1. //
  2. // 2e journée
  3. // Empoli/AS Roma

Top 10 : Ils sont passés par Empoli

De retour en Serie A après six années d'absence, Empoli a le parfait profil de l'équipe qui redescendra à la fin de la saison. Avec ses dix participations à la Serie A, ce sympathique club toscan a pourtant vu passer de sacrés clients au cours de son histoire. Florilège.

Modififié
15 5
  • 1. Walter Mazzarri (1983-1988)

    Avant d'être coach à Livourne, au Napoli ou encore à l'Inter, Walter Mazzarri a été joueur de foot. Un joueur de foot honnête, « ni brillant, ni mauvais » , de son propre aveu. Le bon Walter a tout de même eu le temps de vivre un moment historique, avec le maillot d'Empoli sur les épaules. En 1986, il contribue à la toute première montée du club parmi l'élite, au terme d'une saison 1985-86 ponctuée à la quatrième position, mais auréolée d'une promotion grâce à l'exclusion de Vicenza, troisième, pour son implication dans le scandale du Totonero. Mazzarri va également vivre un superbe moment lors de la saison 1986-87. Son Empoli se déplace au San Paolo, pour y affronter le Napoli de Maradona. Auteur d'une faute sur le Pibe, Mazzarri va indirectement entraîner le premier but napolitain, sur coup franc. Mais au cours de la rencontre, il va également se distinguer en dribblant Maradona. Voilà peut-être ce qui lui a valu d'être tant respecté à Naples, lors de son mandat d'entraîneur.

  • 2. Eusebio Di Francesco (1985-1991)

    Di Francesco a véritablement eu trois clubs au cours de sa carrière : Empoli, son club formateur, la Lucchese et la Roma. C'est bien avec Empoli qu'il fait ses grands débuts en Serie A, à l'âge de 18 ans. Une véritable consécration pour celui qui avait intégré le centre de formation du club en 1985, à l'âge de 16 ans. Mais son aventure à Empoli ne va pas franchement être heureuse : relégation en Serie B en 1988, et relégation en Serie C1 en 1989. Ses deux bonnes saisons en tant que titulaire en troisième division vont toutefois lui permettre de se faire repérer par la Lucchese puis, plus tard, par l'AS Roma. Où il décrochera le titre de champion d'Italie en 2001. Comme quoi, il ne faut jamais désespérer.

  • 3. Vincenzo Montella (1986-1995)

    Né à Pomigliano d'Arco, dans la province de Naples, devenu star à la Sampdoria, et consacré à la Roma, Vincenzo Montella a pourtant tout appris à Empoli. Il intègre le centre de formation à la même époque que Di Francesco, en 1986, et va impressionner les entraîneurs des équipes de jeunes. Il fait ses débuts professionnels en troisième division à l'âge de 16 ans, et commence déjà à marquer des pions. Toutefois, l'Aeroplanino va passer à côté de l'âge d'or d'Empoli. Il quitte le club en 1995, après neuf saisons passées là-bas, dont cinq consécutives en Serie C1. Un an après son départ, Empoli remonte en Serie B. Et la saison suivante, c'est le retour en Serie A. Chat noir ?

  • 4. Luciano Spalletti (1991-1998)

    Le vrai coach d'Empoli, c'est lui. Luciano Spalletti dispute une discrète carrière de joueur entre Castelfiorentino, Entella Bacezza et Spezia. Puis, en 1991, le milieu de terrain décide d'aller terminer sa carrière à Empoli, en D3. Là-bas, il croise un certain Vincenzo Montella, qui le suivra tout au long de sa carrière (Sampdoria, puis Roma). Très vite, Spalletti raccroche les crampons, et vient s'asseoir sur le banc du club toscan. C'est la révélation. Spalletti apporte un nouveau souffle à l'équipe, et lui permet d'obtenir une double promotion en 1995 et 1996. Mieux, pour le retour d'Empoli parmi l'élite (1997-98), et par conséquent pour sa première expérience personnelle sur un banc de Serie A, Spalletti parvient à obtenir le maintien avec une journée d'avance. Il est alors débauché par la Sampdoria. Privé de son guide, Empoli redescend en Serie B au terme de la saison suivante. Un seul être vous manque…


  • 5. Carmine Esposito (1995-1998)

    Une vraie tronche. Une vraie figure du football italien des années 90. Carmine Esposito, c'est ce joueur qui n'a jamais joué dans un grand club, mais qui, à l'instar d'un Dario Hubner, a toujours fait le bonheur des petites équipes. De 1995 à 1998, il plante 38 buts en 86 rencontres. Esposito atteint son apogée footballistique lors de la saison 1997-98, celle du retour en Serie A. Il inscrit 14 buts en championnat, et contribue grandement au maintien du club. Le bon vieux Carmine a mis un terme à sa carrière en 2012, avec le maillot des amateurs de Bo.Ca. Calcio, à l'âge de 42 ans. Un ancien.

  • 6. Antonio Di Natale (1999-2004)

    Ah, Toto ! Le capitaine de l'Udinese continue de marquer des buts avec le maillot frioulan. Il en est aujourd'hui à 195, et pointe à la septième place du classement des buteurs de l'histoire de la Serie A. Mais ses premiers buts en première division, Antoine De Noël les a bien marqués avec le maillot d'Empoli. C'était en 2002. Toto a 25 ans et découvre pour la première fois l'élite, après avoir connu les divisions inférieures avec Iperzola, Varese et, donc, Empoli. Pour sa première expérience, il inscrit 13 buts en Serie A, et contribue à la 12e place du club. La saison suivante, Toto s'écroule, n'inscrit que 5 réalisations, et Empoli redescend en Serie B. L'attaquant, lui, file à l'Udinese. Mais le cœur, lui, est resté en Toscane.

  • 7. Massimo Maccarone (2000-2002, depuis 2012)

    Le Big Mac a décidé de venir terminer sa carrière à Empoli. C'est tout à son honneur. Et surtout, ce choix a payé. Au club entre 2002 et 2002, Maccarone avait pris à l'époque une drôle de décision : il avait quitté Empoli pour Middlesbrough, alors que le club venait d'obtenir sa montée en Serie A. Dix ans plus tard, il revient en Toscane, à nouveau en Serie B. En deux saisons là-bas, il inscrit 33 buts (!) et permet à l'équipe de retrouver la Serie A. Et cette fois-ci, pas question de partir. Big Mac vient de fêter ses 35 ans, et a bien l'intention de rattraper le temps perdu.


  • 8. Tommaso Rocchi (2001-2004)

    Aujourd'hui, Tommaso Rocchi joue à Haladas, modeste 13e du championnat hongrois. Ce qui est un peu triste lorsque l'on repense à la carrière du chauve, passé par l'Inter, la Lazio, et Empoli. Il pose ses bagages en Toscane en 2001, à l'âge de 24 ans. Une époque où il avait encore des cheveux. Un an plus tard, Empoli est promu en Serie A et Rocchi se met à marquer des buts avec continuité. Son chef-d'œuvre a lieu en janvier 2004. Le 18, il inscrit le seul but du match lors de l'historique victoire d'Empoli à San Siro, face à l'Inter. La semaine suivante, il claque un triplé face à la Juventus, lors d'un incroyable match ponctué sur le score de 3-3. Quelques mois plus tard, il signe à la Lazio, dont il deviendra le capitaine. Ce qui est plus glorieux que de jouer à Haladas, c'est sûr.

  • 9. Claudio Marchisio et Sebastian Giovinco (2007-2008)

    Fait rare : Empoli devient carrément l'une des hypes de Serie A au milieu des années 2000. En 2006, le club termine à la 8e position, et en 2007, il réalise le meilleur résultat de sa carrière en s'octroyant la 7e place. Alors, les dirigeants se disent que, pourquoi pas, il y a un coup à tenter. Lors de l'été 2007, le club va ainsi piocher chez les jeunes de la Juventus, et recrute en prêt un certain Claudio Marchisio, 21 ans, et Sebastian Giovinco, 20 ans, tous deux issus du centre de formation bianconero. Les deux joueurs réalisent une bonne saison sur le plan personnel, mais sur le plan collectif, c'est la cata. Empoli termine à la 18e place, et est relégué en Serie B. Mais Marchisio et Giovinco s'en tapent. Ils rentrent à Turin, bien décidés à devenir titulaires. L'un y parviendra. L'autre, un peu moins.

  • 10. Ignazio Abate (2007-2008)

    Lors de cette fameuse saison 2007-08, Marchisio et Giovinco n'étaient pas les seules futures stars à faire partie de l'effectif empolese. Pendant l'été 2007, les dirigeants réussissent également à débaucher Ignazio Abate, 21 ans, formé au Milan AC, et prêté lors des saisons précédentes à Naples, Piacenza et Modène. À Empoli, il fait ses débuts en Serie A, et se fait remarquer en tant que latéral droit. Il inscrit même son premier but parmi l'élite, lors d'une victoire 1-0 à Gênes. À la fin de la saison, Empoli lève l'option d'achat et le revend au Torino. Une opération qui lui permet d'empocher 2,2 millions d'euros. Mais pas de rester en Serie A.


    Eux aussi, ils sont passés par Empoli : Arturo Di Napoli, Simone Del Nero, Francesco Lodi, Marco Marchionni, Francesco Guidolin, Nicola Pozzi, Max Tonetto, Simone Tiribocchi, Francesco Tavano.

    Par Éric Maggiori
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    AirForceOne Niveau : CFA2
    Toto le genialisime Di Natale.

    Le jour ou il partira je chialerais
    Il Romanista Niveau : District
    Cette photo de Spalletti est magique.
    Il Ragno Nero Niveau : CFA2
    C'est évoqué avec les cas Di Francesco et Montella, mais Empoli, c'est surtout un très bon club formateur, capable de dénicher les meilleurs jeunes dans tout le pays, à l'image de l'Atalanta.

    D'ailleurs, Di Natale est arrivé à Empoli bien avant 1999. Il intègre le centre de formation au tout début des années '90 en fait, et souffre au début du mal du pays loin de sa famille et de sa Naples natale. Après une petite apparition en équipe 1 en 96-97, il est prêté à 3 clubs de divisions inférieures pendant les 2 saisons suivantes, avant de revenir au bercail en 99 et de s'imposer définitivement.

    Le transfert de Di Natale marque d'ailleurs le début d'une collaboration (plus ou moins) fructueuse entre Empoli et l'Udinese puisque Coda, Lodi, Fabbrini, Angella, Mori et Rovini ont fait le voyage de la Toscane au Frioul depuis.

    Hasard du calendrier, les 2 clubs et Di Natale ont fêté les 10 ans du transfert du capocannoniere de l'Udinese le soir de la 1ère journée et de la confrontation........Udinese-Empoli !


    Dans les autres jeunes sortis récemment et qui doivent encore confirmer, on n'oubliera pas Saponara, récupéré par le Milan AC (et qui a refusé de le prêter à son club formateur cet été).
    Je me souviens de Maccarone international espoirs avec Pirlo (qui jouait encore 10) et qu'on annonçait comme le grand attaquant de demain. On peut pas dire qu'il ait tenu toutes ses promesses.

    Effectivement, il m'a fallu un temps pour reconnaître Spaletti, il était milieu donc, n°6 travailleur "j'imagine" en voyant son allure.
    suzanelache Niveau : Loisir
    BONJOUR A VOTRE ATTENTION
    Vous qui êtes à la recherche de prêt d'argent, je ne sais pas comment vous
    faire part de ma joie car étant moi même à la recherche de prêt, je suis
    tombé sur un Mr d'affaires français. Il m'a octroyé
    un prêt de 980.000€ et j'en ai parlé à plusieurs collègues qui
    ont également reçu des prêts chez ce monsieur sans avoir de soucis.
    Particulièrement à moi, j'ai reçu ma demande de crédit par virement
    bancaire en une durée de 48 heures sans protocole et je suis tout à fait
    satisfait. Alors j'ai décidé de faire part de cette
    opportunité à vous qui n'avez pas la faveur des banques ou qui avaient eu à
    faire à des prêteurs malhonnêtes qui ne font qu'abuser de la personnalité
    d'autrui; vous avez un projet ou un besoin de financement, vous pouvez lui
    écrire et lui expliquer votre situation; il vous aidera s'il est convaincu
    de votre honnêteté son email est :

    dulonpierre09@gmail.com

    Merci
    Partenaires
    Logo FOOT.fr Olive & Tom
    15 5