En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // 32e de finale
  4. // Montpellier/PSG

Top 10 : Highlights du PSG en Coupe de France

Huit fois vainqueur, quatre fois finaliste, le PSG est le second club le plus titré en Coupe de France, derrière l'OM. La performance est d'autant plus grande que le palmarès parisien tient sur seulement un quart de siècle. Retour sur les 10 temps forts de la relation PSG-Coupe de France.

Modififié
  • Finale 2010 contre Monaco (1-0 ap)

    Le dernier triomphe du PSG en Coupe est une preuve du manque de vision de QSI : en 2010, c'est avec Apoula Edel en gardien titulaire qu'Antoine Kombouaré s'adjuge le trophée face à l'AS Monaco. La preuve d'un talent d'entraîneur hors normes. Profitant de tirages au sort conciliants - seulement deux Ligue 1 et zéro Ligue 2 durant la compétition - la bande à Ludovic Giuly l'emporte au bout du suspense avec un but de renard de Guillaume Hoarau à la 105e minute, à la réception d'une frappe de Christophe Jallet mal repoussée par Stéphane Ruffier. Une autre ère où Claude Makelele donnait l'impulsion décisive, et Apoula Edel sauvait son équipe face au Colombien Juan Pablo Pino en première mi-temps. Parti par la petite porte vers le championnat d'Israël, le gardien arméno-camerounais méritait en réalité une statue... #jesuisunelegende

  • Parcours 2008 : aucune L1 avant la finale contre l'ogre lyonnais

    Épinal (CFA), Poiré-sur-Vie (CFA2), Bastia (Ligue 2), Carquefou (CFA2), puis Amiens (Ligue 2), les Parisiens n'affrontent aucune Ligue 1 avant la finale face à la « Formule 1 » lyonnaise, dirigée par Alain Perrin. Contre la Dream Team d'Aulas, qui vient de s'adjuger le championnat haut la main, les Parisiens sont légèrement trop courts : Bourillon, Diané ou Souza, c'est sûr que cela claque moins que Benzema, Juninho ou Källström. Malgré Pauleta, malgré Luyindula, malgré Camara, c'est bien Sidney Govou qui claque le seul but du match en prolongation et permet à Alain Perrin de réussir l'exploit d'être le premier entraîneur viré pour avoir réalisé le doublé.

  • Finale 2006 contre l'OM (2-1)

    Remporter la Coupe de France face à son rival historique en pleine année de Coupe du monde, c'est un petit plaisir innocent que le PSG s'est offert en 2006. Devant plus de 79 000 spectateurs massés dans les travées du Stade de France, les Parisiens foutent le feu d'entrée de jeu avec une mine de Bonaventure Kalou en lucarne. Au retour des vestiaires, Vikash Dhorasoo y va de son exploit personnel pour doubler la mise. Histoire de ne pas frustrer les spectateurs et de préserver une illusion de suspense, Paris laisse l'OM revenir dans la partie via Maoulida. Tout ça pour consolider le record marseillais en nombre de finales perdues. Quant à Dhorasoo, cinq mois plus tard il est lourdé par Lacombe. Héros un jour, demandeur d'emploi le lendemain...

  • La victoire au Vélodrome, seizième de finale 2004 (2-1)

    Lors de ce seizième de finale remporté au Vélodrome en 2004, Pedro Miguel Pauleta ouvre les hostilités avec un enchaînement contrôle de la cuisse/frappe au ras du poteau gauche de Fabien Barthez, mais Didier Drogba lui répond avec un combo grand pont sur Pierre-Fanfan/frappe de U11 pour prendre Lionel Letizi à contre-pied. Marquée par un début de bagarre en cours de première période, la rencontre bascule sur une tête de Sorín en prolongation. Plus c'est long, plus c'est bon. Au mois de mai, Paris s'adjuge la Coupe contre Châteauroux et voit son capitaine Fred Déhu se faire siffler par ses supporters au moment de soulever le trophée. En fin de contrat, l'ancien Lensois a eu la bonne idée de signer à l'OM et la direction du PSG, l'idée de génie de dévoiler publiquement l'accord. En guise de représailles, le pote de Déhu, Fabrice Fiorèse, signe aussi sur la Canebière à la dernière minute du mercato. Coach Vahid refuse de pleurer, il préfère vomir.

