En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. // Coupe d'Espagne
  2. // Finale
  3. // Atlético Madrid/Real Madrid

Top 10 : Ils ont joué au Real et à l'Atlético

Ce vendredi soir, la finale de Copa del Rey s'annonce bouillante entre le Real Madrid et l'Atlético. Un derbi madrileño qui compte son nombre de « traîtres » , ces joueurs ayant porté les liquettes blanches et rojiblancas. Et pas des moindres. Revue d'effectif.

Modififié
Juan Gómez González, aka Juanito :

« Jouer pour le Real Madrid est comme toucher le ciel, le Real Madrid a toujours été ma priorité et Madrid a toujours été ma ville préférée. » Juanito sait y faire. Sitôt présenté à son nouveau public, l'Andalou de naissance déclare sa flamme à la Maison Blanche. Soit. En dix années sous la tunique blanche meringue, Juan Gómez González fait entrer son numéro 7 dans la postérité. Plus que de simples buts, coups d'éclat ou de sang, Juanito est, pour beaucoup de socios madridistas, l'essence même de leur fanion royal. Un avis pas forcément partagé par l'ennemi du Sud de la capitale. Bien avant de débarquer au Santiago Bernabéu en 1977, ledit Juanito a écumé les arcanes du Vicente Calderón pendant deux saisons (1972-74) : suffisant pour se péter le tibia et s'échouer à Burgos. Une remontée et un caractère bien affirmé plus tard – Juanito affiche un CV à faire pâlir Mario Balotelli – il fait du Real son siège. Et du Santiago Bernabéu son antre. Avant de se foutre en l'air à la sortie d'un virage mal négocié.

Raúl González :

741 matchs, 323 buts, double Pichichi, meilleur buteur de l'histoire de la Ligue des champions… Raúl González a une place au soleil dans le Hall of Fame du Real Madrid. Pourtant, rien ne prédestinait ce madrilène pur beurre à inscrire son patronyme dans la légende de Santiago Bernabéu. Ses premiers balbutiements footballistiques, Raúl González Blanco les accomplit à l'Atlético de Madrid. Issu d'une famille supportrice du club rojiblanco, il est contraint à quitter le navire colchonero après la dissolution des équipes de jeune – ah, les magouilles de Jesus Gil… Pas bête, le Real le récupère dans ses rangs à l'âge de quinze ans. Pour sa première saison avec les cadets, Raúl enfile les pions comme des perles (71 buts en 33 matchs). Trop fort, trop mature, trop tout, il ne lui faut que deux ans pour s'installer chez les grands du Real Madrid. Lors de la saison 94-95, lors du retour à Bernabéu, il claque sa première banderille face à l'Atlético. En 29 derbys – record qu'il partage avec Paco Gento –, l'autre numéro 7 de la Casa Blanca en est à onze réalisations. Un goret.

Vidéo

Eduardo Ordoñez :

Le précurseur. Aujourd'hui âgé de 104 ans, Eduardo Ordoñez Munguera a des histoires à raconter à ses petits-enfants. Avec son centenaire au compteur, la vie du milieu de terrain portoricain est un puits d'histoire. Outre avoir connu la guerre d'Espagne, il a été l'un des premiers footballeurs étrangers à évoluer en Liga. Toujours rayon record, Eduardo est le premier football de Porto Rico à atteindre le grade de professionnel. Un statut qu'il glane en 1928. Débarqué sur les bords du Manzanares (le fleuve bordant le Vicente Calderón), il y fait ses gammes jusqu'en 1932. C'est alors qu'il décide de devenir le premier transfuge entre les deux clubs de la capitale. La rivalité entre Merengues et Colochoneros n'atteignant pas encore son paroxysme – le Real Madrid se frottant à l'occasion avec le club de la Moncloa –, il ne joue qu'une saison sous la liquette blanche, le temps de s'accaparer une Liga (son seul et unique titre). En 1935, il met fin à sa carrière sous le maillot rojiblanco de l'Atlético avant d'épouser celle d'entraîneur au pays.

José Luis Pérez Payá :

José est un homme à punchline. En 1970, alors qu'il préside la Fédération espagnol de football, il dégaine : « Je ne suis pas contre le football féminin, mais il ne me plaît pas non plus. Esthétiquement, le football n'est pas un sport féminin. Une femme en maillot et en pantalon n'est pas très agréable. N'importe quel vêtement régional lui irait mieux. » Cette facette sexiste mise à part, José Luis Pérez Payá était un sacré joueur de foot. Dans les fifties, après des débuts en Liga avec la Real Sociedad, il est l'une des têtes d'affiche du Vicente Calderón. En compagnie de Juncosa, Ben Barek, Carlsson et Escudero, il est partie prenante de « la delantera de Cristal » (l'attaque de cristal en VF). Une Liga et trois petites saisons plus tard, il s'exile au nord de la capitale. Au sein du Real de Di Stéfano, il garnit son armoire de deux championnats et deux C1. Avant d'endosser le costume de principal coupable dans le retard pris par le football féminin en Espagne. True story.



Paco Llorente :

Fransisco Llorente Gento, aka « Paco » Llorente, n'a jamais trop su ce qu'il voulait. Neveu de l'illustre Paco Gente, et frère de Julio Llorente, il dédie sa vie au sport – une coutume dans la famille où deux de ses frères sont handballeurs professionnels. À 18 ans, alors qu'il évolue sous la liquette du Real Madrid aficionados, un club satellite du grand Real, il s'engage pour l'Atlético madrileño, petit frère de. En 1985, il fait ses grands débuts sous les couleurs rouge et blanche. Technique, rapide et agile, il ne profitera que deux ans durant de la chaleur du Vicente Calderón. Entre-temps, le Real s'est mis sur les rangs et l'attire pour faire le nombre autour de sa Quinta del Buitre. Attaquant, il a du mal à tenir la comparaison aux contacts de Butragueño et Pardeza. Pas grave, il se rattrapera en garnissant son palmarès de quelques Liga et Copa del Rey. En mal de temps de jeu, il prend le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle en 1994. Pour se faire pardonner ses nombreux pêchés. Amen.

Hugo Sánchez :

« Mon dernier match avec l'Atlético, celui de mes adieux, était une finale de Copa del Rey au Bernabéu : j'ai marqué et nous avons remporté le titre. Il peut se passer la même chose avec lui (Falcao, ndlr), peut-être que c'est l'un de ses derniers matchs avec l'Atléti.  » En plus d'être un conseiller avisé, Hugo Sánchez est avant tout un grand fou. Terreur des surfaces aux coups de sang mémorables, le Mexicain a donc entamé son périple espagnol à l'Atlético de Madrid. Après une Liga et un titre honorifique de Pichichi en poche, il se barre chez l'ennemi de toujours. Pas en reste, il remporte cinq Ligas consécutives, quatre autres trophées de meilleur buteur et se veut prévoyant avec son ex : « L'Atlético de Madrid devrait travailler avec un psychologue pour en terminer avec son tabou avec le Real.  » Détail qui a son importance, c'est au Rayo Vallecano, autre club madrilène de déjantés, qu'Hugo termine son parcours espagnol.

Vidéo

Bernd Schuster :

Rayon fantaisie et traîtrise, Bernd Schuster a une place de choix. En bon touriste teuton, l'ex de Cologne pose tout d'abord sa moustache sur la Costa Brava. Pas tombé dans la meilleure période azulgrana, Bernd remporte tout de même neuf trophées lors de ses huit années au Camp Nou (1980-88). En avance sur son temps (jurisprudence Figo), il troque sa camiseta blaugrana pour le blanc meringue du Real Madrid. Deux années pour autant de Liga plus tard, il se fait la malle à l'Atlético de Madrid pour une première dans ce sens. Sous la liquette des Colchoneros, il s'offre deux Coupes du Roi. La dernière, celle de 1992, il la remporte face au Real Madrid (2-0) : « Gagner au Santiago Bernabéu est quelque chose de maladif et, pour nous, ça a été une nuit magique, comme pour le président Jésus Gil.  » Le tout sans jamais rendre son carnet de socios du Barça. Respect, petite catin.



Santiago Solari :

Santiago Solari pue toujours le football. Aujourd'hui chroniqueur pour El País – peut-être le meilleur d'Espagne dans son style et son analyse – El Precipito ( « Le Petit Prince » ) a été pour beaucoup la simple doublure de Zinedine Zidane. Pour les supporters Rojiblancos, c'est également un traître. Débarqué depuis son Argentine natale en 1999, Santiago Solari connaît l'une des pires crises de l'Atlético. Avec une équipe bâtie pour le titre, le club des Hinchas (des Indiens) se retrouve propulsé en Liga Adelante après un nul face au Real Oviedo. Contraint de vendre ses meilleurs joueurs, Santiago se retrouve donc au Real Madrid avec un maillot trop grand pour lui. Successeur désigné de Fernando Redondo, il prend une part prépondérante lors de la conquête de la neuvième Ligue des champions de la Casa Blanca. Par la suite, il sera abonné au banc de touche, d'où son sobriquet de « remplaçant en or » . Un beau gâchis.

Juan Antonio Reyes :

Juan Antonio Reyes est une comète qui n'a pas même eu le temps de flamber. De la pépite de Séville au tricard de Séville, l'Andalou a connu une chute vertigineuse. En 2006-2007, alors en prêt au Real Madrid, il offre pourtant le titre à la Maison Blanche sur un doublé lors de la dernière journée face à l'Osasuna. Bernd Schuster prend alors les manettes du club et n'est pas contre un transfert définitif de Juan Antonio. Avec une forte envie de faire la nique à son voisin hégémonique, c'est l'Atlético qui rafle la mise pour une dizaine de millions d'euros. Bien trop. Car la carrière de Reyes à Vicente Calderón n'est faite que de bas. Chahuté par les socios, pas en odeur de sainteté dans le vestiaire, il file en prêt au Benfica lors de sa deuxième saison avant d'être définitivement renvoyé au bercail sévillan en 2012. Reyes, sans doute la plus belle arnaque du football espagnol.

Vidéo

Juanfran :

C'est le dernier de la lignée. Passé par tous les étages de la Fabrica, Juan Fransisco Torres « Juanfran » n'y aura jamais sa chance. Malgré sept petites apparitions sous le maillot des pros, il fera carrière bien loin de Santiago Bernabéu. D'abord en prêt à l'Espanyol Barcelone, il se pose à l'Osasuna. Après cinq années à Pampelune, il ne résiste pas aux yeux doux de l'Atlético qui l'attire dans ses filets en 2011. Ailier de formation, c'est au poste de latéral qu'il devient un crack – une trouvaille de Diego Simeone. Ses performances de patron lui ouvrent même les portes de la Roja à l'automne dernier. Entré en jeu dans son Vicente Calderón, il se craque dans les grandes largeurs et offre l'égalisation aux Français. Cette boulette mise à part, Juanfran est désormais un pilier du Calderón. Homme de base de Simeone, il espère bien faire la nique au Real Madrid ce vendredi soir. Pour ce qui serait un joli retour du bâton.

Par Robin Delorme, à Madrid
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



vendredi 22 septembre EXCLU : 120€ offerts au lieu de 100€ pour miser chez France-Pari !
Hier à 10:40 Le fou sosie de Marek Hamšík 3
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
samedi 23 septembre Wayne Shaw suspendu deux mois pour avoir mangé une tarte 5 samedi 23 septembre Le jeune fils de Donald Trump rejoint DC United 11 samedi 23 septembre Ronaldinho sait toujours y faire 3 samedi 23 septembre Quand les Ultramarines enflamment Bordeaux 1 samedi 23 septembre Le récap de la #SOFOOTLIGUE 2 vendredi 22 septembre Le Shanghai Shenhua accuse SFR Sport d’avoir déformé les propos de Tévez 8 vendredi 22 septembre Rolf Fringer agressé physiquement par Christian Constantin 33 vendredi 22 septembre Le but fou d'Enzo Pérez 13 vendredi 22 septembre Le magnifique loupé en D1 roumaine 2 jeudi 21 septembre L'UEFA crée « la Ligue des nations » 102 jeudi 21 septembre 288€ à gagner avec Barça, Man City & Lyon 2 jeudi 21 septembre 153 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions ! 1 mercredi 20 septembre Quand les joueurs de Sankt-Pauli chassent des hooligans 5 mercredi 20 septembre Carlos Tévez chambre les footballeurs chinois 56 mercredi 20 septembre Énervé, il fait mine de se masturber 23 mercredi 20 septembre Čeferin espère plus de soutien politique 14 mercredi 20 septembre L'entraîneur d'Antalyaspor prend la porte 17 mercredi 20 septembre Neuchâtel : trois des quatre gardiens absents, un croupier gardera les cages 11 mercredi 20 septembre OFFRE SPÉCIALE - FIFA 18 à 46,99 € seulement ! mercredi 20 septembre La douceur de Slimani 10 mercredi 20 septembre Quand le sponsor de Burnley insulte ses propres joueurs 6 mercredi 20 septembre Paco Jémez était à Mexico lors du séisme 6 mardi 19 septembre Tianjin Quanjian ne veut plus d'Aubameyang 13 mardi 19 septembre Qui es-tu, UEFA League Nations ? 35 mardi 19 septembre Infantino pense que le fair-play financier est un grand succès 39 mardi 19 septembre Un joueur de Majorque sauvé en plein match 4 mardi 19 septembre Mbappé et Dembélé nommés pour le Golden Boy 2017 11 mardi 19 septembre Rafael Márquez reprend l'entraînement 6 mardi 19 septembre Bony chante à sa gloire lors de son bizutage 2 lundi 18 septembre Un joueur assassiné à l'entraînement 24 lundi 18 septembre 341€ à gagner avec l'AS Roma & le Milan AC lundi 18 septembre Lyon-Duchère : club recherche supporters 19 lundi 18 septembre 139 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions ! 1 lundi 18 septembre Un site de pari annonce un footballeur décédé comme possible coach de Birmingham 4 lundi 18 septembre Mâcon : il sauve son pote avec des ciseaux 21 dimanche 17 septembre Ligue 1 - 6e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Liga - 4e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Premier League - 5e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Serie A - 4e journée - Résultats et Classements dimanche 17 septembre Bundesliga - 4e journée - Résultas et Classements dimanche 17 septembre Rejoignez SoFoot.com sur Facebook ! dimanche 17 septembre Rejoignez SO FOOT sur Facebook ! dimanche 17 septembre Harry Redknapp remercié par Birmigham City 4 samedi 16 septembre Kurzawa offre son maillot sur le périphérique 18 vendredi 15 septembre 426€ à gagner avec le PSG, Milan AC & Juventus vendredi 15 septembre Un club allemand au tribunal pour défendre ses positions antinazies 25 vendredi 15 septembre Dernier jour : 110€ offerts chez Winamax au lieu de 100€ !!! 1 vendredi 15 septembre Dernier jour : 110€ offerts chez Winamax au lieu de 100€ !!! jeudi 14 septembre 130 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions ! 4 jeudi 14 septembre Deux championnes du monde rejoignent la campagne de Juan Mata 3 jeudi 14 septembre Club América vient en aide aux victimes du tremblement de terre 2 jeudi 14 septembre Villas-Boas va faire l'objet d'une procédure disciplinaire 14 jeudi 14 septembre Vers une Liga Iberica en 2019 ? 29 jeudi 14 septembre Mondial 2018 : Les premiers billets sont en vente 15 jeudi 14 septembre FIFA : Infantino visé par une nouvelle plainte 9 mercredi 13 septembre Villas-Boas accuse son adversaire de sabotage 13 mercredi 13 septembre Tévez en surpoids 32 mercredi 13 septembre Eibar chambre Leganés 4 mercredi 13 septembre Ribéry énervé d'être remplacé 22 mardi 12 septembre 522€ à gagner avec Manchester City & Naples 1 mardi 12 septembre Barcelone, Chelsea et City dévoilent leur maillot third 36 lundi 11 septembre 255€ à gagner avec le PSG & Manchester United lundi 11 septembre C1/C3 : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 lundi 11 septembre Nouveau : 300€ offerts en CASH pour parier le cœur léger ! lundi 11 septembre Gignac et Kolodziejczak au secours des sinistrés mexicains 6 lundi 11 septembre Pourquoi faut-il succomber à l’offre Club VIP RueDesJoueurs 3 lundi 11 septembre Le magnifique coup franc de Veretout 7 dimanche 10 septembre Le but impossible de Diamanti 15 dimanche 10 septembre Huntelaar a de beaux restes 11 vendredi 8 septembre 768€ à gagner avec Lyon, Naples & Torino 1 jeudi 7 septembre Le club de Calais en voie de disparition 28 mercredi 6 septembre Čeferin pour un mercato plus court 7 mercredi 6 septembre LIVE : la conférence de présentation de Mbappé 34 mercredi 6 septembre Quand la télé péruvienne s'enflamme... 23 mardi 5 septembre Serge Aurier rend hommage au PSG 34 mardi 5 septembre Bibiana Steinhaus dans le grand bain dès ce week-end 13 mardi 5 septembre Un ticket Beckham-Ronaldo en MLS ? 15 mardi 5 septembre Dele Alli risque une suspension 32 lundi 4 septembre L'Allemagne déroule, l'Angleterre sur la voie royale 32 dimanche 3 septembre Mbappé titulaire avec les Bleus 20 dimanche 3 septembre Alessandrini régale encore Los Angeles 4 dimanche 3 septembre Quand Isco mystifie Verratti 21 samedi 2 septembre Augustin écarté du groupe France espoirs 22