En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. // Football
  2. // Obésité

Top 10 : Footballeurs grassouillets

"Un Big Mac pour Gignac" chantait en rythme le public du Parc des Princes dimanche dernier, histoire de se moquer des bourrelets de l'attaquant Olympien. Avant lui, certains ont longtemps préféré les pizzas au poisson papillote. On aurait d'ailleurs pu y mettre Jean-Claude Darcheville, Adriano, Ailton, José-Luis Chilavert ou Beto Marcico. Mais on a préféré la difficulté.

Modififié
Ronaldo

77 kilos à son top. 83 après sa première blessure. 86 après la seconde. 90 en fin de vie sportive européenne. 95 en rentrant au pays. Le quintal une fois sa carrière terminée. Oui, Il Fenomeno s'est empaté avec le temps. La faute aux morceaux de métal implantés dans ses jambes et l'hypothyroïdie qui dérégla tout son métabolisme. En fin de vie, l'ancien génie du football ressemblait à un loukoum bien gras. On s'en fout, on l'aime le nounours.



Cedric Carrasso

20 kilos. C'est le poids perdu par le troisième gardien des Bleus en début de carrière. Alors à l'OM, le portier aime les menus XXL avec le même burger offert chez Quik. On le surnomme "cookie" dans l'intimité du vestiaire. Il faut dire que Cédric flirte avec les 100 kilos. Le mec comprend que son régime alimentaire lui flinguera son taux de cholestérol avant ses trente piges. Il change d'hygiène de vie et perd 20 kilos. Bizarrement, sa carrière décolle aussi vite que sa taille de futal perd en volume. Comme quoi, la science, c'est tout sauf des foutaises.



Thomas Brolin

Le petit blond suédois aimait faire la toupie quand il claquait des pions. En 1994, il emmène la Suède sur le podium du Mondial US. D'Amérique, Brolin ramènera une diététique dégueulasse. Une fois à la retraite, le Swedish fait le bonheur des tables de poker. Plus il ramasse de gains, moins il fait attention à son alimentation. Brolin s'engraisse à une vitesse folle. Aujourd'hui, ses joues ressemblent à des friandises et son goitre n'a rien à envier à celui de Balladur. Ça doit aider, pour le bluff.



Pavel Horvath

Pavel est tatoué de partout. On l'aurait même vu faire le salut nazi un soir de match en République Tchèque. Sa carrière, il l'a mené sans se prendre la tête. Une dizaine de sélections par là, des buts par ci. Des clubs en-veux-tu-en-voilà. Le mec joue sur ses acquis. Une certaine technique au dessus de la moyenne. Actuellement, Pavel porte le brassard du Viktoria Plzen autour du biceps. Il s'y sent tellement bien qu'il mange comme un glouton. De M, Pavel est passé au XL. Son bide commençait à méchamment se voir.



Jeroen Verhoeven

"Je ne suis pas gras, ni gros, je suis puissant". 1m95. 109 kilos. Si, tu es gros et gras, Jeroen. Surnommé Mister Pizza, l'ancien gardien de l'Ajax est connu comme le loup blanc aux Pays-Bas. Sa bouille ne passe pas inaperçue. On dirait David Douillet. Sans le kimono. D'ailleurs, les fans Amstellodamois n’ont pas fait dans la finesse quand Jeroen jouait au bercail. À chaque coup de pied de but, ils s’écriaient, en chœur : « Ooooooh... Pizza ! » . Un comble pour un mec qui s'est surtout pété la panse avec des frites.



Ferenc Puskas

"Lorsque nous avons pénétré sur la pelouse de Wembley cet après-midi-là, aux côtés de nos adversaires, j'ai regardé le sol et j'ai remarqué que les Hongrois avaient des crampons étranges et légers, découpés comme des chaussons au niveau de la cheville. Je me suis retourné vers le grand Stan Mortenson et je lui ai dit : 'Ça devrait aller, Stan, ils n'ont même pas l'équipement adéquat." Un autre joueur anglais déclara au sujet de Ferenc Puskás, avant le coup d'envoi : "Regardez le petit gros là-bas. On va les massacrer". 90 minutes plus tard, la Hongrie balance un set de tennis dans la gueule des Anglais (6-3). Le "petit gros" y va de son doublé. Il avait beau aimer le saucisson, le "major galopant" était un surdoué. Surement l'un des meilleurs footballeurs de tous les temps. Un génie enfermé dans le corps de Boubou de Dragon Ball.



Paul Gascoigne

Quand le barré Vinnie Jones croisait Paul Gascoigne sur le pré, ça donnait ça : "Je m'appelle Vinnie Jones, je suis un gitan, je gagne beaucoup de fric et je vais t'arracher l'oreille avec les dents puis tout recracher dans l'herbe. Tu es seul mon gros, tout seul avec moi !". Il avait beau n'avoir aucun raccourci clavier neurologique, Vinnie avait bien remarqué le bidon de Paulo sous sa liquette des Spurs. Il faut dire que le génial milieu de terrain anglais enfilait les Brandys comme d'autres gobent les M&M'S. Entre l'alcool, la coke et le jus de viande, Gascoigne a rendu barge sa balance pendant toute sa carrière.




Micky Quinn

"He's fat, he's round, he's worth a million pounds — Micky Quinn, Micky Quinn!" (Il est gros, il est rond, il vaut un million de pounds) chantaient les fans des Magpies. Sumo, c'était son surnom. Vous l'aurez compris, Micky Quinn aimait la bière, le fish and chips et toutes les saloperies culinaires qu'offrent le Royaume-Uni. Celui qui se vantait d'être l'homme le plus rapide du monde sur un mètre, a même intitulé son autobiographie "Who Ate All the Pies?", en référence à un chant très célèbre outre-Manche. L'ancien de Newcastle était un cumulard. Outre son embonpoint, Micky portait également la moustache. Viens le chercher.



Neil Ruddock

L'ancien de Millwall a réussi l'exploit de se faire placer sur la liste des transferts par son club de Swindon car il préférait les entrecotes aux entrainements. "Le problème c'est que les shorts avaient des numéros floqués et le gars qui portait le n°16 avant moi pesait moins que Kylie Minogue", avait à l'époque déclaré Ruddock pour justifier le fait qu'il ne rentrait plus dans ses fringues. Surnommé "Razor", le défenseur finira sa carrière salement, sans une thune en poche. Il avait tout claqué en sandwiches.



Neil Shipperley

Formé à Chelsea, on a longtemps cru que le lascar pourrait faire carrière. Une technique pas trop dégueulasse, un goût prononcé pour la chair et un style anglais apprécié complétaient le CV prometteur de Shipperley. Sauf que Neil adorait la bouffe et la bière. Vers la fin de sa carrière, le lascar dépasse très vite les 100 kilos (il mesure 1m85) et continue d'enchainer les matches avec des taules comme Crystal Palace, Sheffield United, Wimbledon ou Brentford. A un moment donné, rentrer son ventre ne suffit plus.



Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


jeudi 18 janvier 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04
il y a 4 heures Coentrão casse le banc des remplaçants 5 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 4 Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
jeudi 18 janvier Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9 jeudi 18 janvier Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 27
À lire ensuite
Le Barça à un point