En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2012
  2. //

Top 10 : Ils ont profité de l’Euro

L’Euro, c’est déjà loin, la fin du mercato tout proche. Des petits malins ont profité de l’entre-deux pour faire fructifier leur temps de jeu passé sur les pelouses polono-ukrainienne. Petite liste non exhaustive.

Modififié
Theodor Gebre Selassie, du Slovan Liberec au Werder Brême

A l’Euro, le latéral droit tchèque a d’abord fait parler de lui par son blaze et sa couleur de peau, pas ultra commune en sélection tchèque. Mais heureusement Theodor Gebre Selassie ne s’en est pas contenté ; il a surtout été très bon lors des quatre matchs qu’il a disputés en intégralité, signant même une superbe passe décisive pour clav Pilař lors de la deuxième rencontre face à la Grèce (2-1). Précieux aussi contre la Pologne, il ne peut en revanche rien en quart face au Portugal. Pas grave, c’était déjà suffisant pour convaincre les recruteurs du Werder Brême d’enrôler le joueur de 25 ans, qui évoluait jusqu’alors au pays.



Jakob Poulsen, du FC Midtjylland à l’AS Monaco

En sélection danoise, il y avait trois Poulsen à l’Euro : Christian l’ex de Liverpool passé par ETG la saison passée, Simon le latéral gauche de l’AZ aux Pays-Bas et Jakob, le moins connu. Et pour cause : il évoluait au pays à Midtjylland. Mais ça c’était avant. Avant l’Euro, avant ses deux matchs passés dans l’entrejeu danois. Ce furent certes deux défaites, mais l’exposition médiatique lui a permis de se retrouver catapulté sur le Rocher monégasque alors que la compétition n’était même pas terminée.



Jordi Alba, de Valence au FC Barcelone

Dans l’équipe-type espagnole de l’Euro, il y avait deux intrus : Jordi Alba et David Silva. Les deux seuls à ne pas jouer pour l’un des géants Barça ou Real. Silva doit désormais se sentir bien seul puisque Jordi Alba le Valencian, grande révélation de la compétition, a convaincu les dirigeants blaugranas qu’il ferait parfaitement l’affaire pour remplacer Éric Abidal à gauche de la défense. Comme une évidence.



Álvaro Arbeloa, prolongé au Real Madrid

Le forfait de Carles Puyol acté, Alvaro s’est retrouvé catapulté numéro un au poste de latéral droit en sélection, son coéquipier en club Sergio Ramos glissant au centre de la défense. Indéboulonnable à l’Euro, il n’a pas été le meilleur des Espagnols, loin de là, mais il a joué discrètement son rôle, signant certainement son meilleur match de la compétition en finale contre l’Italie. Résultat, les dirigeants madrilènes ont décidé de prolonger son contrat jusqu’en 2016.



Mario Mandžukić, de Wolfsburg au Bayern

Mario, c’est le grand bonhomme de la phase de poules avec la malheureuse Croatie. L’auteur d’un doublé contre l’Irlande lors du premier match (3-1), de l’égalisation arrachée aux Italiens lors du second (1-1) et enfin d’une vaine lutte au cœur de la défense espagnole lors du troisième (0-1). Gros travailleur, habile de la tête comme des pieds, doté d’un énorme mental, Mandžukić a vite séché les larmes post-élimination en signant un beau contrat avec le Bayern Munich une semaine après. By bye Wolfsburg, place au FC Hollywood.



Vedran Ćorluka, du Bayer Leverkusen au Lokomotiv Moscou et Gordon Schildenfeld, de l’Eintracht Francfort au Dinamo Moscou

Tiens d’ailleurs Mandžukić n’est pas le seul Croate à avoir profité de l’Euro. Ses compatriotes de la défense centrale Vedran Ćorluka et Gordon Schildenfeld n’ont pas non plus fait le voyage pour rien : ils sont repartis tous les deux avec un billet pour Moscou en poche, le premier pour porter les couleurs du Lokomotiv (entraîné par son ancien sélectionneur Slaven Bilić, joli piston), le second pour aller chez le rival le Dynamo. Leur courageuse prestation lors du troisième et dernier match face à l’Espagne a certainement dû aider.



Miguel Veloso, du Genoa au Dynamo Kiev


Incontournable sentinelle au milieu du terrain portugais, Miguel Veloso a fait le travail proprement à l’Euro, au point que les Ukrainiens ont décidé de la garder sitôt la compétition achevée. Le 4 juillet, il s’est engagé avec le Dynamo Kiev contre une indemnité de 8,5 millions d’euros versée au Genoa, son club précédent.



Przemyslaw Tyton, titularisé au PSV Eindhoven

Ce fut l’une des belles histoires du début d’Euro. Lors du match d’ouverture face à la Grèce, le gardien titulaire Wojciech Szczęsny provoque un pénalty et se fait expulser dans la foulée. Son suppléant Przemyslaw Tyton entre en jeu et arrête la tentative du capitaine hellène Giogios Karagounis. Du coup son club le PSV Eindhoven, qui en faisait jusqu’alors une doublure, a décidé de lui donner sa chance en numéro 1 en remplacement d’Andreas Isaksson, lourdé en Turquie.



Theofanis Gekas, de Samsunspor à Levante

Increvable Theofanis Gekas… Même plus titulaire avec la sélection grecque, l’attaquant a tout de même trouvé le moyen de se distinguer en inscrivant un but lors du deuxième match face à la République tchèque (1-2). Au total des quatre matchs, son temps de jeu a été assez faible, les ballons qu’il a eu à exploiter encore plus, mais il a tout de même pu profiter de la vitrine qu’est l’Euro pour partir de la Turquie et de Samsunspor, relégué en D2 au printemps, direction Levante en Espagne. Le dixième club de sa carrière pro.



Mais aussi : Danijel Pranjić (du Bayern de Munich au Sporting Portugal), Keith Andrews (de WBA à Bolton), Zlatan Ibrahimović (de Milan au PSG)…

Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 3 heures Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 10
Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 4 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7