 20 novembre 2004


Si Andrés Iniesta se prépare à disputer le trente-septième Clásico de sa carrière dimanche, l’enfant-lune aura attendu sa troisième saison professionnelle pour croquer le premier. Au Camp Nou, le numéro 24 remplace alors un Henrik Larsson blessé et foule la pelouse à douze minutes de la fin du temps réglementaire. La messe est dite aux deux tiers : Samuel Eto’o (1-0, 29e) et Giovanni van Bronckhorst (2-0, 43e) ont déjà mis les Culés sur orbite. Pour Iniesta, ce baptême lui permet d’assister en privilégié au troisième but de Ronaldinho sur penalty (3-0, 77e). De quoi démarrer du bon pied.

Vidéo


Real Madrid 4-2 FC Barcelone , 10 avril 2005


Dans un Clásico, il faut savoir savourer les victoires, mais aussi digérer les défaites. Après une première soldée par un succès, Iniesta connaît sa première déroute face au Real Madrid, au Santiago-Bernabéu. Face à lui, une pléiade de stars confirmées pour animer l’attaque de la Casa Blanca : David Beckham, Zinédine Zidane, Raúl González Blanco, Michael Owen et Ronaldo Luis Nazário de Lima. Malgré sa belle chevelure, le jeune titulaire subit la foudre merengue en plein visage : Zidane (1-0, 7e), Ronaldo (2-0, 20e), Raúl (3-1, 45e) et Owen (4-1, 65e) sont les bourreaux d’un Barça pourtant bientôt champion d’Espagne. Une tache notable dans la saison blaugrana.

Vidéo


FC Barcelone 0-1 Real Madrid , 23 décembre 2007


Si Iniesta possède désormais un rôle essentiel dans le dispositif de Frank Rijkaard en tant qu’ailier, le numéro 8 azulgrana ne connaissait pas encore la sensation de perdre un Clásico sur sa propre pelouse. Cette claque reçue juste avant Noël est un petit cadeau empoisonné : une combinaison d’école entre Ruud van Nistelrooy et Julio Baptista. Lancé à pleine vitesse, le Brésilien lâche un boulet de canon dans la lucarne gauche d'un Víctor Valdés impuissant (0-1, 36e). Dans ce couac catalan et face à un Real Madrid qui terminera champion d'Espagne devant le Villarreal de Juan Román Riquelme, Iniesta se rend compte que la force peut s’avérer utile pour faire la différence.

Vidéo


Real Madrid 2-6 FC Barcelone , 2 mai 2009


La période d’hyperpuissance du FC Barcelone de Pep Guardiola ne fait que débuter avant ce Clásico, et Andrés Iniesta trouve désormais sa place dans un milieu à trois avec Yaya Touré en sentinelle et Xavi Hernández à la construction. Si le binôme de l’entrejeu culé parvient à réaliser quatre passes décisives, Iniesta est tout aussi influent dans le tiki-taka du Barça, qui dévore le Real Madrid sur le long terme et fait le bonheur de son trio offensif Henry-Messi-Eto’o. Remplacé à cinq minutes de la fin par Bojan Krkić, l’artiste peut souffler et se dire que sa place de titulaire n’est vraiment pas près d’être remise en question.

Vidéo


FC Barcelone 5-0 Real Madrid , 29 novembre 2010


Adiós Juande Ramos, adiós Manuel Pellegrini, place à José Mourinho. Incapable de concurrencer le monopole du Barça sur la scène nationale et européenne, Florentino Pérez s’en remet au coach portugais, alors considéré comme l’entraîneur qui a vaincu le Barça en C1 avec l’Inter, pour détruire la locomotive barcelonaise. Le premier affrontement Guardiola-Mourinho se déroule à Barcelone, et offre une démonstration collective du Barça face au Real, humilié dans les grandes largeurs. Dans cette manita, Andrés Iniesta effectue sa toute première passe décisive dans un Clásico, à l’intention de son pote Xavi pour l’ouverture du score (1-0, 10e). Si Don Andrés n’est pas un homme de statistiques, débloquer son compteur à ce moment précis était une riche idée.