  • Le show Ronaldinho de 2003

    Demi-finale de la Coupe de France 2003, le PSG accueille Bordeaux et le Parc des Princes s'apprête à assister à l'une des performances les plus abouties de son joyau Ronaldinho. À la 21e minute, le milieu offensif récupère et malgré deux défenseurs sur son dos, ajuste le gardien du droit. En fin de match, le génie s'offre le doublé d'un amour de lob et promet de fêter la qualif « en dansant la samba toute la nuit » . La fête parisienne, débutée en seizième de finale contre l'OM, s'achève tristement face à l'AJ Auxerre de Roux, Mexès et Cissé le 31 mai, concluant une saison de merde avec une 11e place en Ligue 1 sous la houlette de Luis Fernandez. #grandjouor


  • Finale 98 contre Lens (2-1)

    Le 2 mai 1998 à Saint-Denis, c'est une page de l'histoire du PSG qui se tourne : Paris remporte la Coupe contre Lens, la troisième en six saisons, la routine... Sauf que l'ère Michel Denisot prend fin, avec ses titres (1 championnat, 5 coupes nationales, un titre et cinq demi-finales européennes) et ses héros : Raï - buteur lors de la finale -, Laurent Fournier ou encore Paul Le Guen quittent le navire. Charles Biétry prend la présidence, fait table rase du passé et envoie le club dans le mur... L'art de la continuité.

  • Demi-finale 1995 contre Marseille (2-0)

    Marseille a beau être en Ligue 2 lors de cette saison 1994-1995, les Marseillais n'en restent pas moins l'équipe dont les supporters franciliens aiment botter le cul. Pour cette demi-finale au Parc des Princes, les hommes de Luis Fernandez s'imposent sans vraiment trembler 2-0. Une qualification validée par une victoire laborieuse en finale contre Strasbourg, synonyme de saison sauvée : demi-finaliste brillant en C1, le PSG que l'on annoncait ultra-favori en championnat se fait déplumer par les Canaris nantais. Tout un symbole, comme dirait l'autre, d'un club plus à l'aise avec les coupes, notamment celle de la Ligue, remportée dans la même saison.

  • Huitième de finale contre Monaco en 1993 (1-0)

    Saison 1992-1993, le PSG est clairement entré dans une nouvelle ère, mais reste en retrait de l'OM et de l'AS Monaco. Au Stade Louis-II, les Parisiens font donc face à une montagne, mais ne se dégonflent pas : avec un match maîtrisé et un but de Kombouaré, ils arrachent leur billet pour le tour suivant et s'offrent un tour d'honneur en calbute. Ce premier exploit en coupe nationale fait écho au grand parcours européen du club en C3 et s'achève sur une victoire contre Nantes en finale, 3-0. En devenant au passage la première équipe à remporter la Coupe de France sans encaisser le moindre pion. Costaud.

  • Finale de 1983 contre Nantes (3-2)

    Une autre époque, où la Coupe se joue sur matchs aller-retour, Borelli est président, Sušić et Fernandez sur le pré. Contre un FC Nantes qui domine le championnat, le PSG assume son statut de tenant : un but de Zaremba dès la 3e pour montrer qui commande, puis un retournement de score à partir de la 65e après avoir laissé les Nantais y croire. Buteur à la 82e, Toko obtient son dernier titre à Paris, quand Sušić, auteur de l'égalisation, gagne son premier. Une autre époque, loin du projet QSI, faite de shorts trop courts, de footballeurs poilus, et de RTL sponsor maillot à la place de Fly Emirates. #nostalgie

  • Victoire de 1982 sur Saint-Étienne (2-2, 6 tab 5)

    On se souvient toujours de la première fois. Au Parc des Princes, c'est l'AS Saint-Étienne de Michel Platini, deuxième du championnat, qui se présente. Pas rien. Le capitaine de l'équipe de France répond à Toko dans le dernier quart d'heure pour arracher la prolongation, puis croit donner la victoire aux siens dans la première mi-temps de l'extra time. Mais quand une destinée est écrite, rien ne l'empêche de s'accomplir : icône à Saint-Étienne, Dominique Rocheteau offre l'égalisation au PSG au bout du temps réglementaire. Au comble du suspense, c'est Christian Lopez qui rate son péno et offre au PSG sa première victoire en Coupe. Le début d'une histoire d'amour qui dure toujours, même avec intermittence.


    Par Nicolas Jucha
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié



    PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 1
    il y a 2 heures Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 6
    Partenaires
    Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
    Hier à 12:00 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 15 Hier à 11:15 Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6 mardi 16 janvier L2 : Les résultats de la 21e journée 4 mardi 16 janvier L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20