Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Forfait Lassana Diarra

Top 10 : Indisponibilités bizarroïdes

« La montagne ça vous gagne » qu'ils disaient. Une belle saloperie oui, qui a réveillé chez Lassana Diarra « une maladie imprévisible » jusqu'alors en sommeil comme un vulgaire volcan islandais. Du côté de Madrid, on parle d'anémie falciforme dont les crises peuvent être déclenchées par l'altitude. Un forfait étrange aux portes du Mondial qui aurait pu avoir sa place dans ce top 10 consacré aux indisponibilités les plus bizarroïdes.

Modififié
Darius Vassel : L'auto-opération


Aujourd'hui, Darius Vassel approche la trentaine et se finit à Ankaragücü. En Turquie, l'ancien international anglais s'emmerde et profite de son temps libre pour penser à sa future reconversion. Une chose est certaine : inutile qu'il se lance dans la médecine. En 2003, une petite hémorragie sur un orteil l'embête. Ni une, ni deux, Vassel prend son courage à deux mains, saisit une perceuse et fait une incision. Il chopera une infection qui l'éloignera des terrains l'espace de quelques matchs. Accessoirement, il y laissera une partie de son ongle.

Eldridge Rojer : La passion destructrice


En 2008, Eldridge Rojer prenait du bon temps avec sa copine dans la salle de bain. Jusque-là, rien d'anormal. Sauf que la partie de jambes en l'air coûtera cher à l'attaquant hollandais : dix mois d'arrêt. La cause ? Une rupture des ligaments croisés en plein acte. S'il a reconnu l'origine de sa blessure, l'attaquant de l'Excelsior Rotterdam a toujours tenu secret le nom de la position fatale.

Rowen Fernandez : Victime du vivarium


International sud-africain, l'actuel portier de l'Arminia Bielefeld est surnommé “l'Araignée”. Un sobriquet qu'il doit à sa passion pour les arachnides plus qu'à une comparaison avec Lev Yachine. Car effectivement, Fernandez a pour animaux de compagnie des araignées et des serpents quand d'autres ont des chiens ou des chats. Seulement voilà, en 2003, alors joueur des Kaizer Chiefs, il est hospitalisé d'urgence suite à une morsure de serpent. Un petit coup d'aspivenin plus tard et Fernandez foulera de nouveau les pelouses.

Jari Litmanen : La canette


D'après l'ancien sélectionneur finlandais Roy Hodgson : « C'est le mec le plus malchanceux que j'aie jamais croisé dans le football » . Par exemple en 2001, alors que Liverpool flambe en Grande-Bretagne et marche sur l'Europe, Jari Litmanen ratera trois des cinq finales remportées par les Reds en raison de pépins physiques. Mais son fait de gloire reste une blessure causée par un membre de la fédération finnoise qui, en s'ouvrant un Coca, projeta l'anneau d'ouverture de la cannette dans l'œil de Litmanen.

Chris Woods : Le survêtement


Au début des années 90, Chris Woods apparaît comme le possible successeur de Peter Shilton dans les bois anglais. Alors qu'il doit disputer un match avec la sélection, Woods se taillade la main avec un couteau suisse. Mauvaise manipulation ? Passion naissante pour le lancer de couteau ? Non, plutôt un problème de survêtement. En effet, le gardien n'arrivait pas à retirer son ensemble et décida de le découper. Une blessure idiote qui donna l'opportunité à David Seaman de s'illustrer en sélection.

Paulo Diogo : Le grillage


En 2004, Paulo Diogo, tellement content d'avoir marqué le quatrième but du Servette face au FC Schaffhausen, décide de communier sa joie avec les supporters. Son alliance s'accroche dans le grillage qui sépare les spectateurs de la pelouse et Diogo perd, en retombant, deux phalanges. L'arbitre mettra un carton jaune au jeune marié car il estimera que le joueur genevois avait fêté son but de façon trop exubérante. Faut pas déconner non plus !

Fabian Espindola : Le voltigeur


Fabian Espindola est heureux. Nous sommes en 2008 et l'attaquant du Real Salt Lake vient d'ouvrir le score face aux Los Angleles Galaxy. Comme de nombreux joueurs, l'Argentin célèbre son but en faisant sa spéciale : une série de saltos et de voltes vrillées. Malheureusement, le gymnaste mormon se brise la cheville et voit son but refusé pour hors-jeu. Bad luck...

Frank Talia : La tondeuse


L'année 2004 n'est pas une bonne année pour Frank Talia. Le portier australien manque le début de la saison des Wycombe Wanderers après s'être salement blessé en glissant alors qu'il tondait la pelouse de son jardin. Malheureusement, la tondeuse passa sur son pied et hacha un orteil menu menu.

Cicero Ramalho : Le suppositoire


Une vilaine rage de dents a embêté plus de temps que prévu Ramalho. En 1989, alors au Real Murcia, le Brésilien se voit prescrire par le médecin du club un suppositoire histoire de calmer sa douleur. Seulement, le joueur ne connaissait pas ce type de médicament à la forme galénique intrigante. N'écoutant que son instinct, il décida de l'ingérer oralement. Son geste lui coûtera quatre jours d'alitement.

Kevin Kyle : le biberon


En 2006, l'attaquant écossais de Sunderland concoctait un biberon pour son fils. Juché sur ses genoux, le bambin de huit mois, ne goûtant pas la mixture, préféra la renverser sur l'entrejambe de son père. Gardé en observation à l'hôpital, Kevin Kyle s'en tira avec une brûlure aux testicules et une démarche modifiée selon un membre du club : « Il marche un peu comme John Wayne en ce moment » . Il dut déclarer forfait pour un match.

BONUS

Svein Grondalen : L'élan


A quoi cela tient une carrière ? A pas grand-chose vous répondra l'international norvégien Svein Grondalen qui se fit percuter par un élan dans les seventies lors d'un footing en forêt.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:52 Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17
Partenaires
Tsugi Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom