Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Quarts
  3. // Bayern Munich/OM

Top 10 : Ils ne sont pas prophètes en leur pays

Brillant avec le Bayern Munich, indigent avec les Bleus Franck Ribéry a été très mauvais avec les Bavarois la semaine dernière à Marseille sous la pression de son ancien public. Qu’en sera-t-il ce soir « sur » ses terres de l’Allianz-Arena ? Rejoindra-t-il la longue cohorte des joueurs prophètes à l’étranger ?

Modififié
Bernd Schuster (Allemagne) : prototype du caractériel de la Mannschaft. Le gars commence à Cologne, manque de signer au Cosmos New York pour rejoindre Weisweiller, son ex-coach, avant de rejoindre le Barça pour huit saisons ; avant de signer dans la foulée pour le Real puis l’Atlético. Treize étés en tout dans la péninsule ibérique. Le doux dingue avait été sacré champion d’Europe avec la sélection allemande, en 1980, à dix-neuf ans. Une ridicule poignée de piges plus tard, il renonce à la sélection à pas même vingt-trois ans. Un choix esthétique, un choix de vie aussi, la décision de sa manageuse de femme surtout…



Nicolas Anelka (France) : le moine trappiste avait deux choix pour réussir sa carrière. Devenir le meilleur avant-centre du monde, une manière de Ronaldo de la périphérie ou devenir le footballeur le plus sonnant et trébuchant de la planète. Il a opté pour la deuxième option (City, Fenerbahçe, Chelsea, Shangaï…) et raté trois coupes du monde avant de participer à la dernière, la pire de toutes pour les Bleus. Enemy with benefits



Mikel Arteta (Espagne) : l’ex-prodige du PSG (19 ans), formé à la cantera barcelonaise, avait la chance d’être bien né, pendant la période de domination espagnole sur le foot mondial. Il aura eu la scoumoune de tomber sur une concurrence injouable (Xavi, Iniesta, Busquets et tant d’autres). Au final, il n’aura joué qu’un semestre, à la Real Sociedad, en Espagne durant toute sa carrière pro. PSG, Rangers, Everton, Arsenal (en fin de règne, fin de cycle)… Prophète de banlieue peut-être…



Kevin-Prince Boateng (Ghana) : le mauvais fils. Le demi-frère de l’autre, le plus doué aussi. Il aurait pu jouer pour la Mannschaft, il taclera pour les Black Stars. Passé de Porsmouth à Milan, le néo-prince lombard va vite préférer la dolce vita, pas trop loin du lac de Garde, à des parties de campagne bosselée à Zanzibar ou Nairobi. Il annonce la fin de sa carrière internationale en novembre dernier avant certainement de se raviser quand la coupe du monde brésilienne pointera son nez. L’histoire du Boateng aristocratique, c’est plutôt celle d’un lascar de Reinickendorf à l’Ouest de Berlin qui s’embourgeoise que celle d’un binational qui fait des choix géopolitiques, finalement….



Chris Waddle (Angleterre) : trop latin pour les Rosbifs. Too much class for the neighbourood. Synonyme : Charlotte Rampling.



Eric Cantona (France) : le gars des Caillols a ramené le titre à Leeds après dix-huit ans d’attente ; il a aussi déposé la même breloque à Manchester l’année suivante après vingt-six ans de disette. Comment après ça Auxerre, Marseille, Montpellier, Bordeaux et Nîmes pourraient-ils s’aligner ? Depuis lors, mojo s’épèle aussi Cantona…



Bert Trautmann (Allemagne) : Un cas unique (dont la légende est narrée dans le So Foot #85). Opérateur radio de la Luftwaffe, Trautmann est fait prisonnier par les Anglais en 1944. Après avoir fini la guerre dans un camp de prisonniers, il refuse de rentrer en Allemagne après la fin de celle-ci. Il travaille dans une ferme et joue gardien pour un club amateur où il brille. Peu après, Manchester City l’engage au grand dam de ses supporters. En une saison, le portier d’outre-Rhin met tous les fans des Citizens dans sa poche. Il y restera quinze saisons (1949/64) et jouera deux finales de cup, dont la deuxième victorieuse en finissant blessé et groggy. Bert Trautmann terminera comme un héros de Manchester City. Une gageure à l’époque, une gageure pour un Allemand.



Horst Blankenburg (Allemagne) : Avec sa tignasse et ses rouflaquettes, il passait inaperçu dans le grand Ajax de Cruyff (1970/75). Le mec oeuvrait en sous-main pour l’amitié germano-néerlandaise. Pas une sinécure dans la Hollande des 70’s. Le libéro incandescent avait la main chaude : il passait vite fait à Nuremberg (six mois) et raflait un titre, passait en coup-de vent à Hambourg et glanait une coupe et une C2. Sans parler des douze titres à Amsterdam dans la meilleure équipe de club de tous les temps. Le seul étranger du grand Ajax finira même sa carrière en Suisse et aux Etats-Unis mais ne connaitra jamais l’honneur d’une sélection avec la Mannschaft. La seule malchance de son parcours ? Un certain Franz Beckenbauer.



Giuseppe Rossi (Italie) : Né dans le New-Jersey, passé par Manchester United et Newcastle après un bref crochet par Parme, Rossi prospère depuis cinq ans à Villareal. On l’annonce dans les plus grands clubs, notamment italiens, et il bougonne toujours dans la grande banlieue de Valence. La preuve par l’absurde que la Série A traverse une sale passe : elle n’arrive plus à rapatrier ses meilleurs éléments…



Sonny Anderson (Brésil) : en Espagne, en Suisse, en France et encore plus au Qatar, Anderson était un centre-avant d’envergure internationale. Au Brésil (8 sélections, 1 but), il n’était qu’un parmi les cent quarante-sept numéros neuf à pouvoir évoluer pour la Seleçao. Un peu comme ses shooteurs fous US qui brillent dans l’Euroligue de basket et qui arrivent tout droit de l’anonymat de l’Arkansas ou de l’Oregon. Parti très jeune du Brésil, Sonny ne pouvait finir qu’à Neuchâtel ou comme entraîneur des attaquants de l’OL, too bad.



Par Rico Rizzitelli
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:52 Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi