Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 19e journée
  3. // PSG/Lille

Top 10 : ils ont joué à Lille et Paris

Lucas Digne et David Rozenhal ont un point commun : ils ont tous les deux joué au PSG et au LOSC. Une particularité tout sauf rare puisqu'ils sont nombreux à avoir parcouru les 250 bornes qui séparent les deux villes. De quoi faire une belle équipe. Vraiment.

Modififié
1 – Bernard Lama

L'homme qui a ringardisé le port du short dans le football professionnel. Avec son fidèle jogging, le félin a eu deux carrières. Une première, plus méconnue, où il traîne ses gants à Metz, Lens, Besançon et surtout à Lille où il reste cinq saisons, s'offrant même un but sur pénalty en 1989. Une seconde, qui débute à 29 ans, durant laquelle il va tout gagner au PSG en devenant également international. Capable de relances folles et d'arrêts réflexes insensés, le portier est sans conteste le plus grand gardien français des années 90.


2 – Mathieu Bodmer

La technique de Riquelme et la pointe de vitesse de Carlos. Malgré cela, le milieu de terrain va bâtir sa carrière sur son immense talent. À Lille, il fait partie de l'équipe qui s'amuse en Ligue des champions sur la pelouse de l'AC Milan. Sous Claude Puel, l'ancien Caennais joue numéro 10 et régale le pré. Amoureux du PSG depuis son enfance, Bodmer arrive à Paris en 2010 et joue un peu partout (milieu défensif, numéro 10, milieu droit). Avec Ancelotti, il passe six mois dans les pieds de « Pirlo » avant de prendre la route de Saint-Étienne puis de Nice.

3 – Oumar Dieng

Protégé de Bernard Lama depuis l'école nationale du football au Sénégal, à 17 ans, le défenseur a déjà tout. À tel point que le LOSC craque sur lui alors qu'il évolue à la Jeanne d'Arc de Dakar. Dans le Nord, il va enchaîner les bonnes prestations à une époque où les mômes de 20 ans n'avaient pas leur place dans les back four. Il a 22 ans quand il débarque dans un PSG fraîchement sacré champion. On attend énormément de Dieng mais la concurrence de Ricardo, Roche, Le Guen ou Kombouaré et un contrôle positif au cannabis vont le tuer dans l'œuf. Il s'exile à la Sampdoria en 1996 et disparaît du monde moderne.

4 – Mickaël Landreau

Trois ans à Paris (2006-2009), trois ans à Lille (2009-2012) avec des hauts et des bas dans les deux clubs. Landreau, c'est un peu le mec cyclique par excellence. À Paris, le Nantais a tout connu : les penaltys arrêtés, des cagades comme à Kiev et une Coupe de la Ligue. À Lille, même musique. Une grave blessure lors de son premier entraînement et un énorme retour au premier plan avec un doublé en 2011 et une place en équipe de France en rejoignant Bastia par la suite. Un homme fait pour rebondir.



5 – Pierre-Alain Frau


À l'instar de Landreau, PAF n'était pas fait pour le PSG. Le club était trop compliqué pour lui. Dix-huit mois de calvaire dans la capitale pour l'ancien Sochalien. Entre ses deux mois de suspension pour avoir déchiré le Sedanais Noro, ses propres blessures et son mental en berne, PAF s'est perdu à Paname. Logiquement, il quitte la capitale pour Lille en 2008 où il ne s'impose pas vraiment non plus. Sauf durant le doublé 2011 où il devient le joker de luxe de Rudi Garcia. Un gâchis.

6 – Stéphane Pichot

Comme Mathieu Bodmer, Stéphane Pichot a connu les joies de la Ligue des champions avec Lille, mais c'était avec Vahid Halilhodžić. Pendant quatre ans, l'ancien joueur de Laval verrouille son côté droit sans faire de bruit. Ses bonnes prestations l'envoient au PSG en 2004. Il doit concurrencer Bernard Mendy sous la houlette d'un mec qu'il connaît bien : coach Vahid. De son passage dans la capitale, on va retenir deux choses : son caviar pour le coup du scorpion de Coridon au Parc des Princes contre Porto et ses nombreuses mains dans la surface, à tel point qu'un « Pichot d'or » va être créé pour l'ensemble de son œuvre.


7 – Amara Simba

Yves Montand aimait fredonner son petit air sur les bicyclettes. Amara Simba, lui, préférait s'en servir pour trouver les ficelles. C'est à Paris que le natif de Dakar squatte ses premiers « top buts » . Le début d'une belle histoire pour cet attaquant passé par Versailles (D3). En 1992, Michel Platini l'emmène avec les Bleus pour l'Euro en Suède. Mais le PSG devient trop grand pour lui et George Weah débarque dans le même temps porte de Saint-Cloud. Simba doit quitter Paris. Après Monaco et Caen, Amara Simba s'arrête à Lille en 1995, il va y rester deux ans. Son dernier club en France avant la grande aventure : Mexique, Angleterre et une reconversion dans la mode puisque l'ancien attaquant a lancé une marque de fringues : Diego Sport.

8 – Jocelyn Angloma

Après un bizutage à Rennes, Angloma découvre le haut niveau à Lille en 1987. C'est dans le Nord qu'il commence à se faire un nom dans le championnat de France. À l'époque, l'Antillais joue au milieu de terrain et envoie déjà du kilométrage à chaque journée de championnat. En 1989, Angloma profite du bicentenaire de la Révolution et de sa clause libératoire pour rejoindre le PSG. À Paris, il se repositionne latéral droit, poste où il va véritablement construire sa carrière et intégrer les Bleus en 1990 avant de rejoindre l'OM un an plus tard. Il gambadera sur les prés jusqu'à 42 ans. Costaud.

9 – Christophe Landrin

Un corps de culturiste, une coupe « Iroquoise » et un surnom : Robocop. À Lille, le natif de Roubaix est un mutant. Milieu de terrain bionique, il est partout et impose son style dans une équipe physique, à l'image de son entraîneur Claude Puel. Dans le Nord, Landrin accroche même une place de vice-champion de France en 2005. Suffisant pour séduire le PSG, qui l'engage dans la foulée. Pour son premier match au Parc des Princes, le milieu de terrain colle un pion contre Metz. Confiné sur le côté droit, la greffe ne prend pas et Landrin prend la route de Saint-Étienne au bout d'un an. Dans le forez, il va découvrir une autre vie. Et Pascal Feindouno.


10 – Edwin Murati


La plus belle histoire humaine du PSG après l'emploi fictif de Mateja Kežman. Originaire d'Albanie, le jeune adolescent sait qu'il doit partir pour survivre. Profitant d'un match de Coupe UEFA disputé à Rotterdam par le Partizan Tirana, le milieu de terrain, âgé de 15 ans à l'époque, ne rentre pas au pays une fois le match terminé. Caché dans le coffre d'une voiture, il passe en Allemagne avant de rejoindre la France. Le lendemain de son arrivée clandestine, il se présente au Camp des Loges pour un test qui s'avère concluant. Il intègre le centre de formation avant d'obtenir l'asile politique deux ans plus tard. Même s'il joue peu au PSG, il valide une belle place de dauphin en 2000 avant de rejoindre Lille dans la foulée. Pendant deux ans, le joueur, travailleur et physique, va faire le boulot et s'imposer dans le onze des Dogues.

Et aussi : Bernard Pardo, Aliou Cissé, Christian Perez, Lucas Digne, David Rozenhal, Vahid Halilhodžić, Georges Peyroche

par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Podcast Football Recall