Top 10 : Ils ont renoncé à la sélection

La désertion est l'acte d'abandonner ou de retirer l'appui à une entité à laquelle quelqu'un avait prêté serment ou avait prétendu devoir allégeance, responsabilité ou loyauté. Synonyme : Ricardo Carvalho. Oui mais pas que. La preuve par dix.

0 12
1- Michael Laudrup


S'il avait été brésilien, il aurait remporté au moins deux Ballons d'Or. S'il avait été moins con, il aurait au moins remporté le championnat d'Europe 1992. En embrouilles avec Richard Moller Nielsen, le sélectionneur danois de l'époque, pour des différences de vision tactique, le sublime meneur décide de mettre un terme à sa carrière internationale. Dans la foulée, le Danemark est repêché en lieu et place de la Yougoslavie pour jouer l'Euro 92 et le remporter. Sans Michael mais avec un autre Laudrup, son frère Brian, star de la compétition. Michael fera bien un come back mais sa chance de remporter un titre pour son pays est passée.

2- Bernd Schuster


1980, l'Allemagne remporte l'Euro italien presqu'uniquement grâce à un blond moustachu de 20 ans. Aussi brillant que caractériel, Schuster s'est déjà mis à dos toute l'équipe, qui ne le supporte pas. Ça tombe bien, lui non plus. Trois ans plus tard, alors qu'il n'est âgé que de 23 ans, il renonce pour toujours à la Mannschaft, préférant assister à la naissance de son fils plutôt que de jouer un match amical. Entre 1980 et 1990, l'Allemagne dispute trois Coupes du monde, va trois fois en finale et remporte une édition. Bernd Schuster ne jouera pas un seul match.

3- Paul Scholes


Le 24 juin 2004, l'équipe d'Angleterre est (de nouveau) éliminée dans une compétition internationale, par le Portugal cette fois-ci. Le 24 juin 2004, Scholes n'a que 29 ans mais il vient de disputer son dernier match sous le maillot de la Reine. Habitué à tout gagner avec MU, le rouquin en a marre des humiliations. « Quand j'ai arrêté, ce n'était pas parce que je pensais que c'était trop ou que je n'avais plus le niveau mais simplement parce que je ne prenais plus du tout de plaisir » . Aussi simple que ça.

4- Emmanuel Adebayor


« Suite aux évènements tragiques qui ont coûté la vie à deux de mes compatriotes, tués par des terroristes en Angola, durant la Coupe d'Afrique des Nations en janvier, j'ai pris la décision très difficile de prendre ma retraite internationale » . Autant certains avancent parfois des excuses plus que douteuses, autant Emmanuel Adebayor a là un alibi en béton. N'empêche qu'avec un salaire de 708.000 € par mois soit 8.500.000 € annuels, on se dit qu'il a de quoi se payer une bonne psychothérapie et faire son retour avec les Éperviers du Togo.

5- Fernando Redondo


Son statut de joueur le plus sous-coté des années 90, l'Argentin le doit surtout à ses absences sous le maillot albiceleste. Pourtant appelé en sélection dès ses débuts professionnels, Redondo manque le Mondial 1990 pour des histoires d'incompatibilité d'humeur avec Bilardo. Sous l'ère Pasarella, c'est pire. Le technicien tyran impose à ses joueurs les cheveux courts, le milieu de terrain chevelu refuse de se les faire couper et préfère renoncer à jouer pour son pays. Ironie du sort, il terminera sa carrière sur une blessure, et avec les cheveux courts.

6- Dimitar Berbatov


Le plus grand joueur bulgare depuis Hristo Stoichkov n'est pour ainsi dire pas un titulaire indiscutable au sein de son club Manchester United. Désormais presque cinquième choix en attaque, en concurrence avec Michael Owen, on se dit qu'il aurait eu des gouttes de sueur à offrir à son pays. Oui mais les efforts, il n'aime pas trop Dimitar, puis la sélection, il n'en a plus eu envie il y a un an. « J'ai eu plusieurs entretiens avec lui, mais il n'est plus prêt à jouer pour la Bulgarie. Il ne m'a pas donné les raisons, donc pour moi le dossier Berbatov est terminé et d'autres joueurs peuvent saisir leur chance » . Une chose est sûre, il ne manquera pas à son sélectionneur, Lothar Matthäus.

7- Miguel


Révélation de l'Euro 2004, le monde du football découvre alors un latéral généreux comme Lizarazu et qui parle la même langue que Roberto Carlos, il s'appelle Luis Miguel Brito Garcia Monteiro, Miguel en fait. Prometteur mais vite décevant, le défenseur portugais a un faible pour la clope, ce qui n'est jamais évident quand on est footballeur professionnel. 59 sélections plus tard, il tire un trait sur la sélection de son pays pour « des raisons strictement personnelles et non conjoncturelles » . Aujourd'hui encore, personne n'a jamais vraiment compris ce que ça pouvait bien vouloir dire. Lui non plus.