Vidéo


FC Barcelone 0-1 Real Madrid , 20 avril 2011


Cette première victoire dans un Clásico face au Barça, le Mou la voulait. Et une fois acquise, Mourinho la savoure. Et pour cause : ce succès offre un trophée au Real au nez et à la barbe de son ennemi dans le Sánchez-Pizjuán, lieu de la finale de Coupe d’Espagne. Andrés Iniesta avait pourtant obligé Iker Casillas à une superbe parade, mais ce soir-là, le Real était imperméable. Voir Cristiano Ronaldo célébrer son but en prolongation et Pepe lancer un doigt d’honneur au public barcelonais n’empêche pas Iniesta de garder son sang-froid. En fin de match, l’homme félicitera son adversaire malgré les multiples tampons reçus en cours de partie. La classe, tout simplement.

Vidéo


FC Barcelone 3-2 Real Madrid , 7 août 2011


Avec trois buts et six passes décisives réussies dans les Clásicos, Iniesta s’est plus souvent mué en homme de l’ombre qu’en véritable détonateur des victoires barcelonaises face au Real. En ce soir d’été 2011 pourtant, Andrés Iniesta marque son premier pion dans l’histoire des confrontations. Servi dans le tempo par une passe en profondeur de Leo Messi, Iniesta freine le tir, puis pique son ballon au-dessus d’Iker Casillas (1-0, 15e). Vainqueur de cette Supercoupe d’Espagne à la suite du nul obtenu à Madrid au match aller (2-2), le Barça d’Iniesta est déclaré vainqueur dans la confusion, puisqu'une bagarre générale éclate à la suite de l’expulsion directe de Marcelo pour un tacle dangereux sur Fàbregas. Et Iniesta dans tout ce bazar ? Égal à lui-même et pacifiste.

Vidéo


Real Madrid 1-3 FC Barcelone , 10 décembre 2011


Voici à n’en pas douter la prestation la plus aboutie d’Andrés Iniesta lors d’un Clásico. Comme souvent, l’ailier barcelonais l’a fait sur le terrain du rival madrilène. Cette fois-ci, pas de but ni de passe décisive, mais une victime toute trouvée : le malheureux Fábio Coentrão, replacé en arrière droit pour affronter Don Andrés. Malgré l’ouverture du score de Karim Benzema à la première minute, le Barça prend la mesure de son adversaire. Iniesta en est le parfait exemple, et fait du Portugais sa chose : un sombrero dans son propre camp, puis un autre dans le camp d’en face, histoire de faire profiter du spectacle à tout le Santiago-Bernabéu. Délicieux.

Vidéo

Real Madrid 3-4 FC Barcelone , 23 mars 2014


Devenu un joueur capable de frapper aussi bien du pied gauche que du pied droit dans les moments chauds, Iniesta révèle une nouvelle facette dans ce Clásico à Madrid : sa capacité à envoyer de lourdes frappes, puissantes et rapides. Une nouvelle fois servi par Leo Messi à l’entrée de la surface, Don Andrés enchaîne contrôle et tir de son prétendu pied faible pour ouvrir le score au Santiago-Bernabéu (0-1, 7e). Devant ce missile qui tape la barre avant de s’enfoncer dans les filets madrilènes, Diego López ne peut strictement rien faire. En même temps, il y a de quoi être surpris quand on connaît le personnage Iniesta.

Vidéo

Real Madrid 0-4 FC Barcelone , 21 novembre 2015


Rivalité poussée à l’extrême oblige, peu de joueurs barcelonais se sont fait applaudir par tout le public dans l’enceinte du Real Madrid. Trois, en fait : Maradona en 1983, Ronaldinho en 2005 et... Iniesta en 2015. Auteur d’une partition proche de la perfection dans ce choc de Liga face au Real, le capitaine du Barça s’offre un but magistral à la suite d'un joli une-deux avec Neymar (0-3, 53e). Le Barça de Luis Enrique étouffe le Real de Benítez, et le coach asturien se décide à faire souffler Don Andrés à treize minutes de la fin du temps réglementaire, remplacé par Munir El-Haddadi sous une vive ovation. Partager un privilège avec Diego et Ronnie, ça se mérite.

Vidéo


Par Antoine Donnarieix
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:55 Une finale de Ligue des champions hors d'Europe ? 79
Partenaires
Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible
À lire ensuite
Wijnaldum, l'english boom