8- Juan Roman Riquelme


Au moment de la nomination de Maradona à la tête de la sélection argentine, le pays est aux anges. L'idole d'hier va enfin coacher Jean Romain, l'idole d'aujourd'hui. Oui mais non. Riquelme déteste les méthodes du Pibe, et en 2009, il claque la porte : « L'entraineur n'a pas les mêmes codes footbalistiques que moi. Je ne suis d'accord avec rien de ce qu'il propose. Puisque c'est lui le coach, on ne peut pas travailler ensemble. Les choses ne sont pas claires dans cette sélection et moi, je suis transparent. Mon aventure avec l'Argentine est terminée » . Et Diego de répondre : « Je suis triste mais je ne vais pas mourir parce que Riquelme n'est plus en sélection » . Pourtant, à regarder sa compo en Afrique du Sud, on se dit qu'un meneur de jeu n'aurait pas été de trop.

9- Wayne Bridge


Le défenseur anglais aurait pu renoncer à son pays pour ses idéaux, pour des incompatibilités d'humeur, ou même pour une blessure. Mais non, Bridge a refusé de porter le maillot anglais parce que son capitaine d'alors se tapait sa femme. C'est dur, c'est moche, mais c'est comme ça. Et en même temps, on le comprend un peu.

10- Sébastien Frey


Il y a les départs de sélection à la Zidane, qui bouleversent des pays entiers, et il y a les départs à la Frey, dont tout le monde se fout. « C'est un choix douloureux. Cela fait dix ans que je suis dans l'entourage de l'équipe de France, mais ma non-convocation m'a fait réfléchir et comprendre que je n'entre pas dans les projets futurs de cette équipe. J'ai eu très peu de satisfactions et très peu d'opportunités de montrer combien je tiens à ce maillot » . Le gardien de but exilé en Italie depuis ses 18 ans a beau l'avoir jouée solennel, reste que ça n'a quand même intéressé personne. Sans doute la désertion la plus triste du football mondial. Avec celle de Wes Brown.

Par Frédéric Losada

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Miguel avait pondu un bon dernier match catastrophique : 4-4 contre Chypre avec ses hors jeux imaginaires.

Il était bon cet imbécile. A l'Euro 2004, il avait mis dans sa poche le supersonique Robben (qui courrait bien plus vite que maintenant).

Mais son hygiène de vie a eu raison de sa prometteuse carrière.
« Quand j'ai arrêté, ce n'était pas parce que je pensais que c'était trop ou que je n'avais plus le niveau mais simplement parce que je ne prenais plus du tout de plaisir »

Normal en même temps, Eriksson a juste détruit le football anglais par son incompétence ...
Il manque David Pizzaro du Chili.
Vous auriez pu citer celle de Stephen Ireland aussi. Parce que quitter la sélection avec l'excuse bidon de, ma grand mère est morte faut que je rentre alors que c'est même pas vrai, c'était fort. Un vrai collégien. Et puis un Irlandais qui aime pas trop son pays c'est pas banal.
Je suis d'accord avec la Charcutaille : le cas Stephen Ireland j'ai jamais compris!

J'ai lu une ITV où le mec disait qu'il s'en branl.ait pas mal de son pays, qu'il n'avait pas la fibre patriotique ce qui est effectivement juste hallucinant de la part d'un irlandais.
lamps je ne suis pas d' accord avec toi eriksson n' a rien détruit seulement il avait des joueurs surcotés mais si tu regarde par rapport à mc laren et cappello l' équipe d' erikson était largement meilleur !!!
«il renonce pour toujours à la Mannschaft, préférant assister à la naissance de son fils plutôt que de jouer un match amical.» oO
Y'a quoi d'anormal là-dedans?!!!
Et Bernard Mendy qui tire sa révérence après avoir pris Roberto Carlos de vitesse sur un grand pont ? "Mendy ? Une Ferrari avec un moteur de 2 CV " disait Raymond Domenech...

http://lefootagedejeanluc.blogspot.com/
Il y a aussi "the non flying Dutchman" Bergkamp qui n'était pas de tous les déplacements pour cause de phobie des avions et qui arrête avant la Cdm 2002...
mais pas de critique de la Corée aujourd'hui
@Neo : il a juste bénéficié d'une génération dorée ! Comment peux-tu qualifier ces joueurs de surcôtés alors qu'à l'époque il faisait saliver la plupart des grands clubs européens ?

Je ne suis pas d'accord avec toi quand tu dis que l'Angleterre jouait mieux sous Eriksson que maintenant.Capello fait aujourd'hui un bon boulot, sa génération commençant à se faire vieille. Celle de demain risque d'être tout aussi exceptionnelle ! Eriksson a certes fait mieux que ses prédécesseurs, mais ça reste très très moyen.

Le surcôté dans l'histoire, c'est Eriksson ! A part un superbe passage au Benfica, il a fait quoi cet entraineur ? Il s'est trainé d'équipe en équipe, enchainant les descentes aux enfers, à part à la Lazio où il a fait du bon boulot. Mais bon avec quasiment 100 millions investis dans les transferts chaque saison, ça aide vachement ...
Taarabt et l'EN du Maroc.

Il me semble que le divorce est prononcé !
pour les italiens, on pourrait ajouter à la liste roberto mancini. ou vialli
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Le Mexique, malgré Sanchez
0 12